Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
71-80 sur 4370 résultats.

Renaissance

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Pour une Renaissance européenne. C’est le titre de la tribune signée par Emmanuel Macron et qui est parue hier dans de nombreux journaux d’Europe. On ne va pas ici parler du contenu de cette tribune, mais souligner le mot utilisé dans son titre : Renaissance, un terme évidemment positif, qui évoque un renouveau, un nouveau départ, mais aussi une certaine façon de considérer le monde, un regard éclairé, qui s’oppose à l’obscurantisme, au fanatisme, aux idées toutes faites : une manière curieuse d’aborder la réalité, désireuse de connaître et de comprendre, sans préjugé : voilà les qualités qu’on reconnaît a priori à la Renaissance.

Alors est-il particulièrement bienvenu de parler de Renaissance en ce moment ? Peut-être ! On nous dit en France que 2019 marquerait le cinq centième anniversaire de cette période ! Alors attention : c’est vrai et c’est faux. On adore depuis quelques décennies les anniversaires et les commémorations : on n’allait pas manquer celle-là. Et quelques faits permettent de l’expliquer : en 1519 commence l’édification du château de Chambord, trésor d’architecture, demeure royale, et l’un des symboles de cette Renaissance. Et cette même année meurt Léonard de Vinci. Ah, mais justement, on a toujours considéré Léonard comme l’un des maîtres de cette Renaissance ! S’il meurt en 1519, c’est donc que cette période était déjà bien florissante ! Attention : Vinci est italien. Il finit sa vie en France, non loin de Chambord d’ailleurs, en Touraine, à Amboise, invité par le roi François Premier. Mais la France avait du retard. Cette période dite renaissante est née en Italie quelques dizaines d’années avant qu’elle ne se déporte en France. L’Italie est incroyablement à la mode en France, la langue italienne investit le français. Et paradoxalement, les Guerres d’Italie au début du XVIe siècle (tout le monde sait que la bataille de Marignan date de 1515) vont concourir à italianiser le goût français. Mais bien entendu, cela ne s’est pas fait plus en 1519 qu’en 1515 ou en 1525 !

Alors qu’est-ce que c’est que cette fameuse Renaissance ?

Un nom propre qui désigne une période historique bien connue : en France celle qui en gros couvre le seizième siècle. Le mot était évidemment d’origine italienne : Rinascita ou Rinascimento. Il s’agissait pour une civilisation de renaître, de prendre un nouveau départ et de nouveaux modèles, même si ces modèles étaient renouvelés de l’antique. Le mot est donc tout à fait enthousiaste : il s’agit de naître une nouvelle fois. On a donc l’idée d’une sève toute neuve, d’un élan, d’une vigueur. Et les artisans de cette Renaissance italienne ou française en ont été assez conscients : ils l’ont affirmé, ils en ont été fiers.

Mais attention, si en Italie on a bien parlé de Rinascita, en France on a employé le mot Renaissance de façon plus floue, en le chargeant de sens multiples, notamment religieux : le mot pouvait désigner la nécessaire régénérescence de l’Église par exemple. Il n’y a qu’au dix-neuvième siècle qu’on a parlé couramment de la Renaissance des lettres et des arts et que le mot a pris ce sens historique précis. Peut-être parce que le recul du temps permettait de diviser l’histoire en grandes parties, et qu’on mettait une frontière assez nette au moyen-âge, considéré pendant ce même 19e siècle comme une époque d’ignorance bien plus sombre qu’elle n’avait été.

Mais l’intéressant est aussi dans le dépoussiérage des vieilles cultures et des vieilles valeurs : la Renaissance a remis à l’honneur les langues littéraires latine et surtout grecque. Et toute la culture de l’Antiquité a été redécouverte et d’ailleurs refaçonnée de façon certainement très différente de ce qu’elle avait été en réalité : une Antiquité renaissante quoi.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 06/03/2019 09:30:11

Journal en français facile 05/03/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir, Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin !

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : une question, Jean Michel Clain a-t-il été tué en Syrie ? Oui affirme son épouse. Le djihadiste français aurait péri dans les bombardements de la coalition internationale anti-État islamique. L’organisation terroriste qui en mauvaise posture sur le terrain selon la ministre française des armées que vous entendrez dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite au Japon avec cette première victoire juridique pour Carlos Ghosn. Accusé de malversations financières, l’ancien patron de Renault obtient une libération en échange d’une caution fixée à 8 millions d’euros.

HL : Et avant d’entendre Hillary Clinton qui ne sera pas candidate à la présidentielle américaine de 2020, nous parlerons du projet européen d’Emmanuel Macron détaillé dans une tribune publiée dans 28 journaux de l’union. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

------

ZK : Recherché depuis plusieurs mois par les renseignements français, le djihadiste originaire de la Réunion, Jean Michel Clain serait mort en Syrie.

HL : C’est en tout cas ce que rapporte sa femme Dorothée au micro de notre envoyé spécial RFI à Baghouz à l’est de la Syrie. Une information à prendre avec précaution puisqu’elle n’est pas confirmée de source indépendante. Une chose est sûre : Jean Michel Clain a été grièvement blessé, le 20 février dernier dans les bombardements de la coalition internationale qui ont tué son frère Fabien. Le témoignage de sa femme intervient alors que les combattants de l’organisation État islamique résistent tant bien que mal, dans leur dernier réduit, dans leur dernier bastion, face aux Forces Démocratiques Syriennes, alliance arabo-kurde soutenue par les Occidentaux. L’EI est en mauvaise posture affirme la ministre des armées. Florence Parly.

[Transcription manquante]

HL : Florence Parly au micro den nos confrères de France Bleu Provence. La ministre des armées était ce matin à Toulon, dans le sud de la France, sur le porte-avions Charles de Gaulle. Après un an et demi de révision, le navire de guerre repart en mission. Direction la Méditerranée, puis l’océan indien, avant de rejoindre la zone Asie-Pacifique. Il va intégrer pour un mois la coalition internationale contre l’organisation État islamique avant des exercices prévus l’été prochain.

ZK : Le terrorisme, il en est une fois de plus question en France. 

HL : Retranchés pendant près de 10h dans la prison de condé sur Sarthe, dans le département de l’orne en Normandie, un détenu radicalisé et sa femme ont finalement été interpellés ce soir par le RAID, les forces d’élite de la police nationale. Plus tôt dans la journée, le forcené avait reçu la visite de sa compagne avant de blesser à l’arme blanche deux agents pénitentiaires. Leur pronostic vital n’est pas engagé. Le détenu et sa femme ont eux aussi été blessés au cours de l’intervention policière.

ZK : Pour la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le caractère terroriste de cette attaque ne fait aucun doute.

HL : Le parquet antiterroriste de Paris s’est immédiatement saisi de l’affaire. Une situation très grave pour le syndicat national pénitentiaire Force Ouvrière qui a décidé de démarrer une grève dès demain.

ZK : 5h05 à Tokyo à l’écoute du Journal en français facile sur RFI. Après 107 jours passés en prison au Japon, Carlos Ghosn devrait quitter sa cellule demain.

HL : L’appel du parquet contre sa libération sous caution a été rejeté par la justice japonaise cet après-midi. L’ancien patron de Renault se dit innocent, mais reconnaissant envers sa famille et ses amis. Celui qui est accusé de malversations financières va devoir dépenser 8 millions d’euros de caution pour pouvoir sortir. Une liberté très surveillée et très conditionnée. Le parquet de Tokyo ne l’autorise d’ailleurs pas à quitter le Japon. Patricia Lecompte.

Il aura fallu trois demandes de libération pour que Carlos Ghosn obtienne gain de cause. Cette affaire est une succession de rebondissements. Il avait déjà reçu un accord de libération sous caution le 10 décembre, mais immédiatement les procureurs l’avaient arrêté sous un autre motif. Quant à la seconde demande du 11 janvier, elle avait été refusée. La troisième demande déposée le 28 février dernier par son nouvel avocat a été acceptée ce matin, mais là encore le parquet a fait appel. Appel finalement rejette cet après-midi et qui permet à Carlos Ghosn de sortir de prison moyennant une caution de 8 millions d’euros. Cette libération est une première victoire pour les avocats de Carlos Ghosn, qui reconnaissent que cette décision est étonnante, car au Japon, les inculpés qui refusent de passer aux aveux ont peu de chance d’être libérés. Les jugent redoutent qu’ils fuient le pays ou détruisent les preuves. Il est peu probable que Carlos Ghosn puisse sortir dans la soirée, la décision de justice étant tombée après la fermeture des banques, il faudra attendre leur ouverture demain, pour réunir l’argent de la caution.

HL : Patricia Lecompte. En Bref, en Algérie, plusieurs milliers d’étudiants réunis dans la rue, au cri de : « Bouteflika, il n’y aura pas de 5e mandat ». L’armée est la seule garante de la stabilité et de la sécurité en Algérie, déclaration de l’état-major algérien. Il dénonce ceux qui veulent je cite « ramener » le pays « aux années de braise ».

ZK : La liberté, la protection et le progrès. Sur deux pages, dans 28 journaux européens, Emmanuel Macron a donc officiellement lancé sa campagne pour les élections européennes du 26 mai.

HL : Le président de la République s’adresse à tous les citoyens européens, et cela à quelques semaines également du Brexit, de la sortie de la Grande-Bretagne de l’union. Emmanuel Macron souhaite « une renaissance européenne », comme alternative, comme solution, au nationalisme et au populisme. Pour ce faire, il fait une douzaine de propositions Anthony Lattier.

Cette renaissance européenne passe - pour Emmanuel Macron - par une « remise à plat de l’espace Schengen » de libre circulation. Face au défi migratoire, il veut plus de solidarité, mais aussi plus de contrôles grâce à une « police européenne commune ». Protéger les frontières, protéger les entreprises et les travailleurs également : le chef de l’État français propose d’instaurer une « préférence européenne » sur les marchés les plus stratégiques et plaide pour un « salaire minimum européen ». Protéger enfin la planète : avec une banque pour financer la transition écologique. Avec cette tribune, Emmanuel Macron « plante le décor » de la campagne électorale, dit-on dans son entourage. Il désigne ses adversaires : les « nationalistes. Il cible la Russie : quand il défend la création d’une “agence” pour lutter contre les cyberattaques et les manipulations. Il cible aussi les Américains, quand il soutient la mise en place d’un “traité européen de défense”. Il dit aux Européens : assumons - nous-mêmes - notre sécurité. Pour ne pas avoir l’air de jouer les cavaliers seuls, Emmanuel Macron a prévenu ses homologues de son initiative. Mais c’est bien seul qu’il signe cette tribune. Dans la bataille pour les Européennes, il vient de tirer le premier coup.

ZK : Aux États-Unis, Hillary Clinton ne se lancera pas dans la course à la Maison-Blanche en 2020.

HL : Adversaire démocrate de Donald Trump en 2016, l’ancienne secrétaire d’État américaine a exclu pour la première fois de se présenter à la présidentielle américaine de 2020. Hillary Clinton l’a affirmé ce lundi dans un entretien accordé à News 12, une chaîne de télévision locale de New York.

Je ne me présente pas, mais je vais continuer à parler et à défendre ce en quoi je crois. Je veux m’assurer que les gens comprennent que je vais continuer à m’exprimer. Je ne vais nulle part. Ce qui est en jeu dans notre pays, ce qui se passe en ce moment, m’inquiète profondément. J’ai rencontré les candidats démocrates et dit à chacun d’entre eux de ne rien tenir pour acquis, même si nous avons une longue liste de réels problèmes et de promesses non tenues de la part de l’administration Trump qui méritent d’être soulignés. J’aime vivre à New York et je suis tellement reconnaissante d’avoir eu la chance d’être sénatrice pendant huit ans et de travailler avec des gens de tout l’État.

HL : Autre réunion importante, celle au Venezuela entre Juan Guaido et les syndicats du secteur public. Rien de très concret n’est ressorti de cette concertation. Mais avec cette réunion, celui qui s’est autoproclamé président du Venezuela par intérim espère obtenir le soutien des syndicalistes du secteur public, longtemps fidèles au gouvernement chaviste.

Football pour terminer ce Journal en français facile. Avec les deux premiers huitièmes de final retour de la ligue des champions. Borussia Dortmund reçoit Tottenham, zéro à zéro, le Real Madrid perd un zéro sur sa pelouse face à l’Ajax Amsterdam pour le moment.



Voir le flux - 05/03/2019 20:30:11

Journal en français facile 05/03/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir, Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin !

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : une question, Jean Michel Clain a-t-il été tué en Syrie ? Oui affirme son épouse. Le djihadiste français aurait péri dans les bombardements de la coalition internationale anti-État islamique. L’organisation terroriste qui en mauvaise posture sur le terrain selon la ministre française des armées que vous entendrez dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite au Japon avec cette première victoire juridique pour Carlos Ghosn. Accusé de malversations financières, l’ancien patron de Renault obtient une libération en échange d’une caution fixée à 8 millions d’euros.

HL : Et avant d’entendre Hillary Clinton qui ne sera pas candidate à la présidentielle américaine de 2020, nous parlerons du projet européen d’Emmanuel Macron détaillé dans une tribune publiée dans 28 journaux de l’union. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

------

ZK : Recherché depuis plusieurs mois par les renseignements français, le djihadiste originaire de la Réunion, Jean Michel Clain serait mort en Syrie.

HL : C’est en tout cas ce que rapporte sa femme Dorothée au micro de notre envoyé spécial RFI à Baghouz à l’est de la Syrie. Une information à prendre avec précaution puisqu’elle n’est pas confirmée de source indépendante. Une chose est sûre : Jean Michel Clain a été grièvement blessé, le 20 février dernier dans les bombardements de la coalition internationale qui ont tué son frère Fabien. Le témoignage de sa femme intervient alors que les combattants de l’organisation État islamique résistent tant bien que mal, dans leur dernier réduit, dans leur dernier bastion, face aux Forces Démocratiques Syriennes, alliance arabo-kurde soutenue par les Occidentaux. L’EI est en mauvaise posture affirme la ministre des armées. Florence Parly.

[Transcription manquante]

HL : Florence Parly au micro den nos confrères de France Bleu Provence. La ministre des armées était ce matin à Toulon, dans le sud de la France, sur le porte-avions Charles de Gaulle. Après un an et demi de révision, le navire de guerre repart en mission. Direction la Méditerranée, puis l’océan indien, avant de rejoindre la zone Asie-Pacifique. Il va intégrer pour un mois la coalition internationale contre l’organisation État islamique avant des exercices prévus l’été prochain.

ZK : Le terrorisme, il en est une fois de plus question en France. 

HL : Retranchés pendant près de 10h dans la prison de condé sur Sarthe, dans le département de l’orne en Normandie, un détenu radicalisé et sa femme ont finalement été interpellés ce soir par le RAID, les forces d’élite de la police nationale. Plus tôt dans la journée, le forcené avait reçu la visite de sa compagne avant de blesser à l’arme blanche deux agents pénitentiaires. Leur pronostic vital n’est pas engagé. Le détenu et sa femme ont eux aussi été blessés au cours de l’intervention policière.

ZK : Pour la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le caractère terroriste de cette attaque ne fait aucun doute.

HL : Le parquet antiterroriste de Paris s’est immédiatement saisi de l’affaire. Une situation très grave pour le syndicat national pénitentiaire Force Ouvrière qui a décidé de démarrer une grève dès demain.

ZK : 5h05 à Tokyo à l’écoute du Journal en français facile sur RFI. Après 107 jours passés en prison au Japon, Carlos Ghosn devrait quitter sa cellule demain.

HL : L’appel du parquet contre sa libération sous caution a été rejeté par la justice japonaise cet après-midi. L’ancien patron de Renault se dit innocent, mais reconnaissant envers sa famille et ses amis. Celui qui est accusé de malversations financières va devoir dépenser 8 millions d’euros de caution pour pouvoir sortir. Une liberté très surveillée et très conditionnée. Le parquet de Tokyo ne l’autorise d’ailleurs pas à quitter le Japon. Patricia Lecompte.

Il aura fallu trois demandes de libération pour que Carlos Ghosn obtienne gain de cause. Cette affaire est une succession de rebondissements. Il avait déjà reçu un accord de libération sous caution le 10 décembre, mais immédiatement les procureurs l’avaient arrêté sous un autre motif. Quant à la seconde demande du 11 janvier, elle avait été refusée. La troisième demande déposée le 28 février dernier par son nouvel avocat a été acceptée ce matin, mais là encore le parquet a fait appel. Appel finalement rejette cet après-midi et qui permet à Carlos Ghosn de sortir de prison moyennant une caution de 8 millions d’euros. Cette libération est une première victoire pour les avocats de Carlos Ghosn, qui reconnaissent que cette décision est étonnante, car au Japon, les inculpés qui refusent de passer aux aveux ont peu de chance d’être libérés. Les jugent redoutent qu’ils fuient le pays ou détruisent les preuves. Il est peu probable que Carlos Ghosn puisse sortir dans la soirée, la décision de justice étant tombée après la fermeture des banques, il faudra attendre leur ouverture demain, pour réunir l’argent de la caution.

HL : Patricia Lecompte. En Bref, en Algérie, plusieurs milliers d’étudiants réunis dans la rue, au cri de : « Bouteflika, il n’y aura pas de 5e mandat ». L’armée est la seule garante de la stabilité et de la sécurité en Algérie, déclaration de l’état-major algérien. Il dénonce ceux qui veulent je cite « ramener » le pays « aux années de braise ».

ZK : La liberté, la protection et le progrès. Sur deux pages, dans 28 journaux européens, Emmanuel Macron a donc officiellement lancé sa campagne pour les élections européennes du 26 mai.

HL : Le président de la République s’adresse à tous les citoyens européens, et cela à quelques semaines également du Brexit, de la sortie de la Grande-Bretagne de l’union. Emmanuel Macron souhaite « une renaissance européenne », comme alternative, comme solution, au nationalisme et au populisme. Pour ce faire, il fait une douzaine de propositions Anthony Lattier.

Cette renaissance européenne passe - pour Emmanuel Macron - par une « remise à plat de l’espace Schengen » de libre circulation. Face au défi migratoire, il veut plus de solidarité, mais aussi plus de contrôles grâce à une « police européenne commune ». Protéger les frontières, protéger les entreprises et les travailleurs également : le chef de l’État français propose d’instaurer une « préférence européenne » sur les marchés les plus stratégiques et plaide pour un « salaire minimum européen ». Protéger enfin la planète : avec une banque pour financer la transition écologique. Avec cette tribune, Emmanuel Macron « plante le décor » de la campagne électorale, dit-on dans son entourage. Il désigne ses adversaires : les « nationalistes. Il cible la Russie : quand il défend la création d’une “agence” pour lutter contre les cyberattaques et les manipulations. Il cible aussi les Américains, quand il soutient la mise en place d’un “traité européen de défense”. Il dit aux Européens : assumons - nous-mêmes - notre sécurité. Pour ne pas avoir l’air de jouer les cavaliers seuls, Emmanuel Macron a prévenu ses homologues de son initiative. Mais c’est bien seul qu’il signe cette tribune. Dans la bataille pour les Européennes, il vient de tirer le premier coup.

ZK : Aux États-Unis, Hillary Clinton ne se lancera pas dans la course à la Maison-Blanche en 2020.

HL : Adversaire démocrate de Donald Trump en 2016, l’ancienne secrétaire d’État américaine a exclu pour la première fois de se présenter à la présidentielle américaine de 2020. Hillary Clinton l’a affirmé ce lundi dans un entretien accordé à News 12, une chaîne de télévision locale de New York.

Je ne me présente pas, mais je vais continuer à parler et à défendre ce en quoi je crois. Je veux m’assurer que les gens comprennent que je vais continuer à m’exprimer. Je ne vais nulle part. Ce qui est en jeu dans notre pays, ce qui se passe en ce moment, m’inquiète profondément. J’ai rencontré les candidats démocrates et dit à chacun d’entre eux de ne rien tenir pour acquis, même si nous avons une longue liste de réels problèmes et de promesses non tenues de la part de l’administration Trump qui méritent d’être soulignés. J’aime vivre à New York et je suis tellement reconnaissante d’avoir eu la chance d’être sénatrice pendant huit ans et de travailler avec des gens de tout l’État.

HL : Autre réunion importante, celle au Venezuela entre Juan Guaido et les syndicats du secteur public. Rien de très concret n’est ressorti de cette concertation. Mais avec cette réunion, celui qui s’est autoproclamé président du Venezuela par intérim espère obtenir le soutien des syndicalistes du secteur public, longtemps fidèles au gouvernement chaviste.

Football pour terminer ce Journal en français facile. Avec les deux premiers huitièmes de final retour de la ligue des champions. Borussia Dortmund reçoit Tottenham, zéro à zéro, le Real Madrid perd un zéro sur sa pelouse face à l’Ajax Amsterdam pour le moment.



Voir le flux - 05/03/2019 20:30:11

Journal en français facile 05/03/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir, Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin !

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : une question, Jean Michel Clain a-t-il été tué en Syrie ? Oui affirme son épouse. Le djihadiste français aurait péri dans les bombardements de la coalition internationale anti-État islamique. L’organisation terroriste qui en mauvaise posture sur le terrain selon la ministre française des armées que vous entendrez dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite au Japon avec cette première victoire juridique pour Carlos Ghosn. Accusé de malversations financières, l’ancien patron de Renault obtient une libération en échange d’une caution fixée à 8 millions d’euros.

HL : Et avant d’entendre Hillary Clinton qui ne sera pas candidate à la présidentielle américaine de 2020, nous parlerons du projet européen d’Emmanuel Macron détaillé dans une tribune publiée dans 28 journaux de l’union. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

------

ZK : Recherché depuis plusieurs mois par les renseignements français, le djihadiste originaire de la Réunion, Jean Michel Clain serait mort en Syrie.

HL : C’est en tout cas ce que rapporte sa femme Dorothée au micro de notre envoyé spécial RFI à Baghouz à l’est de la Syrie. Une information à prendre avec précaution puisqu’elle n’est pas confirmée de source indépendante. Une chose est sûre : Jean Michel Clain a été grièvement blessé, le 20 février dernier dans les bombardements de la coalition internationale qui ont tué son frère Fabien. Le témoignage de sa femme intervient alors que les combattants de l’organisation État islamique résistent tant bien que mal, dans leur dernier réduit, dans leur dernier bastion, face aux Forces Démocratiques Syriennes, alliance arabo-kurde soutenue par les Occidentaux. L’EI est en mauvaise posture affirme la ministre des armées. Florence Parly.

[Transcription manquante]

HL : Florence Parly au micro den nos confrères de France Bleu Provence. La ministre des armées était ce matin à Toulon, dans le sud de la France, sur le porte-avions Charles de Gaulle. Après un an et demi de révision, le navire de guerre repart en mission. Direction la Méditerranée, puis l’océan indien, avant de rejoindre la zone Asie-Pacifique. Il va intégrer pour un mois la coalition internationale contre l’organisation État islamique avant des exercices prévus l’été prochain.

ZK : Le terrorisme, il en est une fois de plus question en France. 

HL : Retranchés pendant près de 10h dans la prison de condé sur Sarthe, dans le département de l’orne en Normandie, un détenu radicalisé et sa femme ont finalement été interpellés ce soir par le RAID, les forces d’élite de la police nationale. Plus tôt dans la journée, le forcené avait reçu la visite de sa compagne avant de blesser à l’arme blanche deux agents pénitentiaires. Leur pronostic vital n’est pas engagé. Le détenu et sa femme ont eux aussi été blessés au cours de l’intervention policière.

ZK : Pour la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, le caractère terroriste de cette attaque ne fait aucun doute.

HL : Le parquet antiterroriste de Paris s’est immédiatement saisi de l’affaire. Une situation très grave pour le syndicat national pénitentiaire Force Ouvrière qui a décidé de démarrer une grève dès demain.

ZK : 5h05 à Tokyo à l’écoute du Journal en français facile sur RFI. Après 107 jours passés en prison au Japon, Carlos Ghosn devrait quitter sa cellule demain.

HL : L’appel du parquet contre sa libération sous caution a été rejeté par la justice japonaise cet après-midi. L’ancien patron de Renault se dit innocent, mais reconnaissant envers sa famille et ses amis. Celui qui est accusé de malversations financières va devoir dépenser 8 millions d’euros de caution pour pouvoir sortir. Une liberté très surveillée et très conditionnée. Le parquet de Tokyo ne l’autorise d’ailleurs pas à quitter le Japon. Patricia Lecompte.

Il aura fallu trois demandes de libération pour que Carlos Ghosn obtienne gain de cause. Cette affaire est une succession de rebondissements. Il avait déjà reçu un accord de libération sous caution le 10 décembre, mais immédiatement les procureurs l’avaient arrêté sous un autre motif. Quant à la seconde demande du 11 janvier, elle avait été refusée. La troisième demande déposée le 28 février dernier par son nouvel avocat a été acceptée ce matin, mais là encore le parquet a fait appel. Appel finalement rejette cet après-midi et qui permet à Carlos Ghosn de sortir de prison moyennant une caution de 8 millions d’euros. Cette libération est une première victoire pour les avocats de Carlos Ghosn, qui reconnaissent que cette décision est étonnante, car au Japon, les inculpés qui refusent de passer aux aveux ont peu de chance d’être libérés. Les jugent redoutent qu’ils fuient le pays ou détruisent les preuves. Il est peu probable que Carlos Ghosn puisse sortir dans la soirée, la décision de justice étant tombée après la fermeture des banques, il faudra attendre leur ouverture demain, pour réunir l’argent de la caution.

HL : Patricia Lecompte. En Bref, en Algérie, plusieurs milliers d’étudiants réunis dans la rue, au cri de : « Bouteflika, il n’y aura pas de 5e mandat ». L’armée est la seule garante de la stabilité et de la sécurité en Algérie, déclaration de l’état-major algérien. Il dénonce ceux qui veulent je cite « ramener » le pays « aux années de braise ».

ZK : La liberté, la protection et le progrès. Sur deux pages, dans 28 journaux européens, Emmanuel Macron a donc officiellement lancé sa campagne pour les élections européennes du 26 mai.

HL : Le président de la République s’adresse à tous les citoyens européens, et cela à quelques semaines également du Brexit, de la sortie de la Grande-Bretagne de l’union. Emmanuel Macron souhaite « une renaissance européenne », comme alternative, comme solution, au nationalisme et au populisme. Pour ce faire, il fait une douzaine de propositions Anthony Lattier.

Cette renaissance européenne passe - pour Emmanuel Macron - par une « remise à plat de l’espace Schengen » de libre circulation. Face au défi migratoire, il veut plus de solidarité, mais aussi plus de contrôles grâce à une « police européenne commune ». Protéger les frontières, protéger les entreprises et les travailleurs également : le chef de l’État français propose d’instaurer une « préférence européenne » sur les marchés les plus stratégiques et plaide pour un « salaire minimum européen ». Protéger enfin la planète : avec une banque pour financer la transition écologique. Avec cette tribune, Emmanuel Macron « plante le décor » de la campagne électorale, dit-on dans son entourage. Il désigne ses adversaires : les « nationalistes. Il cible la Russie : quand il défend la création d’une “agence” pour lutter contre les cyberattaques et les manipulations. Il cible aussi les Américains, quand il soutient la mise en place d’un “traité européen de défense”. Il dit aux Européens : assumons - nous-mêmes - notre sécurité. Pour ne pas avoir l’air de jouer les cavaliers seuls, Emmanuel Macron a prévenu ses homologues de son initiative. Mais c’est bien seul qu’il signe cette tribune. Dans la bataille pour les Européennes, il vient de tirer le premier coup.

ZK : Aux États-Unis, Hillary Clinton ne se lancera pas dans la course à la Maison-Blanche en 2020.

HL : Adversaire démocrate de Donald Trump en 2016, l’ancienne secrétaire d’État américaine a exclu pour la première fois de se présenter à la présidentielle américaine de 2020. Hillary Clinton l’a affirmé ce lundi dans un entretien accordé à News 12, une chaîne de télévision locale de New York.

Je ne me présente pas, mais je vais continuer à parler et à défendre ce en quoi je crois. Je veux m’assurer que les gens comprennent que je vais continuer à m’exprimer. Je ne vais nulle part. Ce qui est en jeu dans notre pays, ce qui se passe en ce moment, m’inquiète profondément. J’ai rencontré les candidats démocrates et dit à chacun d’entre eux de ne rien tenir pour acquis, même si nous avons une longue liste de réels problèmes et de promesses non tenues de la part de l’administration Trump qui méritent d’être soulignés. J’aime vivre à New York et je suis tellement reconnaissante d’avoir eu la chance d’être sénatrice pendant huit ans et de travailler avec des gens de tout l’État.

HL : Autre réunion importante, celle au Venezuela entre Juan Guaido et les syndicats du secteur public. Rien de très concret n’est ressorti de cette concertation. Mais avec cette réunion, celui qui s’est autoproclamé président du Venezuela par intérim espère obtenir le soutien des syndicalistes du secteur public, longtemps fidèles au gouvernement chaviste.

Football pour terminer ce Journal en français facile. Avec les deux premiers huitièmes de final retour de la ligue des champions. Borussia Dortmund reçoit Tottenham, zéro à zéro, le Real Madrid perd un zéro sur sa pelouse face à l’Ajax Amsterdam pour le moment.



Voir le flux - 05/03/2019 20:30:11

Diaspora

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les nombreux mouvements migratoires qui marquent la géopolitique de ces dernières années accentuent une réalité démographique déjà déterminante depuis quelques décennies : les diasporas s’éparpillent un peu partout dans le monde, irriguent des nations nombreuses de cultures nouvelles et lointaines. Le mot se répand comme la chose, et la notion d’appartenance ethnique ou nationale se modifie pour des populations nombreuses.

Et on parle en ce moment beaucoup des diasporas d’Afrique : des Togolais qui vivent plus au Togo, des Congolais qui ne vivent plus au Congo. Alors où vivent-ils ? Un peu partout justement… Bien sûr il y a des régions qui aimantent plus que d’autres ces migrations, et notamment l’ancien pays colonisateur : de nombreux Congolais de République démocratique du Congo se retrouvent en Belgique. Ceux qui viennent du Congo-Brazzaville ont plus tendance à aller en France… Mais malgré tout ce mouvement correspond le plus souvent à un certain éparpillement : des Sénégalais on en voit un peu partout, en Afrique Centrale, du Gabon au Cameroun, mais aussi en France, en Espagne, jusque dans ce petit quartier de New York qu’on appelle Little Senegal…

Cette dissémination dilue-t-elle le sentiment d’appartenance à une même communauté ? Non au contraire ! Les gens qui ne vivent plus dans leur pays d’origine ont gardé en général leur langue, leur culture, leurs habitudes. L’idée de diaspora est donc liée à celle de dispersion, mais aussi au sentiment d’une identité conservée, malgré l’éloignement et le ballottement où la vie vous entraîne : on se sent d’autant plus appartenir à un noyau d’origine qu’on en est loin. Mais, paradoxe du mot, on peut se sentir aussi membre d’une communauté d’origine plus large : on parle couramment de diaspora africaine : des raisons économiques ou historiques assez comparables font que des Tchadiens, des Maliens, des Ivoiriens peuvent se retrouver en Europe. Et même s’ils se rappellent leur origine précise, leur destin semblable les rapproche : le Mauritanien et le Burkinabé qui vivent à Paris ont des expériences communes.

Ce mot de diaspora a commencé à être utilisé au milieu du 20ème siècle pour désigner de genre de glissement démographique. Mais c’est alors un mot de sociologue, d’analyste d’universitaire. Alors qu’aujourd’hui il est bien plus populaire, répandu parmi ceux qui ont osé cette aventure. Une fierté ? Peut-être pas : le mot est si galvaudé. Mais une identité, sûrement.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 05/03/2019 09:30:08

Journal en français facile 04/03/2019 20h00 GMT

Transcription

Loïc Bussières : 21h à Paris, 1h de moins en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour cette nouvelle édition de votre Journal en français facile. Journal que j’ai le plaisir de vous présenter aux côtés de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : Au sommaire ce soir : Juan Guaido de retour à Caracas. L’opposant vénézuélien revient d’une tournée chez ses soutiens sud-américains. Il appelle à de nouvelles manifestations contre le pouvoir.

ZK : Des manifestations, justement, pour un départ du Chef de l’État. En Algérie, les anti Bouteflika étaient de nouveau dans la rue au le demain de l’officialisation de la candidature du Président sortant à un 5e mandat.

LB : Lui dévoile les grandes lignes de son projet européen. Emmanuel Macron signe une tribune sur sa vision de l’Union. Il propose notamment la création d’une banque européenne du climat ou encore de remettre à plat l’espace Schengen.

-----

ZK : Tout d’abord le retour au Venezuela de son président par intérim autoproclamé. Juan Guaido est arrivé au Caracas après une mini tournée sud-américaine.

LB : Une tournée qui passait par la Colombie, le Brésil, le Paraguay, l’Argentine et l’Équateur qui soutiennent l’opposant Nicolas Maduro. Juan Guaido est arrivé à l’aéroport de Caracas, sous les applaudissements de ses partisans, venus par milliers, et en présence de plusieurs ambassadeurs, dont celui de France et d’Allemagne. Malgré des menaces d’arrestations, puisqu’il était sous le coup d’une interdiction de quitter le territoire, il a passé sans encombre la douane. Il a ensuite été acclamé en héros au centre de Caracas, où il a annoncé de nouvelles mobilisations.

Ce mardi il y aura une réunion très importante avec tous les syndicats de la fonction publique. Nous ne pouvons pas permettre que la bureaucratie soit prise en otage. Nous ne pouvons pas permettre qu’ils continuent à utiliser nos fonctionnaires qui ne gagnent pas bien leur vie, et je sais qu’il y en a beaucoup ici sur cette place, et on les applaudit !   Je sais qu’on vous oblige à manifester, à mettre des tee-shirts d’une certaine couleur, que votre salaire ne suffit pas parce qu’il fond à vue d’œil, et qu’ils veulent profiter de cette situation. Le moment est venu de dire : ça suffit ! Le moment est venu de faire en sorte que ce régime qui vous opprime ne fonctionne plus ! Donc je convoquerai une réunion ce mardi avec tous les syndicats et tous les fonctionnaires pour faire une annonce importante au pays. Et samedi ! Attention, samedi, on continue dans la rue ! Samedi tout le Venezuela retourne dans les rues de façon déterminée pour se mobiliser afin de regagner sa liberté ! Nous ne resterons pas une minute, ni même une seconde tranquilles, tant que nous n’aurons pas retrouvé la liberté pour le Venezuela !

ZK : Autre titre de l’actualité de ce lundi soir, l’offensive d’Emmanuel Macron sur la scène européenne à moins de 2 mois des élections.

LB : Un texte traduit en 24 langues et déjà en ligne sur les sites de journaux de tous les pays de l’Union (y compris la Grande-Bretagne). Il y défend la vision d’une Europe qui protège face aux défis migratoire, climatique ou sécuritaire que doit relever le continent. Le chef de l’État souhaite bâtir une « renaissance européenne » et fait plusieurs propositions. Anthony Lattier.

À quelques semaines du Brexit, Emmanuel Macron dramatise l’enjeu : « Si je prends la liberté de m’adresser directement à vous, c’est parce qu’il y a urgence ». Pour lui ça n’est pas de moins d’Europe que les peuples ont besoin, mais d’une Europe plus forte, d’une Europe qui protège ! Face au défi migratoire, Emmanuel Macron propose la création d’une police des frontières communes et d’un office européen de l’asile. Face au désengagement américain de l’OTAN, il souhaite la mise en place d’un traité de défense et de sécurité. Face aux ambitions des entreprises étrangères, il veut assumer une préférence européenne dans les secteurs économiques stratégiques. Sur la table en tout, une douzaine de propositions. Emmanuel Macron veut aussi instaurer un salaire minimum européen. Une banque pour financer la transition écologique ou encore une agence pour lutter contre les cyberattaques. Aucun chiffrage de ces propositions n’est avancé. Ça n’est pas un manifeste, mais une contribution au débat, assume un conseiller du Président, pour qui « Emmanuel Macron plante le décor de la campagne européenne ».

LB : Par ailleurs toujours concernant les élections européennes, douze partis membres du Parti Populaire européen, le premier groupe politique du Parlement européen, demandent officiellement « l’exclusion ou la suspension » du Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban. Elle pourrait être décidée le 20 mars selon le président du PPE.

ZK : À la une également, ces nouvelles manifestations en Algérie au lendemain de l’officialisation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour la présidentielle.

LB : L’élection doit se tenir le 18 avril. Le président sortant au pouvoir depuis 20 ans se présentera pour la 5e fois malgré la contestation de la rue et les manifestations qui se succèdent depuis une dizaine de jours. Hier, il s’est toutefois, en cas de victoire, promis de ne pas aller au bout de son mandat, ce qui n’a pas calmé les manifestants.

ZK : La situation dans l’est de la Syrie. Et cet assaut annoncé comme le dernier contre le groupe État islamique.

LB : La bataille de Baghouz, entamée en fin de semaine dernière, pourrait durer encore plusieurs jours. Selon les forces démocratiques syriennes, alliance arabo-kurde, soutenue par les Occidentaux, les djihadistes retiendraient encore des familles en otage. Les FDS annoncent « un ralentissement des combats », afin d’éviter les pertes civiles. Ce qui n’empêche pas la bataille pour la libération du dernier bastion du groupe État islamique de se poursuivre. Écoutez Mostafa Bali, porte-parole des FDS sur le front de Baghouz.

« Nous avons une unité spéciale sur le terrain, chargée d’évacuer la population de Baghouz. C’est cette unité d’ailleurs qui a évacué des milliers de familles durant les dernières semaines. Dimanche soir, nous avons décidé de ralentir notre progression. La bataille se poursuit, mais avec moins d’intensité afin de permettre à notre unité spéciale d’exfiltrer ce qu’il reste de civils. Nous préférons être prudents. Il reste probablement des gens retenus en otage par l’organisation État islamique. Daech utilise les civils comme bouclier humain. Il y a aussi les familles de djihadistes qui ont choisi de rester à Baghouz, mais nous ne les considérons pas pour autant comme des terroristes. Ce sont des civils et nous devons donc les considérer comme tels ».

LB : Interrogé par notre envoyé spécial Sami Boukhelifa.

ZK : 22h 07 en Israël. C’est une conséquence directe du déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem. Washington annonce la fusion de son consulat général dans la ville avec les services de son ambassade désormais installée sur place.

LB : C’est la fin d’une histoire diplomatique vieille de 175 ans pour ce qui faisait office de représentation auprès des Palestiniens. Le personnel du Consulat général, lui, va rejoindre « une unité pour les affaires palestiniennes » sous la tutelle de l’ambassade. Cette fusion est essentiellement symbolique, mais le symbole est fort. Guilhem Delteil.

Officiellement, les contacts entre l’Autorité palestinienne et l’administration Trump ont déjà été coupés. Depuis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump en décembre 2017, les dirigeants palestiniens refusent de rencontrer les responsables américains. Et les rares programmes d’aide au développement qui avaient survécu à cette brouille ont été interrompus par les Palestiniens au mois de janvier après l’entrée en vigueur aux États-Unis d’une loi qui les rendaient passibles de poursuites judiciaires. Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche et ses positions très pro-israéliennes, les relations entre Washington et les dirigeants palestiniens se sont tellement dégradées que la fermeture de la représentation diplomatique des États-Unis auprès des Palestiniens ne devrait sur le terrain pas être un changement majeur. Mais cette décision de l’administration Trump est très forte sur le plan symbolique. Les États-Unis affirment ainsi qu’à leurs yeux les Palestiniens ne représentent pas un futur État, mais une sous-entité d’Israël. Et Donald Trump - qui n’a jamais apporté son soutien à la solution à deux États - s’en détache de plus en plus nettement. D’où cette réaction vive de Hanane Ashraoui, l’une des dirigeantes de l’Organisation de libération de la Palestine : elle dénonce « un assaut politique » sur l’identité et les droits des Palestiniens.

ZK : Dans le reste de l’actualité. Au moins 23 morts, c’est le bilan en Alabama après le passage d’une tornade, hier.

LB : Bilan provisoire, et qui pourrait s’alourdir dans les heures à venir. De nombreuses personnes étant encore portées disparues, d’autres sont hospitalisées, victimes de « blessures très graves ». Les autorités parlent de destructions « catastrophiques » sur une bande d’environ 400 mètres tout le long de la trajectoire de cette tornade, dans le sud-est des États-Unis.

ZK : L’ouverture des archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie 12.

LB : C’est ce qu’annonce le Pape François aujourd’hui. Les documents seront rendus publics en mars 2020. Ils doivent permettre de lever le voile sur l’action de Pie 12, accusé par certains historiens de complicité passive lors de la Shoah. « L’Église n’a pas peur de l’Histoire » appuie le souverain pontife.



Voir le flux - 04/03/2019 20:45:03

Journal en français facile 04/03/2019 20h00 GMT

Transcription

Loïc Bussières : 21h à Paris, 1h de moins en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour cette nouvelle édition de votre Journal en français facile. Journal que j’ai le plaisir de vous présenter aux côtés de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : Au sommaire ce soir : Juan Guaido de retour à Caracas. L’opposant vénézuélien revient d’une tournée chez ses soutiens sud-américains. Il appelle à de nouvelles manifestations contre le pouvoir.

ZK : Des manifestations, justement, pour un départ du Chef de l’État. En Algérie, les anti Bouteflika étaient de nouveau dans la rue au le demain de l’officialisation de la candidature du Président sortant à un 5e mandat.

LB : Lui dévoile les grandes lignes de son projet européen. Emmanuel Macron signe une tribune sur sa vision de l’Union. Il propose notamment la création d’une banque européenne du climat ou encore de remettre à plat l’espace Schengen.

-----

ZK : Tout d’abord le retour au Venezuela de son président par intérim autoproclamé. Juan Guaido est arrivé au Caracas après une mini tournée sud-américaine.

LB : Une tournée qui passait par la Colombie, le Brésil, le Paraguay, l’Argentine et l’Équateur qui soutiennent l’opposant Nicolas Maduro. Juan Guaido est arrivé à l’aéroport de Caracas, sous les applaudissements de ses partisans, venus par milliers, et en présence de plusieurs ambassadeurs, dont celui de France et d’Allemagne. Malgré des menaces d’arrestations, puisqu’il était sous le coup d’une interdiction de quitter le territoire, il a passé sans encombre la douane. Il a ensuite été acclamé en héros au centre de Caracas, où il a annoncé de nouvelles mobilisations.

Ce mardi il y aura une réunion très importante avec tous les syndicats de la fonction publique. Nous ne pouvons pas permettre que la bureaucratie soit prise en otage. Nous ne pouvons pas permettre qu’ils continuent à utiliser nos fonctionnaires qui ne gagnent pas bien leur vie, et je sais qu’il y en a beaucoup ici sur cette place, et on les applaudit !   Je sais qu’on vous oblige à manifester, à mettre des tee-shirts d’une certaine couleur, que votre salaire ne suffit pas parce qu’il fond à vue d’œil, et qu’ils veulent profiter de cette situation. Le moment est venu de dire : ça suffit ! Le moment est venu de faire en sorte que ce régime qui vous opprime ne fonctionne plus ! Donc je convoquerai une réunion ce mardi avec tous les syndicats et tous les fonctionnaires pour faire une annonce importante au pays. Et samedi ! Attention, samedi, on continue dans la rue ! Samedi tout le Venezuela retourne dans les rues de façon déterminée pour se mobiliser afin de regagner sa liberté ! Nous ne resterons pas une minute, ni même une seconde tranquilles, tant que nous n’aurons pas retrouvé la liberté pour le Venezuela !

ZK : Autre titre de l’actualité de ce lundi soir, l’offensive d’Emmanuel Macron sur la scène européenne à moins de 2 mois des élections.

LB : Un texte traduit en 24 langues et déjà en ligne sur les sites de journaux de tous les pays de l’Union (y compris la Grande-Bretagne). Il y défend la vision d’une Europe qui protège face aux défis migratoire, climatique ou sécuritaire que doit relever le continent. Le chef de l’État souhaite bâtir une « renaissance européenne » et fait plusieurs propositions. Anthony Lattier.

À quelques semaines du Brexit, Emmanuel Macron dramatise l’enjeu : « Si je prends la liberté de m’adresser directement à vous, c’est parce qu’il y a urgence ». Pour lui ça n’est pas de moins d’Europe que les peuples ont besoin, mais d’une Europe plus forte, d’une Europe qui protège ! Face au défi migratoire, Emmanuel Macron propose la création d’une police des frontières communes et d’un office européen de l’asile. Face au désengagement américain de l’OTAN, il souhaite la mise en place d’un traité de défense et de sécurité. Face aux ambitions des entreprises étrangères, il veut assumer une préférence européenne dans les secteurs économiques stratégiques. Sur la table en tout, une douzaine de propositions. Emmanuel Macron veut aussi instaurer un salaire minimum européen. Une banque pour financer la transition écologique ou encore une agence pour lutter contre les cyberattaques. Aucun chiffrage de ces propositions n’est avancé. Ça n’est pas un manifeste, mais une contribution au débat, assume un conseiller du Président, pour qui « Emmanuel Macron plante le décor de la campagne européenne ».

LB : Par ailleurs toujours concernant les élections européennes, douze partis membres du Parti Populaire européen, le premier groupe politique du Parlement européen, demandent officiellement « l’exclusion ou la suspension » du Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban. Elle pourrait être décidée le 20 mars selon le président du PPE.

ZK : À la une également, ces nouvelles manifestations en Algérie au lendemain de l’officialisation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour la présidentielle.

LB : L’élection doit se tenir le 18 avril. Le président sortant au pouvoir depuis 20 ans se présentera pour la 5e fois malgré la contestation de la rue et les manifestations qui se succèdent depuis une dizaine de jours. Hier, il s’est toutefois, en cas de victoire, promis de ne pas aller au bout de son mandat, ce qui n’a pas calmé les manifestants.

ZK : La situation dans l’est de la Syrie. Et cet assaut annoncé comme le dernier contre le groupe État islamique.

LB : La bataille de Baghouz, entamée en fin de semaine dernière, pourrait durer encore plusieurs jours. Selon les forces démocratiques syriennes, alliance arabo-kurde, soutenue par les Occidentaux, les djihadistes retiendraient encore des familles en otage. Les FDS annoncent « un ralentissement des combats », afin d’éviter les pertes civiles. Ce qui n’empêche pas la bataille pour la libération du dernier bastion du groupe État islamique de se poursuivre. Écoutez Mostafa Bali, porte-parole des FDS sur le front de Baghouz.

« Nous avons une unité spéciale sur le terrain, chargée d’évacuer la population de Baghouz. C’est cette unité d’ailleurs qui a évacué des milliers de familles durant les dernières semaines. Dimanche soir, nous avons décidé de ralentir notre progression. La bataille se poursuit, mais avec moins d’intensité afin de permettre à notre unité spéciale d’exfiltrer ce qu’il reste de civils. Nous préférons être prudents. Il reste probablement des gens retenus en otage par l’organisation État islamique. Daech utilise les civils comme bouclier humain. Il y a aussi les familles de djihadistes qui ont choisi de rester à Baghouz, mais nous ne les considérons pas pour autant comme des terroristes. Ce sont des civils et nous devons donc les considérer comme tels ».

LB : Interrogé par notre envoyé spécial Sami Boukhelifa.

ZK : 22h 07 en Israël. C’est une conséquence directe du déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem. Washington annonce la fusion de son consulat général dans la ville avec les services de son ambassade désormais installée sur place.

LB : C’est la fin d’une histoire diplomatique vieille de 175 ans pour ce qui faisait office de représentation auprès des Palestiniens. Le personnel du Consulat général, lui, va rejoindre « une unité pour les affaires palestiniennes » sous la tutelle de l’ambassade. Cette fusion est essentiellement symbolique, mais le symbole est fort. Guilhem Delteil.

Officiellement, les contacts entre l’Autorité palestinienne et l’administration Trump ont déjà été coupés. Depuis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump en décembre 2017, les dirigeants palestiniens refusent de rencontrer les responsables américains. Et les rares programmes d’aide au développement qui avaient survécu à cette brouille ont été interrompus par les Palestiniens au mois de janvier après l’entrée en vigueur aux États-Unis d’une loi qui les rendaient passibles de poursuites judiciaires. Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche et ses positions très pro-israéliennes, les relations entre Washington et les dirigeants palestiniens se sont tellement dégradées que la fermeture de la représentation diplomatique des États-Unis auprès des Palestiniens ne devrait sur le terrain pas être un changement majeur. Mais cette décision de l’administration Trump est très forte sur le plan symbolique. Les États-Unis affirment ainsi qu’à leurs yeux les Palestiniens ne représentent pas un futur État, mais une sous-entité d’Israël. Et Donald Trump - qui n’a jamais apporté son soutien à la solution à deux États - s’en détache de plus en plus nettement. D’où cette réaction vive de Hanane Ashraoui, l’une des dirigeantes de l’Organisation de libération de la Palestine : elle dénonce « un assaut politique » sur l’identité et les droits des Palestiniens.

ZK : Dans le reste de l’actualité. Au moins 23 morts, c’est le bilan en Alabama après le passage d’une tornade, hier.

LB : Bilan provisoire, et qui pourrait s’alourdir dans les heures à venir. De nombreuses personnes étant encore portées disparues, d’autres sont hospitalisées, victimes de « blessures très graves ». Les autorités parlent de destructions « catastrophiques » sur une bande d’environ 400 mètres tout le long de la trajectoire de cette tornade, dans le sud-est des États-Unis.

ZK : L’ouverture des archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie 12.

LB : C’est ce qu’annonce le Pape François aujourd’hui. Les documents seront rendus publics en mars 2020. Ils doivent permettre de lever le voile sur l’action de Pie 12, accusé par certains historiens de complicité passive lors de la Shoah. « L’Église n’a pas peur de l’Histoire » appuie le souverain pontife.



Voir le flux - 04/03/2019 20:45:03

Payer rubis sur l'ongle

Les bons comptes font les bons amis et la puce revient aujourd’hui sur l’expression « payer rubis sur l’ongle ». Et pour nous aider à tenir les cordons de la bourse : le linguiste jean Pruvost et la classe de Muriel Heiny de l’école Forest à Paris.

Une chronique de De vives voix.



Voir le flux - 04/03/2019 13:06:03

Halles

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Cinquante ans maintenant que les Halles de Paris sont installées à Rungis, dans la banlieue sud de la capitale. Mais parle-t-on vraiment des Halles de Rungis ? Pas très souvent : On parle de Rungis tout court… ! Tout le monde sait de quoi il est question. Ou bien on parle du marché de Rungis, puisque c’est là que s’est installé le grand marché des produits alimentaires qui nourrit Paris, là que les détaillants, les commerçants et les professionnels de la restauration, les hôtels, les restaurants, les bistrots vont s’approvisionner auprès des grossistes. On y achète donc, en grande quantité de la viande, des légumes, des produits laitiers, du vin, des fleurs même… Mais pourquoi arrive-t-il qu’on parle aussi parfois des Halles de Rungis ? Parce que jusqu’en mars 1969, il y a cinquante ans donc, ce grand marché était installé au cœur de Paris. Au cœur ? Pas exactement : on appelait même ce quartier le ventre de Paris. Le lieu a gardé son nom d’origine, les Halles. On y a rebâti, lentement, avec des hésitations et des aller-retour, des équipements commerciaux et culturels. Et quelques restaurants spécialisés dans les tripes ou les abats témoignent encore de ce qui fut la vocation de l’endroit.

Ce mot qui est d’origine germanique est évidemment de la même famille que l’anglicisme hall, de prononciation et d’orthographe différentes. Mais les sens ne sont pas les mêmes. Le hall est une pièce, assez grande, mais qui peut se trouver dans un lieu privé, une maison, comme dans un lieu public. Et il renvoie en général à un lieu d’accueil : c’est là où l’on entre, pour aller le plus souvent ailleurs. On parle d’un hall d’hôtel, l’espace où se trouve la réception, où l’on est forcé de pénétrer avant d’aller soit dans sa chambre, soit au restaurant. De même on parle d’un hall de gare, qu’il faut traverser pour aller sur le quai, prendre son train.

En revanche la halle donne l’idée de lieu de commerce en gros, comme l’étaient les Halles de Paris. Le terme n’est plus vraiment vivant, les centres commerciaux d’aujourd’hui n’y ont pas recours. Mais il est fréquent pour désigner des lieux anciens, souvent au singulier : on parle de la halle aux grains, et plusieurs lieux ont encore ce nom, souvent transformé en salles de spectacle, à Toulouse dans le sud-ouest de la France, ou à Blois par exemple, en Touraine. On a la Halle aux vins à Paris qui ne se consacre plus à ce négoce, mais en a gardé l’appellation.

Alors quelle différence entre le singulier et le pluriel ? Il n’y en a pas vraiment, sinon que lorsqu’on parle des Halles, on fait davantage référence à un endroit plus grand, plus important, où se vendent des denrées très diverses.

Et le souvenir des Halles de Paris est bien sûr spécialement important. Associé à un lieu populaire : on a parlé de la langue des Halles : la langue populaire, ou même la langue vulgaire. Mais cette expression appartient au passé. Par contre, on parlait beaucoup des forts des Halles, les porteurs, forcément musclés, qui transportaient les palettes et les cageots. Et cette expression est encore en usage à propos de quelqu’un de très costaud !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 04/03/2019 10:00:06

Journal en français facile 03/03/2019 20h00 GMT

Transcription

 

Adrien Delgrange : À la une de cette édition du 3 mars : l’Algérie ! La candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel a été déposée cet après-midi. Près de 300 Syriens qui étaient détenus par les djihadistes du groupe État islamique ont été libérés par les Kurdes hier soir. Dans l’actualité européenne, en Hongrie des affiches qui se moquent du président de la Commission européenne JC junker vont bientôt être retirées. Enfin Yvan Amar revient ce soir sur le mot « étalon » a l’occasion de l’étalon d’or. Un prix décerné hier au festival de cinéma le Fespaco à Ouagadougou. Voilà pour les titres bienvenus à tous.

-----

Zéphyrin Kouadio : À quelques heures de la clôture des candidatures en Algérie, le dossier officiel d’Abdelaziz Bouteflika a été déposé par son directeur de campagne.

AD : Alors que de nombreux manifestants lui demandent de ne pas se présenter à un cinquième mandat présidentiel, Abdelaziz Bouteflika explique dans une lettre avoir pourtant « entendu le cri du cœur des manifestants ». Dans cette même lettre, le président sortant s’engage, s’il était élu le 18 avril, à se retirer d’ici 1 an pour organiser une nouvelle élection présidentielle sans lui.

ZK : Et puis un plus tôt dans la journée, le leader du principal parti islamiste, Abderrezak Makri, a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux élections. Ali Benflis, l’ancien premier ministre et candidat malheureux à l’élection en 2004 et en 2014, a annoncé lui aussi cet après-midi qu’il renonçait à être candidat à l’élection présidentielle. 

AD : Ali Benflis, estime que les conditions d’une élection honnête ne sont pas réunies. Enfin après Lyon hier en France de nouvelles manifestations ont eu lieu contre un 5e mandat d’Abel Aziz Bouteflika, à Paris, Nantes, Toulouse.

ZK : La situation en Syrie à présent, 300 personnes accusées d’appartenir au groupe terroriste État islamique ont été libérées.

AD : C’est la première libération d’un nombre aussi important de prisonniers. Des hommes, des femmes et des enfants relâchés à la demande de chefs tribaux. Oriane Verdier.

L’administration kurde au pouvoir dans la région semi-autonome du Nord-Est syrien l’affirme : les personnes relâchées n’avaient pas de sang sur les mains. Appartenir à l’organisation État islamique peut vouloir dire beaucoup de choses : certains ont combattu, d’autres ont par exemple accepté d’effectuer des livraisons d’armes ou de nourriture en échange d’argent pour survivre et nourrir leur famille. Aujourd’hui la question se pose en Syrie comme en Irak : quel est le chemin à suivre entre réconciliation et justice ? Sur quelle preuve condamner chaque accusé ? Avec quels moyens offrir un procès juste à chaque détenu ? En Irak voisin, au lendemain de la victoire de l’armée irakienne contre l’organisation État islamique à Mossoul, des centaines d’hommes et adolescents ont exécuté sommairement sans l’ombre d’un procès. Ils étaient soupçonnés d’appartenance à l’organisation État islamique. En 2014 le groupe terroriste s’est justement appuyé sur le sentiment d’injustice vécu par certaines communautés arabes sunnites pour installer son autorité dans la région. Les organisations de défense des droits de l’Homme telles que Human Rights tentent d’alerter les autorités irakiennes et kurdes : les règlements de compte et une justice expéditive ne feront qu’ouvrir une nouvelle porte vers la violence et la guerre.

AD : Pendant ce temps-là, dans le nord-est de la Syrie, les forces arabo-kurdes se battent contre des djihadistes dans le village de baghouz.

ZK : L’eau est montée à toute vitesse en Afghanistan. Le sud du pays en proie à de graves inondations dans la province de Kandahar.

AD : Au moins 20 personnes sont mortes, des dégâts matériels importants aussi : 2 000 maisons endommagées au moins, des voitures englouties. La région n’avait pas connu de telles crues depuis 7 ans.

ZK : Les élections européennes vues de Hongrie, à quelques semaines du scrutin, le gouvernement du Pm hongrois Victor Orban a décidé de s’attaquer au président de la Commission européenne Jean Claude Juncker avec une campagne d’affichage.

AD : Depuis maintenant 2 semaines dans les rues de Budapest, on peut voir des affiches avec le Visage de Jc Junker et le milliardaire d’origine hongroise Georges Soros et une explication comme pour dire que ces deux hommes favorisent l’immigration illégale dans l’UE. Les affiches seront enlevées le 15 mars prochain. Lucas Martin.

Jean Claude Juncker et Georges Soros continueront de ricaner une dizaine de jours sur les murs de Budapest et dans toute la Hongrie. Pas question pour le gouvernement nationaliste et conservateur d’écourter sa campagne d’affichage anti-migrant selon le porte-parole du gouvernement. La réaction ressemble à une nouvelle provocation de la part du Premier ministre Viktor Orban. Son petit jeu ne passe plus auprès des alliés du Hongrois. Pour la première fois, la famille des droites européennes regroupées au sein du Parti Populaire Européen envisage d’exclure le Fidesz, la formation de Viktor Orban. Ces menaces ne semblent pas inquiéter le Premier ministre. À l’approche des élections européennes, il continue d’orienter les débats sur le seul thème migratoire. Viktor Orban a d’ailleurs prévenu qu’une nouvelle campagne d’affichage était prévue. Georges Soros, véritable bouc émissaire du pouvoir sera toujours présent. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sera lui remplacé par son vice-président Frans Timmermans. La procédure d’exclusion de la formation de Viktor Orban devrait être à l’ordre du jour de l’assemblée politique du Parti Populaire Européen, le 20 mars prochain.

ZK : Place au mot de l’actu.

AD : Yvan Amar, vous revenez sur le mot étalon d’or prononcé de nombreuses fois sur RFI.

Le Fespaco, le grand festival de cinéma d’Afrique a donc décerné sa plus grande récompense, l’étalon d’or au rwandais Joël Karekezi : The Mercy of jungle est primé ! Il fallait bien un nom pour ce prix, qui rivalise avec la palme d’or, le lion d’or, l’ours d’or des festivals européens. Pourquoi l’étalon, c’est-à-dire le cheval sauvage ? D’abord parce que c’est un beau symbole, de force, de liberté, de beauté. Ensuite parce que cet étalon a une histoire particulière au Burkina Faso. Pour être complet, on aurait dû parler de l’étalon d’or de Yennenga. Et cette Yennenga, Poko Yennenga, Poko la svelte, est une héroïne légendaire de l’un des mythes fondateurs du peuple Mossi. Princesse héritière, adorée par un père un peu trop possessif, qui refuse sous mille prétextes, qu’elle se marie, et appartienne à un autre qu’à lui, comme dans de nombreux contes traditionnels, elle s’enfuit sur son cheval préféré, et rencontre bien entendu le prince charmant. Et leur premier-né aura donc le nom du cheval qui a permis leur rencontre, étalon, Ouédraogo en mossi, qui est devenu pratiquement le plus courant des patronymes, des noms de famille du pays. L’histoire selon la plupart de ses versions, qui sont nombreuses, selon ceux qui la racontent, puisque la légende est transmise par tradition orale, se termine bien. Le jeune Ouédraogo, devenu le beau jeune homme qu’on attendait, revient se présenter à son grand-père, Nédéga, qui pardonne à tout le monde, lie son royaume à celui de son gendre et de sa fille, et organise de grandes fêtes. Un beau scénario, qui permet de couronner des films dont l’intrigue se sépare de cette histoire ancienne.



Voir le flux - 03/03/2019 20:30:12