Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
71-80 sur 4818 résultats.

Tour de France : le classement

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 31/07/2019 13:44:00

Poison - Les mots de l'actualité du 31/07/2019

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Alexeï Navalny, l’opposant russe a-t-il été empoisonné ? Même si rien n’est sûr, on se pose la question. Dans son entourage, on imagine qu’un agent toxique a pu être employé pour mettre sa santé, et peut-être sa vie en péril. Lui-même imagine que quelqu’un ait pu introduire une substance chimique dans sa cellule. Agent toxique, substance chimique… voilà des expressions techniques, modernes. Tout cela est dit en russe, mais correspond bien à ce qui peut se dire en français. Le mot poison n’est pas employé, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. Et d’ailleurs, on parle bien de suspicion d’empoisonnement. Mais poison est un mot ancien, qui justement parce qu’il est un peu vague et peut s’appliquer à des produits très différents n’a pas d’écho scientifique ou médical.

Revenons par exemple à la première définition du dictionnaire Robert : poison, substance capable de troubler gravement ou d’interrompre les fonctions vitales d’un organisme, utilisé pour donner la mort. Le poison est donc d’abord une arme. Une arme au départ qui se boit, qu’on fait boire à son insu à celui qu’on veut empoisonner. En effet, poison est de la même famille que potion. Le poison est donc d’abord ce qui se boit, un breuvage qui peut être tout à fait inoffensif. Et en ancien français, le mot n’a que ce sens-là : poison = boisson. Et puis, il bascule vers des sens très divers, et d’abord médicinaux : le poison, c’est un remède, et même un philtre d’amour. Mais bientôt, le sens du mot va se spécialiser, car on va prendre l’habitude de le préciser d’un adjectif, poison douloureux, poison mortel. Et à partir de là, le mot sera lié aux idées de meurtre sournois : on le lie aux mots empoisonneur/empoisonneuse qui désignent le ou la meurtrière ; et au mot empoisonnement - le crime, le fait d’empoisonner, ou de l’être. Et on se souvient que ce mot est depuis longtemps lié à des affaires scandaleuses, des crimes célèbres : l’affaire des poisons, qui entre 1670 et 1680 mit la France en émoi, et compromit des gens dans les plus hautes sphères, la comtesse de Grammont, deux nièces du cardinal Mazarin, Racine lui-même…

Ce mot d’empoisonnement est encore employé dans le langage médical ; sans référence obligée à un crime : on parle d’empoisonnement du sang. Mais pour que chaque mot garde ses connotations propres, on préfère parler d’intoxication alimentaire, par exemple, que d’empoisonnement. Et quand le mot a été employé, par exemple pour requalifier les chefs d’accusation dans l’affaire du sang contaminé, c’était pour redramatiser l’affaire.

Cela dit, le mot poison a bien d’autres emplois aujourd’hui, ainsi que ses dérivés. Empoisonner est souvent employer pour signifier ennuyer, mais avec insistance : entre agacer et exaspérer. Et pourtant avec un petit côté, tolérant, voire affectueux. Même si le mot est utilisé parfois comme euphémisme d’un autre plus vulgaire.

Et empoisonner est souvent l’équivalent de « gâcher » dans des expressions courantes : ça m’empoisonne la vie, ça m’empoisonne l’existence !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 31/07/2019 09:45:06

Journal en français facile 30/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Marie Casadebaig : Bonsoir et bienvenue dans votre journal en français facile. J'ai le plaisir de le présenter avec Sébastien Duhamel. Bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Marie, bonsoir tout le monde.

MC : À la Une de l'actualité, la découverte du corps de Steve, dans la Loire à Nantes. Le jeune homme était porté disparu après l'intervention de la police, pour arrêter un concert, le soir de la Fête de la musique.

SD : Le maire de Moscou a eu des propos très fermes après la manifestation interdite de samedi. Il a prévenu que l'ordre sera respecté.

MC : Et puis, l'appel à l'aide du chef du Programme des Nations unies pour le développement, après une mission au Yémen. Il décrit une situation humanitaire très grave dans ce pays et pas assez de moyens pour l'aider.

-----

SD : Le corps retrouvé, hier soir, dans la Loire à Nantes, dans le nord-ouest de la France est bien celui de Steve.

MC : Steve Maia Caniço, 24 ans, était porté disparu depuis le 21 juin. Dans la nuit, la police était intervenue sur les bords du fleuve pour arrêter un concert de musique techno. Quinze personnes étaient tombées à l'eau. Quatorze ont pu en sortir. Selon l'enquête de l'IGPN, la police des polices, il n'y a pas de lien entre l'action des policiers et la mort de Steve. Mais le procureur a ouvert une information judiciaire contre X pour homicide involontaire. Cela signifie qu'il y aura une enquête pour savoir s'il y a des responsables à ce drame. Depuis la disparition de Steve, ses proches ont mené des actions pour réclamer la vérité. Ils en ont organisé une nouvelle, aujourd'hui, en plein centre-ville de Nantes. Le reportage de Maxime Jaglin.

[Transcription manquante]

SD : De nouveaux affrontements à Hong Kong, entre manifestants et policiers.

MC : Les forces de l'ordre ont utilisé du gaz au poivre pour essayer de mettre fin à un rassemblement devant un commissariat. Une quarantaine de manifestants sont emprisonnés à l'intérieur.

SD : Le maire de Moscou prévient l'opposition qu'il ne laissera pas les manifestants plonger la capitale russe dans l'anarchie.

MC : Sergueï Sobianine est intervenu à la télévision pour avertir que l'ordre était une priorité pour lui, trois jours après une manifestation interdite à Moscou. Les autorités russes ont décidément choisi la sévérité et la répression. Une soixantaine de personnes ont été condamnées depuis hier. À Moscou, la correspondance de Daniel Vallot.

La première interview donnée par le maire de Moscou depuis la manifestation de samedi donne le ton. Sergueï Sobianine remercie la police « obligée », selon lui, de faire usage de la force contre les manifestants, et il dénonce l’anarchie, le désordre et le non-respect des lois dont auraient fait preuve les dirigeants de l’opposition et leurs partisans. Même son de cloche du côté du parquet général, qui demande une réaction « sévère » en cas de nouvelle manifestation non autorisée. Enfin autre signe de fermeté de la part des autorités russes : l’ouverture d’une enquête pour « troubles massifs » une procédure qui pourrait entraîner des peines de prison très lourdes, jusqu’à 15 années de détention. Manifestement, les autorités ont décidé de tout faire pour réduire au silence l’opposition. Ses principaux dirigeants sont actuellement derrière les barreaux, ils ont été condamnés à des peines allant de 10 à 30 jours de prison. L’un de ses représentants a même été arrêté ce mardi alors qu’il sortait d’une réunion avec la mairie. Réunion dont l’objectif était de parvenir à un accord sur la prochaine manifestation. Selon toute vraisemblance, le rassemblement qui doit avoir lieu samedi prochain ne recevra pas d’autorisation. Et devrait donner lieu à une nouvelle vague massive d’arrestations. Daniel Vallot, Moscou, RFI.

SD : L'actualité en Afrique. Au Soudan, tous les établissements scolaires vont fermer demain. Aucune date n'a été décidée pour leur réouverture.

MC : Cette décision a été prise par les autorités soudanaises après la mort de cinq personnes, hier, dont quatre lycéens à El Obeid, une ville de centre du pays. Ce mardi, des centaines de jeunes ont manifesté à Khartoum la capitale, pour accuser les Forces de soutien rapide, un groupe de paramilitaires.

SD : La libération d'un blogueur mauritanien.

MC : Mohamed Ould Mkhaitir avait été condamné à mort en 2014 pour apostasie. Ça veut dire qu'il avait critiqué la religion musulmane. Son avocate précise qu'il a dû quitter Nouakchott, la capitale pour des raisons de sécurité.

SD : Au Yémen, le Programme des Nations unies pour le développement lance un nouvel appel à la paix.

MC : Depuis 2015 et le début du conflit entre les forces du gouvernement et la rébellion houthie, la situation humanitaire du pays est très grave. Le chef du programme des Nations unies, Achim Steiner, a passé plusieurs jours au Yémen. Il a rendu publique ses conclusions hier. Il demande une mobilisation beaucoup plus importante de la part de la communauté internationale, Clara Losi.

Comment aider les populations à se reconstruire ? C'est la question que s'est posée Achim Steiner après sa visite de cinq jours au Yémen. À Hodeïda, le port est détruit et les importations impossibles. Une situation catastrophique pour le pays estime l'administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement : « Le pays a reculé de 20 ans, soit deux décennies de développement perdu. C'est le prix de la guerre. Et c'est un coup non seulement pour l'économie et la nation, mais aussi pour le peuple yéménite. » Aujourd'hui, 11 millions de Yéménites sont dépendants des aides de la communauté internationale pour vivre. C'est une pression énorme pour les Nations unies, explique Achim Steiner : « Cette année, les promesses de dons humanitaires étaient proches de trois millions de dollars. Nous sommes dans la seconde partie de l'année et seulement près d'un 1 million de dollars ont été récoltés. Cela veut dire que, malgré la situation désespérée, les promesses ne se réalisent pas, moins de 36 % des fonds promis par les pays pour cette opération d'urgence ne nous sont pas parvenus. » Pour l'administrateur du PNUD, il est urgent que les forces du gouvernement et les rebelles houthis prennent leur responsabilité face à l'ampleur du conflit. Depuis 2015, la guerre au Yémen a provoqué la pire crise humanitaire au monde.

SD : Aux États-Unis, le parti démocrate organise un deuxième débat pour sa primaire, c'est-à-dire le processus qui va permettre au parti de choisir son candidat pour l'élection présidentielle de 2020.

MC : Qui va affronter Donald Trump ? C'est la question qui se pose. Dix candidats vont débattre ce soir à Détroit, notamment ceux qui ont les positions politiques les plus à gauche, Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Dix autres le feront demain soir, dont Joe Biden et Kamala Harris. Ces échanges sont retransmis sur la chaîne de télévision CNN.

SD : Au Mexique, le gouvernement veut relever son économie.

MC : Il y a un mois et demi, la Banque centrale du pays annonçait que la croissance serait plus basse que prévu. On est loin des promesses du nouveau président Lopez Obrador. Depuis cette annonce, le ministre des Finances a changé. Et il a dévoilé ce lundi, ses mesures pour améliorer la situation. Emeline Vin.

Le ministre des Finances débloque l'équivalent de plus de 25 milliards de dollars, financé par la Banque du développement et le Fonds national des infrastructures, entre autres. Arturo Herrera n'a pas donné de nombreux détails sur ses mesures de renforcement de l'économie, mais il évoque la construction de nouvelles infrastructures et des dispositifs d'encouragement à investir et à consommer. Les appels d'offres contenus dans ce « programme de soutien au dynamisme de l'économie » ne sont pas nouveaux. Ils étaient en fait programmés pour 2020. Pourquoi les avoir avancés et accompagnés de nouveaux crédits ? Pour faire face, d'après Arturo Herrera, au contexte de ralentissement de l'économie mondiale. Rien à voir, selon le ministre, avec la publication des prévisions de croissance ce mercredi. Les analystes s'attendent à une situation proche de la récession. Au premier trimestre, l'économie a déjà reculé de 0.2 %. Alors que le président Andres Manuel Lopez Obrador, entré en fonction en décembre, a promis une croissance de 2 % en 2019.

MC : Les explications d’Emeline Vin.

C’est la fin de ce journal en français facile. Merci Sébastien Duhamel de m’avoir accompagné.

SD : Merci à vous.

MC : Ce journal, vous pouvez le réécouter sur notre site savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 30/07/2019 20:15:03

TCF - Session de juillet 2019

Une série d'exercices proposée par le CIEP pour s’entraîner au Test de connaissance du français. Attention : dans les conditions réelles de l'examen, vous n'entendrez le document et la question qu'une seule fois. Alors, écoutez bien.


Voir le flux - 30/07/2019 14:47:56

Inquisition

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Des relents d’inquisition contre Mashrou’ Leila, un groupe de musiciens libanais accusés d’insulte envers l’Église chrétienne. Le contenu de certaines chansons, mais tout autant, ou peut-être plus, l’attitude de certains musiciens sont jugés insultants pour l’Église. Une image impertinente, postée sur un réseau social, par l’un des membres du groupe, une représentation détournée de la Vierge déclenche la polémique. Et les voix de ceux qui ne supportent pas que la religion soit moquée demandent l’interdiction du groupe.

C’est bien pour cela que cette information, relayée par RFI, évoque l’Inquisition. Avec un I majuscule. Et quand on pense à l’Inquisition, on évoque une institution à la vie fort longue : il s’agissait d’un tribunal religieux, érigé par l’Église catholique, et destiné à lutter contre les hérésies. Il y en eut un peu partout en Europe, mais la plus connue, celle qu’on a à l’esprit de manière spontanée, c’est l’Inquisition espagnole, fondée au XVe siècle et abolie au milieu du XIXe, qui a laissé un souvenir et une réputation de très violente intolérance dans sa façon d’éradiquer toute attitude soupçonnée de n’être pas conforme au dogme, ou à l’application du dogme envisagée par ceux qui siégeaient dans cette Institution. L’action de l’Inquisition a donc été très vive et sanglante, et le souvenir qu’elle a laissé peut-être pire encore que la réalité. Toute une littérature, notamment au XIXe siècle dans la période romantique, a donné une vision très noire de cette Inquisition, en voulant dénoncer un esprit d’obscurantisme. Et le personnage du Grand Inquisiteur, notamment dans un récit de Dostoïevski inclus dans son roman Les Frères Karamazov, a fait beaucoup pour nourrir cette image d’une Inquisition sanguinaire et aveugle.

La pratique de la torture, de la question comme on disait, pour obtenir des aveux des accusés, a aussi donné une image terrifiante de cette Inquisition. Il faut également se souvenir que Galilée, en Italie, fut condamné par ce tribunal qui interdisait qu’on imagine un système astronomique qui n’aurait pas la Terre comme centre. L’Inquisition représente donc l’attachement à une pensée et à une idéologie rigide, étroite, incapable de changer, qui ne se remet pas en question, et ne supporte pas d’être ébranlée par une pensée scientifique.

Enfin, le mot inquisition indique, indépendamment de l’histoire de ce tribunal, une enquête particulièrement indiscrète et contraignante, dans des domaines considérés comme privés. C’est bien pour cela que le mot, aujourd’hui, qui se rappelle à la fois l’histoire de l’institution, et le sens général, évoque une police de la pensée.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 30/07/2019 09:15:04

Journal en français facile 29/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Marie Casadebaig : Bonsoir et bienvenue dans votre journal en français facile. J'ai le plaisir de le présenter ce soir avec Sébastien Duhamel. Bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Marie, bonsoir à toutes et à tous.

MC : À la Une de l'actualité, la fermeté des autorités chinoises. Elles demandent que les auteurs de violences à Hong Kong soient sanctionnés et que l'ordre revienne. Pour les manifestants, qui défendent l'autonomie du territoire, Pékin ne veut pas entendre leur colère.

SD : À Porto Rico, de nouvelles manifestations ont eu lieu aujourd'hui pour demander le départ de la numéro deux du gouvernement et tous les proches de l'ancien gouverneur, qui a quitté ses fonctions la semaine dernière. Il était accusé d'avoir fermé les yeux face à la corruption de son équipe.

MC : En France, un corps a été retrouvé dans la Loire, le fleuve. Il pourrait être celui de Steve, un jeune homme disparu le 21 juin dernier.

----

SB : Des sanctions et un retour à l'ordre. C'est ce que Pékin demande au gouvernement de Hong Kong, au lendemain de nouveaux affrontements entre manifestants et policiers.

MC : Chose rare, le porte-parole du bureau qui assure la liaison entre le territoire autonome et le continent s'est exprimé devant la presse aujourd'hui. Il a rappelé que les autorités chinoises avaient confiance en la cheffe du gouvernement hongkongais. Pour Bonnie Leung, vice-présidente du Front civil des droits humains de Hong Kong, l’association qui a organisé de grandes manifestations ces derniers mois, cela montre que Pékin ne veut pas voir la colère de la population.

« À travers cette conférence de presse, Pékin a réaffirmé son soutien total à la police et aux autorités hongkongaises. C’est une énorme déception, car le Conseil d’État a les moyens de démissionner notre cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, mais ils refusent de le faire. Ce qui veut dire qu’ils refusent de reconnaître ce qu’il se passe à Hong Kong et ils ignorent les réelles raisons de la colère des Hongkongais qui ont causé ce mouvement qui dure depuis plusieurs semaines. »

Propos recueillis par notre Zhifan Liu, notre correspondant à Hong Kong.

SB : Au Brésil, dans la prison d'Altamira dans le nord du pays, des groupes de prisonniers se sont battus. Au moins 52 détenus ont été tués.

MC: Des actes d'une rare violence. 16 personnes ont été décapitées, leur tête a été coupée. Ce n'est pas la première fois qu'une prison brésilienne connaît de tels évènements. Au mois de mai dernier, 55 prisonniers étaient morts dans des affrontements.

SB : En Californie, on ne sait toujours pas pourquoi un homme a tiré sur une foule, dans un festival au sud de San Francisco.

MC : La police est à la recherche d'un complice. Le jeune homme de 19 ans a réussi à éviter les contrôles de sécurité. Selon les témoins, il a ouvert le feu au hasard. Parmi ses victimes, un enfant de 6 ans. Le tireur a été tué par la police.

C'est peut-être le corps de Steve qui a été trouvé dans la Loire.

SB : Le fleuve qui traverse la ville de Nantes, dans le nord-ouest de la France. Ce jeune homme a disparu depuis le 21 juin, le soir de la fête de la musique.

MC : La police était intervenue sur les bords de Loire et plusieurs personnes étaient tombées dans l'eau. Les précisions avec vous Olivier Chermann.

C'est un bateau qui naviguait sur la Loire qui a repéré le corps ce soir. Selon les premières constatations, l’identification est problématique. On ne sait pas encore s'il s'agit d'un homme ou d'une femme. Seule une autopsie, qui sera pratiquée demain matin, pourra dire si c'est bien le corps de Steve. Un détail pourrait être aussi déterminant. Sur ce corps a été retrouvé un bijou, une chaine en or autour du cou qui sera soumis à la famille du jeune homme et, à ce moment-là, peut-être que la famille pourra déterminer et dire s’il s’agit bien de Steve ou pas. La disparition du jeune homme avait coïncidé avec l’intervention controversée des forces de l'ordre dans la nuit de la Fête de la musique. Des échauffourées avaient éclaté, dans cette nuit, entre participants à un concert techno et policiers venus exiger l’arrêt de la musique. La Fête de la musique s'était donc achevée dans la confusion. Quatorze personnes ont ainsi été repêchées par les secours durant la nuit. Steve Maia Caniço, animateur périscolaire, n'a plus donné signe de vie depuis cette nuit-là. Il ne savait pas nager selon ses proches.

MC : Olivier Chermann.

SB : Au Soudan, les habitants de quatre villes du centre du pays n'ont pas le droit de se déplacer la nuit. Un couvre-feu nocturne a été imposé.

MC : C'est le cas notamment à El Obeid, où cinq manifestants, dont quatre lycéens, ont été tués par balle, ce lundi, lors d'un rassemblement. L'Association des professionnels soudanais, l'un des organisateurs des manifestations, appelle les Soudanais à descendre dans la rue pour dénoncer cette violence et réclamer justice.

SB : Deux anciens présidents ivoiriens se sont donné rendez-vous à Bruxelles, en Belgique.

MC : Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. C'est la première fois depuis dix ans qu'ils se rencontraient. Les deux anciens ennemis pourraient devenir deux nouveaux amis. Cette rencontre laisse entendre qu'ils pourraient s'unir lors de la prochaine élection présidentielle en 2020. Mais officiellement, les deux hommes n'ont pas parlé de cela, aujourd'hui en Belgique. Ils ont échangé sur l'état de leur pays, la Côte d'Ivoire, estimant que la réconciliation n'avait pas encore eu lieu, après les violences de 2010.

SB : Direction Porto Rico où la démission du gouverneur ne met pas fin à la crise politique.

MC : Aucun remplaçant n'a encore été trouvé à Ricardo Rossello, accusé de propos homophobes et de complicité de corruption. Il avait indiqué qu'il serait remplacé pour une courte durée par la numéro deux du gouvernement, la secrétaire à la Justice. Mais Wanda Vasquez a indiqué, hier, qu’elle n’était pas du tout intéressée. Clara Losi

Wanda Vasquez ne veut pas être gouverneur par intérim. La secrétaire à la Justice l’affirmait dimanche sur Twitter, juste après l’annonce d’une autre démission, celle du secrétaire d’État aux Affaires publiques. Selon la logique constitutionnelle, c’est lui qui devait succéder à Ricardo Rossello, mais son implication dans le scandale d’État l’a forcé à quitter son poste. Il fait partie des membres du gouvernement épinglé pour des messages homophobes et misogynes échangés avec le gouverneur via l'application Telegram. Seconde sur la liste des successeurs, Wanda Vasquez refuse donc d’endosser le rôle, ce qui rassure les manifestants qui lui reprochent d’être complice des dirigeants corrompus de l’île et demandent sa démission. Pour le moment, aucun candidat n'a été désigné, mais plusieurs noms circulent, dont celui du président du Sénat, Thomas Rivera Schatz, et celui de la commissaire à Washington, Jenniffer Gonzalez, deux figures importantes du Nouveau parti du progrès dont est issu Ricardo Rossello. Le gouverneur a moins de cinq jours pour trouver un successeur qui devra être approuvé par le Sénat, avant vendredi 2 août à 17 heures locales, heure à laquelle il a prévu de quitter ses fonctions.

SB : C'est un symbole de la surconsommation humaine : le jour du dépassement. Il marque le jour où l'humanité a utilisé toutes les ressources renouvelables de la planète d'une année.

MC : Ce jour intervient de plus en plus tôt. Cette année, c'est ce 29 juillet. Il est calculé par deux associations écologistes qui précisent que la tendance peut être inversée. Que ce jour du dépassement peut être repoussé si chacun consomme moins.

SB : La Cour de justice de l'Union européenne estime que la Belgique n'a pas respecté la législation européenne.

MC : Oui, à propos de deux réacteurs nucléaires, ces moteurs qui produisent de l'électricité. La Belgique a décidé qu'ils continueraient à fonctionner, alors qu'elle aurait dû mener des évaluations sur leurs effets sur l'environnement. Précisions de Laxmi Lota.

La Belgique a décidé en 2015 de prolonger le fonctionnement de deux de ses centrales nucléaires. Selon la Cour de justice de l'UE, un tel projet doit impérativement être soumis à une enquête sur les conséquences environnementales : « Les risques encourus sont comparables lors de l'installation initiale d'une centrale », dit l'arrêt. De plus, les centrales de Doel 1 et Doel 2 sont situées à proximité de la frontière belgo-néerlandaise : ce type de projet doit donc également être soumis à une procédure d’évaluation avec le pays frontalier, conclut la Cour. La juridiction européenne donne donc raison aux deux associations écologistes qui ont déposé un recours devant la justice belge. Même si elle ajoute que cette décision peut être prise en cas de « risque réel et grave de rupture d'approvisionnement en électricité ». La Belgique devra prouver ce risque. C'est maintenant à la Cour constitutionnelle belge de résoudre l'affaire. Laxmi Lota, Bruxelles, RFI.

SB : Un mot de sport, Marie, et de Patrice Évra met fin à sa carrière de footballeur.

MC : Le français de 38 ans, joueur international passé par Nice, Monaco ou encore Manchester United a annoncé qu'il souhaitait devenir entraîneur. Il ne quittera donc pas complètement les stades.

C’est la fin de ce journal en français facile que j’ai eu le plaisir de présenter avec Sébastien Duhamel. Merci Sébastien.

SB : Merci Marie, merci à tous.

MC : Ce journal, vous pourrez le réécouter sur notre site savoirs.rfi.fr.

 

 

 



Voir le flux - 29/07/2019 20:30:09

Kamikaze

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 29/07/2019 10:45:03

Journal en français facile 28/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Raphaël Delvolve : Et pour ce journal en français facile, je suis avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël.

RD : Dans ce journal, nous parlerons du Tour de France. La course de vélo s'est achevée à Paris ce dimanche. Egan Bernal remporte l'épreuve. C'est la première fois qu'un Colombien gagne le Tour de France.

Nous parlerons d'une réunion qui s'est tenue à Vienne en Autriche, ce dimanche. Les pays ayant signé l'accord sur le programme nucléaire iranien ont discuté des récentes tensions entre les pays occidentaux et l'Iran.

Des migrants africains sauvés d'un naufrage en mer Méditerranée, cette semaine, sont bloqués dans le bateau qui les a secourus depuis trois jours. Ils sont bloqués sur les côtes d'une île italienne. Les autorités de l'Italie ne veulent pas les autoriser à débarquer sans accord avec l'Europe.

Sans oublier votre expression de la semaine. Ce dimanche, Yvan Amar nous parle des « services de l'ombre ».

-----

SB : Le Tour de France s'est donc achevé dans un superbe cadre, ce dimanche, à Paris.

RD : La plus grande épreuve de vélo au monde a été remportée par Egan Bernal. Un Colombien âgé de 22 ans. En direct avec depuis l'avenue des Champs-Élysées où la course a eu lieu. Christophe Diremszian. Le Colombien devient l'un des plus jeunes vainqueurs du Tour de France, Christophe.

[Transcription manquante]

SB : Merci Christophe.

Nous allons maintenant en Autriche, Raphaël. À Vienne, où les signataires de l'accord sur le nucléaire iranien se réunissaient, ce dimanche.

RD : Une réunion convoquée dans un contexte tendu entre l'Iran et l'Occident depuis la sortie des États-Unis de l'accord censé empêcher l'Iran d'obtenir la bombe atomique. La République islamique fait pression sur les autres pays ayant signé l'accord et décide de ne plus respecter ce qui lui est demandé de faire dans l'accord. Les discussions n'ont rien donné d'important, ce dimanche. À Vienne, Isaure Hiace.

Ces dernières semaines, les Européens ont réitéré leur volonté de tout faire pour sauver l’accord, mais n’ont pas caché leur préoccupation due à la récente décision de l’Iran de s’affranchir de certains de ses engagements, en produisant notamment de l’uranium enrichi à au moins 4,5 %, un niveau prohibé par l’accord. L’Iran, durement touché par les sanctions américaines, demande de son côté aux Européens de l'aider à contourner ces sanctions, en lui permettant notamment de vendre son pétrole à l’étranger. À ce sujet, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a mis en garde les Européens à l’issue de la réunion : « tout obstacle à la façon dont l’Iran exporte son pétrole va à l’encontre » de l'accord sur le nucléaire, a expliqué Abbas Araghchi, faisant référence à l'arraisonnement début juillet d’un pétrolier iranien par les autorités britanniques au large de Gibraltar. Mais le dialogue n’est pas rompu, puisque ce dernier a salué une réunion « constructive » aujourd’hui. Malgré les plaintes des deux côtés, les discussions ont été « bonnes ». Une nouvelle réunion de la commission conjointe pourrait être convoquée, cette fois au niveau ministériel, dans les semaines à venir. Le temps presse en effet, car l’Iran menace de s’affranchir d’autres engagements en septembre prochain. Isaure Hiace, Vienne, RFI.

SB : Dans l'actualité européenne toujours, ces 131 migrants bloqués sur un bateau au large d'une île italienne depuis trois jours.

RD : L'île de Sicile en mer Méditerranée. Ces migrants sont sur un bateau italien qui les a secourus d'un accident en mer plus tôt dans la semaine. Ils sont bloqués dessus, car le gouvernement italien ne les autorise pas à descendre. Les autorités du pays souhaitent que ces migrants soient accueillis dans d'autres pays de l'Union européenne, une fois descendus du bateau. Le gouvernement italien souhaite avant toute chose un accord officiel. À Rome, Anne Le Nir nous donne plus de détails.

Comme cela c’était produit, au mois d’août 2018, avec un autre bateau des garde-côtes italiens, le Diciotti, bloqué dans le port de Catane pendant cinq jours, Matteo Salvini refuse de faire débarquer les migrants à bord du navire Gregoretti, tant qu’une solution solidaire ne sera pas trouvée. L’an dernier, le feu vert avait finalement été donné grâce à l’engagement de l’Église italienne qui a pris en charge l’accueil des 150 personnes secourues. Cette fois-ci, il semble que Rome teste l’accord entre 14 pays européens sur un mécanisme de répartition des migrants, annoncé le 22 juillet par le président Macron, suite à une réunion boudée par Salvini qui critique l’axe Paris-Berlin sur les questions migratoires. Le ministre de l’Intérieur, soutenu par l’ensemble du gouvernement, affirme que les 131 migrants ne descendront du Gregoretti, qui a tout de même pu accoster dans le port militaire d’Augusta, qu’à partir du moment où la Commission européenne aura indiqué, avec précision, le nombre de pays prêts à les accueillir. Anne Le Nir, Rome, RFI.

SB : Dans l'actualité africaine, un nouvel attentat de Boko Haram au Nigéria.

RD : Une attaque du groupe terroriste menée dans le nord du pays ce samedi. Des hommes armés ont attaqué un village et tué au moins 65 personnes, selon les chiffres publiés ce dimanche par un responsable du village.

SB : Un autre acte terroriste en Afghanistan, cette fois.

RD : Des hommes armés ont attaqué le bureau d'un homme politique proche de l'actuel président afghan, Ashraf Ghani. Les hommes armés, dont on ne connait pas le groupe terroriste, ont tué deux personnes et fait 25 blessés. Cette attaque s'est produite le même jour que le début de campagne électorale pour la présidentielle prévue pour le 28 septembre prochain.

SB : L'actualité en Asie, ce sont aussi ces nouvelles manifestations à Hong Kong.

RD : Des militants demandant le départ des dirigeants actuels sont sortis dans les rues par dizaines de milliers. Et ce alors qu'ils n'avaient pas été autorisés à le faire. La situation s'est tendue, car la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour faire partir les manifestants. Plusieurs personnes ont été blessées, d'autres ont été arrêtées. Ce samedi, les mêmes scènes avaient eu lieu à Hong Kong. Le mouvement de protestation dure depuis sept semaines.

SB : Et nous retrouvons maintenant, dans votre journal en français facile, l'expression de la semaine.

RD : Yvan Amar nous parle de l'expression « les services de l'ombre ».

RFI, aujourd’hui, retraçait, racontait l’histoire des services de l’ombre algériens. Les services de l’ombre, c’est-à-dire les services secrets. Et par définition, les services secrets ne doivent pas être connus : on ne sait pas trop ce qu’ils font ni comment ils fonctionnent. C’est bien pour ça qu’on peut les appeler services de l’ombre : une expression qu’on comprend facilement, et qui parfois a servi à désigner des organisations clandestines. L’Armée des ombres, par exemple, c’est le titre d’un roman de Joseph Kessel qui a permis la réalisation d’un film, de Jean-Pierre Melville. Et cette armée des ombres, c’est celle des résistants en France, pendant l’occupation. Mais l’expression « dans l’ombre », elle est fréquente. On agit dans l’ombre, quand on agit sans se faire voir, en cachette. Et cette façon de dire est presque toujours péjorative : quand on ne veut pas se faire voir car on prépare secrètement un mauvais coup. Et ce sens est bien différent d’une autre formule. Si quelqu’un reste dans l’ombre de quelqu’un d’autre, c’est qu’il s’efface derrière cette personne : il a passé sa vie dans l’ombre de sa femme. C’est que sa femme prend beaucoup de place, fait beaucoup de bruit, est très connue. Et lui, on ne le remarque pas trop. On peut dire que sa femme l’éclipse, le rend invisible tellement elle est brillante. Et souvent d’ailleurs, c’est d’une femme qu’on dit ça, quand elle vit dans l’ombre de son mari. Enfin, lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même, c’est une façon indirecte de dire qu’il va mal, qu’il n’est plus celui qu’il était.



Voir le flux - 29/07/2019 10:08:49

Journal en français facile 28/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Raphaël Delvolvé : Et pour ce journal en français facile, je suis avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël.

RD : Dans ce journal, nous parlerons du Tour de France. La course de vélo s'est achevée à Paris ce dimanche. Egan Bernal remporte l'épreuve. C'est la première fois qu'un Colombien gagne le Tour de France.

Nous parlerons d'une réunion qui s'est tenue à Vienne en Autriche, ce dimanche. Les pays ayant signé l'accord sur le programme nucléaire iranien ont discuté des récentes tensions entre les pays occidentaux et l'Iran.

Des migrants africains sauvés d'un naufrage en mer Méditerranée, cette semaine, sont bloqués dans le bateau qui les a secourus depuis trois jours. Ils sont bloqués sur les côtes d'une île italienne. Les autorités de l'Italie ne veulent pas les autoriser à débarquer sans accord avec l'Europe.

Sans oublier votre expression de la semaine. Ce dimanche, Yvan Amar nous parle des « services de l'ombre ».

-----

SB : Le Tour de France s'est donc achevé dans un superbe cadre, ce dimanche, à Paris.

RD : La plus grande épreuve de vélo au monde a été remportée par Egan Bernal. Un Colombien âgé de 22 ans. En direct avec depuis l'avenue des Champs-Élysées où la course a eu lieu. Christophe Diremszian. Le Colombien devient l'un des plus jeunes vainqueurs du Tour de France, Christophe.

[Transcription manquante]

SB : Merci Christophe.

Nous allons maintenant en Autriche, Raphaël. À Vienne, où les signataires de l'accord sur le nucléaire iranien se réunissaient, ce dimanche.

RD : Une réunion convoquée dans un contexte tendu entre l'Iran et l'Occident depuis la sortie des États-Unis de l'accord censé empêcher l'Iran d'obtenir la bombe atomique. La République islamique fait pression sur les autres pays ayant signé l'accord et décide de ne plus respecter ce qui lui est demandé de faire dans l'accord. Les discussions n'ont rien donné d'important, ce dimanche. À Vienne, Isaure Hiace.

Ces dernières semaines, les Européens ont réitéré leur volonté de tout faire pour sauver l’accord, mais n’ont pas caché leur préoccupation due à la récente décision de l’Iran de s’affranchir de certains de ses engagements, en produisant notamment de l’uranium enrichi à au moins 4,5 %, un niveau prohibé par l’accord. L’Iran, durement touché par les sanctions américaines, demande de son côté aux Européens de l'aider à contourner ces sanctions, en lui permettant notamment de vendre son pétrole à l’étranger. À ce sujet, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a mis en garde les Européens à l’issue de la réunion : « tout obstacle à la façon dont l’Iran exporte son pétrole va à l’encontre » de l'accord sur le nucléaire, a expliqué Abbas Araghchi, faisant référence à l'arraisonnement début juillet d’un pétrolier iranien par les autorités britanniques au large de Gibraltar. Mais le dialogue n’est pas rompu, puisque ce dernier a salué une réunion « constructive » aujourd’hui. Malgré les plaintes des deux côtés, les discussions ont été « bonnes ». Une nouvelle réunion de la commission conjointe pourrait être convoquée, cette fois au niveau ministériel, dans les semaines à venir. Le temps presse en effet, car l’Iran menace de s’affranchir d’autres engagements en septembre prochain. Isaure Hiace, Vienne, RFI.

SB : Dans l'actualité européenne toujours, ces 131 migrants bloqués sur un bateau au large d'une île italienne depuis trois jours.

RD : L'île de Sicile en mer Méditerranée. Ces migrants sont sur un bateau italien qui les a secourus d'un accident en mer plus tôt dans la semaine. Ils sont bloqués dessus, car le gouvernement italien ne les autorise pas à descendre. Les autorités du pays souhaitent que ces migrants soient accueillis dans d'autres pays de l'Union européenne, une fois descendus du bateau. Le gouvernement italien souhaite avant toute chose un accord officiel. À Rome, Anne Le Nir nous donne plus de détails.

Comme cela c’était produit, au mois d’août 2018, avec un autre bateau des garde-côtes italiens, le Diciotti, bloqué dans le port de Catane pendant cinq jours, Matteo Salvini refuse de faire débarquer les migrants à bord du navire Gregoretti, tant qu’une solution solidaire ne sera pas trouvée. L’an dernier, le feu vert avait finalement été donné grâce à l’engagement de l’Église italienne qui a pris en charge l’accueil des 150 personnes secourues. Cette fois-ci, il semble que Rome teste l’accord entre 14 pays européens sur un mécanisme de répartition des migrants, annoncé le 22 juillet par le président Macron, suite à une réunion boudée par Salvini qui critique l’axe Paris-Berlin sur les questions migratoires. Le ministre de l’Intérieur, soutenu par l’ensemble du gouvernement, affirme que les 131 migrants ne descendront du Gregoretti, qui a tout de même pu accoster dans le port militaire d’Augusta, qu’à partir du moment où la Commission européenne aura indiqué, avec précision, le nombre de pays prêts à les accueillir. Anne Le Nir, Rome, RFI.

SB : Dans l'actualité africaine, un nouvel attentat de Boko Haram au Nigéria.

RD : Une attaque du groupe terroriste menée dans le nord du pays ce samedi. Des hommes armés ont attaqué un village et tué au moins 65 personnes, selon les chiffres publiés ce dimanche par un responsable du village.

SB : Un autre acte terroriste en Afghanistan, cette fois.

RD : Des hommes armés ont attaqué le bureau d'un homme politique proche de l'actuel président afghan, Ashraf Ghani. Les hommes armés, dont on ne connait pas le groupe terroriste, ont tué deux personnes et fait 25 blessés. Cette attaque s'est produite le même jour que le début de campagne électorale pour la présidentielle prévue pour le 28 septembre prochain.

SB : L'actualité en Asie, ce sont aussi ces nouvelles manifestations à Hong Kong.

RD : Des militants demandant le départ des dirigeants actuels sont sortis dans les rues par dizaines de milliers. Et ce alors qu'ils n'avaient pas été autorisés à le faire. La situation s'est tendue, car la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour faire partir les manifestants. Plusieurs personnes ont été blessées, d'autres ont été arrêtées. Ce samedi, les mêmes scènes avaient eu lieu à Hong Kong. Le mouvement de protestation dure depuis sept semaines.

SB : Et nous retrouvons maintenant, dans votre journal en français facile, l'expression de la semaine.

RD : Yvan Amar nous parle de l'expression « les services de l'ombre ».

RFI, aujourd’hui, retraçait, racontait l’histoire des services de l’ombre algériens. Les services de l’ombre, c’est-à-dire les services secrets. Et par définition, les services secrets ne doivent pas être connus : on ne sait pas trop ce qu’ils font ni comment ils fonctionnent. C’est bien pour ça qu’on peut les appeler services de l’ombre : une expression qu’on comprend facilement, et qui parfois a servi à désigner des organisations clandestines. L’Armée des ombres, par exemple, c’est le titre d’un roman de Joseph Kessel qui a permis la réalisation d’un film, de Jean-Pierre Melville. Et cette armée des ombres, c’est celle des résistants en France, pendant l’occupation. Mais l’expression « dans l’ombre », elle est fréquente. On agit dans l’ombre, quand on agit sans se faire voir, en cachette. Et cette façon de dire est presque toujours péjorative : quand on ne veut pas se faire voir car on prépare secrètement un mauvais coup. Et ce sens est bien différent d’une autre formule. Si quelqu’un reste dans l’ombre de quelqu’un d’autre, c’est qu’il s’efface derrière cette personne : il a passé sa vie dans l’ombre de sa femme. C’est que sa femme prend beaucoup de place, fait beaucoup de bruit, est très connue. Et lui, on ne le remarque pas trop. On peut dire que sa femme l’éclipse, le rend invisible tellement elle est brillante. Et souvent d’ailleurs, c’est d’une femme qu’on dit ça, quand elle vit dans l’ombre de son mari. Enfin, lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même, c’est une façon indirecte de dire qu’il va mal, qu’il n’est plus celui qu’il était.



Voir le flux - 29/07/2019 10:08:49

Journal en français facile 27/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Raphaël Delvolvé : La première information de ce journal, ce sont ces arrestations d'opposant politique en Russie, ce samedi. Plus de 1 000 personnes venues dans la capitale, Moscou, pour demander que les prochaines élections municipales soient libres, ont été mises en prison par la police. La manifestation n'a donc pas eu lieu. Nous aurons plus de détails avec notre journaliste présent en Russie dans quelques instants.

Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, a promis des bénéfices économiques très importants après la sortie de son pays de l'Union européenne. Le nouveau dirigeant britannique était dans le nord de l'Angleterre, ce samedi, où il a prononcé un discours. Nous en écouterons un extrait dans ce journal.

L'Aéroport de Barcelone, en Espagne, est en désordre ces derniers jours, car près de 100 vols d'avions ont été annulés en raison d'une grève décidée par des employés d'une grande compagnie aérienne.

Et puis, nous irons aussi en France. Après avoir connu une météo très chaude, des orages pouvant faire des dégâts doivent avoir lieu ces prochaines heures. Explications dans quelques instants.

-----

Sylvie Berruet : La Une de ce journal en français facile, la Russie avec ces nombreuses arrestations ce samedi.

RD : Il y avait des manifestations prévues à Moscou pour demander des élections libres et équitables à l'occasion du prochain scrutin pour élire les maires des villes russes, en septembre prochain. Ces manifestations n’ont pas pu avoir lieu, car la police a arrêté plus de 1 000 manifestants avant le début du rassemblement. À Moscou, Daniel Vallot.

C’est un dispositif policier absolument massif qui a été déployé pour empêcher les manifestants de se rassembler. En particulier, devant la mairie de Moscou où devait avoir lieu à l’origine la manifestation. Impossible pour les partisans de l’opposition de s’approcher de la mairie, les manifestants se sont donc assez vite dispersés dans les rues de Moscou, plusieurs cortèges se formant de façon spontanée et désordonnée. Difficile dans ces conditions de mesurer l’ampleur de la mobilisation, ce sont sans doute des milliers de personnes qui ont défilé ou qui ont tenté de défiler, ce samedi, dans le centre de la capitale russe. Difficile de dire également si la contestation va se poursuivre. Ce qui est sûr, c’est que les autorités russes auront tout fait pour empêcher le mouvement de prendre de l’ampleur. Avant même la manifestation, plusieurs candidats de l’opposition ont été arrêtés. Ils ont finalement été relâchés avant, pour certains, d’être de nouveau appréhendés alors qu’ils participés à un rassemblement en début de soirée. Daniel Vallot, Moscou, RFI.

RD : Toujours dans l'actualité concernant la Russie, le président russe, Vladimir Poutine, a été invité à venir en France par le président français Emmanuel Macron. Une rencontre qui se tiendra dans la ville de Brégançon, dans le sud de la France. Les deux chefs d'État se rencontreront le 19 août prochain.

Il y avait une autre manifestation dans le monde, ce samedi, à Hong Kong. Contrairement à ce qu'il s'est passé en Russie, la manifestation a eu lieu. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblés dans une ville proche de la frontière avec la Chine. Elles ont demandé le départ de Carrie Lam, la dirigeante hongkongaise. Selon des témoignages, les manifestants ont été dispersés par la police. La police a utilisé pour cela des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

SB : En Syrie, de nouvelles victimes civiles des bombardements du régime al-Assad et son allié russe ce samedi.

RD : 15 personnes ont été tuées, dont huit enfants, dans des bombardements menés en avion, ce samedi, sur la région d'Idleb, une région située au nord-ouest de la Syrie, une province où il y a des rebelles. Le bilan est rapporté par l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Il parle également de six militaires syriens tués, ce samedi, dans une attaque menée par des terroristes dans le sud de la Syrie, cette fois dans la région de Deraa.

SB : Une attaque terroriste a eu lieu au Burkina Faso cette semaine.

RD : L'information n'a été connue que ce samedi, mais l'attaque se serait produite entre jeudi et vendredi dernier, dans un village du nord du pays. Une vingtaine d'hommes, portant des armes, ont attaqué les habitants. 14 personnes ont été tuées. Les terroristes ont également mis le feu à des commerces et des véhicules.

SB : Nous parlons maintenant de l'actualité en Europe, et nous allons au Royaume-Uni.

RD : Le nouveau Premier ministre, Boris Johnson, s'est rendu ce samedi dans le nord de l'Angleterre. Dans la ville de Manchester, une ville industrielle dans laquelle le Premier ministre britannique a prononcé un discours sur les bienfaits du Brexit. La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne représente, selon Boris Johnson, une importante opportunité économique. Écoutons-le :

« Pour ce qui est de la perspective d'un Brexit sans accord, nous devons nous y préparer. Je ne pense pas que ce soit ce qui finira par arriver, mais comme je l'ai dit à nos amis européens, nous allons nous préparer très activement avec la conviction que c'est un pays extraordinaire et que nous nous en sortirons malgré tout. Si nous nous débarrassons du filet de sécurité, dans sa globalité, alors nous aurons déjà fait beaucoup de progrès. Je tiens à souligner que l'approche du gouvernement britannique n'est pas de se désengager, d'être distant, ni d'attendre qu'ils viennent à nous, nous allons essayer de résoudre ce problème. Nous ne pouvons pas le faire tant que ce backstop anti-démocratique, qui cherche à diviser notre pays, à diviser le Royaume-Uni, reste en place. Nous avons besoin de le supprimer et ensuite, nous pourrons avancer. »

RD : Toujours dans l'actualité en Europe, ce désordre à l'aéroport de Barcelone, la deuxième ville d'Espagne, en raison d'une grève des employés d'une grande compagnie aérienne espagnole nommée Iberia. Plus de 100 vols ont été annulés. Ce qui bloque de nombreux touristes ayant passé des vacances à Barcelone. Comme Alexandre Lopez, il est français et encadrait un groupe de jeunes pour des vacances en Espagne. Après une semaine passée à Barcelone, son vol pour rentrer en France a été annulé ce samedi.

[Transcription manquante]

SB : En France, de violents orages devraient s'abattre sur une partie du pays.

RD : L'est de la France est particulièrement concerné. Les services français de la météo mettent en garde sur la capacité de ces orages à faire des dégâts. Il faut rappeler qu'il a fait très chaud ces derniers jours en France, ce que l'on appelle une canicule. Ces fortes températures provoquent des orages généralement violents. Les explications de Patrick Gallois, il travaille aux services français de la météo.

[Transcription manquante]

RD : Quelques informations sportives avant de refermer ce journal. Le Tour de France, épreuve de vélo, devrait être remporté, ce dimanche, par le Colombien Egan Bernal. Il a conservé la première place au classement général, ce samedi, lors de la 20e et avant-dernière étape. Il deviendra le premier coureur colombien à remporter le Tour de France, souvent présenté comme l'épreuve de vélo la plus difficile au monde.

En sport automobile, c'est le Britannique Lewis Hamilton qui partira en première position de la course de Formule 1 ayant lieu demain en Allemagne. Il roule avec une voiture Mercedes et a gagné le droit de partir première position lors des qualifications ce samedi. Ce qui n’est pas le cas de l’Allemand Sebastian Vettel qui roule, lui, sur une voiture Ferrari. Il a été éliminé dès la première session des qualifications. Il partira, contrairement à Lewis Hamilton, en dernière position.

Sachez que le Paris Saint-Germain, en football, s’est incliné pour son premier match de préparation contre l’Inter Milan en Asie aux tirs au but.

C’est ainsi que se referme ce journal en français facile, merci l’avoir suivi.



Voir le flux - 27/07/2019 20:15:03