Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
61-70 sur 2809 résultats.

Fdlm 414 – Micro-trottoir : « esprit » (2’22’’)

L’esprit, c’est tout et ce n’est rien à la fois. L’esprit, c’est la partie incorporelle de l’être humain par opposition au corps et à la matière. Pour les plus jeunes ou les amateurs de films d’épouvante, cela représente surtout les fantômes, les revenants qui peuplent les maisons hantées. Enfin l’esprit, c’est un mot de la... Lire la suite

Cet article Fdlm 414 – Micro-trottoir : « esprit » (2’22’’) est apparu en premier sur FDLM : Le français dans le monde.



Voir le flux - 08/11/2017 14:10:40

Cogner des clous

Aujourd'hui on embarque avec une puce acadienne, qui rincée par le décalage horaire « cogne des clous » à défaut de « scier des bûches ». Pour la sortir de sa torpeur, Karine Gauvin, professeur de linguistique à l'université de Moncton au nouveau Brunswick et les enfants de l'école Abbey Landry à Memramcook donnent le ton. De quoi vous sortir de l'endormitoire !

Une chronique de la Danse des mots.



Voir le flux - 08/11/2017 10:42:15

Selon

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 08/11/2017 10:15:03

Expression à deviner n° 244

Indice : Sauver. Réponse n° 243 : Jouer au chat et à la souris. ?A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 08/11/2017 08:24:49

Journal en français facile 07/11/2017 20h00 GMT

Transcription

Pauline Gleize : Il est 21h à Paris. 20h en temps universel.

Bonjour et bienvenus dans votre journal en français facile. Journal co-présenté par Sylvie Berruet. Bonjour Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonjour Pauline. Au sommaire : la fusillade dans une église du Texas.  Les enquêteurs ont encore peu de certitudes. On fait le point avec notre envoyée spéciale dans quelques secondes.

PG : Donald Trump en visite en Corée du Sud.  Il assure que beaucoup de progrès ont été faits dans le dossier nord-coréen. Vous l'entendrez. 

SB : Bamako assure que des soldats maliens font partie des victimes d'une opération de la force française Barkhane le mois dernier. Mais la France dément avoir commis une erreur.

PG : Et puis nous irons à Moscou pour le centenaire de la révolution d'octobre. Les autorités ont souhaité des commémorations discrètes. Seul le parti communiste a organisé une manifestation. Reportage à suivre.

SB : On va tout de suite dans le Texas où dix personnes restent dans un état critique, très grave, 48 heures après la fusillade dans l'église baptiste de Sutherland Springs. Une attaque qui a fait 25 morts, dont une femme enceinte.

PG : Et deux jours après les faits, Sylvie, les enquêteurs continuent d'explorer la personnalité du tueur. Ils tentent de comprendre ses motivations. Mais la police piétine un peu. Elle n'a pas énormément avancé.  Correspondance de notre envoyée spéciale, Anne Corpet.

Le représentant du FBI l'a reconnu avec dépit : deux jours après le massacre, les enquêteurs ne sont toujours pas parvenus à accéder aux données du téléphone portable du tueur. « Nous finirons par y arriver » assure Christopher Combs en charge de l'enquête pour l'agence fédérale, qui ajoute : « Cela nous aidera beaucoup pour comprendre les motivations du tueur. » En attendant, la police fait état de convictions plutôt que de certitudes : le tueur a agi seul et n'avait aucun motif politique ou religieux déclare depuis lundi  le sheriff du comté qui précise cependant à chaque fois « ce ne sont que des spéculations.»  136 officiers travaillent sur l'affaire, ils évacueront mercredi soir la scène du crime pour la rendre aux paroissiens. Mais personne ici n'envisage une prochaine célébration sur les lieux du drame. «Notre paroisse a été décimée. Ce serait trop douloureux pour l'instant de prier dans l'église qui a vu mourir tous nos amis, » souffle une fidèle. Selon les estimations de la police, 50 personnes se trouvaient dans l'église au moment de la fusillade. Si ce chiffre est exact, cela signifie que seules cinq personnes  ont échappé aux balles du tueur. Anne Corpet Sutherland Springs au Texas RFI

SB : On reste aux Etats-Unis où plusieurs élections locales sont organisées aujourd'hui. 

PG : Les habitants de New-York élisent leur maire. Le maire actuel, Bill de Blasio, est le favori. Il a de grandes chances de gagner. Mais, le scrutin, le vote, qui attire le plus l'attention, c'est celui du gouverneur, le chef exécutif, de la Virginie. Il s'agit d'un test pour le parti républicain, son candidat ayant imité la stratégie de Donald Trump.

SB : Donald Trump qui, lui, est en déplacement à l'étranger.  Il était en Corée du Sud ce mardi pour la deuxième étape de sa tournée asiatique.  Une visite sensible, délicate, Pauline.

PG : Oui Sylvie ! Car elle intervient dans un contexte de crise avec la Corée du Nord. Une crise provoquée, causée, par l'intensification, l'accélération, des programmes militaires de Pyongyang. Mais les tensions ont été en partie alimentées par les échanges d'insultes entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen. Mais aujourd'hui, le président américain s'est montré confiant. Il pense que la situation s'améliore.  

Oui, je pense que nous faisons d'importants progrès. Nous montrons notre grande force. Je pense que les nord-coréens comprennent que notre force est sans équivalent. Nous avons envoyé dans la région trois des plus grands porte-avions du monde, ils sont maintenant en position. Nous avons un sous-marin nucléaire, lui aussi en position. Nous avons beaucoup de choses que nous espérons... que nous espérons devant Dieu n'avoir jamais à utiliser. Ceci étant dit, je crois vraiment que ce serait raisonnable pour la Corée du Nord de venir à la table des négociations et de parvenir à un accord.

PG : Donald Trump a aussi indiqué que la Corée du Sud allait acheter des armements aux Etats Unis pour plusieurs milliards de dollars.

SB : Au Yémen, les rebelles que l'on appelle "houthis" menacent de frapper les ports, les aéroports et des installations importantes en Arabie Saoudite. 

PG : Ils le feraient pour riposter, se venger, face au renforcement du blocus décidé par la coalition militaire arabe qui intervient au Yémen. Le blocus, cela veut dire que ce groupe de pays ferme  les frontières aérienne, maritime et terrestre. Et cela empêche l'aide humanitaire d'arriver dans le pays, alors l'ONU a appelé l'Arabie Saoudite à y mettre fin.

SB : Direction le Mali avec cette question : Qui a été tué lors du raid, l'expédition, anti-terroriste de l'armée française dans la région de Kidal fin octobre ? Dans la nuit du 23 au 24 octobre une opération française a fait plusieurs morts. Mais qui étaient ces victimes ?

PG : Il pourrait s'agir de terroristes et de onze soldats maliens retenus en otages.... C'est ce qu'a affirmé le groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, l'organisation qui détenait des militaires depuis plusieurs mois. L'armée malienne se dit aussi convaincue que certains de ses soldats figurent parmi les victimes. Mais la force française Barkhane rejette toute bavure, toute erreur. Les explications de Marie-Pierre Olphand.

Pour l'armée malienne, les preuves d'une bavure, sont là, sur le papier. Dans un document  intitulé "Identification des corps des otages des forces armées ", elle a comparé les photos de six de ses soldats enlevés ces derniers mois aux clichés de militaires maliens tués, diffusées par les djihadistes après le raid français. Chaque visage est identifié et ses traits caractéristiques sont mis en évidence pour montrer qu'il s'agit de la même personne vivante et morte. Des éléments qui pour l'armée malienne prouvent que six militaires, sur les 11 portés disparus ont bel et bien été tués pendant l'opération française. Le ministre malien de la défense a d'ailleurs communiqué le 31 octobre sur le sujet, il fait notamment état de l'entretien qu'il a eu avec l'ambassadrice de France et le représentant de Barkhane au Mali afin d'éviter je cite "un tel événement déplorable." Mais côté français, on dément toujours catégoriquement une méprise. Pour Barkhane, il n'y a aucun doute sur la nature de la cible. C'est bien un campement terroriste, un camp d'entrainement qui a été touché.  Le reste, pour Barkhane n'est que manipulation.

PG : Marie-Pierre Olphand

SB : L'ancien président de la Catalogne, l'indépendantiste Carles Puigdemont demande à l'Union européenne de ne pas soutenir Madrid dans sa gestion de la crise. 

PG : Carles Puigdemont a qualifié de "coup d'Etat" la mise sous tutelle de la Catalogne par Madrid.  Cette mise sous-tutelle permet au gouvernement espagnol de prendre des décisions dans des domaines qui étaient jusqu’ici contrôlés  par les autorités locales.

SB : Trois adolescents soupçonnés d'avoir voulu commettre des attentats en France ont été condamnés à de la prison ferme (de six mois à un an et demi); 

PG : Ces jeunes âgés de 14 et 15 ans ont été arrêtés l'année dernière. Ils étaient en contact avec Rachid Kassim, un homme qui faisait de la publicité pour le groupe Etat islamique.

SB : Le centième anniversaire de la révolution d'octobre a été célébré sans éclat, sans grande festivité, en Russie.

PG : Il n'y a eu aucune commémoration officielle, les autorités avaient seulement prévu des expositions et des colloques, c'est-à-dire des conférences. A Moscou, une manifestation a bien été organisée pour célébrer le centenaire, mais pas par le gouvernement. C'est le Parti Communiste de Russie qui a appelé à un rassemblement, pour commémorer la prise de pouvoir des Bolchéviques, les partisans de Lénine. A Moscou, le reportage de Daniel Vallot.

Des chants révolutionnaires, des drapeaux rouges, mais aussi des portraits de Lénine, et parfois de Staline : la manifestation s'élance de la Place Pouchkine, à la Place de la Révolution non loin du Kremlin. « Je suis venu parce que le centenaire de la Révolution d'Octobre c'est un évènement grandiose ! Moi je suis devenu communiste à l'époque soviétique, et quand nous avons perdu le pouvoir et bien j'ai continué malgré tout à militer. Parce que le marxisme défend les intérêts des travailleurs, c'est ça le plus important ! »  Dans la foule, beaucoup de retraités, et de nostalgiques de l'Union soviétiques. Mais aussi de jeunes étudiants venus célébrer une époque qu'ils n'ont jamais connue, mais qu'ils considèrent comme une référence, un modèle à suivre.  « La révolution socialiste est dans nos cœurs !  Bien sûr je regrette qu'on en fasse pas plus pour le centenaire d'Octobre ! Mais aujourd'hui la bourgeoisie fait beaucoup d'effort pour nous faire oublier la révolution. »  Les communistes russes se disent ulcérés par le manque d'intérêt manifesté par les autorités et par Vladimir Poutine, pour le centenaire de la Révolution d'Octobre 17. Et ils demandent que la journée du 7 novembre redevienne une journée de fête nationale - comme à l'époque soviétique. Daniel Vallot, Moscou, RFI

SB : La justice française a décidé que le tableau de Pissaro appelé "La Cueillette" devait être rendu aux descendants d'un collectionneur juif à qui il avait été volé lorsque le gouvernement de Vichy a collaboré avec le régime Nazi.

PG : Ce tableau a entre-temps été acheté légalement pas des Américains. Ils vont faire appel. Il y aura donc un deuxième procès. C’est la fin de ce journal en français facile. Merci Sylvie Berruet.

SB : Merci Pauline.

 



Voir le flux - 07/11/2017 20:30:05

Descendants d’esclaves

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 07/11/2017 14:50:21

Convertir

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 07/11/2017 10:45:04

S'envoler

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Vers l’Orient compliqué, Donald Trump vole-t-il avec des idées simples ? Il n’a en tout cas pas prononcé cette belle phrase, la première de l’un des volumes des Mémoires de Charles de Gaulle – phrase si bien tournée, si bien imaginée, qui donne tout de suite une couleur très littéraire à ces Mémoires. En tout cas le verbe voler, qui est bien souvent remplacé par le verbe s’envoler, est ici pris au sens propre. Enfin presque. En effet, ni Donald Trump ni Charles de Gaulle ne peuvent voler sans l’aide de la technique : ils s’envolent parce qu’ils prennent l’avion, donc un appareil qui s’envole alors qu’ils sont à bord.

S’envoler a donc plusieurs significations : tout d’abord s’en aller et même s’élancer par la voie des airs, prendre son envol. D’un avion ou d’un oiseau qui est déjà en plein ciel, on ne dira pas qu’il s’envole, mais qu’il vole. On comprend donc facilement que le verbe ait pu acquérir quelques sens figurés : il y a bien des manières de prendre de la hauteur. Surtout si cette hauteur est représentée symboliquement, graphiquement par exemple. Le trait d’un graphique en dit beaucoup par son rapport à l’horizontale : il peut être plane, descendre ou monter. Et l’il monte, en général c’est bon signe. C’est signe que les chiffres qu’il représente augmentent. De même que la réalité qu’il figure. On dit donc que les ventes d’un produit s’envolent si elles s’accroissent considérablement, et rapidement. On parle souvent aussi d’une popularité qui s’envole. On dit un peu de la même façon qu’elle monte, qu’elle grimpe en flèche !

Le verbe a d’autres sens figurés, et évoque facilement un changement de lieu, de résidence. Si l’on quitte l’Europe pour s’installer en Australie, on s’envole vers d’autres cieux ! On même on s’envole vers son destin. Et le verbe va enfin désigner ceux qui sont partis alors qu’on ne s’y attendait pas. Surtout si on voulait les « cueillir » les attraper, les arrêter : quand la police est arrivée sur les lieux, les malfaiteurs, prévenus, s’étaient envolés. Ce qui veut bien dire qu’on ne sait pas où ils sont, et qu’on aura du mal à les retrouver.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 07/11/2017 10:15:04

Expression à deviner n° 243

Indice : S'épier. Réponse n° ?242 : Avoir les jambes en coton. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 07/11/2017 08:06:45

Journal en français facile 06/11/2017 20h00 GMT

Transcription

Pauline Gleize : Il est 21h à Paris, 20h en temps universel.

((Virg))

Bonsoir et bienvenus dans votre journal en français facile. Sylvie Berruet est à mes côtés pour vous le présenter.

Bonsoir Sylvie. 

Sylvie Berruet : Bonsoir Pauline, bonsoir à tous.

Au sommaire, les avancées dans l'enquête sur la fusillade qui a fait 26 morts dans une église texane hier. Les autorités évoquent la piste familiale. On dresse le portrait de l'auteur de cette fusillade dès le début de ce journal. 

PG : Le président du Liban appelle à l'unité politique après la démission du premier ministre, Saad Hariri. Saad Hariri qui est en Arabie Saoudite où il a été reçu par le roi Salman.

SB : Après les révélations des « Paradise Papers » sur des pratiques d'optimisation fiscale, de nombreuses personnalités mettent en avant la légalité de leurs investissements. Francine Quentin nous expliquera ce qu'est exactement l'optimisation fiscale.

PG : Et puis, alors que s'ouvre la conférence annuelle de l'ONU sur le climat, la Nasa, l'agence spatiale américaine, révèle que le trou de la couche d'ozone s'est réduit. Une bonne nouvelle, en apparence en tous cas. On verra pourquoi.

SB : L'enquête se poursuit au Texas au lendemain d'une fusillade qui a fait 26 morts dans une église ce dimanche.

PG : Et la piste d'un différend familial est avancée.  Selon un responsable des forces de l'ordre, il y aurait eu des litiges, des disputes, dans la famille de l'auteur de la fusillade. Et la belle-mère de Devin Patrick Kelley, fréquentait l'église de ce hameau de Sutherland Springs.

Devin Patrick Kelley dont on connait mieux  désormais le parcours.  Son portrait avec Romain Lemaresquier.

Devin Patrick Kelley est un ancien militaire âgé de 26 ans. Il a servi dans l’armée de l’air sur une base de l’Etat du Nouveau Mexique à partir de 2010. En 2012 il est jugé par une cour martiale pour agression sur son épouse et voies de fait sur leur enfant. Condamné à 1 an de détention dans une prison militaire, il avait également été dégradé au rang le plus bas. Après sa libération en 2014, il quitte l’armée et enchaîne les petits boulots dans l’enseignement et le gardiennage. Des anciennes connaissances contactées par des médias américains le présentent comme quelqu’un de plutôt dépressif et négatif. Un athée qui faisait preuve de prosélytisme, selon ces témoignages. D’après les autorités texanes, il avait tenté d’acheter une arme dans cet Etat, achat qui lui aurait été refusé puisque Devin Patrick Kelley avait des antécédents juridiques. Selon une source officielle, il aurait acheté son fusil, un Ruger AR-556, dans un centre de tirs à San Antonio. Une arme qui pourrait être une occasion, ce qui expliquerait qu’il soit parvenu à contourner les interdits. Retrouvé mort dans son véhicule après la tuerie de ce dimanche, Devin Patrick Kelley se serait suicidé selon la police locale qui dit par ailleurs avoir retrouvé d’autres armes à feu dans son véhicule.

SB : Romain Lemaresquier

Les électeurs libériens  ne voteront pas demain.

PG : Ils devaient choisir entre le sénateur et ancienne célébrité du football George Weah, et le vice-président actuel Joseph Boakai

Le second tour était donc prévu demain, mais la Cour suprême a suspendu l'élection présidentielle.

La justice a donné l'ordre à la commission électorale nationale d'étudier le recours d'un parti d'opposition dont le candidat est arrivé troisième lors du premier tour. Le Parti de la liberté a dénoncé des fraudes, des tricheries.

SB : Au Kenya, l'élection a eu lieu, et même deux fois !  Mais l'issue est encore incertaine. 

PG : Un ancien parlementaire a déposé un recours devant la Cour Suprême. Il conteste la réélection  d'Uhuru Kenyatta. Le président sortant a obtenu 98% des voix lors de l'élection du 26 octobre. Elle avait été boycottée par l'opposition, c'est-à-dire dire qu'elle avait appelé à ne pas aller voter. 

Cet ancien député estime que pour l'élection organisée après l'annulation du scrutin du mois d'août, la commission électorale aurait dû faire une nouvelle sélection de candidats.

SB : Le vice-président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa a été limogé, il a été démis de ses fonctions.

PG : Cette destitution intervient après des semaines de tensions entre le vice-président  et la première dame, Grace Mugabe.

SB : Retour à présent sur la démission surprise du premier ministre libanais, Saad Hariri.

PG : Il a annoncé son départ, ce week-end, depuis la capitale saoudienne.  Saad Hariri a dit avoir peur pour sa vie, et a dénoncé l'ingérence, l'intervention, de l'Iran dans les affaires du Liban. 

Saad Hariri, qui a été reçu ce matin par le roi Salman. Les précisions à Beyrouth de Paul Khalifeh.

Le Premier ministre démissionnaire a lui-même annoncé sur Twitter avoir été reçu par le roi Salman. Selon l’agence de presse saoudienne, l’entretien s’est déroulé en présence des ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur et des Affaires du Golfe. Saad Hariri a publié sur son compte une photo de sa rencontre avec le roi, dans le but évident de rassurer les Libanais après des rumeurs faisant état de son assignation en résidence surveillée dans le cadre des purges en cours dans le royaume. Saad Hariri, il faut le rappeler, est aussi détenteur de la nationalité saoudienne.    

Cette affaire, qui intervient sur fond de fortes tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, a plongé la classe politique dans le désarroi. Le président de la République n’a toujours pas accepté la démission. Il attend le retour de son Premier ministre à Beyrouth, pour comprendre de sa bouche les raisons de son geste. Mais rien ne dit que Saad Hariri va prochainement rentrer.

En attendant, Michel Aoun a réuni ce lundi matin les chefs des services de sécurité, et a poursuivi ses concertations avec les responsables politiques. Il a lancé un appel au calme et à l’unité nationale et a prôné la coopération de toutes les composantes politiques pour renforcer la stabilité sécuritaire. Paul Khalifeh-Beyrouth-RFI. 

SB :  Carles Puigdemont, le président destitué de la Catalogne et quatre de ses anciens ministres devant la justice belge le 17 novembre.

PG : Ils doivent comparaître devant la chambre du conseil de Bruxelles,  c'est elle qui est chargée d'examiner les mandats d'arrêts  émis par l'Espagne.

La procédure d'extradition, à l'issue de laquelle ils pourront être renvoyés en Espagne ou non, peut durer plusieurs semaines.

SB : Les ministres des finances de l'Union européenne discuteront ce mardi pour mettre au point une liste noire des paradis fiscaux.

PG : Les pays européens tentent de se mettre d'accord depuis des mois, mais l'affaire des « Paradise Papers » les conduit à accélérer leurs travaux. 

Les Paradise papers, c'est le nom d'une enquête menée par le Consortium international des journalistes d'investigation. Elle porte sur des méthodes d'optimisation fiscales. Plusieurs personnalités mises en cause par cette enquête ont assuré que leurs investissements étaient légaux.

Mais alors qu'est-ce que l'optimisation fiscale ? Quelle différence avec la fraude fiscale ?

Les explications de Francine Quentin

L'optimisation fiscale, c'est légal. Cela consiste à utiliser les déductions, régimes dérogatoires et exonérations proposées par les gouvernements eux-mêmes. Dans un but de développement économique ou social la loi de finances incite par ce biais les contribuables à financer telle ou telle action jugée prioritaire. Avec l'optimisation fiscale la lettre de la loi est bien respectée, mais pas l'esprit de la loi, puisqu'il s'agit seulement d'échapper le plus possible à l'impôt en utilisant toutes les failles du système. A la limite de la légalité, l'optimisation fiscale peut facilement glisser vers un abus de droit, le refus de l'impôt, détournant la loi de son but. Mais l'administration fiscale reconnait que cette pratique, légale mais pas légitime, demeure très difficile à prouver. Et, de l'optimisation fiscale, il est facile de glisser progressivement vers des pratiques de plus en plus illégales et des montages de plus en plus complexes qui aboutissent à l'évasion puis à la fraude fiscale. Soit de 60 à 80 milliards d'euros par an de manque à gagner pour l'Etat français.

PG : Francine Quentin

SB : La conférence annuelle de l'ONU sur le climat s'est ouverte.  Cette COP 23, c'est la première depuis l'annonce du retrait américain de l'accord de Paris.  Au cours des dix prochains jours, la communauté internationale tentera d'avancer sur la mise en œuvre de ce pacte conclu, il y a deux ans.

PG : Et pendant ce temps, Sylvie, on apprend que le trou de la couche d'ozone n'a jamais été aussi petit depuis 1988. Cette conclusion de la Nasa est a priori une bonne nouvelle.  Mais voilà, c'est paradoxalement, contrairement à ce qu’on peut penser, en partie grâce au réchauffement climatique que l'on doit ce progrès.

Simon Rozé

A son maximum cet été, il ne faisait plus que 2 fois et demi la taille des Etats-Unis. C'est énorme, mais le trou de la couche d'ozone n'a jamais été aussi petit depuis 1988. Pour rappel, la couche d'ozone, c'est cette partie de l'atmosphère qui nous protège directement des rayons du soleil les plus violents. Mais elle est attaquée en permanence. Des éléments chimiques comme le chlore ou le brome vont la fragiliser. L'homme en a relâché beaucoup dans l'atmosphère, via ce qu'on appelle les CFC qu'on trouvait dans les aérosols jusqu'à leur interdiction il y a trente ans. Alors est-ce que cela veut dire que cette interdiction porte ses fruits, et que lentement la couche d'ozone se régénère ? Clairement oui, mais ce n'est pas la seule raison. Il faut pour une fois remercier également le changement climatique. En effet, l'air au-dessus de l'antarctique se réchauffe ce qui a limité l'apparition de nuages de très haute altitude. C'est important car ce sont ces nuages qui en temps normal vont favoriser les réactions chimiques amenant à la destruction de l'ozone. Ce phénomène a donc été moins important cette année. Mais il faudra encore du temps pour déterminer s'il s'agit d'une tendance sur le long terme. 

SB : Deux grands prix littéraires ont été décernés aujourd'hui. 

Eric Vuillard décroche le prix Goncourt pour L'ordre du jour, un récit sur l'arrivée au pouvoir d'Hitler.

PG : Le Renaudot revient à Olivier Guez pour La disparition de Josef Mengele, un roman sur les dernières années du médecin tortionnaire du camp de concentration d'Auschwitz. 

Ainsi s'achève ce journal en français facile.  Merci Sylvie Berruet! 

SB : Merci à vous Pauline.

 



Voir le flux - 06/11/2017 20:45:03