Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
61-70 sur 3076 résultats.

Le chemin de la vie, interprété par Keen'V (niveau B2 avancé)

Keen'V joue les anges gardiens d'une peluche humaine pour qui toutes les portes se ferment à cause de son apparence. Rendre compte d’une réussite inattendue (B2).
Paroles de clip (Chansons francophones)

Voir le flux - 25/01/2018 14:00:00

Le chemin de la vie, interprété par Keen'V (niveau B1 intermédiaire)

Keen'V joue les anges gardiens d'une peluche humaine pour qui toutes les portes se ferment à cause de son apparence. Imaginer sa vie future (B1).
Cours pour les 13-17 ans (Adolescents), Paroles de clip (Chansons francophones)

Voir le flux - 25/01/2018 14:00:00

Hugh Masekela : le monde du jazz en deuil

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 25/01/2018 11:16:14

Logeur

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 25/01/2018 09:00:05

Journal en français facile 24/01/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Davos

Bienvenu dans votre journal en français facile. C'est Zéphirin Kouadio qui le présente avec moi aujourd’hui. Bonsoir Zéphirin

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Davos, petite station de ski suisse devient une fois par an le centre de l'attention. Le forum international de Davos réuni, des dirigeants politiques et des grands patrons. L'occasion pour Emmanuel Macron d'annoncer que la France est de retour.

ZK

Et puis au Brésil, un ancien président  est en mauvaise posture, c’est-à-dire en difficulté. Dans son procès en appel pour corruption et blanchiment d'argent, le dossier de Lula semble mal engagé.

CP

Et nous verrons qu'en Afghanistan, le groupe état islamique frappe encore. Cette fois c'est une ONG qui a été visée.

ZK

Les grands de ce monde, grands patrons et dirigeants politiques sont réunis à Davos en Suisse.

CP

Le forum économique mondial de Davos, qui se déroule chaque année. Le président français a pris la parole pour la première fois de son mandat. Et son discours était très attendu et apprécié. C'est ce que nous explique notre envoyée spéciale à Davos, Mounia Daoudi.

Au vu des nombreux applaudissements qui ont ponctué son discours, Emmanuel Macron a visiblement séduit à Davos. Le président qui a d’abord choisi l’anglais pour parler des réformes lancées en France pour rendre le pays plus attractif, plus compétitif, dans un monde globalisé. L’anglais également pour parler de l’Europe : « France is back in the core of Europe », la France est de retour au cœur de l’Europe, a-t-il lancé sous les applaudissements avant d’ajouter qu’il ne peut y avoir de succès français sans succès de l’Europe. L’Europe qui devra d’ici la fin l’année s’inventer une stratégie à dix ans qui s’articule autour de ses valeurs communes de liberté, de justice et d’équité. Et s’il semble illusoire d’y parvenir à vingt-sept a reconnu Emmanuel Macron, elle le fera à moins. Une Europe à deux vitesses ne semble donc pas effrayer le président français qui s’est empressé d’ajouter que « la fenêtre et la porte seront ouvertes à tout moment » à ceux qui le souhaitent. Mais c’est en français que le président a choisi de défendre la mondialisation et le multilatéralisme. Emmanuel Macron qui a appelé à un nouveau contrat mondial pour le bien commun. Un contrat qui devra s’articuler autour de trois engagements : le devoir d’investir, celui de partager et enfin de protéger.
 

ZK

Et toujours à Davos, le Premier ministre macédonien et son collègue grec sont tombé d'accord pour débaptiser l'aéroport international de Skopje.

CP

Cet aéroport de la capitale macédonienne s'appelle  "Alexandre le Grand», mais plus pour très longtemps. La Macédoine et la Grèce, se disputent à propos du nom même de la Macédoine. En effet les deux pays ont ce nom en commun parce que c'est aussi celui d'une province grecque. Une dispute qui dure depuis presque plusieurs années.

ZK

Au Brésil c'est un ancien président qui est devant les juges.

CP

Luiz Inacio Lula da Silva que l'on appelle Lula demande à la Justice de réexaminer le jugement qu'elle a déjà prononcé. Ce procès en appel donc, n’est pas de bon augure puisque les trois juges confirment la culpabilité de Lula mais aussi alourdissent sa peine à douze ans et un mois de prison. Une peine prononcée à l'unanimité. L'ancien président brésilien est jugé pour corruption passive et blanchiment d'argent.

ZK

On part au Venezuela, où une décision législative provoque beaucoup de réactions dans l'opposition.

CP

Cette décision elle émane, elle a été initiée par l'Assemblée nationale constituante. C’est une institution totalement acquise au président, et qui a adopté à l'unanimité, c'est-à-dire sans vote contre,  adopté l'organisation d'une élection présidentielle anticipée. Si Nicolas Maduro, le président, n'est pas encore officiellement candidat, l'idée c'est bien qu'il se représente et qu'il profite d'un mouvement, d'une dynamique électorale qui lui est favorable. Marie Normand.

Le scrutin devait normalement se tenir en fin d'année. Il devra être organisé avant le 30 avril. Quand exactement? Ce sera au CNE, le Conseil national électoral d'en décider, une institution que l'opposition accuse, aussi, d'être acquise au président Maduro. Pourquoi cet empressement ? Ces élections sont nécessaires estime le numéro 2 du régime Diosdado Cabello, pour répondre, aux nouvelles sanctions adoptées par l'Union européenne contre de hauts dirigeants. Dont Diosdado Cabello lui-même. Une échéance qui permet aussi au parti au pouvoir de surfer sur ses très bons résultats aux dernières élections et sur les divisions de l'opposition. Cette annonce a été condamnée par le Groupe de Lima, les douze pays latino-américains engagés dans la recherche d'une solution à la crise au Venezuela. La Colombie transfère son ambassadeur à Caracas, au Costa Rica, sans en nommer un nouveau. Quant au Mexique, il se retire des discussions à Saint Domingue, entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition. L'opposition, qui appelle à l'unité ce mercredi, mais à qui il reste peu de temps pour trouver une position commune. Les principaux partis avaient choisis de ne pas participer aux municipales, ils doivent donc se réinscrire auprès du CNE, s'ils souhaitent présenter un candidat à cette présidentielle.

ZK

Explications signées Marie Normand. Et puis dans l’actualité également, l'ancien médecin de l'équipe américaine de gymnastique finira probablement sa vie en prison.

CP

Déjà condamné à soixante ans de prison dans un premier procès pour pédopornographie, Larry Nassar, cinquante-quatre ans vient d'être condamné aux Etats Unis à cent soixante-quinze ans de prison. Il est reconnu coupable de multiples agressions sexuelles sur de jeunes athlètes. Cent soixante gymnastes ont témoigné de ces violences commises par celui qui devait les soigner. Larry Nassar s'excuse d'avoir "détruit émotionnellement" ses victimes.

ZK

En Afghanistan, l'organisation état islamique a attaqué Save The Children, Sauvons les enfants en français.

CP

Une voiture conduite par un kamikaze, a explosé devant les locaux de l'ONG à Jalalabad. Le bilan est de trois morts et vingt-sept blessés. Save the Children a décidé de suspendre ses activités dans l'ensemble de l’Afghanistan. Juliette Gheerbrant.

Vers 9h ce matin, heure locale, six assaillants vêtus d’uniformes militaires se sont introduits dans le siège de Save The Children après l’explosion d’un véhicule piégé. Plusieurs explosions ont retenti, d’ailleurs, sur les lieux d’où s’échappait une lourde fumée. Une cinquantaine de personnes ont pu être évacuées, et le calme est revenu après sept heures  d’affrontements. Les trois victimes de l'attentat sont deux gardes de l’ONG et un civil. Un attentat revendiqué par l’organisation Etat islamique dont la dernière attaque avait eu lieu le 5 janvier contre des forces de la police anti émeutes à Kaboul et avait fait plus de onze morts. Le 28 décembre l’EI tuait quarante et une personnes dans un centre culturel chiite, toujours à Kaboul. Et le week-end dernier, c’est un hôtel de luxe de la capitale qui était pris pour cible cette fois-ci par les Talibans, bilan au moins vingt-deux morts. La sécurité ne cesse de se dégrader dans le pays. Réagissant à l’attentat de ce matin, le président Ashraf Ghani a estimé que c’était le recul des terroristes sur le terrain qui les poussait à multiplier ce genre d’opération. Mais plus d'un tiers du territoire afghan échappe aujourd'hui au contrôle du gouvernement.

ZK

Juliette Gheerbrant. Pour la première fois depuis les attentats de Paris du 13 novembre 2015, un accusé est devant les juges en France.

CP

Il s'agit de Jawad Bendaoud. Il est jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes" et il encourt six ans de prison. Le recel, dans le droit français, cela veut dire, dissimuler, cacher une personne. La justice reproche à Jawad Bendaoud d'avoir logé, hébergé, deux djihadistes des attentats de Paris et de Saint Denis. Les deux hommes sont ensuite morts durant l'intervention des forces de l'ordre à Saint-Denis. Pour mémoire, les attentats suicides de Paris et Saint-Denis, le 13 novembre 2015 ont fait cent trente morts.

ZK

Du cinéma pour terminer, Céline. Le nouveau film de Steven Spielberg sort sur les écrans.

CP

 Pentagon Papers, les papiers du Pentagone. Il raconte le scandale qui a ébranlé, qui a fait vaciller la Maison Blanche et le président Richard Nixon en 1971. Elisabeth Lequeret.

« Vous vous êtes procuré le rapport ? C’est en cours. ». Ils ont quelques heures, quelques heures à peine pour savoir s’ils doivent publier le scoop. Le scoop est explosif, il révèle entre autres que depuis la fin des années 1960, Richard Nixon savait que les Etats Unis  ne pouvaient pas gagner la guerre du Vietnam. Face à ces sept mille pages de dynamite, la patronne du Washington Post, Katherine Graham, Meryl Streep et son rédacteur en chef, Tom Hanks, se demandent bien ce qu’ils doivent faire. S’ils publient, ils risquent la prison et la faillite. S’ils ne publient pas, à quoi bon avoir un journal ?  « Nixon mobilisera toute la puissance de la présidence, et s’il existe un moyen de te détruire, tu peux être certaine qu’il le trouvera ». Quand le scenario de Pentagone Papers lui est parvenu, il y a moins d’un an, Spielberg a immédiatement mis de côté le film de science-fiction sur lequel il travaillait. Pour lui, rien de plus important que faire un film sur la liberté de la presse. Sujet on ne peut plus brûlant dans l’Amérique de Donald Trump. Le résultat est brillant: il respecte le rythme fiévreux du film politico-journalistique. Quant à Meryl Streep et Tom Hanks, pour la première fois réunis  à l’écran, ils sont parfaits, en gardiens de la démocratie tour à tour effrayés, subjugués et exaltés par leur mission.

CP

Elizabeth Lequeret. C'est la fin de cette édition du journal en français facile, réalisé par Christophe Loisel. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve demain Zéphirin!

ZK

A demain Céline

CP

Vous pouvez toujours réécouter et relire ce journal en français facile sur le site savoirs.rfi.fr.

 

 



Voir le flux - 24/01/2018 20:45:03

Lune de miel

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La Lune de miel entre Mike Pence et les autorités israéliennes se poursuit. Titre de RFI qu’on sent très légèrement ironique : on souligne, avec l’ombre d’une moquerie, la très bonne entente entre ces deux parties : Une lune de miel ! C’est à dire qu’il n’y a pas une ombre au tableau ! Voilà une image idyllique qui représente les premiers temps d’une liaison amoureuse, chacun essayant de faire plaisir à l’autre, et se félicitant d’un amour si heureusement partagé. Des amoureux seuls au monde, mais qui pour autant ne se cachent pas : il n’est pas question d’une liaison clandestine, au contraire. Au premier sens, la lune de miel désigne les premiers temps d’un mariage : c’est dire si l’amour est légitime, s’il a la bénédiction de la puissance publique et de la religion : Les amoureux sont seuls au monde peut-être, mais au grand jour. Et ils soustraient ces quelques moments aux obligations sociales, ou professionnelles, aux contraintes quotidiennes, pour ne vivre que de leur amour. Et la lune de miel se confond souvent avec le voyage de noces. Pourquoi la lune ? Cela nous ramène au calendrier : une lune, c’est un mois ou à peu près : en tout cas quatre semaines : premier temps du mariage donc. Et cette comptabilité de la lune de miel anticipe sur le décompte des années de mariage, qu’on symbolise à chaque anniversaire par une matière particulière : noce d’or au bout de cinquante ans de mariage, mais aussi noces d’argent, d’étain, de porcelaine ou de diamant. Mais on notera qu’on n’a pas de noces de miel. Pourtant cette denrée évoque depuis bien longtemps la douceur, et au-delà, le plaisir et la sensualité. Et là encore, un plaisir très grand, mais licite, permis. Le lait et le miel dans la bible sont la nourriture qu’on offre aux dieux. Ce sont aussi les symboles de la Terre promise, où coulent le lait et le miel. Un condensé de volupté et d’accord avec le seigneur donc.

Le miel, ce sucre naturel, est donc fréquemment associé à la douceur, à l’agrément. En français mais aussi dans d’autres langues. Et on se souviendra d’ailleurs que l’expression « lune de miel » est empruntée à l’anglais honeymoon. Et pourtant dans notre langue, le miel a souvent des échos bien moins positifs : des propos mielleux ne sont pas particulièrement aimables. En fait, ils le sont trop : Trop polis pour être honnêtes dit-on. Et mielleux est dans ce cas synonymes d’hypocrite . On dit aussi de quelqu’un qu’il a été tout sucre et tout miel. Avec le même sens ? Presque, mais pas exactement : on dit plutôt ça de quelqu’un qui a eu une attitude agressive, rejetante, hostile, et qui revient sur son comportement : soit pas repentir, soit par tactique, il décide d’être particulièrement prévenant : tout sucre et tout miel.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 24/01/2018 09:30:09

Journal en français facile 23/01/2018 20h00 GMT

Transcription

21 h Paris

20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez sur RFI. Voici votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Dans l'actualité

Une trentaine de pays réunis à Paris pour dire « non » à l'emploi des armes chimiques. Parmi eux, les Etats Unis qui dénoncent le rôle joué par la Russie en Syrie.

SB : Au Bangladesh, le retour de réfugiés rohingyas vers Birmanie n'a  pas pu débuter dans les délais prévus. 750 000 réfugiés sont concernés.

GM : Dans ce journal également, aux Etats-Unis, une augmentation spectaculaire des tarifs douaniers sur les lave-linge et les panneaux solaires. Donald Trump veut protéger les intérêts américains.

SB : La disparition d'un grand nom du jazz en Afrique du sud : Hugh Masekela, qui était aussi un militant anti-apartheid.

 

 

SB : Toujours de violents combats dans le nord de la Syrie où les positions de la milice kurde YPG sont attaquées par l'armée turque et ses alliés syriens.

GM : Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, les combats ont fait depuis samedi dernier une centaine de morts, dont 28 civils et 2 militaires turcs.

SB : La guerre en Syrie, toujours elle... Il en a été question aujourd'hui à Paris où une trentaine de pays étaient réunis à l'initiative de la France pour dire "non" aux armes chimiques.

GM : ...  initiative française contre l'impunité dans l'emploi de ces armes chimiques. Paris veut lutter contre leur banalisation et leur prolifération. Notamment en Syrie où le rôle de la Russie a été dénoncé lors de cette réunion.

Sami Boukhelifa :

« Des armes meurtrières, utilisées la première fois il y a un siècle sur les champs de bataille durant la première guerre mondiale. Depuis il y a eu protocoles et conventions, avec un objectif : interdire leur fabrication et leur utilisation. Mais malgré cela, déplore le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, le régime syrien a recours à ces armes en toute impunité : « Il a été impossible de bâtir un consensus international condamnant la Syrie au Conseil de sécurité et à l’OIAC. Si nous sommes face à un tel blocage,  ce n’est pas parce que nous ne disposerions pas d’instruments ni de preuves pour agir, vous l’aveez compris, mais en raison de l’obstruction à laquelle se livrent quelques pays. » Cette obstruction c’est évidemment le véto russe. Moscou est donc désigné  comme le principal responsable des attaques chimiques par Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat américain : « Les récentes attaques dans la Ghouta Orientale sont très préoccupantes. Elles nous montrent que le régime syrien de Bachar Al Assad, continue probablement d’utiliser des armes chimiques contre son propre peuple. Peu importe qui a mené ces attaques, la Russie en porte la responsabilité puisqu’elle est impliquée en Syrie. »  Le Secrétaire d’Etat américain le rappelle également : cette semaine plus de vingt civils ont été victimes d'une attaque présumée au chlore en Syrie. »

SB : Le vice-président américain Mike Pence a achevé sa visite en Israël.

GM : Avant de repartir, il s'est recueilli au Mémorial de la Shoah et au Mur des Lamentations. Mais n'a pas eu le moindre contact avec les Palestiniens qui ne considèrent plus les Etats-Unis comme interlocuteur, depuis leur reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.

 

SB : Au Bengladesh, le programme de retour en Birmanie des réfugiés Rohingyas a pris du retard. Il n'a pas débuté comme prévu ce mardi.

GM : Le Bangladesh n'a pas eu le temps de construire des centres de transit et de transmettre à la Birmanie des listes de réfugiés, candidats au retour.  Dans le même temps, cette question du retour semble alimenter des tensions au sein de la communauté des Rohingyas. Des violences ont même éclaté entre eux.

Les explications de Mubin Khan, journaliste au Dacca Tribune :

"Je dirais que 90% des Rohingyas qui sont hébergés en ce moment dans les camps au Bangladesh ne veulent pas rentrer en Birmanie. Ils ne sont pas d'accord avec le programme de rapatriement qui ne reconnaît pas leur appartenance à la communauté Rohingyas et ils ont peur de retourner dans des camps construits par les autorités birmanes. Les Rohingyas sont divisés en petits groupes qui disposent d'un madjid, c'est une sorte de chef de groupe, de leader, qui a passé un certain temps ici au Bangladesh et qui parle le bengali et ce sont eux qui ont la charge de dresser une liste des candidats au rapatriement. Concernant les troubles, il y a eu des heurts entre ceux qui veulent retourner en Birmanie et qui représentent une toute petite minorité et ceux qui veulent rester ici. Le groupe qui veut rentrer en Birmanie coopère évidemment avec les autorités et les agences humanitaires. Il est donc possible que ces meurtres soient une sorte d'avertissement de ceux qui ne veulent pas rentrer à tous ceux qui seraient susceptibles de coopérer avec les services chargés du rapatriement."

GM : Propos recueillis par  Zeenat Hansrod.

SB : L'archevêque de Kinshasa,  le cardinal Laurent Monsengwo, a réagi aux violences de dimanche dernier en République démocratique du Congo.

GM : La répression des marches anti-Joseph Kabila a fait au moins 6 morts,  de source onusienne. Le cardinal a dénoncé "des policiers et des militaires plus armés que s'ils étaient sur un champ de bataille". "Sommes-nous devenus une prison à ciel ouvert ? " s'indigne ce prélat proche du pape François qui invite les Congolais à "rester inébranlables" (à ne pas dévier ou ne pas faiblir).

SB : Direction  les Etats-Unis où les machines à laver et les panneaux solaires importés seront dorénavant lourdement taxés.

GM : La décision a été prise par Donald Trump qui entend lutter contre le "dumping" des pays asiatiques et protéger les intérêts américains.

Les explications de David Baché :

« Le libéralisme, c'est quand ça nous arrange. Traduction de la spectaculaire mesure protectionniste décidée par le Président américain, et ancien homme d'affaires, Donald Trump, en cohérence avec son slogan "America first." Le constructeur américain d'électroménager Whirlpool les avait demandés, Donald Trump les a donc imposés : des tarifs douaniers sur les machines à laver de 20%, et même de 50% au-delà d' 1 million 200 000 importations. (Au bout de trois ans, les tarifs baisseront à 16 et 40%.) Dans le viseur, les Sud-coréens Samsung et LG, dont les machines sont surtout fabriquées en Thaïlande et au Vietnam. Même si, pour contourner des sanctions qu'ils voyaient venir, les deux groupes ont ou vont implanter des usines sur le sol américain. La Chine est aussi visée, elle qui a inondé le marché américain de panneaux solaires ces dernières années. Leur taxation va atteindre 30%, puis décroître de 5 % les trois années suivantes. La Corée du Sud et la Chine ont déjà annoncé qu'elles contesteraient ces décisions auprès de l'Organisation mondiale du commerce ; d'autres pays devraient leur emboîter le pas. L'administration américaine envisage des mesures similaires pour l'acier et l'aluminium, dans ce qui ressemble au début d'une guerre économique contre les pays."

 

SB : Les ministres des Finances de l'Union européenne ont décidé de retirer 8 pays ( sur 17) de leur liste noire des paradis fiscaux.

GM : Décision prise moins de 2 mois après avoir  publiée cette liste. Parmi les pays retirés : le Panama, la Corée du Sud et la Tunisie. Cette réduction de moitié a été vivement critiquée par des députés européens et par des militants anti-fraude.

 

SB : Après les importantes précipitations ( les chutes de pluie ) des derniers jours, le niveau de nombreux cours d'eau continue de monter en France.

GM : A Paris, la crue de la Seine pourrait atteindre ou légèrement dépasser d'ici à la fin de la semaine le pic atteint en juin 2016.

 

SB : Hugh Masekela, le grand jazzman sud-africain, disparait à l'âge de 78 ans.

GM : Jazzman et militant anti-apartheid, il avait vécu en exil pendant 30 ans avant de revenir au pays après la liberation de Nelson MANDELA, un ami personnel. Ecoutons la réaction très émue de son manager Josh Georgiou. Sébastien Jédor l'a joint en Afrique du Sud  :

« Je me souviens d'un homme qui aimait la vie plus que tout. Il aimait les gens, il aimait son peuple, il aimait l'Afrique. Il aimait rire et il aimait rendre les gens heureux. Et c'est ce qu'il a fait.
Il transcendait le jazz, mon ami... Le jazz, c'était le point de départ, et il en faisait quelque chose de très personnel. Il a apporté les rythmes africains au jazz. Mais il était plus qu'un jazzman : c'était un activiste, un combattant de la liberté. Avec Jonas GWANGWA, notre soeur Miriam MAKEBA, Caïphus SEMENYA ... Il était l'un des derniers de cette génération... Il était en première ligne avec eux contre l'apartheid. C'était lui le leader. »

GM : Josh Georgiou, le manager de Hugh Masekela qui vient de succomber à un cancer de la prostate.

SB : Tennis, dure journée pour les favoris aux Internationaux d'Australie !

GM : Le tournoi est terminé pour Grigor Dimitrov et pour Rafael Nadal. Le 1er sorti par le Britannique Kyle Edmund. Quant a Nadal, une blessure à  la cuisse l'a contraint à l'abandon dans le 5 ème set du match qui l'opposait au Croate Marin Cillic. A suivre demain la fin des 1/4  de finales notamment le match Federer - Berdych. Dans  le tableau féminin la Belge Mertens est en 1/2 finale sans avoir perdu  un seul set…

C’est la fin de votre Journal en Français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 23/01/2018 20:30:11

Une étoile de la cuisine française s’éteint

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité.


Voir le flux - 23/01/2018 12:44:11

6 – En savoir plus : les métiers de la mode

Qui fait la mode ? Et qui fait quoi dans le monde de la mode ?


Voir le flux - 23/01/2018 11:21:47

Risque

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Déplacement à risque pour Carles Puigdemont qui quitte la Belgique où il est exilé pour se rendre au Danemark. Pourquoi « à risque » ? Car il n’est pas impossible qu’il se fasse arrêter : c’est ce qu’a demandé le parquet espagnol, et il serait au Danemark moins en sécurité qu’en Belgique. Le risque est en effet un danger possible, prévisible, mais pas certain et difficile à évaluer. Ainsi on dit qu’on court un risque, ou qu’on prend un risque, si l’on se met dans une telle position. Le risque est donc le négatif de la chance : en français d’aujourd’hui, même si ça ne correspond pas exactement aux sens d’origine du mot, la chance est la possibilité positive qu’il vous arrive quelque chose : quelque chose de souhaitable. Et le risque est la possibilité négative qu’il vous arrive quelque chose de fâcheux, de regrettable.

On parle ainsi d’un déplacement à risque en construisant cette formule sur le même modèle que d’autres : on parle de conduite à risque, de métier à risque, ou même à haut risque, quand la probabilité est forte de se retrouver en mauvaise posture.

Le risque c’est donc la possibilité d’un événement malheureux, avec toujours une incertitude : on n’est pas sûr que ça se produise. : Risque de verglas, de pluie, d’avalanche. Et on retrouve le mot dans le vocabulaire des assurances : assurance tous risques, multirisques.

Mais les sens dérivés sont fréquents : quand on risque, c’est qu’on s’expose, et souvent cela témoigne d’une certaine audace : on peut perdre ce que l’on a, mais on tente : on espère gagner plus. Et l’expression « au risque de… » s’est popularisée, au point d’en devenir un cliché : l’Evangile au risque de la psychanalyse a-t-on pu lire. C’est-à-dire, que reste-t-il des enseignements de ces textes si on les analyse d’un point de vue psychanalytique. Mais on le sait, il y a rarement de risque zéro. Là encore, c’est une expression à la mode depuis quelques années, pour dire qu’on ne peut se prémunir contre tous les dangers, qu’on ne peut pas tout prévoir, et surtout pas tout éviter : il y a toujours quelque chose qui échappera à la prudence humaine.

Enfin le mot s’emploie à la négative avec un sens un peu spécial : Il n’y a pas de risque, aucun risque. Est-ce qu’on pourrait se faire surprendre si ce soir on passe la soirée chez ta mère ? Aucun risque : elle est en vacances !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 23/01/2018 09:15:03