Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
31-40 sur 3076 résultats.

Journal en français facile 06/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. Avec moi ce soir pour vous le présenter: Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

En Syrie, la Ghouta Orientale est sous le feu des bombardements du régime de Bachar al Assad. Cette région, qui est proche de la capitale et qui est tenue par les rebelles depuis 2013, pourrait également être la cible d'attaques chimiques. C'est ce qu'affirment les Etats Unis.

ZK

Aux Maldives, on vous parle depuis le début de cette crise politique qui s'aggrave chaque jour un peu plus. Après l'état d'urgence, l'arrestation d'un ancien président, l'actuel chef de l'Etat à fait arrêter le dirigeant de la Cour suprême. Vous entendrez l'appel à l'aide, à l'Inde, d'un autre ancien président des Maldives

CP

Nous parlerons d'argent, de salaires, de gros salaires même en l'occurrence. Ceux des joueurs de football qui sont dans les clubs français. Cela se chiffre en millions d'euros. Certains des footballeurs tricolores n'ont rien à envier à leurs collègues européens des plus grands clubs.

ZK

En Syrie, les bombardements aériens du régime de Damas sur la région de la Ghouta Orientale continuent de faire de nombreuses victimes.

CP

Un bilan lourd pour cette région rebelle situé à l'est de la capitale, Damas. Il y a soixante-dix morts au moins ce mardi. La veille, lundi il y avait déjà eu trente et un morts selon les chiffres de l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme. Et en plus des raids aériens, le régime de Bachar al Assad est soupçonné d'utiliser des armes chimiques contre la population de la Ghouta Orientale. Ecoutez Nicolas Falez.

Aux portes de Damas, la Ghouta Orientale est assiégée depuis 2013 par les forces du régime syrien. Quatre cent mille civils y sont pris au piège, dans des conditions humanitaires désastreuses, marquées par le manque de nourriture et de médicaments. Ces derniers jours, les violences se sont intensifiées dans l'enclave rebelle. Le bilan est très lourd, alors que la Ghouta Orientale est officiellement l'une des "zones de désescalades" définies par la Syrie, la Russie, l'Iran et la Turquie dans le processus de négociation que ces pays ont mis en place. Dans la Ghouta Orientale, comme dans la province d'Idlib dans le nord de la Syrie, les bombardements sont quotidiens. Et des témoignages font état d'attaques chimiques avec des symptômes de suffocation pouvant être liés à l'usage de chlore. Lundi le Conseil de Sécurité de l'ONU n'est pas parvenu à faire adopter une condamnation de l'usage d'armes chimiques en Syrie. Les Etats-Unis affirment que les preuves sont "évidentes". Mais la Russie, alliée de Damas, dénonce "une campagne de propagande".

ZK

Nicolas falez. Et puis les Maldives, archipel paradisiaque de l’océan indien, traversent une crise politique importante.

CP

Après avoir instauré, c’est-à-dire avoir mis en place ce lundi l'état d'urgence, le président Abdullah Yameen, a fait arrêter ce mardi le chef de la Cour suprême et l’ancien président du pays Mamoon Abdul Gayoom. C'est la nouvelle étape du bras de fer qui se joue entre la présidence des Maldives et la Cour Suprême qui a décidé donc de faire libérer, la semaine dernière, des prisonniers politiques de l'opposition.

ZK

Face à cette situation, un autre ancien président en exil, appelle lui à l'aide.

CP

Mohamed Nasheed, demande aux Etats Unis et surtout à l'Inde, leur assistance. On l'écoute:

L’Inde est la plus grande démocratie du monde. Et il est dans l’intérêt de l’Inde que les Droits humains et l’état de droit soient protégés aux Maldives, et que les principes démocratiques soient observés. Les Maldives couvrent la plupart des voies navigables dans l’Océan Indien, nous devons faire attention à la sécurité de l’Inde, et nous devons faire en sorte que la stabilité soit maintenue dans l’Océan Indien. Le président Yameen est arrivé au pouvoir grâce à une coalition. Et cette coalition s’est effondrée. Le président Gayoom, son frère, et deux partis qui étaient avec le président Yameen l’ont quitté et ont rejoint l’opposition. Maintenant qu’il perd ses soutiens au Parlement et bien sûr dans le pays, nous pensons qu’il est possible pour nous d’abord de destituer le président de la Chambre. Nous pensons que la population des Maldives est prête à cela, et qu’elle se lèvera pour faire face au président Yameen.

CP

L'ancien président des Maldives Mohamed Nasheed répondait à Christophe Paget.

ZK

On part maintenant à Hong Kong où les trois leaders étudiants du mouvement des Parapluies sont ressortis libre du tribunal de grande instance.

CP

Pour mémoire, le mouvement des Parapluies a eu lieu pendant l'automne 2014 à Hong Kong. Pendant soixante-dix-neuf jours, un mouvement de désobéissance civile a bloqué la circulation de la ville. Avec leurs parapluies à la main, c’est pour ça qu’on appelle ce mouvement, le mouvement des parapluies, les manifestants réclamaient un mode d'élection plus démocratique afin d'élire le chef de la région administrative spéciale de Hong Kong. Ces manifestants critiquaient ainsi l'influence de la Chine continentale qui considère Hong Kong comme faisant partie de son territoire.

ZK

Finalement ce fut un statu quo, c'est-à-dire que rien n'a vraiment changé.

CP

En effet, Zéphirin, le mouvement de désobéissance civile n'a rien obtenu de concret et les réformes proposées par Pékin, de leurs côté n'ont pas été non plus validées par le parlement à Hong Kong. Après cette période de manifestation, trois chefs du mouvement ont fait face à la justice. D'abord condamné à six à huit mois de prison ferme au mois d’août dernier, le gouvernement de Hong Kong avait fait appel. Mais si les trois hommes sont donc ressortis libre, ils ne sont pas pour autant satisfaits. C’est un reportage de Florence de Changy.

C’est Joshua Wong, le jeune leader hongkongais qui symbolise la révolte de la jeunesse étudiante face à l’influence croissante de Pékin dans les affaires de Hong Kong, qui s’adresse à un mur de caméras sur le parvis de la Cour de dernière instance. Il est libre, tous comme les deux autres anciens leaders étudiants, mais il n’est pas satisfait du jugement qui vient de tomber. Alex Chow, l’ainé des trois, qui au moment de la révolte des parapluies était secrétaire général de la fédération étudiante explique pourquoi ce jugement est une victoire en demi-teinte. « Bien sûr on comprend que beaucoup de gens vont se réjouir de cette décision. Mais si on la regarde dans le détail, elle conclut que notre action de désobéissance civile est violente». Les juges ont indiqué leur souhait de rester en dehors des débats politiques et de s’en tenir à appliquer la justice.

ZK

A Taiwan, un séisme de magnitude 6,4 sur l'échelle de Richter a provoqué la mort de deux personnes selon les autorités.

CP

On compte également cent quatorze blessés. Le tremblement de terre a provoqué l'effondrement d'un hôtel, dans la ville de  Hualien où trois personnes ont été prises au piège. Une autoroute a été endommagée ainsi que deux ponts de la ville qui sont inutilisables. Depuis trois jours, cette région d'Asie est secouée par une centaine de petites secousses sismiques, qui proviennent de la croûte terrestre.

ZK

En France, Tariq Ramadan reste en prison.

CP

Accusé de viol, cet islamologue suisse, qui étudie les textes de l'Islam a été mis en examen vendredi dernier. Comme Tariq Ramadan possède un passeport suisse, le juge français chargé de son dossier a peur que le prévenu s'enfui dans ce pays et échappe à la justice. Tariq Ramadan va donc rester en prison le temps de préparer sa défense. Il est accusé de viols et d'agressions sexuelles par deux femmes.

ZK

Toujours en France, Céline, les chutes de neiges qui tombent en ce moment sur la région parisienne provoquent la pagaille sur les routes.

CP

Il y a plus de sept cent kilomètres de bouchons autour de Paris. C’est un record. Par mesure de sécurité, la tour Eiffel a été fermée, et des TGV les trains à grande vitesse sont ralentis. Donc si vous nous écoutez en France, restez au chaud évitez de sortir en voiture et autrement de glisser sur les trottoirs pour les piétons.

ZK

Si je vous dis: qui est habile de ses pieds et qui est très bien payé pour les utiliser?

CP

Et bien je dirais Zéphirin, les joueurs de football. En l'occurrence nous allons parler de ceux du championnat de France. Si l'on parle d'eux et de leur salaire, c'est que le journal l'Equipe publie son palmarès annuel, sa liste des plus gros salaires. Et comme sur le terrain, c'est le club du Paris. Bruno Faure.

Et le champion de la feuille de paie, c'est bien sûr: Neymar. Un peu plus de trois millions d'euros par mois. Salaire brut. Quand on enlève les charges et les impôts, il reste au Brésilien, un million deux cent mille, sans compter les primes individuelles et collectives. Il détrône et de loin son compatriote Thiago Silva, qui tombe du podium, dépassé par deux autres coéquipiers: Edinson Cavani et le jeune homme qui monte: Kilian Mbappé. A tout juste dix-neuf ans, il encaisse, selon cette estimation, un million et demi d'euros mensuels. Di Maria, Marquinhos, Thiago Motta, Pastore, Dani Alves, Draxler, Verratti et même le paria Ben Arfa. Douze parisiens aux treize premières places. Seul le Colombien Falcao s'insère dans ce palmarès. Mais à Monaco il ne paye quasiment pas d'impôts. Il mérite donc a priori mieux que sa neuvième place. La grande nouveauté, c'est la poussée marseillaise. Dimitri Payet en tête, sept joueurs de l'OM dans le top 30. Deux Africains: le Sénégalais Keita Baldé troiscent quarante mille euros, le Burkinabé Bertrand Traoré trois cent mille. Les entraîneurs? Unai Emery du PSG devant Leonardo Jardim Monaco et un intrus, entre guillemets: Claudio Ranieri aux commandes du FC Nantes.

CP

C'est la fin de cette édition, réalisé par Victor Uhl. Et présenté avec Zéphirin Kouadio.



Voir le flux - 06/02/2018 21:00:06

La folie du Super Bowl

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité.


Voir le flux - 06/02/2018 12:28:17

Journal en français facile 05/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris.

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. Avec moi ce soir pour vous le présenter: Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Son procès est très attendu par les proches des victimes des attentats de Paris et de Bruxelles. Mais ils devront patienter. Salah Abdeslam est jugé à partir d'aujourd’hui en Belgique pour sa participation à une fusillade avec des forces de l'ordre. Mais il refuse de coopérer, de collaborer avec la justice.

ZK

Au Brésil, une épidémie de fièvre jaune fait de plus en plus de victimes. Le gouvernement lance des campagnes de vaccinations. Mais les stocks de vaccins ne sont pas suffisants. Les doses sont donc réduites.

CP

Et de la chaleur brésilienne nous irons dans le froid presque polaire de Moscou. La capitale russe traverse une impressionnante tempête de neige. Et même pour des Russes habitués aux hivers rigoureux.

ZK

Et on commence Céline, par ce procès très attendu qui s'est ouvert en Belgique aujourd’hui.

CP

Celui de Salah Abdeslam. Il est le seul survivant parmi les kamikazes, les personnes qui se sont tués en se faisant exploser lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Mais en Belgique il est jugé pour une fusillade dans la ville de Forest, trois jours avant son arrestation à Molenbeek en mars 2016. Salah Abdeslam est inculpé de tentative d'assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste. Le Procureur belge a requis, c'est-à-dire qu'il a demandé une peine de vingt ans de prison. Dans la salle d'audience, même si Salah Abdeslam n'est pas encore jugé pour les attentats de Paris et de Bruxelles, des familles de victimes ont fait le déplacement. Elless attendent des débuts de réponse, mais elles ont été déçues: Salah Abdeslam a fait valoir son droit au silence. A Bruxelles, Laxmi Lota.

Les familles de victimes ont quitté le Palais de justice résignées ce lundi soir. Salah Abdeslam a répété qu'il ne répondrait à aucune question durant ce procès. « Mais vous avez expressément demandé à venir, pourquoi êtes-vous là? » lui demande alors la présidente du tribunal. « On m'accuse, je suis ici. Mais je demande le droit au silence » répond-t-il. Le prévenu se présente ensuite comme une victime: d'abord des medias, mais aussi du tribunal. « Les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières. Il n'y a pas de présomption d'innocence », lance-t-il pour se justifier. « Vous pouvez vous défendre, nous n'avons pas de préjugés », lui dit d'une voix douce la présidente, qui tente de le convaincre. Mais Salah Abdeslam termine ses propos en récitant d'une voix ferme et assurée la Chahada, la profession de foi musulmane. « Je n'ai pas peur de vous », conclut-il. Le procès reprendra jeudi matin avec l'audition des parties civiles et la plaidoirie de la défense.

CP

L'enquête en France sur les attentats de Paris et de Saint Denis en 2015 et qui ont fait cent trente morts devrait s’achever au printemps 2019. Pour un possible procès de Salah Abdeslam en France en 2020.

ZK

L'affaire Harvey Weinstein n'en finit plus de revenir sur le devant de l'actualité aux Etats-Unis.

CP

Pour mémoire Harvey Weinstein est un producteur de cinéma à Hollywood, accusé par de nombreuses femmes de viols et d'agressions sexuelles. Une nouvelle actrice accuse à son tour cet homme. C'est Uma Thurman l'actrice fétiche du réalisateur Quentin Tarantino. Dans les pages du journal du New York Times elle affirme être l'une de ses victimes. Une déclaration qui intervient juste avant le début de la semaine de la mode à New York. Marie Bourreau.

L'actrice qui s'était dite très en colère en octobre dernier a finalement décidé de sortir de sa réserve. Dans le journal New York Times, elle raconte comment elle se serait retrouvée face au producteur totalement nu à Paris puis une tentative d'agression à Londres. Elle se serait ensuite expliquée directement avec Harvey Weinstein qui l'aurait menacé de détruire sa carrière. Le producteur, en traitement à l'heure actuelle dans une clinique de l'Arizona, reconnait avoir fait des avances mais explique que tous deux entretenaient « une relation de travail amusante et mêlée de séduction ». Autre victime collatérale cette affaire qui n'en finit pas de révélations, la femme du producteur qui a renoncé à faire défiler sa marque de mode pour la fashion week qui démarre aujourd'hui à New York dans un climat très lourd. Le syndicat de la mode a émis des consignes à tous les professionnels pour éviter de nouveaux scandales. Tous les mannequins doivent pouvoir se changer à l'abri des regards et ont reçu le contact de l'unité de police new-yorkaise spécialisée dans les cas d'agressions sexuelles.

ZK

Le Brésil touché par une épidémie de fièvre jaune.

CP

Les malades sont de plus en plus nombreux. Les autorités brésiliennes ont donc décidé de lancer de grandes campagnes de vaccination. Elles auront lieux, ces campagnes de vaccination, dans les villes les plus touchées, comme Sao Paulo, la capitale économique, et Rio de Janeiro. Une ville très touristique et qui se prépare, Rio de Janeiro, à vivre son célèbre carnaval. Mais les stocks de vaccins contre la fièvre jaune baissent dangereusement. Plus de vingt millions de personnes devraient être vaccinées d'ici la mi-février. Reportage à Rio de Janeiro de François Cardona.

Dans le petit centre de santé, au pied de la favela, une trentaine de personnes attend patiemment. Abandonnée sur une chaise, la Une d'un quotidien annonce une nouvelle victime de la fièvre jaune dans l'Etat de Rio de Janeiro. Joao Carlos est étudiant. Une infirmière vient de lui appliquer le vaccin. « C'était assez rapide en fait, malgré la longue file d'attente. Les doses ont été bien réparties entre tout le monde. Mais le problème c'est que les autorités attendent toujours le dernier moment pour vacciner les gens. Nous n'avons pas été assez attentifs ». Face au risque de pénurie de vaccins, les doses injectées ont été fortement diminuées. Mais les autorités assurent que cela va permettre d'enrayer l'épidémie. Edmilson vit dans une zone boisée de la favela, qui surplombe le centre de santé. Là où les moustiques sont le plus virulent. « Ah oui maintenant je suis plus serein. Bien sûr, le vaccin normal protège toute la vie, mais apparemment, là, avec la dose fractionnée, je serai quand même immunisé pour huit à dix ans. J'espère que les autorités vont de toute façon arriver à contrôler l'épidémie. Les gens, eux, sont bien décidés à continuer de s'amuser ». Et malgré les craintes liées à la fièvre jaune, le Carnaval a déjà commencé à faire vibrer la ville, avec ce week-end, plus d'une centaine de défilés de rue.

ZK

La capitale russe habitué aux rigueurs de l'hiver, Céline, vit pourtant en ce moment au ralenti.

CP

Il faut dire, Zéphirin, que la tempête de neige qui touche Moscou bat tous les records enregistrés depuis pourtant plusieurs décennies. Conséquence: et bien des dizaines de vols d'avions ont été annulés ce lundi à l’aéroport de Moscou. Et dans les rues, les autorités russes déplorent la mort d'au moins une personne ainsi que plusieurs blessés. Alors comment les Moscovites vivent cette tempête ? La réponse avec le reportage de notre correspondant Daniel Vallot.

Difficile de se frayer un chemin sur ce trottoir couvert de neige. Dans les rues de Moscou, c’est un silence inhabituel qui règne: de nombreux automobilistes ont en effet renoncé à prendre leur voiture. Les habitants de la capitale russe sont bien sûr habitués à la neige, mais la tempête exceptionnelle de ce week-end les a contraints à changer leurs habitudes. « Vous voyez ces tas de neige? Bien sûr que c’est dur, que c’est glissant. Je marche et je souffre comme tout le monde! J’espère vraiment que le temps va s’améliorer, et que tout va rentrer dans l’ordre ». « Moi, je déteste l’hiver et je déteste la neige! Mais je dis toujours que nous vivons dans un pays du Nord et que nous n’avons pas le choix! Alors, les enfants, restent à la maison, les routes sont bloquées par la neige, mais nous survivrons. Nous sommes Russes, nous pouvons survivre à tout ». Selon la mairie de Moscou, ce sont près de soixante-dix mille employés qui ont été mobilisés durant le week-end pour dégager les trottoirs et les rues enneigées. Dans la région de Moscou, l’armée russe a également déployé des hommes et du matériel afin d’aider les autorités locales à faire face à la tempête.

CP

La vague de froid ne touche pas que la Russie. Elle est présente sur l'Europe ainsi que sur l'Asie. D'ailleurs en Corée du Sud, il fait froid. Le pays doit pourtant accueillir dans quelques jours les Jeux Olympiques d'hiver à Pyeongchang. Mais le thermomètre est descendu à -22 degrés Celsius dans cette ville. Alors les organisateurs sud-coréens des jeux Olympiques d’hiver commencent à s'inquiéter des conditions météorologiques. En effet la cérémonie d'ouverture de ces JO aura lieu vendredi. Elle  aura surtout lieu en plein air. Il risque de faire très froid.

Et puis un petit mot des étoiles du guide Michelin. Les étoiles ce sont des récompenses, qui sont attribuées aux restaurants dans le monde entier. Des étoiles pour célébrer la qualité de la cuisine des chefs. Et puis en France on a deux chefs qui ont été de nouveau célébré avec trois étoiles, c’est le maximum attribué à un restaurant. Le guide Michelin 2018 est sorti aujourd’hui.

C'est la fin de cette édition, réalisé par Laurent Philippot. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve demain Zéphirin!

ZK

A demain Céline.

CP

Vous pouvez réécouter ce journal en française facile sur savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 05/02/2018 20:30:11

Mercato

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le Mercato d’hiver vient de s’achever. C’est-à-dire que dans les semaines qui viennent de s’écouler, un certain nombre de footballeurs ont changé de clubs, et qu’on a négocié leur transfert. Le mot est emprunté à l’italien et il appartient bien sûr au jargon du football. Et c’est bien d’un marché qu’il s’agit – c’est en effet le sens de ce mot, mercato : certains joueurs sont « sur le marché ». Même s’ils sont liés à un club, on peut renégocier leur contrat pour les emmener ailleurs. Et quand on dit qu’on est sur le marché, de manière un peu familière, cela signifie qu’on est libre, susceptible d’être acheté, embauché. Ce mot de marché a bien des emplois, mais on le retrouve souvent quand on parle de bourse : il s’agit des zones où se croisent ce qu’on appelle l’offre et la demande qui définissent l’ensemble des transactions qui s’opèrent. Cela intègre donc de très grandes sociétés, des professionnels de la vie financière, mais aussi, de nombreux anonymes, de ceux qu’on appelle souvent les « petits porteurs » qui ont placé leurs économies avec l’espoir de les conserver, et même de les faire fructifier.

Le mot désigne donc souvent l’ambiance, la tendance, l’orientation d’un certain secteur commercial : on parle ainsi du marché de l’immobilier, pour dire qu’il est actif ou terne, à la hausse ou à la baisse. De même parle-t-on du marché de l’art, ou du marché de l’automobile, du neuf, de l’occasion.

Et on est là est parfaitement en accord avec le sens d’origine du mot. Il est bien sûr de la même famille que marchand. Son premier emploi fait référence à une réunion d’acheteurs et de vendeurs, et bien vite le mot a désigné le lieu où ils se retrouvaient, puis le climat dans lequel se font ces échanges.

Mais le mot a un sens si vaste et si vague qu’il a servi à fabriquer de nombreuses expressions.

On a par exemple le marché aux puces, marché d’occasion en plein air, où l’on trouve un peu de tout, des meubles aux vêtements. L’expression s’est répandue au point qu’on parle souvent aujourd’hui des puces tout simplement : les puces de Montreuil, les puces de Saint-Ouen, les puces de Londres) : le mot marché a été laissé au bord du chemin. Alors pourquoi les puces ? Probablement parce que les objets qu’on y trouve, vieux, souvent poussiéreux et sans apprêt abritent facilement des puces.

Maintenant on a aussi le marché noir, qui désigne le commerce illicite qui se fait clandestinement, en dehors des limites et des régulations officielles. Souvent ce type de marché noir évoque les commerces parallèles qui se font en tant de guerre ou de trouble. Mais on peut avoir du marché noir un peu partout : il suffit qu’il y ait une règle à transgresser. Par exemple les produits dont l’état a le monopole commercial, le tabac en France par exemple, sont susceptibles d’alimenter un marché noir.

Quant à un marché de dupes, c’est autre chose : la formule renvoie à une transaction qui paraissait équitable, mais qui était faussée dès le départ : l’un des participants s’est laissé abuser, s’est fait escroquer. Une dernière pour finir : mettre le marché en main à quelqu’un est un peu l’équivalent de le mettre au pied du mur : C’est lui demander de se décider, de ne plus attendre, ni tergiverser. Et en général il s’agit de décider de l’attitude qu’on va prendre, de s’engager, ou de refuser de s’engager.

 

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

 

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

 

 

 



Voir le flux - 05/02/2018 09:15:03

Journal en français facile 04/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. Avec moi ce soir pour vous le présenter: Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

En Israël, après le meurtre d'un habitant d'une colonie en Cisjordanie occupée, le gouvernement décide de faire un exemple. Il légalise cette colonie.

ZK

Aux Etats Unis, dans quelques heures, le pays se mettra presque en pause pour regarder un match de football américain. C'est la finale du Superbowl. Un évènement sportif énorme qui génère également des centaines de millions de dollars de revenus. Et c'est Marie Bourreau, à New York qui nous racontera tout ça.

CP

Et comme nous sommes dimanche, nous retrouverons en fin de journal Yvan Amar et son expression de la semaine. Laquelle a-t-il sélectionné, restez à l'écoute pour le découvrir dans quelques minutes.

ZK

Israël va donc légaliser, Céline, c’est-à-dire rendre officielle, une nouvelle colonie en Cisjordanie Occupée.

CP

Effectivement, il s'agit de Havat Gilad, une colonie, c'est-à-dire un village implanté sur un territoire sans autorisation. Dans cette colonie, c'est une quarantaine de familles qui y vit. Jusqu'à ce dimanche, le pouvoir israélien la considérait comme illégale. Mais le gouvernement a décidé de lui accorder rétroactivement, c'est-à-dire en prenant une décision qui a un effet sur le passé, depuis le premier jour de cette colonie. Un village donc qui a reçu les autorisations nécessaires pour exister légalement. Une décision symbolique et politique. Elle suit le meurtre de l'un des habitants de cette colonie, le mois dernier. La mesure a été annoncée par le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahu.

"Il y a quelques minutes, j'ai parlé avec Yael, la veuve du Rabbin Raziel Shevach. Je lui ai dit que notre politique avait deux axes. Tout d'abord, faire passer la justice. Hier, nos forces ont été une fois de plus en action pour arrêter les derniers assassins du Rabbin Shevach et leurs complices. Nous n'aurons pas de repos jusqu'à ce que nous les ayons amenés devant la justice. Et nous les amènerons tous devant la justice. Notre second axe est le renforcement de la colonisation. Quiconque s'imagine qu'à travers le meurtre répréhensible d'un habitant de Havat Gilad, père de six enfants, pourra vaincre notre esprit et nous affaiblir, fait une grave erreur. Aujourd'hui, le gouvernement va donner un statut à Havat Gilad afin de faciliter la vie là-bas".

ZK

Voilà, Benyamin Netanyahu, par le chef du gouvernement israélien. Le roi de Jordanie veut, lui, relancer la réconciliation entre Israël et la Palestine

CP

Mais pour cela, affirme Abdallah II, il faut recréer un lien de confiance entre les autorités palestiniennes et les Etats Unis. Mais cela risque d'être compliqué. Depuis la décision du président américain de reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël, les Palestiniens sont en colère. Ils ont décidé que Washington ne pouvait plus jouer un rôle de médiateur, d'arbitre dans le processus de paix.

ZK

Dans la capitale iranienne, les enfants n'iront pas à l'école ce lundi.

CP

C'est à cause de la pollution de l'air de Téhéran. Les autorités préfèrent que les écoliers du primaire restent chez eux pour ne pas avoir à respirer ces microparticules de pollution. Mais les enfants ne sont pas les seuls concernés. La mairie de Téhéran a également recommandé aux personnes fragiles : les femmes enceintes, les personnes âgées ou celles souffrant de problèmes cardiovasculaires, de problèmes cardiaques de rester chez elles.

ZK

Allez, on met le cap sur les Maldives pour parler d'une crise politique.

CP

Les Maldives, un archipel de l'Océan indien peuplé de trois cent quarante mille personnes. A l'origine de cette crise, deux institutions politiques qui s'affrontent. Il y a d'un côté, la Cour Suprême qui ordonne la libération de prisonniers politiques et la réintégration dans leurs fonctions de douze députés. De l'autre, il y a le gouvernement qui refuse d'obéir et qui a ordonné samedi la fermeture du Parlement. Ce dimanche le pouvoir durcit le ton, Nicolas Falez.

Malgré la décision de la Cour Suprême et malgré l'appel lancé par le Secrétaire Général de l'ONU: le gouvernement des Maldives refuse de libérer les prisonniers politiques. Tout comme il refuse la réintégration des douze parlementaires. Le retour des douze députés au Parlement serait lourd de conséquences pour le pouvoir, puisque l'opposition obtiendrait ainsi la majorité absolue. Après avoir suspendu les travaux du Parlement hier, le pouvoir menace désormais de faire intervenir les forces de l'ordre au cas où la Cour Suprême tenterait de destituer l'actuel chef de l'Etat Abdulla Yameen. Celui-ci est soutenu par le Procureur général des Maldives qui, lui aussi, invite "toutes les instances nationales et militaires" à faire obstacle à un éventuel processus de destitution. Ces derniers jours ont aussi été marqués par une annonce politique importante. L'ancien Président Mohamed Nasheed a l'intention de se présenter à la prochaine élection présidentielle. Il est réfugié au Royaume Uni depuis une condamnation controversée pour "terrorisme" en 2015.

ZK

Explications signées Nicolas Falez. Il est 13h05 à Minneapolis aux Etats Unis. Et c'est là que tous les regards des américains seront tournés dans quelques heures, Céline.

CP

Effectivement, Zéphirin, dans le stade de cette ville du Minnesota, c'est le match de football américain de l'année qui va se jouer. L'équipe de Boston contre celle de Philadelphie pour le Superbowl, la finale du championnat de football américain. Un événement national sportif et économique. Et parmi les millions de téléspectateurs, il y aura notre correspondante à New York, Marie Bourreau.

Les chiffres sont à la mesure de la démesure américaine. Un adulte sur cinq, soit cent dix millions de personnes pourraient regarder ce match. La vedette, ce sera évidemment Tom Brady, le quaterback des Patriots, l'équipe de Boston, qui réunit l'exploit d'être le joueur de football le mieux payé de l'Histoire avec soixante-quinze millions de dollars de revenus estimés en 2018 et d'être le mari de la top brésilienne Gisèle Bundchen. De quoi faire tourner les têtes. Les prix des billets pour assister au match ont d'ailleurs atteint le prix moyen de cinq mille dollars. Mais le Superbowl, c'est aussi cette fameuse mi-temps de trente et une minutes avec les spots publicitaires les plus chers: quatre millions et demi d'euros pour trente secondes de publicité. Les annonceurs jouent gros. 99 % des téléspectateurs restent devant leur écran durant les pubs. Et puis il y a le concert: cette année, c'est Justin Timberlake qui va assurer le show. Il ne touchera pas de cachet mais une prestation réussie lui assure de voir décoller les ventes de son album. Et la compétition se joue aussi dans les cuisines. Quarante-neuf millions de cannettes de bières englouties, plus d'un milliard d'ailes de poulets. Avec tout ça, les lendemains sont forcément un peu moins glorieux. 39 % des téléspectateurs n'iront pas travailler lundi matin. Cela représente tout de même un manque à gagner de trois milliards de dollars pour l'économie américaine !

ZK

Autre événement d'envergure, mais moins sportif et plus culturel, c’est à Venise en Italie.

CP

C'est parti pour le fameux Carnaval de Venise. Et pour marquer le début des festivités, c'est le traditionnel saut de l'ange qui a eu lieu. Attachée à un câble, heureusement, déguisée en ange, une jeune femme a sauté du Campanile, c’est une tour de quatre-vingt mètres de haut dans le centre de Venise. Désormais pour une semaine, le Carnaval s'empare de la ville. Les gens en costumes du XVIIIe siècle avec leurs masques célèbreront l'un des plus anciens carnavals au monde.

ZK

Voilà Céline et puisque nous sommes dimanche c'est donc l'heure de l'expression de la semaine.

CP

Yvan Amar l'a sélectionné pour nous et nous l'explique.

Une opération de diversion. C’est bien la formule qui a été employée par des politiciens, par des journalistes, mais par des experts aussi à propos de la publication du mémo, c’est-à-dire de la note en fait. Du texte qui met en cause le FBI aux Etats Unis. Et la façon dont l’enquête est menée sur l’influence russe pendant la campagne présidentielle qui a porté Donald Trump au pouvoir. Alors le président Donald Trump, il semble se sentir menacé par cette enquête, peut-être qu'il veut reprendre la main, empêcher l'enquête de se rapprocher trop dangereusement de lui. Alors il utilise la publication de cette note, qui aurait dû rester interne, confidentielle et cette note fait diversion. C'est-à-dire que non seulement elle pourrait peut-être permettre de faire tomber des têtes au FBI, mais surtout elle détourne l’attention du public et du monde politique. C’est bien cela la diversion: on transfère l’attention de quelqu’un d’un point à un autre. C'est-à-dire qu'on déplace un problème. Et souvent on utilise ce mot quand on veut faire oublier un problème principal en mettant en avant un problème secondaire, un problème moins important. Donc pendant un moment, on oublie l’essentiel, on se concentre sur quelque chose qui n'est pas primordial. Et au départ, l’expression est militaire. On fait une opération de diversion ou une manœuvre de diversion quand on attire l’attention de l’ennemi sur un point, sur un endroit. Alors il va regrouper ses troupes sur ce point précis, et hop, on en profite pour attaquer ailleurs, là où l'ennemi ne nous attendait pas.

CP

Yvan Amar que l'on retrouve samedi prochain dans le journal en français facile. C'est la fin de cette édition, réalisé par Javier Gonzalez. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve demain Zéphirin!

ZK

A demain Céline.

CP

Vous pouvez réécouter et relire ce journal en française facile, évidement, sur le site savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 04/02/2018 20:30:09

Journal en français facile 03/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Bienvenu dans votre journal en français facile. C'est Zéphirin Kouadio qui le présente avec moi aujourd’hui. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Aux Etats Unis, quatre pages suffisent à mettre le feu à la politique américaine. Une note rédigée par un républicain proche du président, qui critique le FBI et le ministère de la Justice. Une note qui critique l'enquête visant Donald Trump et son équipe de campagne.

ZK

La Corée du Nord, esquive, c’est-à-dire qu’elle évite une partie des sanctions internationale contre sa politique d'armement nucléaire. Et cela lui rapporte plusieurs centaines de millions d'euros.

CP

Et comme nous sommes samedi, nous retrouverons en fin de journal Yvan Amar et son mot de l'actualité décrypté.

ZK

Aux Etats Unis, on vous l'annonçait hier, la publication d'un mémo, une note écrite par un républicain provoque une véritable tempête politique.

CP

Le président américain a autorisé la publication de ce document qui critique les méthodes du FBI et du ministère de la Justice américaine dans l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016. La Russie a-t-elle favorisé Donald Trump en contactant son équipe de campagne électorale? C'est ce que tentent de savoir les enquêteurs.

ZK

Mais ces investigations, c’est-à-dire ces enquêtes, sont remises en cause par cette note, Céline.

CP

Et Donald Trump ce samedi dans un tweet, un message sur un réseau social estime qu'il est "totalement innocenté" par le contenu de cette note. Et il qualifie l'enquête qui le vise come une "honte américaine". Pour le camp démocrate, adversaire de Donald Trump, le texte est partial, cela veut dire qu'il prend parti pour la présidence. Le texte a en effet été rédigé par un proche de Donald Trump. Et les démocrates s'inquiètent de la suite des événements. A Washington, Anne Corpet.

Les démocrates parlent de risque de crise constitutionnelle: ils craignent que Donald Trump s'appuie sur le mémo pour justifier le limogeage du procureur Mueller ou de son supérieur. Une inquiétude suscitée notamment par un tweet du président, dans lequel il met directement en cause l'intégrité des plus hauts responsables du FBI et du département de la justice. Cette accusation est exceptionnelle car le président est censé protéger ces deux institutions. Interrogé sur l'éventualité de sanctions, le président, de plus, a éludé, en répondant: « vous verrez bien ». « Il fait de la télé réalité, il nous met en appétit pour le prochain épisode » a commenté un représentant démocrate, avant d'ajouter: « mais il s'agit de nos institutions, il doit les préserver, pas les détruire.» Certains républicains ont aussi fait part de leurs inquiétudes, c'est le cas notamment de John McCain qui sans citer directement Donald Trump a déclaré par communiqué « les récentes attaques contre le FBI et le département de la justice ne servent pas les intérêts des Américains, mais ceux de Poutine." Et le sénateur de l'Arizona de conclure: "L'enquête du procureur Mueller doit se poursuivre sans obstruction".

ZK

Et direction New York, au siège des Nations Unies, où il a été question, Céline, de la Corée du Nord, qui n'est pas tant victime des sanctions internationale, qu'attendu.

CP

En effet, Pyongyang est sensée subir ces sanctions pour le développement de son armement nucléaire. Mais un rapport d'experts de l'ONU révèle que la Corée du Nord arriverait à contourner ces punitions. Le pays aurait notamment réussi à exporter entre janvier et septembre 2017 des produits interdits qui lui aurait rapporté environ cent-soixante millions d'euros. Toudor Tepeneag.

En 2017, après des tirs de missiles et un essai nucléaire, le Conseil de sécurité des Nations Unies a imposé à la Corée du Nord trois séries de sanctions économiques, qui touchent notamment ses exportations de charbon, de fer, son industrie de pêche et son secteur textile. Et qui limitent aussi les approvisionnements en pétrole. Mais cette situation a fait apparaître des marchés "très lucratifs" pour les trafiquants. La Corée du Nord a réussi ainsi à poursuivre l'exportation de son charbon. Le rapport des experts des Nations Unies évoque l'utilisation de la documentation frauduleuse, destinée à masquer l'origine du charbon nord-coréen, ainsi que des pavillons de navire trompeurs et des transferts de produits illicites entre navires, effectués en mer. Par ailleurs, la Corée du Nord a réussi à contourner les interdictions des Nations Unies pour s'approvisionner en pétrole, notamment en s'appuyant sur des ressortissants étrangers, des entreprises de différents pays et sur le système bancaire international. En même temps, Pyongyang a pu continuer des projets de coopération militaire, en Afrique, dans la région Asie-pacifique, mais aussi avec la Syrie et la Birmanie. Les diplomates nord-coréens continuent de jouer un rôle-clé dans le développement des programmes d'armement.

ZK

Toudor Tepeneag. La Corée du Nord, pointée du doigt et sanctionnée. Mais qui va quand même participer aux Jeux Olympique d'hiver chez son voisin du sud.

CP

C'est en effet, Zéphirin, dans six jours que s'ouvriront ces JO-2018 en Corée du Sud. A Pyeongchang, parmi les athlètes du monde entier on retrouvera cent soixante-neuf sportifs russes. S'ils ont été autorisés à participer, en revanche, ils ne représenteront pas la Russie mais seront sous drapeau neutre. C'est la sanction du comité Olympique International, après les révélations de triche et de dopage institutionnalisé en Russie. Un dopage qui était organisé par des membres de l'Etat russe. 

ZK

Mais en Corée du Sud, les sportifs russes pourraient être plus nombreux à la suite de la décision du Tribunal Arbitral du Sport de lever les sanctions contre vingt-huit personnes.

CP

En Russie, en tout cas, ces accusations de dopage sont généralement perçues comme de l'acharnement politique, des efforts ciblés contre leur pays. D'ailleurs ce samedi, près de la fameuse place Rouge, un concert de soutien aux athlètes russes était organisé, à Moscou. Et c'est un reportage d'Etienne Bouche.

Comme souvent pour les manifestations officielles, le dispositif policier est massif. Et l'organisation, kafkaïenne. Malgré les chutes de neige fondue, les participants sont relativement nombreux même si la spontanéité du rassemblement ne saute pas aux yeux. Sur scène, des chansons sucrées célèbrent la Mère Patrie. Mais il s'agit d'abord de soutenir la sélection olympique nationale. « Ce qui a été fait contre notre sélection ne repose sur rien. Et puis franchement, des sportifs sans drapeau, sans symboles, sans hymne... Mais bon, ils ont raison d'y aller, ils se sont préparés toute leur vie pour ça». Les sanctions adoptées contre la Russie ont été perçues comme une humiliation. Mais cette semaine, la décision du Tribunal arbitral du sport a eu un goût de revanche. « Cela nous réjouit, mais il aurait fallu aussi nous rendre notre drapeau. La quasi-totalité de nos sportifs ne se dopent pas, ils n'en ont pas besoin, ils sont solides, forts, robustes ». Pour beaucoup, cette décision accrédite l'idée selon laquelle la Russie est accablée pour des raisons politiques. Elle est importante pour Vladimir Poutine à quelques semaines de l'élection présidentielle. Le président russe a toujours démenti l'existence d'un système de dopage d'Etat.

ZK

Et puis cette question en Syrie : un groupe djihadiste a-t-il abattu un avion russe?

CP

C'est ce qu'affirme en tout cas, le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, dominé par l'ex-branche locale d'Al-Qaïda. Un peu avant, le ministère russe de la Défense affirmait que des rebelles syriens ont abattu un avion de combat russe et tué son pilote lors d'une fusillade.

ZK

Et Céline, on retrouve le mot de l'actualité dans ce journal en français facile.

CP

Comme tous les samedi, Yvan Amar décrypte, explique un mot qui a marqué l'actualité de ces derniers jours.

On s’interroge beaucoup, et notamment sur RFI sur la pérennité du franc CFA. Cette monnaie qui a cours dans de nombreux pays d’Afrique. Alors faut-il la changer? Faut-il la garder ? Faut-il considérer que c’est une monnaie africaine permanente ? Parce que c'est bien cela pérenniser: on dit aussi rendre pérenne. Ou assurer la pérennité, c’est-à-dire rendre durable. C'est un mot qui est tout à fait ancien, mais il est à la mode. Et on l’entend beaucoup, depuis vingt-cinq ou trente ans. Mais ce n’est pas si long pour un mot. C'est encore un mot dont la mode est jeune. Mais on l'entend surtout dans la langue de la presse, de la politique ou de l’administration. Parce qu'il appartient à une sorte de jargon officiel, je ne dirais pas un argot, mais un langage spécialisé. Qui est surveillé, qui a une certaine respectabilité. Ça fait sérieux de dire: "assurons la pérennité de telle ou telle chose". Alors on l’utilise souvent à propos d’une manifestation. Un festival par exemple : il a lieu une fois, et puis deux et puis trois. Mais chaque année on ne sait pas trop s’il pourra de nouveau se tenir. Il faut le décider avant de le mettre en route, le préparer comme si c’était sa première édition. Ça veut dire qu'il n'est pas pérenne. Si on le pérennise, cela signifie qu’on le retrouvera naturellement d’une année sur l’autre: son existence n’est pas mise en cause. Il ne dure pas toute l’année, mais son retour ne pose pas problème. Alors on voit bien que "pérenne" c'est parfois le contraire de "provisoire", "temporaire". On pérennise un emploi par exemple, en transformant un contrat à durée déterminée, en contrat à durée indéterminée. Mais plus souvent encore, le mot s’oppose à ponctuel : on rend un événement durable on sait qu’il se répètera, et qu'il n’a pas une existence isolée.

CP

Yvan Amar que l'on retrouve demain à la même heure. C'est la fin de cette édition, réalisé par Javier Gonzalez. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve demain Zéphirin!

ZK

A demain Céline.



Voir le flux - 03/02/2018 20:30:07

Journal en français facile 02/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Bienvenu dans votre journal en français facile. Et pour le présenter ce soir, je suis en compagnie de Mehdi Meddeb. Bonsoir Medhi.

Mehdi MEDDEB

Bonsoir Céline, bonsoir à tous

CP

Aux Etats Unis, en plein procès, un père de plusieurs victimes d'agressions sexuelles a tenté de frapper l'accusé. L'ancien médecin de l'équipe de gymnastique américaine a violé près de trois cents jeunes filles dont les trois filles de l'homme qui a essayé de le battre.

MM

A Cuba, c'est une figure de la politique qui est décédé. Le fils de Fidel Castro s'est suicidé, il s'est donné la mort. Et le plus surprenant c'est qu'on l'a appris par les autorités cubaines, d'habitude bien moins bavardes.

CP

Au Yémen, le conflit se complique davantage. Et l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis qui sont impliqués dans cette guerre tentent de calmer la situation. Mais le problème c'est que ces deux pays alliés défendent des stratégies différentes.

MM

On débute avec cette annonce aux Etats Unis, le président a déclassifié une note jusque-là confidentielle.

CP

Déclassifier un document, cela veut dire qu'il n'est plus secret et qu'il peut être publié. C'est ce qui est arrivé avec ce texte.

Ecrit par un élu américain républicain, il critique l'attitude du FBI, la police fédérale américaine dans l'enquête sur les ingérences russe. Les enquêteurs du FBI travaillent en effet à découvrir si la Russie a favorisé l'élection de Donald Trump en ayant eu des contacts avec son équipe de campagne.

MM

Déjà condamné à des dizaines d'années de prison, l'ancien médecin de la fédération américaine de gymnastique continue à être jugé.

CP

Deux-cent cinquante-six jeunes filles affirment avoir été agressées sexuellement, violées par le docteur Nassar. Cent-soixante d'entre elles sont venus au tribunal pour témoigner. Mais aujourd'hui, il s'est passé un incident, un accrochage: le père de trois victimes a tenté de frapper l’accusé. A Washington c'est Anne Corpet qui nous raconte la scène.

Randall Margraves se tient debout devant la barre des témoins. C’est un homme de forte stature. Deux de ses filles viennent de témoigner. Elles ont raconté à quel point les agressions qu’elles ont subies ont bouleversé leur vie. Leur sœur a préféré communiquer par lettre au tribunal. Lorsque la juge donne la parole au père, celui-ci demande une faveur bien particulière. S’en suit cet échange entre Randal Margraves et la juge:
Randal : "Est-ce que vous pouvez dans le cadre de votre condamnation m’offrir cinq minutes dans une salle fermée avec ce démon ?"
Juge : "Ce n’est pas..."
Randal : "Une minute ? "
Juge : "Vous savez que je ne peux pas faire ça. Ce n’est prévu par la loi."
Et le père se précipite vers l’accusé. Mais il ne parvient pas à frapper le docteur. Trois policiers se jettent sur lui le plaquent au sol et finissent par le menotter. A terre, l’homme continue de demander une minute pour affronter celui qui a brisé la vie de ses trois filles. La scène a été filmée et tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Elle illustre la tension qui règne dans le tribunal où cent-soixante jeunes filles sont venues affronter leur agresseur.

 

MM

A peine plus d’un an après le décès de son père, le fils aîné de Fidel Castro est décédé hier, jeudi matin.

CP

Fidel Angel Castro Diaz-Balart est décédé à l’âge de soixante-huit ans. Il se serait suicidé selon les autorités cubaines. Une information qui surprend, tant d'habitude elles ne communiquent pas, les autorités cubaines, sur ce genre de détails. Celui que l’on surnommait Fidelito, cela veut dire "le petit Fidel", le fils de Fidel Castro était discret, même s'il était une personnalité politique importante. Il était en effet vice-président  de l’Académie des sciences de Cuba. Romain Lemaresquier.

C’était le fils le plus connu de Fidel Castro et surtout le seul reconnu de manière officielle. Fidelito comme le surnommaient les Cubains était issu du premier mariage de Fidel avec Mirtha Diaz Balart. Un mariage qui s’est soldé par un divorce en 1955, alors que Fidel Castro était en exil au Mexique. Après une véritable bataille juridique, le futur dirigeant de Cuba obtint la garde de son premier fils. Fidelito était aux côtés de son père lorsqu’en 1959, il entra triomphalement à La Havane après la victoire de la révolution. Envoyé en Union soviétique pour y suivre des études de physique nucléaire, il reviendra ensuite à Cuba. Sa mère, entre-temps, s’exila en Espagne où elle réside encore contrairement au reste de sa famille qui s’est exilée en Floride. Une famille notoirement anticastriste. Deux cousins de Fidelito sont d’ailleurs membres du parti républicain. Mario Diaz Balart est membre de la Chambre des représentants depuis 2003, alors que son frère Lincoln y a siégé entre 1993 et 2011. La nouvelle du suicide de Fidelito et surtout les précisions sur ce décès sont surprenantes car les autorités cubaines n’entrent généralement jamais dans les détails. Suivi des mois pour une forte dépression, Fidelito se serait donc suicidé jeudi matin. Il laisse derrière lui deux enfants, Mirta Maria et Fidel Antonio.

MM

On s'en doutait mais c'est maintenant officiel.

CP

Au Venezuela le président sortant est candidat à sa propre réélection. Nicolas Maduro a été investi ce vendredi par son parti pour être son candidat aux élections anticipées de 2018. Aucune date n'a encore été annoncée pour ce scrutin mais il devrait avoir lieu avant le mois d'avril.

MM

On part à présent dans un pays en guerre: le Yémen.

CP

Une guerre entre le pouvoir et les rebelles Houthis. Mais désormais il y a un conflit supplémentaire: celui qui déchire l'armée loyaliste yéménite, celle qui reste fidèle au président Abd Rabbo Mansour Hadi. Et ils se sont mis à affronter leurs anciens alliés: des militaires séparatistes, qui veulent que le sud du pays devienne un pays indépendant. Et au-delà des frontières du Yémen, il y a les pays voisins qui sont impliqués dans le conflit. L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, qui tentent de calmer la situation au Yémen. Même si les deux monarchies ne sont pas tout à fait d'accords. C'est Sami Boukhelifa qui nous explique tout ça.

Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, les principaux acteurs de la coalition arabe qui intervient au Yémen. Ces deux pays soutiennent à la fois le pouvoir central d’Abd Rabbo Mansour Hadi, et les forces du sud dans leur combat commun contre les Houthistes, des rebelles chiites. Mais avec cette rupture entre loyalistes et séparatistes tout bascule. Selon David Rigoulet Roze, chercheur associé à l’Institut français d’Analyse Stratégique, Abou Dhabi, a choisi son camp: les Emirats soutiennent les séparatistes du sud. "Même si officiellement les Emirats ont affirmé qu'ils s'opposaient à tout acte de sédition, concrètement sur le terrain, rien n'a été fait pour empêcher les troupes sudistes effectivement, de battre les résidus loyalistes à Aden". De son côté l’Arabie Saoudite penche davantage pour le camp loyaliste, celui de Abd Rabo Mansour Hadi. "Compte tenu de la situation, Ryad ne peux pas retirer, comme ça, brutalement, son soutien au président Hadi dont il est normalement le protecteur. Puisque c'est à l'origine du lancement de l'opération militaire en mars 2015. Et donc d'une certaine manière, Ryad est aussi pris dans ses contradictions". Ryad et Abou Dhabi, défendent des lignes différentes mais les deux monarchies pèsent désormais de tout leur poids pour tenter de rétablir le calme à Aden.

MM

En France, on vient de l'apprendre, Tariq Ramadan est mis en examen pour viol et a été incarcéré.

CP

Visé par deux plaintes, le théologien musulman, cela veut dire qu'il étudie les textes et la religion de l'Islam, Tariq Ramadan a passé deux jours en garde à vue. Il y a été confronté à l'une de ses accusatrices. Pierre Olivier.

La première plaignante Henda Ayari, accuse l'islamologue de l'avoir violée en 2012, dans un hôtel parisien. Cette histoire, elle l'avait déjà raconté dans un livre sans citer nommément son agresseur. Ce n'est qu'après l'éclatement du scandale lié au producteur américain Harvey Weinstein, qu'elle s'est résolue à porter plainte. La seconde plainte est intervenue à l'automne. Elle a été déposée quelques jours après la première. La plaignante âgée de quarante ans et qui se présente sous le pseudonyme de Christelle accuse le professeur de l'avoir violée et frappée lors de leur unique rencontre dans un hôtel à Lyon. C'était en 2009. Trois heures durant, jeudi, elle a été confrontée à Tariq Ramadan. Un face à face particulièrement tendu, chacun campant sur ses positions. La plaignante a raconté les coups sur le visage et le corps, les humiliations subies, le viol avec un objet. L'islamologue lui aurait même uriné dessus selon ses dires. Tariq Ramadan a nié les faits mais il a cependant été mis en difficulté: il n'a en effet pas pu expliquer comment cette femme avait connaissance d'une petite cicatrice qu'il porte sur une partie intime de son corps.

MM

Un accident rare et meurtrier en France.

CP

Deux hélicoptères de l'armée française se sont écrasés dans le sud du pays dans le Var précisément. C’était ce vendredi après une collision en vol, selon les premiers éléments de l'enquête. Les cinq militaires qui étaient dans les appareils ont été tués. Ils étaient en  mission d'entraînement en vol", c’est ce qu’a indiqué le Premier ministre français Edouard Philippe.  La ministre des Armées Florence Parly, a fait rapidement le déplacement au Cannet-des-Maures. C'est là que se trouve la caserne, la garnison militaires où travaillaient les cinq officiers.

C'est la fin de cette édition, réalisé par Ludovine Amado. Et présenté avec Mehdi Meddeb. Merci à tous les deux.

MM

Merci Céline

CP

Demain Zéphirin Kouadio qui fera son retour! Vous pouvez réécouter et relire ce journal en français facile sur le site savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 02/02/2018 21:00:05

Resto du cœur à Yaoundé (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Découverte d’une structure camerounaise qui fournit des repas et aide à la réinsertion professionnelle. Jouer un dialogue (A2), imaginer un interview (B1), rédiger une lettre formelle (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 02/02/2018 14:00:00

Israël : un os réécrit l'histoire (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

En Israël, un fragment de mâchoire remet en perspective les connaissances archéologiques. Discuter des métiers (A2), rédiger une lettre de motivation (B1), discuter de l’histoire de l’humanité (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale)

Voir le flux - 02/02/2018 14:00:00

Journal en français facile 01/02/2018 20h00 GMT

Transcription

 

21 h Paris

20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir à toutes et tous. Bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir !

Dans l’actualité :

De nombreux blessés dans des bagarres entre migrants à Calais, dans le nord de la France. Au moins 17 blessés, dont 4 sont entre la vie et la mort. Ils sont très grièvement blessés.

SB : Au second jour de sa visite à Tunis, Emmanuel Macron a salué la transition démocratique en Tunisie et appelé à doubler les investissements français dans ce pays.

 

GM : Au sommaire également de ce journal :

Une manifestation contre la vie chère et la corruption en Jordanie.

Le Tribunal arbitral du sport a rendu une décision favorable aux athlètes russes sanctionnés pour dopage.

Tennis, la France, tenante du titre en coupe Davis, affronte à partir de demain les Pays Bas.

 

 

SB : Emmanuel Macron a achevé sa visite d'Etat en Tunisie. Avant de s'envoler pour le Sénégal, le président français a rencontré des représentants de la société civile tunisienne.

GM : Au second jour de cette visite, il a déclaré au parlement tunisien que la France voulait aider la Tunisie "comme on aide un frère ou une soeur". Les investissements français dans ce pays doivent, selon lui, doubler. L'objectif étant de soutenir la Tunisie face aux défis économiques. Il a aussi affirmé que réussir la transition démocratique était un devoir pour la Tunisie,  pays qu'il a érigé en modèle.

Un extrait de son discours :

« Vous avez conduit une véritable révolution culturelle. Et celle-là, vous l’avez réussie. Vous avez réussi parce que, à un moment où partout, on pensait que le recul démocratique s’installait, qu’on perdait les valeurs, que l’universalisme de certaines valeurs qui nous sont communes – la liberté de conscience, le respect des individus – se perdait, vous ne les avez pas simplement restaurées, vous les avez écrites. Vous avez réussi à installer un Etat civil, là où beaucoup pensaient que c’était impossible. Et par cette révolution culturelle et démocratique, vous avez fait mentir ceux qui, partout dans le monde encore aujourd’hui, disent que des sociétés où l’islam est présent ne sont pas compatibles avec la démocratie. Et vous avez fait mentir ceux qui là aussi dans nombre de régions du monde veulent faire croire que l’islam est là pour régenter l’Etat et que la séparation n’est pas possible. Vous les avez fait aussi mentir. Vous avez, par ce travail profond, construit un modèle unique… unique. »

GM : Emmanuel Marcon, le président français devant le parlement tunisien.  Propos recueillis par Léa-Lisa Westerhoff.

SB : En Jordanie, une manifestation contre la vie chère.

GM : Plusieurs centaines de personnes ont défilé aujourd'hui dans la capitale Amman. Le week-end dernier, le gouvernement a décidé de cesser de subventionner le prix du pain, un aliment de base en Jordanie. Les manifestants ont donc protesté contre cette hausse mais pas seulement. Ils ont aussi dénoncé la corruption.

Reportage de Jérôme Boruszewski :

«  Des galettes de pain clouées sur des pancartes, des pains ficelés sur les chapeaux des manifestants : l’augmentation, brutale, des prix les met en colère. Walid est instituteur, il a trois enfants :

« Je ne peux pas acheter du pain et de la nourriture pour mes enfants... après la classe, je dois faire un autre travail, je vends des figues, de l'huile et du miel sur le bord de la route ».

Beaucoup de manifestants dénoncent les pratiques des élites politiques, comme Salman, un étudiant en comptabilité :

« Notre Premier ministre a sept ou huit voitures, pourquoi ? Pourquoi leur acheter des voitures, des bureaux et leur payer des salaires quand nous n'avons pas d'école dans le sud du pays ? Pourquoi ? Elle est où l'assurance santé publique ? Il  n'y en a pas, il faut tout payer, alors pourquoi est-ce qu'on paie des taxes ? Normalement, c'est pour avoir quelque chose en échange, n'est-ce pas ? On n'a rien. Qu'est-ce qu'il faut faire ? Un bon coup de pied aux fesses pour les déloger du gouvernement et du parlement ! »

La plupart des manifestants appellent à des changements profonds. Ils ne croient pas que les élections puissent suffisamment renouveler la classe politique. »

 

SB : En France, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a décidé de se rendre à Calais où des violences entre migrants ont éclaté aujourd'hui.

GM : Quatre personnes ont été grièvement blessées par balles lors d'une rixe (une bagarre) entre migrants afghans et érythréens après une distribution de repas. Au total,  au moins 17 migrants ont été blessés.

 

SB : Les chiffres du ministère de l'Intérieur montrent une baisse des actes racistes l'an dernier en France.

GM : Une baisse globale de 16%, mais les violences antisémites et antimusulmanes elles, ont augmenté. Plus de détails avec Sylvie Koffi :

 « Ce qu'il faut bien comprendre c'est que les actes racistes (hors actes antisémites et antimusulmans) sont à la baisse. Mais paradoxalement les faits d'actions violentes augmentent. Les actions violentes sont celles qui obligent les forces de l'ordre à intervenir par exemple lors de dégradations de biens ou d'incendies. Le ministère de l'Intérieur s'inquiète notamment de la hausse préoccupante des actions violentes visant les juifs et les musulmans. Hasard du calendrier, ces chiffres sont publiés quelques jours à peine après l'agression d'un enfant juif de 8 ans à Sarcelles en banlieue parisienne. "C'est toute la République qui se dresse aux cotés des Français de confession juive pour combattre avec eux  ces actes ignobles" a déclaré le président de la République Emmanuel Macron.Par ailleurs, en ce qui concerne les dégradations de sépultures et dans les lieux de culte, le bilan 2017 est  contrasté. Pour la première fois depuis 10 ans,  il y a eu moins d'atteinte aux sites chrétiens et musulmans : églises et cimetières, mosquées et carrés  musulmans. En revanche les profanations de synagogues ont été plus nombreuses. » 

SB : Le gouvernement prépare un plan de départs volontaires proposé aux fonctionnaires, ce qui serait une première en France.

GM : L'objectif est de réduire le nombre d'agents de 120.000 d'ici à la fin du quinquennat, dont 50.000 dans la fonction publique de l'Etat. Plusieurs syndicats dénoncent déjà une "attaque"  voire un "dynamitage de la fonction publique". En Allemagne, les ouvriers du secteur industriel ont fait grève aujourd'hui pour la deuxième journée consécutive, afin d'obtenir une hausse des salaires et une réduction du temps de travail.

SB : Le Comité international olympique a été désavoué par le Tribunal Arbitral du Sport.

GM : Le tribunal a en effet décidé d'annuler les sanctions prises contre 28 athlètes russes, disqualifiés et suspendus à vie pour dopage. Réaction de la Russie : elle demande que tous ces athlètes puissent participer aux Jeux olympiques d'hiver qui doivent débuter dans une semaine, en Corée du sud.

A Moscou, les précisions de Daniel Vallot :

« C’est sans doute la première fois depuis que le scandale a éclaté, qu’une décision penche en faveur des athlètes russes. A Moscou, les autorités n’ont pas boudé leur plaisir, et ont multiplié les déclarations triomphalistes : pour le vice premier ministre Vitali Mutko, lui-même impliqué dans le scandale du dopage russe, le verdict du Tribunal arbitral du sport démontre « qu’il n’y a eu aucun système, aucune manipulation durant les Jeux de Sotchi ». Désormais, la bataille va porter sur la participation des 28 athlètes réhabilités par le Tribunal aux Jeux de Pyeongchang. Pour les autorités russes, il paraît évident que le CIO va devoir accepter leur participation. Mais le Comité international olympique ne l’entend pas de cette oreille : « ne pas être sanctionné ne confère pas le privilège d’une invitation » a réagi l’instance olympique. Contacté par RFI, l’avocat des athlètes russes affirme que toutes les options sont envisagées, y compris les options juridiques, pour contraindre le CIO à autoriser la participation des 28 sportifs blanchis par le Tribunal. »

 

SB : Tennis, France - Pays Bas, c'est l'un des matches au programme du 1er tour de la coupe Davis, ce week-end.

GM : En l'absence de Jo-Wilfried Tsonga, qui est blessé, la France mise sur Lucas Pouille et Richard Gasquet pour les deux premiers simples demain à Albertville. Cette saison est la dernière à son poste de capitaine pour  Yannick Noah qui a emmené les Français vers un dixième Saladier d'argent en novembre dernier.

Au micro d'Eric Mamruth, il reconnait que la transition jusqu'à aujourd'hui a été courte :

« Oui c’est rapide, c’est le constat, ça vient vite… Beaucoup de gens ont encore les images et il faut s’adapter rapidement, donc c’était l’objectif en début de stage. Se remettre tout de suite dedans… L’année dernière c’était bien, on a de très beaux souvenirs, c’était chouette, on n’oubliera pas… Maintenant il faut se mettre dans le présent, dans des conditions complètement différentes, psychologiquement complètement différentes. Relancer la motivation c’est beaucoup plus facile d’aller à l’entrainement quand on a une finale à jouer le week-end d’après. On joue contre une équipe qui n’a rien à perdre du tout, qui a peut-être regardé la finale à la télé, qui a envie de nous battre et qui a aussi des atouts. Moralement, ils sont dans les très bonnes conditions, donc il y a vraiment un danger, on s’attend à des matches durs, d’autant que Jo n’est pas là, donc oui on s’attend à une rencontre très difficile ».  

GM : C’est la fin de votre Journal en français facile.  A retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. 

Bonsoir à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 01/02/2018 21:30:05