Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
31-40 sur 2581 résultats.

Journal en français facile 16/09/2017 20h00 GMT

Transcription

Florent Guignard : Radio France Internationale, il est 20 heures en temps universel, 22 heures à Paris.

-----

FG Bonsoir, bienvenue dans le journal en français facile, que je vous présente avec Zéphirin Kouadio, bonsoir Zéphirin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Florent, bonsoir à tous.

FG Au sommaire de ce journal, Zéphirin, des manifestations violentes aux Etats-Unis :

ZK Dans la ville de Saint-Louis, après l'acquittement d'un policier blanc jugé pour la mort d'un jeune Noir.

FG L'enquête progresse après l'attentat dans le métro de Londres : la police a arrêté un suspect de 18 ans.

ZK Une démonstration de force des maires de la Catalogne, pour organiser le référendum sur l'indépendance de la région, face à l'opposition du gouvernement central de Madrid.

FG Enfin nous retrouverons Yvan Amar pour le mot de la semaine, ce sera le mot presse, comme la presse écrite ou la presse audiovisuelle.

-----

ZK Il devait y avoir ce soir un concert du groupe de rock irlandais U2 dans la ville de Saint-Louis aux Etats-Unis, il a tout simplement été annulé : la police se dit incapable d'assurer la sécurité du concert.

FG La police de Saint-Louis est en effet débordée, après des manifestations violentes provoquées par le verdict d'un procès. Sur le banc des accusés, il y avait un policier, responsable de la mort d'un trafiquant de drogue présumé. Il a été acquitté, le juge a estimé que le policier avait agi en état de légitime-défense. Qu'il avait tiré pour se défendre. Une version contestée par les proches du jeune homme tué. Le policier est blanc, la victime était noire. Et le verdict a provoqué la colère de nombreux manifestants, qui ont attaqué des commerces et se sont affrontés aux forces de l'ordre. Marie Normand.

« Je vais le tuer ce fils de pute. » Les mots prononcés ce soir-là par le policier Jason Stockley ont été cités dans l'acte d'accusation. Nous sommes en décembre 2011. Suspecté d'être un trafiquant de drogue, Antony Lamar Smith est pris en chasse. Son véhicule est rattrapé, percuté. C'est là que Jason Stockley tire cinq fois sur le jeune de 24 ans resté dans son véhicule. « Non coupable », a tranché vendredi le juge Timothy Wilson. Il estime que le procureur n'a pas démontré « au-delà du doute raisonnable » que le policier n'avait pas agi en état de légitime-défense. Un millier de personnes se sont immédiatement rassemblées à Saint-Louis pour protester avant d'être dispersées à coup de gaz poivre par quelque 200 policiers anti-émeutes. Les autorités locales s'étaient préparées à de telles échauffourées. Des écoles avaient été fermées, certains événements reportés dans les environs de Saint-Louis. Une région déjà théâtre d'émeutes après la mort en 2014 de Michael Brown, un jeune Noir de 18 ans abattu par un policier près de Ferguson. Lui aussi avait été acquitté. Quant à l'ancien policier de Saint-Louis, il s'est exprimé dans plusieurs médias américains. « Je sais que tout le monde veut quelqu'un à blâmer, dit-il. Mais moi je n'ai rien fait de mal. »

ZK Marie Normand… Au Royaume-Uni, la police reste mobilisée après l'attentat de vendredi matin dans le métro de Londres

FG Un suspect a été arrêté tôt ce matin dans le port de Douvres, un jeune homme de 18 ans. Une perquisition a aussi eu lieu dans un logement de la banlieue de Londres, et la police britannique reste à la recherche d'autres suspects éventuels. Dans sa revendication de l'attentat, l'organisation Etat islamique avait en effet indiqué que plusieurs personnes avaient réalisé cet attentat, qui a fait 30 blessés. Le pays est repassé en état d’alerte attentat maximale. Le Royaume-Uni, c’est vrai, est une cible privilégiée des terroristes, comme nous le rappelle Juliette Gheerbrant.

C’est presque un attentat par mois, cinq sur le dernier semestre, qui frappe le pays. En août dernier, un Britannique de 26 ans blesse trois policiers devant le palais de Buckingham à Londres, avant d'être neutralisé. En juin, trois personnes foncent dans la foule sur le London Bridge avant de poignarder des passants dans le quartier de Borough Market - bilan huit morts et une cinquantaine de blessés. En mai, lors du concert de la chanteuse américaine Ariana Grande à Manchester, un terroriste se fait exploser, il tue 22 personnes et en blesse 116, dont de nombreux enfants et adolescents. En mars enfin, à Londres, sur le pont de Westminster, un terroriste fonce dans la foule avec son véhicule, avant de tuer un policier à l'arme blanche - bilan cinq morts. L'organisation Etat islamique revendique quatre des attentats dont celui de vendredi. Les attaques se sont donc multipliées ces derniers mois mais la pression remonte plus loin. En 2003, la Grande-Bretagne s'engage pleinement en Irak, aux côtés des Etats-Unis, pour faire tomber Saddam Hussein, et devient ainsi une cible privilégiée du terrorisme. Depuis 2005 neuf attaques majeures ont endeuillé le pays.

ZK Juliette Gheerbrant… On va maintenant vous parler du prochain référendum sur l'indépendance de la Catalogne, en Espagne, référendum prévu, Florent, le 1er octobre prochain.

FG La Catalogne, et sa capitale Barcelone, c'est la région la plus riche d'Espagne, c'est aussi une des provinces espagnoles qui a toujours affiché sa défiance vis-à-vis du pouvoir central de Madrid. Pas autant que le Pays basque, mais depuis le début du 20e siècle, les Catalans, qui ont leur propre langue, veulent s'émanciper, se libérer, quitter la monarchie espagnole pour créer une république indépendante. Alors, comme vous l'avez dit, Zéphirin, les Catalans vont organiser le 1er octobre prochain un référendum sur l'indépendance de leur région. Alors, il y en avait déjà eu un, de référendum, en 2014, le oui à l'indépendance l'avait largement emporté, le gouvernement conservateur au pouvoir à Madrid avait déclaré le résultat illégal. Mais cette fois, quoiqu’en pense le gouvernement de Madrid, les indépendantistes catalans sont déterminés à aller jusqu’au bout. Et l'immense majorité des maires de la Catalogne se sont rassemblés aujourd'hui à Barcelone, pour afficher leur détermination à organiser coûte que coûte ce référendum. A Madrid, la correspondance de Diane Cambon.

A moins de deux semaines du référendum, les indépendantistes catalans viennent de faire une nouvelle démonstration de force. Près de 700 maires de Catalogne, disposés à organiser la consultation populaire, ont bravé Madrid en se réunissant à Barcelone en présence du chef de l'exécutif catalan. Brandissant solennellement leur bâton de maire, les édiles, rassemblés au siège du gouvernement régional, ont chanté l'hymne catalan, « Els Segadors », tandis qu'une foule de manifestants, souvent munis de drapeaux indépendantistes, leur criaient de l'extérieur : « Nous sommes avec vous ! » Ces élus risquent des poursuites judiciaires, voire une arrestation, s'ils mettent à disposition de l'exécutif régional leurs locaux pour coopérer dans ce projet séparatiste. Ils représentent 75% de toutes les municipalités de la région. La maire de Barcelone, Ada Colau, qui avait hésité à rejoindre le contingent des édiles rebelles, va finalement permettre aux Barcelonais de voter le 1er octobre. Cette élue de la gauche alternative s'est gardée toutefois d'expliquer comment la mairie allait procéder, afin ne pas être mise en examen par la justice espagnole. Diane Cambon, Madrid, pour RFI.

ZK Nous sommes samedi, et le samedi, Florent, nous avons rendez-vous avec le mot de la semaine d'Ivan Amar.

FG Et ce soir, Ivan revient sur l'origine du mot presse, la presse écrite, qui se porte un peu mieux en France. Ivan Amar.

Bonne nouvelle pour la presse française qui va mieux, et notamment la presse quotidienne nationale, c’est-à-dire les grands journaux qui paraissent tous les jours et sont diffusés, sont achetés, partout en France. Quand on parle de presse dans cette information, on redonne au mot son premier sens, qui vient de presser, c’est-à-dire appuyer fortement. Alors, on utilise le mot pour des appareils divers : un presse-citron ou un pressoir à raisin, mais aussi une presse à imprimer, puisqu’il faut fortement appuyer, faire pression sur les caractères d’imprimerie pour que l’encre laisse sa trace sur le papier. C’est le premier système qu’on a utilisé. Alors le mot a été associé à une activité quotidienne, assez vite, et dès le début du 18e siècle, la presse a désigné le nombre de feuilles qu’un imprimeur pouvait tirer chaque jour. Et donc le mot s’est séparé assez vite de l’activité du livre, pour s’associer à l’activité du journal uniquement. C’est-à-dire d’une publication qui sort tous les jours - journal. Et le mot presse est depuis cette époque très lié à toutes les parutions périodiques, et très associé à une idée d’information. Alors quand d’autres formes sont apparues, on a gardé le mot : on a parlé de presse radiophonique, et même de journal radiophonique, bien que ce journal soit bien plus que journalier : on a le journal du matin, du soir, de la nuit… Et quand l’image est arrivée, on a donc parlé de presse audiovisuelle. C’est bien la preuve qu’on avait tout à fait oublié, dans l’usage courant, l’origine de ce mot presse.

FG Yvan Amar dans le journal en français facile. Merci Zéphirin Kouadio.

ZK Merci Florent Guignard

FG Très bonne soirée à tous ; il est 22 heures 10 à Paris.



Voir le flux - 16/09/2017 20:30:03

Expression à deviner n° 200 !!!

Indice : La 200e devinette sur RFI, ça se fête ! Réponse n° ?199 : Il ne faut jamais dire "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau". A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 16/09/2017 08:48:00

Journal en français facile 15/09/2017 20h00 GMT

Transcription

Florent Guignard : Radio France Internationale, il est 20 heures en temps universel, 22 heures à Paris.

-----

FG Bonsoir, bienvenue dans le journal en français facile, que je vous présente avec Zéphirin Kouadio, bonsoir Zéphirin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Florent, bonsoir à tous.

FG Au sommaire de ce journal, Zéphirin, l'attentat de Londres de ce matin :

ZK 29 personnes ont été blessées dans le métro. Le groupe Etat islamique revendique l'attentat. Le niveau d'alerte terroriste est relevé d'un cran.

FG Une quatrième zone de désescalade en Syrie, dans la province d'Idlib, pour faire baisser les combats : c'est la principale avancée des négociations d'Astana au Kazakhstan qui se sont terminées aujourd’hui.

ZK Et puis les réactions dans le monde après le nouveau tir de missile nord-coréen. La France et la Russie réclament des « négociations directes », la Chine appelle à la retenue.

FG Enfin la fermeture en France du guichet pour les exilés fiscaux. Ils pouvaient ainsi régulariser leur situation, c'est désormais terminé.

-----

ZK L'attentat de Londres de ce matin porte donc la signature de l'organisation Etat islamique.

FG Oui, Zéphirin. La revendication est tombée il y a moins d'une heure, dans un communiqué du groupe Etat islamique diffusé par son agence de propagande sur les réseaux sociaux. Quelques minutes plus tard, les autorités britanniques ont annoncé elles qu'elles relevaient le niveau d'alerte d'attentats. Il était à sévère, il passe à critique. Il s'agit du cinquième attentat commis sur le sol britannique depuis le début de l'année. C'est une bombe qui a explosé dans le métro de Londres. Vingt-neuf personnes ont été blessées. A Londres, la correspondance de Muriel Delcroix

L'attentat s'est produit à la station aérienne de Parsons Green, dans le quartier de Fulham dans le sud-ouest de la capitale, en pleine heure de pointe. La police a indiqué que la déflagration avait été causée par un engin artisanal improvisé posé sur le sol d'une des rames du métro qui disposait d'une minuterie mais qui n'a fonctionné qu'en partie. L'annonce de Scotland Yard confirme ce que suggérait déjà une série de photos postées quelques minutes après l'incident sur les réseaux sociaux et qui montrent dans un des wagons un large seau blanc entouré d'un sac isotherme d'où sortent des flammes et des fils électriques. La priorité est désormais est de retrouver au plus vite le ou les terroristes et la police s'est lancée dans une vaste chasse à l'homme. En parallèle, les enquêteurs tentent de reconstituer exactement les faits, en étudiant notamment les nombreuses caméras de surveillance du réseau métropolitain pour tenter de savoir qui a déposé cette bombe, si le ou les terroristes étaient dans le wagon au moment de l'explosion ou l'ont abandonnée dans la rame de métro. En attendant les autorités appellent les londoniens au calme et la première ministre Theresa May a dénoncé un « attentat lâche » destiné à faire « d'énormes dégâts ». La dirigeante a ajouté que la présence de policiers armés dans les transports londoniens serait renforcée après le cinquième attentat perpétré au Royaume-Uni depuis le début de l'année. Muriel Delcroix, Londres, RFI.

ZK Et puis en France, ce matin, c'est un militaire de l'opération Sentinelle qui a été attaqué.

FG L'opération Sentinelle, on le rappelle, ce sont plusieurs milliers de militaires qui sont mobilisés pour assurer des patrouilles dans les lieux publics ; un dispositif mis en place après les attentats de janvier 2015. Aujourd’hui c'est un soldat qui patrouillait dans les couloirs du métro à la station Châtelet à Paris qui a été attaqué par un homme armé d'un couteau. L'assaillant a été arrêté. Le parquet anti-terroriste a été saisi de l'enquête. En revanche, à Châlons-sur-Saône, en Bourgogne, la piste terroriste n'est qu'une hypothèse parmi d'autre après l'agression au marteau de deux femmes. L'homme a réussi à s'enfuir ; un important dispositif policier a été mis en place pour le retrouver.

ZK Avec maintenant les réactions après le nouveau tir de missile nord-coréen, ce matin. Un missile qui a survolé le Japon avant de s'écraser en mer après avoir parcouru une distance de 3 500 kilomètres.

FG Ce nouveau tir de missile, il intervient après l'adoption de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations-unies. Une nouvelle réunion du Conseil de sécurité a d'ailleurs été programmée ce vendredi, elle a lieu à huis-clos, elle n'est donc pas publique. Alors, parmi les réactions, celle des Etats-Unis. « L'option militaire reste sur la table », dit-on du côté de Washington. Donald Trump rencontrera jeudi prochain les dirigeants sud-coréens et japonais, lors de l'Assemblée générale des Nations-Unies. A l'inverse, la France et la Russie appellent à des « négociations directes » avec la Corée du Nord. Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, qui se sont parlé au téléphone quelques heures après le tir de missile, rejettent l'option militaire pour résoudre cette crise. Enfin côté chinois, on appelle à la retenue. RFI Pékin, Heike Schmidt.

En fin de journée, Pékin a finalement condamné le nouveau tir de missile nord-coréen. Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères : « La Chine s’oppose à la violation par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité et à son recours à la technologie de missiles balistiques pour des tirs. A présent, la situation dans la péninsule coréenne est tendue et sensible. Toutes les parties concernées doivent faire preuve de retenue afin de ne pas aggraver les tensions. » Sans surprise, Hua Chunying a réfuté l’appel de Washington à Pékin et Moscou de faire « directement » pression sur Pyongyang : « La Chine a fait d’énormes sacrifices et payé le prix fort pour appliquer strictement, complètement et sérieusement les résolutions. Ce sont la Corée du Nord et les Etats-Unis qui se trouvent au centre du conflit. Ce n’est pas la Chine qui aggrave les tensions, et ce n’est pas la Chine qui détient la clé pour la solution du problème. » La Chine propose de briser le cercle vicieux des tirs de missiles suivis de tensions par un retour au dialogue. Heike Schmidt, Pékin, RFI.

ZK Un accord sur la Syrie à l'issue des négociations d'Astana au Kazakhstan : une nouvelle zone de désescalade a été décidée.

FG Une zone de désescalade, pour tenter de faire diminuer les combats dans la province d'Idlib, contrôlée par les djihadistes. La Russie, l'Iran et la Turquie, les parrains, les organisateurs de ces négociations d'Astana, vont déployer des troupes dans la province d’Idlib. RFI Moscou, Daniel Vallot.

Après Homs, après la banlieue de Damas et le sud de la Syrie, la province d’Idlib dans le nord va devenir la quatrième zone de désescalade issue des négociations d’Astana. Les trois pays qui soutiennent le processus, la Russie, l’Iran et la Turquie, fourniront chacun 500 hommes pour assurer l’application du cessez-le-feu dans la province septentrionale. L’accord aura forcément un impact limité car il ne s’applique qu’aux groupes modérés de la rébellion syrienne. Or, la région d’Idlib est devenue le fief des groupes les plus radicaux, à commencer par les djihadistes du Front Fatah al Cham, l’ex-front Al-Nosra. Pour autant, l’accord a été salué par Staffan de Mistura, l’envoyé spécial des Nations-Unies pour la Syrie, également présent à Astana. Staffan de Mistura espère que cet accord permettra de relancer les négociations politiques sur l’avenir de la Syrie, les négociations de Genève qui restent, elles, totalement enlisées. Aucune date n’a été fixée pour la reprise de ces discussions. On sait déjà en revanche que les négociations d’Astana reprendront dès la fin du mois d’octobre, toujours sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. Daniel Vallot, Moscou, RFI.

ZK A présent, Florent, cette information en France qui va intéresser les exilés fiscaux...

FG Mais qu'est-ce qu'un exilé fiscal, Zéphirin ? C'est tout simplement quelqu'un qui a quitté son pays, en l’occurrence la France, pour ne pas avoir à y payer d'impôts. L'information vient du ministre des Comptes publics. Il annonce la fermeture des guichets fiscaux mis en place pour que les exilés fiscaux régularisent leur situation.

Le service de traitement des déclarations rectificatives a permis à de nombreux évadés fiscaux français, détenteurs d'avoirs à l'étranger non déclarés, de se mettre en conformité avec le fisc et d'échapper à de trop lourdes amendes. Le procédé a été efficace. En quatre ans les fonctionnaires de Bercy ont reçu plus de 50 000 demandes de régularisation. Au total 32 milliards d'euros d'avoirs ont été rapatriés en France. L'opération a rapporté près de 8 milliards d'euros à l'Etat. Aujourd'hui, l'objectif du ministre est d'intensifier la lutte contre la fraude et l'évasion fiscale. La fermeture du guichet de régularisation intervient au moment même de l'entrée en vigueur de l'échange automatique d'informations bancaires. Plus d'une cinquantaine de pays participent à cette traque fiscale internationale, un outil supplémentaire qui permettra à Bercy de débusquer les fraudeurs. En parallèle, Gérald Darmanin veut renforcer les moyens informatiques et technologiques pour que ses services puissent investir au-delà des simples déclarations des contribuables. Bercy veut lutter à armes égales avec les fraudeurs dont l'inventivité semble sans limite. Ils peuvent temporairement compter sur la Suisse qui a interrompu sa coopération sur les échanges automatiques d'informations bancaires avec la France, lui reprochant de ne pas respecter l'obligation de confidentialité.

FG Patricia Lecompte dans le journal en français facile.



Voir le flux - 15/09/2017 20:30:05

La révolution Smartphone (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Comment le Smartphone a-t-il changé nos vies ? Réaliser un test psychologique pour un magazine francophone (A2), débattre sur les risques liés à un usage intensif du téléphone (B1), présenter une invention ayant eu un impact important (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale)

Voir le flux - 15/09/2017 13:00:00

L'or blanc du Sénégal (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Les travailleurs du sel gagnent bien leur vie, mais à quel prix ? Questionner sur la durée et la distance d’une action (A2), présenter un métier éprouvant (B1), décrire un travail pénible (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 15/09/2017 13:00:00

Typhon

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le typhon, rétrogradé en tempête, continue sa route. 
Alors, RFI nous l’apprend. Et Hagupit – puisque c’est son nom – continue de faire des dégâts aux Philippines. Mais on le voit, ce vent très violent, très dévastateur peut être appelé de façons diverses qui sont d’ailleurs des indications de son intensité.

Si le typhon est rétrogradé en tempête ça veut dire que, quand on parle du typhon, c’est plus fort que quand on parle de tempête. Et d’ailleurs on a d’autres mots pour désigner ces souffles dévastateurs : on parle aussi bien d’ouragan ou de cyclone. Des mots qui font frémir, qui sont un petit peu étrange en français. Et d’ailleurs, l’origine est souvent un petit peu exotique.

Ouragan, par exemple. Alors vous allez me dire « ça ressemble à orage ». Et probablement, c’est cette proximité des deux mots ouragan et orage qui a valu le succès du premier. Comme si un ouragan était un gros orage. Et pourtant pas du tout. L’origine du mot n’a rien à voir. Le mot vient du taïno, qui est une langue indienne. Peut-être que c’était la langue que parlaient les habitants des premiers rivages  d’Amérique, découverts par les explorateurs à la fin du XVe, par Christophe Colomb en particulier. Et le mot est tout à fait expressif : en français quand on parle d’ouragan, on n’est pas loin de l’onomatopée, on évoque le bruit sourd du vent qui déferle.

Alors, pour le typhon l’histoire est bien différente. Parce que c’est un mot qui nous vient du grec et même de la mythologie. C’était le nom d’un dieu pas très connu, un dieu mineur dont on dit que c’était le père des vents.

Quant au cyclone, lui aussi a une origine grecque mais il est beaucoup moins mythologique et puis il est assez récent. Alors un cyclone, on le sait, c’est un vent qui tourne en rond, ou tout au moins en spirale, ce qui explique la formation savante du mot qu’on doit à un géographe - Piddington – et le mot a été créé au milieu du XIXe siècle. Cyclone, en effet, est formé à partir du radical kyklos qui veut dire un cercle en grec. Donc le cyclone, c’est un genre de tourbillon géant. 
Et vous voyez, on a la même image dans cyclone  et dans tourbillon et même dans tornade.  C’est  ce qui tourne. On notera d’ailleurs une expression figurée formée à partir de ce mot cyclone : « Dans l’œil du cyclone » qui s’emploie en particulier lorsque quelqu’un se trouve au pire moment d’une situation difficile. Comme si l’œil du cyclone représentait le cœur du problème ; la gueule du loup, d’une certaine façon.

Alors, bizarrement, l’origine de l’expression est absolument contraire à celui-ci. Parce que justement, comme le cyclone est un mouvement tournant, l’œil du cyclone – c'est-à-dire le foyer de la spirale, le centre – échappe tout à fait à la perturbation. C’est le lieu du calme absolu autour duquel tournoient les vents furieux. Et l’œil du cyclone représente donc une situation protégée, tranquille, dans un contexte tout à fait violent.

Et parfois, autre glissement de sens, on dit de quelqu’un : « il est sous l’œil du cyclone ». C'est-à-dire : il est très menacé, très épié. Là, l’expression correspond encore moins à l’origine du mot, mais c’est vrai qu’on l’entend, comme si être sous l’œil du cyclone faisait peut-être penser à l’œil du cyclope.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/



Voir le flux - 15/09/2017 08:56:40

Fictif

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/



Voir le flux - 15/09/2017 08:45:08

Expression à deviner n° 199

Indice : Ne jurez pas ! Réponse n° ?198 : Avoir un fil à la patte. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 15/09/2017 06:13:17

Journal en français facile 14/09/2017 20h00 GMT

transcription

20 h TU.

22 h à Paris

GM : Bonsoir à tous. Voici votre journal en français facile présenté avec Céline Pellarin. Bonsoir Céline !

 Dans l'actualité : le groupe Etat islamique revendique l'attentat qui a fait plus de 70 morts ce matin en Irak. Une double-attaque près de la ville de Nassiriya. Des Iraniens font partie des victimes.

CP : La situation humanitaire continue de se dégrader au Bangladesh, où sont arrivés des centaines de milliers de Rohingyas chassés par les violences en Birmanie.

GM : En Espagne, les partisans de l'indépendance de la Catalogne lancent leur campagne, à l'approche du référendum du 1er octobre. Des milliers de personnes sont attendues ce soir dans les arènes de Tarragone.

CP : En France, les effectifs de l'opération Sentinelle sont maintenus. 7 000 militaires sont mobilisés contre le terrorisme.  Mais le gouvernement annonce une réorganisation.

GM : Dans ce journal aussi, une exposition à ne pas manquer : « Impression soleil levant ", le chef d'œuvre de Claude Monet, est de retour au Havre.

 

CP : Le groupe Etat islamique a revendiqué le double-attentat qui a coûté la vie à au moins 74 personnes ce matin en Irak.

GM : 74 morts dont 7 Iraniens. On dénombre aussi près de 100 blessés. Bilan très lourd Christophe Paget, cette attaque est même la plus meurtrière en Irak depuis la reprise de Mossoul cet été :

« Les deux attentats ont été commis à la mi-journée près de la ville de Nassiriya. Selon l'AFP il s’agirait de la même équipe, déguisée en miliciens chiites, qui aurait d’abord ouvert le feu dans un restaurant avant de partir en voiture et de se faire exploser un peu plus loin, près d’un point de contrôle des forces de sécurité irakiennes. Ces attaques ont été menées sur une autoroute régulièrement empruntée par des pèlerins et de visiteurs venus d’Iran. Malgré les attentats quasi-quotidiens en Irak, la province de Zi Qar était jusqu'ici relativement épargnée. Mais l'attaque de ce jeudi est la plus sanglante depuis la reprise de Mossoul au djihadistes début juillet.
Sur son site de propagande Amaq, l’organisation Etat islamique a revendiqué les deux attentats, parlant de « dizaines de chiites tués ». L’EI ne tient plus que quelques villes en Irak - Hawija, 300 kilomètres au nord de Bagdad, dans la province pétrolière de Kirkouk, ainsi que trois localités proches de la Syrie.L’armée irakienne et les forces paramilitaires sont en train de se positionner pour reprendre ces derniers bastions. Pour autant, l’EI dispose encore de centaines de combattants prêts à mener des attaques suicides. »

                                                              

GM : en Syrie, près de 40 civils tués aujourd'hui dans la province de Deir Ezzor,  selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Les hommes du groupe Etat islamique font l'objet de deux offensives dans cette province. L'une menée par l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe. L'autre conduite par une coalition arabo - kurde.

CP : La situation humanitaire continue de se dégrader au Bangladesh, où sont arrivés des centaines de milliers de musulmans Rohingyas chassés par les violences en Birmanie.

GM : L'ONU redoute un "scénario du pire" si cet afflux se poursuit. Les Rohingyas sont estimés à environ un million. Au Bangladesh, autorités locales et organisations étrangères sont débordées par cette marée humaine.
Sébastien Farcis est de retour de la zone frontalière :      

« Trois semaines, et le flot de réfugiés Rohingyas ne tarit pas. Entre 20 et 30 000 personnes continuent d'arriver chaque jour au Bangladesh et encombrent une zone déjà surpeuplée. En comprenant les réfugiés arrivés avant cette crise, ce petit bout de terre frontalière compte plus de 500 000 personnes. Bien trop dense, pour pouvoir offrir une aide de qualité, disent les ONG. Les réfugiés continuent donc à mendier le long des routes, à l'affut de tout billet de banque, de paquet de biscuits ou de vêtements offerts par des associations locales ou de simples individus généreux. L'ONU est en train de distribuer 25 kg de riz à environ 90 000 personnes et ses agences viennent d'en recevoir davantage : deux avions remplis de tentes, couvertures, matelas et boites de conserve ont atterri ces derniers jours, pour un total d'environ 35 000 personnes. Ces biens devraient être distribués dans les jours à venir. Les Nations Unies ont lancé un appel d'urgence, elles ont besoin de 65 millions d'euros pour venir en aide aux Rohingyas pendant les trois mois à venir. »

CP : Aux Philippines, l'Eglise catholique s'élève contre les excès de la lutte anti-drogue et "la terreur" que fait règner, selon elle, le président Duterte.

GM : Toutes les cloches des églises ont sonné ensemble ce jeudi en signe de protestation.  Une manifestation sonore qui se répétera chaque soir pendant 40 jours, a décidé le clergé. L'Eglise est très influente dans un pays où 80 % de la population est catholique.

CP : Donald Trump est de retour en Floride, sur la côte ouest, région des Etats-Unis la plus touchée par l'ouragan Irma, la semaine dernière.

GM : Le rétablissement de l'électricité est la priorité, a dit le président avant  de partir. Plus de deux millions et demi d'habitants sont toujours privés de courant. Au total, Irma a fait 20 morts en Floride.

CP : En Espagne, les partisans de l'indépendance de la Catalogne lancent leur campagne pour le « oui », à une quinzaine de jours du référendum du 1er octobre.

GM : 10 000 personnes étaient attendues ce soir dans les arènes de la ville de Tarragone, à une centaine de km de Barcelone. Parallèlement, les menaces politiques et judiciaires se précisent. Le gouvernement et la justice agissent sur tous les fronts pour empêcher la tenue d'un scrutin.

CP : Illustration avec le témoignage d'un maire : Josep María Cervera  maire de Port de la Selva. Le parquet espagnol l'a prévenu qu'il se mettrait dans l'illégalité s'il organisait le scrutin dans sa commune :

« Moi je suis tranquille. Quand la convocation du procureur arrivera je lui expliquerai calmement qu’après  6 ans de mobilisation d’une grande partie de la population catalane c’est quasiment une obligation d’écouter ces gens. Bien sûr le procureur peut me destituer et me mettre une amende si j’installe des urnes, mais  ce qui m’ennuierait beaucoup plus c'est qu’aux prochaines municipales je sois en quelque sorte « destitué »  par mes voisins parce que je ne leur aurais pas donné la possibilité de s’exprimer.En Espagne appeler à un référendum n’est pas un délit. Donc on peut difficilement finir en prison ; il aurait été préférable de trouver un accord sur une date, sur les termes de la question, et sur l’organisation du référendum en tant que telle. Mais les autorités espagnoles ont rejeté à 18 reprises l’éventualité d’un accord. »

Propos recueillis par Lucile Ginberg.                    

CP : C'est donc Paris qui organisera les Jeux Olympiques en 2024. Qu'ils soient de droite ou de gauche, beaucoup s'en réjouissent en France.

GM : Une cérémonie aura lieu demain au Palais de l'Elysée en prsésence du président Macron et de ses deux prédécesseurs, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Tous trois seront réunis pour la première fois depuis la présidentielle de mai dernier.

Toujours en France, les effectifs de l'opération  "Sentinelle" seront maintenus... ce qui n'empêche pas une réorganisation. Le dispositif anti-terroriste  mobilise actuellement 7.000 militaires. Sentinelle va changer de mode d'action pour mieux s'adapter à l'évolution de la menace, ont annoncé les ministres de l'Intérieur et des Armées.

CP : Coup de projecteur maintenant sur une " exposition évènement " que présente le musée d'art moderne André Malraux du Havre.

GM : Détruite et entièrement reconstruite dans les années 50, la ville  est aujourd'hui classée au Patrimoine mondial de l'Unesco mais c'est son port, le plus important de France, qui est toujours resté une source d'inspiration pour de nombreux peintres. Parmi eux : Claude Monet. C’est là qu'il a  peint " Impression soleil Levant " l'une de ses toiles les plus célèbres.

Le chef d'œuvre est de retour dans sa ville  jusqu’au 8 octobre, un prêt exceptionnel  à ne pas manquer.  Isabelle Chenu :

« Le monde entier connait ce tableau qui a donné son nom à l'impressionnisme. "Impression soleil levant"   de  Claude Monet est de retour au Havre 145 ans après y avoir été peint. Plus qu'une vue du port la toile  cherche à capter un moment fugitif de l'aube,  elle montre un soleil orange s'élevant dans un  brouillard  gris bleu, sur fond  des grues, des cheminées du Havre.  La  toile est exposée en lumière naturelle face aux baies vitrées du musée qui s'ouvrent sur le chenal et le trafic des bateaux. Tout autour du chef d'œuvre ont été réunis des artistes qui  eux aussi ont cherché à capter les variations de l'atmosphère dans le ciel du Havre. Les aquarelles du britannique William Turner ont inspiré Monet qui doit sa vocation à  Eugène Boudin, le maitre des  ambiances lumineuses. Plus inattendues,  les toiles du peintre suisse Felix Vallotton. Chaque  été dans l'atelier de  sa villa, sur les hauteurs de Honfleur, il composera ses vues maritimes du Havre, créations scintillantes, poétique et décoratives. Et puis il y a l'enfant du pays  le peintre  Raoul Dufy.  Il peindra  sa ville  bien après l'avoir quittée, sombre et réaliste, colorée et balnéaire. Bref, une ronde artistique réjouissante que s'est offert la ville du Havre pour fêter ses 500 ans. »

GM : " Impression soleil Levant " : le chef d'œuvre de Claude Monet à admirer jusqu'au 8 octobre au Havre. 

Enfin tennis, les Français partent grands favoris contre  la Serbie, en demi-finale de la coupe Davis. Demain à Lille le premier simple opposera Lucas Pouille à Dusan Lajovic.  

C’est la fin de votre journal en français facile. Bonsoir à tous, bonsoir Céline !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 14/09/2017 20:30:04

Journal en français facile 14/09/2017 20h00 GMT

transcription

20 h TU.

22 h à Paris

GM : Bonsoir à tous. Voici votre journal en français facile présenté avec Céline Pellarin. Bonsoir Céline !

 Dans l'actualité : le groupe Etat islamique revendique l'attentat qui a fait plus de 70 morts ce matin en Irak. Une double-attaque près de la ville de Nassiriya. Des Iraniens font partie des victimes.

CP : La situation humanitaire continue de se dégrader au Bangladesh, où sont arrivés des centaines de milliers de Rohingyas chassés par les violences en Birmanie.

GM : En Espagne, les partisans de l'indépendance de la Catalogne lancent leur campagne, à l'approche du référendum du 1er octobre. Des milliers de personnes sont attendues ce soir dans les arènes de Tarragone.

CP : En France, les effectifs de l'opération Sentinelle sont maintenus. 7 000 militaires sont mobilisés contre le terrorisme.  Mais le gouvernement annonce une réorganisation.

GM : Dans ce journal aussi, une exposition à ne pas manquer : « Impression soleil levant ", le chef d'œuvre de Claude Monet, est de retour au Havre.

 

CP : Le groupe Etat islamique a revendiqué le double-attentat qui a coûté la vie à au moins 74 personnes ce matin en Irak.

GM : 74 morts dont 7 Iraniens. On dénombre aussi près de 100 blessés. Bilan très lourd Christophe Paget, cette attaque est même la plus meurtrière en Irak depuis la reprise de Mossoul cet été :

« Les deux attentats ont été commis à la mi-journée près de la ville de Nassiriya. Selon l'AFP il s’agirait de la même équipe, déguisée en miliciens chiites, qui aurait d’abord ouvert le feu dans un restaurant avant de partir en voiture et de se faire exploser un peu plus loin, près d’un point de contrôle des forces de sécurité irakiennes. Ces attaques ont été menées sur une autoroute régulièrement empruntée par des pèlerins et de visiteurs venus d’Iran. Malgré les attentats quasi-quotidiens en Irak, la province de Zi Qar était jusqu'ici relativement épargnée. Mais l'attaque de ce jeudi est la plus sanglante depuis la reprise de Mossoul au djihadistes début juillet.
Sur son site de propagande Amaq, l’organisation Etat islamique a revendiqué les deux attentats, parlant de « dizaines de chiites tués ». L’EI ne tient plus que quelques villes en Irak - Hawija, 300 kilomètres au nord de Bagdad, dans la province pétrolière de Kirkouk, ainsi que trois localités proches de la Syrie.L’armée irakienne et les forces paramilitaires sont en train de se positionner pour reprendre ces derniers bastions. Pour autant, l’EI dispose encore de centaines de combattants prêts à mener des attaques suicides. »

                                                              

GM : en Syrie, près de 40 civils tués aujourd'hui dans la province de Deir Ezzor,  selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Les hommes du groupe Etat islamique font l'objet de deux offensives dans cette province. L'une menée par l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe. L'autre conduite par une coalition arabo - kurde.

CP : La situation humanitaire continue de se dégrader au Bangladesh, où sont arrivés des centaines de milliers de musulmans Rohingyas chassés par les violences en Birmanie.

GM : L'ONU redoute un "scénario du pire" si cet afflux se poursuit. Les Rohingyas sont estimés à environ un million. Au Bangladesh, autorités locales et organisations étrangères sont débordées par cette marée humaine.
Sébastien Farcis est de retour de la zone frontalière :      

« Trois semaines, et le flot de réfugiés Rohingyas ne tarit pas. Entre 20 et 30 000 personnes continuent d'arriver chaque jour au Bangladesh et encombrent une zone déjà surpeuplée. En comprenant les réfugiés arrivés avant cette crise, ce petit bout de terre frontalière compte plus de 500 000 personnes. Bien trop dense, pour pouvoir offrir une aide de qualité, disent les ONG. Les réfugiés continuent donc à mendier le long des routes, à l'affut de tout billet de banque, de paquet de biscuits ou de vêtements offerts par des associations locales ou de simples individus généreux. L'ONU est en train de distribuer 25 kg de riz à environ 90 000 personnes et ses agences viennent d'en recevoir davantage : deux avions remplis de tentes, couvertures, matelas et boites de conserve ont atterri ces derniers jours, pour un total d'environ 35 000 personnes. Ces biens devraient être distribués dans les jours à venir. Les Nations Unies ont lancé un appel d'urgence, elles ont besoin de 65 millions d'euros pour venir en aide aux Rohingyas pendant les trois mois à venir. »

CP : Aux Philippines, l'Eglise catholique s'élève contre les excès de la lutte anti-drogue et "la terreur" que fait règner, selon elle, le président Duterte.

GM : Toutes les cloches des églises ont sonné ensemble ce jeudi en signe de protestation.  Une manifestation sonore qui se répétera chaque soir pendant 40 jours, a décidé le clergé. L'Eglise est très influente dans un pays où 80 % de la population est catholique.

CP : Donald Trump est de retour en Floride, sur la côte ouest, région des Etats-Unis la plus touchée par l'ouragan Irma, la semaine dernière.

GM : Le rétablissement de l'électricité est la priorité, a dit le président avant  de partir. Plus de deux millions et demi d'habitants sont toujours privés de courant. Au total, Irma a fait 20 morts en Floride.

CP : En Espagne, les partisans de l'indépendance de la Catalogne lancent leur campagne pour le « oui », à une quinzaine de jours du référendum du 1er octobre.

GM : 10 000 personnes étaient attendues ce soir dans les arènes de la ville de Tarragone, à une centaine de km de Barcelone. Parallèlement, les menaces politiques et judiciaires se précisent. Le gouvernement et la justice agissent sur tous les fronts pour empêcher la tenue d'un scrutin.

CP : Illustration avec le témoignage d'un maire : Josep María Cervera  maire de Port de la Selva. Le parquet espagnol l'a prévenu qu'il se mettrait dans l'illégalité s'il organisait le scrutin dans sa commune :

« Moi je suis tranquille. Quand la convocation du procureur arrivera je lui expliquerai calmement qu’après  6 ans de mobilisation d’une grande partie de la population catalane c’est quasiment une obligation d’écouter ces gens. Bien sûr le procureur peut me destituer et me mettre une amende si j’installe des urnes, mais  ce qui m’ennuierait beaucoup plus c'est qu’aux prochaines municipales je sois en quelque sorte « destitué »  par mes voisins parce que je ne leur aurais pas donné la possibilité de s’exprimer.En Espagne appeler à un référendum n’est pas un délit. Donc on peut difficilement finir en prison ; il aurait été préférable de trouver un accord sur une date, sur les termes de la question, et sur l’organisation du référendum en tant que telle. Mais les autorités espagnoles ont rejeté à 18 reprises l’éventualité d’un accord. »

Propos recueillis par Lucile Ginberg.                    

CP : C'est donc Paris qui organisera les Jeux Olympiques en 2024. Qu'ils soient de droite ou de gauche, beaucoup s'en réjouissent en France.

GM : Une cérémonie aura lieu demain au Palais de l'Elysée en prsésence du président Macron et de ses deux prédécesseurs, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Tous trois seront réunis pour la première fois depuis la présidentielle de mai dernier.

Toujours en France, les effectifs de l'opération  "Sentinelle" seront maintenus... ce qui n'empêche pas une réorganisation. Le dispositif anti-terroriste  mobilise actuellement 7.000 militaires. Sentinelle va changer de mode d'action pour mieux s'adapter à l'évolution de la menace, ont annoncé les ministres de l'Intérieur et des Armées.

CP : Coup de projecteur maintenant sur une " exposition évènement " que présente le musée d'art moderne André Malraux du Havre.

GM : Détruite et entièrement reconstruite dans les années 50, la ville  est aujourd'hui classée au Patrimoine mondial de l'Unesco mais c'est son port, le plus important de France, qui est toujours resté une source d'inspiration pour de nombreux peintres. Parmi eux : Claude Monet. C’est là qu'il a  peint " Impression soleil Levant " l'une de ses toiles les plus célèbres.

Le chef d'œuvre est de retour dans sa ville  jusqu’au 8 octobre, un prêt exceptionnel  à ne pas manquer.  Isabelle Chenu :

« Le monde entier connait ce tableau qui a donné son nom à l'impressionnisme. "Impression soleil levant"   de  Claude Monet est de retour au Havre 145 ans après y avoir été peint. Plus qu'une vue du port la toile  cherche à capter un moment fugitif de l'aube,  elle montre un soleil orange s'élevant dans un  brouillard  gris bleu, sur fond  des grues, des cheminées du Havre.  La  toile est exposée en lumière naturelle face aux baies vitrées du musée qui s'ouvrent sur le chenal et le trafic des bateaux. Tout autour du chef d'œuvre ont été réunis des artistes qui  eux aussi ont cherché à capter les variations de l'atmosphère dans le ciel du Havre. Les aquarelles du britannique William Turner ont inspiré Monet qui doit sa vocation à  Eugène Boudin, le maitre des  ambiances lumineuses. Plus inattendues,  les toiles du peintre suisse Felix Vallotton. Chaque  été dans l'atelier de  sa villa, sur les hauteurs de Honfleur, il composera ses vues maritimes du Havre, créations scintillantes, poétique et décoratives. Et puis il y a l'enfant du pays  le peintre  Raoul Dufy.  Il peindra  sa ville  bien après l'avoir quittée, sombre et réaliste, colorée et balnéaire. Bref, une ronde artistique réjouissante que s'est offert la ville du Havre pour fêter ses 500 ans. »

GM : " Impression soleil Levant " : le chef d'œuvre de Claude Monet à admirer jusqu'au 8 octobre au Havre. 

Enfin tennis, les Français partent grands favoris contre  la Serbie, en demi-finale de la coupe Davis. Demain à Lille le premier simple opposera Lucas Pouille à Dusan Lajovic.  

C’est la fin de votre journal en français facile. Bonsoir à tous, bonsoir Céline !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 14/09/2017 20:30:04