Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
21-30 sur 4818 résultats.

Journal en français facile 22/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris.Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans le journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce jeudi, il y a : le G7 de Biarritz. Pendant que les opposants sont réunis en contre-sommet, Emmanuel Macron prépare la réunion des chefs d’états et de gouvernement.

SB : Boris Johnson à Paris. Le Premier ministre britannique veut un nouvel accord de Brexit, les discussions continuent, mais les solutions tardent à se matérialiser.

GN : Les consultations politiques en Italie après la chute du gouvernement. Elles devaient se terminer ce soir, mais le président Sergio Matarella a décidé qu’elles vont continuer.

SB : Des incendies géants en Amazonie. La forêt brûle au Brésil et en Bolivie, qui tente de sauver ce qui peut l’être dans la faune et la flore.

------

SB : Alors que le G7 n’a pas encore commencé ils sont déjà plusieurs milliers depuis mercredi à organiser leur contre G7.

GN : Cela se passe à Hendaye, à 30 km au sud de Bayonne. Beaucoup dorment sur place sous des tentes, dans ce qu’ils appellent le « campement », la journée des ateliers et des cycles de réflexions sur l’écologie, l’égalité homme femme ou encore l’immigration sont organisées. Écoutez cette jeune femme qui ne veut pas donner son nom. Elle a 24 ans, vient de Bayonne et a posé deux jours de congés pour venir à ce contre G7.

[Transcription manquante]

GN : Propos recueillis par Pierre Olivier. Avant de recevoir les chefs d’état et de gouvernement, le président français accueille les représentants de la société civile demain pour recueillir leurs recommandations avant e sommet. Il accueillera aussi le ministre iranien des Affaires étrangères. L’Iran devrait figurer en bonne place des discussions en pleines tensions dans la région du Golfe. 

SB : La suite de la tournée européenne de Boris Johnson.

GN : Après Berlin hier, le Premier ministre britannique était à Paris aujourd’hui. Il a déjeuné avec Emmanuel Macron. Boris Johnson veut des aménagements avant le Brexit prévus le 31 octobre. Les deux ont convenu de continuer à discuter. Hier, la Chancelière allemande Angela Merkel indiquait qu’un accord était toujours possible.

SB : Le Premier ministre indien Narendra Modi est lui aussi en France.

GN : Il rencontre le Président français ce soir et doit participer au sommet du G7 de Biarritz. L’occasion pour Emmanuel Macron d’évoquer la question du Cachemire, région séparatiste à majorité musulmane. Le 5 août dernier, New Delhi a unilatéralement révoqué l’autonomie du Cachemire et imposé un couvre-feu inédit. Depuis plus de deux semaines, la population reste partiellement coupée du monde- les téléphones mobiles et l’internet sont coupés et les déplacements restreints par des barrages militaires. Surtout, les autorités ont arrêté plus de 4000 personnes, politiciens de tous bords ou militants des droits de l’homme. Notre correspondant en Inde a réussi à rencontrer l’une des dernières politiciennes cachemiriennes encore en liberté. Pour elle, cette répression inédite ressemble à la colonisation israélienne en Palestine. Sébastien Farcis.

Shehla Rashid est horrifiée et inquiète : elle vit à New Delhi et rassemble les histoires de violences, tortures et arrestations arbitraires qui se déroulent au cachemire. Des récits rapportés par ceux qui en reviennent, vu que toutes les communications avec la région sont coupées. Le président de son parti du Mouvement pour le peuple du Cachemire a également été arrêté, sans raison officielle. Et personne ne sait où il est. Selon la loi indienne, les autorités doivent présenter un détenu à un juge dans les 24h qui suivent son arrestation. Le juge décide alors d’autoriser ou non son maintien en détention. Or les tribunaux sont fermés. Cela veut dire que toutes les arrestations sont illégales. Le gouvernement agit donc comme un Gang de kidnappeurs. Et si quelqu’un disparaît, il peut nier qu’il l’avait arrêté. Shehla Rashid considère que cette répression inédite des droits fondamentaux des Cachemiriens ressemble terriblement à ce que le gouvernement israélien fait subir aux Palestiniens. Comme les Israéliens, ce gouvernement perçoit le Cachemire comme une terre sacrée qui doit être reconquise aux musulmans. Et pour cela, ils n’ont aucune considération pour le peuple du cachemire ou son identité. Sur le terrain, ils utilisent d’ailleurs de la technologie militaire israélienne. Shehla Rashid vient de déposer un recours devant la Cour suprême pour annuler l’abrogation de l’autonomie du Cachemire.

SB : La situation politique en Italie.

GN : le président Sergio Materellava prolonger les consultations pour tenter de former une coalition et un gouvernement. C’est ce qu’il a décidé après deux jours de rendez-vous avec les différents partis politiques. L’Italie vit une crise politique depuis que la coalition entre le mouvement antisystème 5 étoiles et la ligue d’extrême droite a explosé à l’initiative de Matteo Salvini, patron de la Ligue.

SB : La crise entre le Japon et la Corée du Sud.

GN : Séoul annonce la fin d’un accord de partage de renseignements militaires existant avec Tokyo, sur fond de tensions diplomatiques et commerciales entre les deux alliés des États-Unis dans la région. Les États-Unis disent regretter cette décision.

SB : La forêt amazonienne brûle.

GN : C’est le cas au Brésil, mais aussi en Bolivie, où ces dernières semaines quasiment un demi-million d’hectares a disparu. Une perte inestimable pour la faune et la flore exceptionnelle du pays, qui lutte pour maîtriser les flammes. Correspondance à La Paz d’Alice Campaignolle.

Ce sont 3 foyers d’incendie qui se sont ravivés ces dernières heures dans l’extrême est du pays, à la frontière avec le Paraguay. Alors que le Président Evo Morales avait affirmé, il y a quelques jours, que les feux étaient maîtrisés, les vents violents de la saison ont fait repartir les flammes. Si des centaines de militaires et de volontaires sont sur place pour aider à éteindre les incendies, ce n’est pas suffisant et le gouvernement, après avoir créé un cabinet d’urgence environnemental, a annoncé l’arrivée d’un Boeing 747 super tanker qui pourra, peut-être, gérer la catastrophe depuis le ciel. Pour le moment ce sont 500 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée, l’équivalent de deux fois l’île de Réunion. Ces feux sont dus à ce que l’on appelle ici le chaqueo, la culture sur brûlis, utilisée pour nettoyer et fertiliser des terrains destinés à l’agriculture et l’élevage. Une technique très controversée et peu contrôlable, mais qui ne semble pas être condamnée par le président Evo Morales, qui a affirmé « mais si nous ne brûlons pas, comment allons-nous cultiver ? » Alice Campaignolle, La Paz, RFI.

SB : Les microplastiques dans l’eau potable n’entraînent pas de risque pour la santé.

GN : C’est l’organisation mondiale pour la santé, l’OMS, qui se vaut rassurante. Dans un rapport publié aujourd’hui, l’agence onusienne présente la synthèse de dernières connaissances sur les microplastiques, c’est-à-dire les particules de plastique dont la taille est inférieure à 5 mm, dans l’eau du robinet et l’eau en bouteille, Christine Siebert.

Est-ce dangereux de boire du plastique ? Les chercheurs ont surtout analysé trois aspects : le risque d’ingérer ces petites particules de plastique présentes dans l’eau, les risques chimiques ou encore les risques liés à la présence de bactéries. Et d’après le rapport de l’OMS, l’ensemble des risques est faible. Concernant l’ingestion : en principe les microplastique relativement « grands »... plus d’un dixième de millimètre - ne sont pas absorbé par l’organisme humain. Les particules plus petites risquent, en revanche, d’être absorbées. Mais les données scientifiques concernant ce sujet sont encore très limitées. Et cela vaut également pour les autres aspects de l’étude - le risque chimique et la présence des bactéries. Le principal enseignement paraît donc être l’urgence de mener des évaluations plus approfondies... et en attendant de ralentir la production et le rejet du plastique afin de préserver les écosystèmes aquatiques. Il faut aussi mieux traiter les eaux usées, disent les experts. Cela permettrait de retirer une grande partie des microplastiques. Mais la grande majorité de la population mondiale ne dispose pas de système adapté pour traiter efficacement les eaux usées. Un classement sans suite. C’est le résultat de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts autour du secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler. L’enquête avait été ouverte le 4 juin 2018 après « la publication de plusieurs articles de presse » sur un éventuel conflit d’intérêts entre les anciens postes du bras droit d’Emmanuel Macron dans la haute fonction publique et ses liens familiaux avec l’armateur MSC, gros client du chantier naval STX rebaptisé depuis chantiers de l’atlantique. 



Voir le flux - 22/08/2019 20:30:11

Journal en français facile 22/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris.Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans le journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce jeudi, il y a : le G7 de Biarritz. Pendant que les opposants sont réunis en contre-sommet, Emmanuel Macron prépare la réunion des chefs d’états et de gouvernement.

SB : Boris Johnson à Paris. Le Premier ministre britannique veut un nouvel accord de Brexit, les discussions continuent, mais les solutions tardent à se matérialiser.

GN : Les consultations politiques en Italie après la chute du gouvernement. Elles devaient se terminer ce soir, mais le président Sergio Matarella a décidé qu’elles vont continuer.

SB : Des incendies géants en Amazonie. La forêt brûle au Brésil et en Bolivie, qui tente de sauver ce qui peut l’être dans la faune et la flore.

------

SB : Alors que le G7 n’a pas encore commencé ils sont déjà plusieurs milliers depuis mercredi à organiser leur contre G7.

GN : Cela se passe à Hendaye, à 30 km au sud de Bayonne. Beaucoup dorment sur place sous des tentes, dans ce qu’ils appellent le « campement », la journée des ateliers et des cycles de réflexions sur l’écologie, l’égalité homme femme ou encore l’immigration sont organisées. Écoutez cette jeune femme qui ne veut pas donner son nom. Elle a 24 ans, vient de Bayonne et a posé deux jours de congés pour venir à ce contre G7.

[Transcription manquante]

GN : Propos recueillis par Pierre Olivier. Avant de recevoir les chefs d’état et de gouvernement, le président français accueille les représentants de la société civile demain pour recueillir leurs recommandations avant e sommet. Il accueillera aussi le ministre iranien des Affaires étrangères. L’Iran devrait figurer en bonne place des discussions en pleines tensions dans la région du Golfe. 

SB : La suite de la tournée européenne de Boris Johnson.

GN : Après Berlin hier, le Premier ministre britannique était à Paris aujourd’hui. Il a déjeuné avec Emmanuel Macron. Boris Johnson veut des aménagements avant le Brexit prévus le 31 octobre. Les deux ont convenu de continuer à discuter. Hier, la Chancelière allemande Angela Merkel indiquait qu’un accord était toujours possible.

SB : Le Premier ministre indien Narendra Modi est lui aussi en France.

GN : Il rencontre le Président français ce soir et doit participer au sommet du G7 de Biarritz. L’occasion pour Emmanuel Macron d’évoquer la question du Cachemire, région séparatiste à majorité musulmane. Le 5 août dernier, New Delhi a unilatéralement révoqué l’autonomie du Cachemire et imposé un couvre-feu inédit. Depuis plus de deux semaines, la population reste partiellement coupée du monde- les téléphones mobiles et l’internet sont coupés et les déplacements restreints par des barrages militaires. Surtout, les autorités ont arrêté plus de 4000 personnes, politiciens de tous bords ou militants des droits de l’homme. Notre correspondant en Inde a réussi à rencontrer l’une des dernières politiciennes cachemiriennes encore en liberté. Pour elle, cette répression inédite ressemble à la colonisation israélienne en Palestine. Sébastien Farcis.

Shehla Rashid est horrifiée et inquiète : elle vit à New Delhi et rassemble les histoires de violences, tortures et arrestations arbitraires qui se déroulent au cachemire. Des récits rapportés par ceux qui en reviennent, vu que toutes les communications avec la région sont coupées. Le président de son parti du Mouvement pour le peuple du Cachemire a également été arrêté, sans raison officielle. Et personne ne sait où il est. Selon la loi indienne, les autorités doivent présenter un détenu à un juge dans les 24h qui suivent son arrestation. Le juge décide alors d’autoriser ou non son maintien en détention. Or les tribunaux sont fermés. Cela veut dire que toutes les arrestations sont illégales. Le gouvernement agit donc comme un Gang de kidnappeurs. Et si quelqu’un disparaît, il peut nier qu’il l’avait arrêté. Shehla Rashid considère que cette répression inédite des droits fondamentaux des Cachemiriens ressemble terriblement à ce que le gouvernement israélien fait subir aux Palestiniens. Comme les Israéliens, ce gouvernement perçoit le Cachemire comme une terre sacrée qui doit être reconquise aux musulmans. Et pour cela, ils n’ont aucune considération pour le peuple du cachemire ou son identité. Sur le terrain, ils utilisent d’ailleurs de la technologie militaire israélienne. Shehla Rashid vient de déposer un recours devant la Cour suprême pour annuler l’abrogation de l’autonomie du Cachemire.

SB : La situation politique en Italie.

GN : le président Sergio Materellava prolonger les consultations pour tenter de former une coalition et un gouvernement. C’est ce qu’il a décidé après deux jours de rendez-vous avec les différents partis politiques. L’Italie vit une crise politique depuis que la coalition entre le mouvement antisystème 5 étoiles et la ligue d’extrême droite a explosé à l’initiative de Matteo Salvini, patron de la Ligue.

SB : La crise entre le Japon et la Corée du Sud.

GN : Séoul annonce la fin d’un accord de partage de renseignements militaires existant avec Tokyo, sur fond de tensions diplomatiques et commerciales entre les deux alliés des États-Unis dans la région. Les États-Unis disent regretter cette décision.

SB : La forêt amazonienne brûle.

GN : C’est le cas au Brésil, mais aussi en Bolivie, où ces dernières semaines quasiment un demi-million d’hectares a disparu. Une perte inestimable pour la faune et la flore exceptionnelle du pays, qui lutte pour maîtriser les flammes. Correspondance à La Paz d’Alice Campaignolle.

Ce sont 3 foyers d’incendie qui se sont ravivés ces dernières heures dans l’extrême est du pays, à la frontière avec le Paraguay. Alors que le Président Evo Morales avait affirmé, il y a quelques jours, que les feux étaient maîtrisés, les vents violents de la saison ont fait repartir les flammes. Si des centaines de militaires et de volontaires sont sur place pour aider à éteindre les incendies, ce n’est pas suffisant et le gouvernement, après avoir créé un cabinet d’urgence environnemental, a annoncé l’arrivée d’un Boeing 747 super tanker qui pourra, peut-être, gérer la catastrophe depuis le ciel. Pour le moment ce sont 500 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée, l’équivalent de deux fois l’île de Réunion. Ces feux sont dus à ce que l’on appelle ici le chaqueo, la culture sur brûlis, utilisée pour nettoyer et fertiliser des terrains destinés à l’agriculture et l’élevage. Une technique très controversée et peu contrôlable, mais qui ne semble pas être condamnée par le président Evo Morales, qui a affirmé « mais si nous ne brûlons pas, comment allons-nous cultiver ? » Alice Campaignolle, La Paz, RFI.

SB : Les microplastiques dans l’eau potable n’entraînent pas de risque pour la santé.

GN : C’est l’organisation mondiale pour la santé, l’OMS, qui se vaut rassurante. Dans un rapport publié aujourd’hui, l’agence onusienne présente la synthèse de dernières connaissances sur les microplastiques, c’est-à-dire les particules de plastique dont la taille est inférieure à 5 mm, dans l’eau du robinet et l’eau en bouteille, Christine Siebert.

Est-ce dangereux de boire du plastique ? Les chercheurs ont surtout analysé trois aspects : le risque d’ingérer ces petites particules de plastique présentes dans l’eau, les risques chimiques ou encore les risques liés à la présence de bactéries. Et d’après le rapport de l’OMS, l’ensemble des risques est faible. Concernant l’ingestion : en principe les microplastique relativement « grands »... plus d’un dixième de millimètre - ne sont pas absorbé par l’organisme humain. Les particules plus petites risquent, en revanche, d’être absorbées. Mais les données scientifiques concernant ce sujet sont encore très limitées. Et cela vaut également pour les autres aspects de l’étude - le risque chimique et la présence des bactéries. Le principal enseignement paraît donc être l’urgence de mener des évaluations plus approfondies... et en attendant de ralentir la production et le rejet du plastique afin de préserver les écosystèmes aquatiques. Il faut aussi mieux traiter les eaux usées, disent les experts. Cela permettrait de retirer une grande partie des microplastiques. Mais la grande majorité de la population mondiale ne dispose pas de système adapté pour traiter efficacement les eaux usées. Un classement sans suite. C’est le résultat de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts autour du secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler. L’enquête avait été ouverte le 4 juin 2018 après « la publication de plusieurs articles de presse » sur un éventuel conflit d’intérêts entre les anciens postes du bras droit d’Emmanuel Macron dans la haute fonction publique et ses liens familiaux avec l’armateur MSC, gros client du chantier naval STX rebaptisé depuis chantiers de l’atlantique. 



Voir le flux - 22/08/2019 20:30:11

Course à l'échalote

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.

 

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 22/08/2019 08:45:05

Journal en français facile 21/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenu pour ce Journal en Français facile, avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sophie.

Sylvie Berruet : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce mercredi, il y a : la situation des migrants de l’Open Arms. Après leur débarquement en Italie hier soir, ils attendent de savoir quels pays européens vont les accueillir.

SB : La tournée européenne de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a passé la journée à Paris et Berlin pour tenter d’obtenir des concessions en vue du Brexit.

GN : Du riz chinois en Corée du Nord contre les difficultés alimentaires. Le pouvoir de Pyongyang l’accepte alors qu’il refuse l’aide de la Corée du Sud.

SB : Et puis la préparation du sommet du G7 à Biarritz, dans le sud-ouest de la France. Le contre sommet a débuté à quelques kilomètres de là, en Espagne. 

------

SB : La situation des migrants en Méditerranée.

GN : Après leur débarquement la nuit dernière à Lampedusa après 19 jours d’attente les passagers du navire Open Arms attendent de connaître leur sort. Ils ont passé leur première nuit au centre d’accueil temporaire. Envoyée spéciale à Lampedusa, Juliette Gheerbrandt.

[Transcription manquante]

GN : C’est désormais un autre bateau, l’Ocean Viking qui attend la désignation d’un port pour débarquer les 356 personnes recueillies à son bord.

SB : Le scénario central est celui d’un Brexit sans accord.

GN : c’est ce que fait savoir l’Élysée après la visite du Premier ministre britannique Boris Johnson au président français. Le Brexit est programmé le 31 octobre, dans un peu plus de deux mois. Le chef du gouvernement du royaume uni qui s’est aussi rendu à Berlin cherche à obtenir des concessions des Européens qui refusent de renégocier l’accord de sortie du Royaume uni de l’Union européenne.

SB : Direction la péninsule coréenne.

GN : La Corée du Nord a accepté l’envoi de 800 000 tonnes de riz offert par la Chine, affirme un journal japonais. Une assistance humanitaire qui survient alors que 40 % de la population nord-coréenne affronte de graves pénuries alimentaires, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU. Mais derrière cette main tendue par « le grand frère » chinois à son allié nord-coréen, il y a des arrières-pensées politiques. Les explications à Séoul de Frédéric Ojardias.

C’est lors de sa visite d’État à Pyongyang en juin que le président chinois a promis au dirigeant nord-coréen cette assistance alimentaire, affirme le quotidien japonais Asahi Shimbun : près d’un million de tonnes de nourriture, dont 800 000 tonnes de riz, que Pékin s’apprêterait à envoyer par bateau. C’est énorme : cela représente 20 % de la production agricole annuelle totale de la Corée du Nord, évaluée à 4,9 millions de tonnes par le Programme Alimentaire Mondial. Toujours selon le journal, Pékin chercherait aussi à envoyer des millions de touristes chez son allié nord-coréen... Le tourisme rapporte en effet beaucoup de devises, et n’est pas frappé par les sanctions de l’ONU. Les importations de nourriture sont aussi exemptes de sanctions. La Chine continue ainsi d’exercer une influence économique majeure en Corée du Nord : elle s’impose plus que jamais comme un partenaire indispensable à la survie du régime nord-coréen. Tandis que la Corée du Sud se voit elle mise à l’écart, malgré tous ses efforts : Pyongyang refuse ainsi les 50 000 tonnes de riz que lui propose Séoul depuis des mois. Frédéric Ojardias, Séoul, RFI.

SB : Le ton monte entre les États-Unis et le Danemark.

GN : Un ton méchant même selon Donald Trump de la part de la Première ministre danoise Mette Fredericksen. Le président américain a reporté une visite prévue à Copenhague devant le refus ferme du Danemark de discuter de la vente du Groenland aux États-Unis comme l’avait évoqué le président américain.

SB : Le contre-sommet du G7 a débuté aujourd’hui.

GN : Quelque 200 personnes et des dizaines d’organisations ont assisté au coup d’envoi de ce rassemblement, pour trois jours d’échanges et de débats. Cela se passe à quelques kilomètres de Biarritz, dans le sud-ouest de la France qui accueillera ce week-end le sommet officiel des chefs d’états et de gouvernement des 7 pays les plus riches de la planète. Cela se passe plus précisément dans la ville d’Irún, en Espagne. Les autorités espagnoles et basques s’organisent aussi pour limiter les dégâts. Inquiétude première : la circulation, mais aussi la sécurité. Madrid, François Mussau.

Le Pays basque espagnol prend très au sérieux le sommet du G7, et notamment les quelque 80 organisations et associations qui participent au contre-sommet, très remonté contre les traités commerciaux en discussion entre l’Europe et les États-Unis ou le Canada. Côté sécurité, l’exécutif basque espagnol, dont la capitale se trouve à Vitoria, a mobilisé 4000 agents de Ertzantza, c’est le nom donné à la police autonome, repérables à leur uniforme rouge et noir. Deux tanks anti émeutes, qui n’ont pas été utilisées depuis longtemps, ont été sortis du garage en cas de débordements et de violence avec les quelque 8000 altermondialistes. Pour l’heure, c’est surtout la circulation qui préoccupe les autorités locales. Nous sommes en effet en pleine « Opération Retour des vacances », et à la frontière il n’est pas rare que se forment des files d’attente de 13 a 14 kilomètres. La ministre de l’intérieur basque, Estefania Beltran de Heredia, a recommandé d’éviter d’ici la fin du week-end le péage à Biriatou, et si possible de ne pas circuler par Irún et Hendaye. La même ministre régionale a précisé qu’en cas de circulation trop intense, elle n’écarte pas la possibilité de fermer la frontière à Irún.

GN : Sachez aussi que la France qui accueille l’événement dit prendre acte du souhait américain, qui organise le sommet l’an prochain, de réintégrer la Russie. Le pays est exclu du G7 depuis l’annexion de la Crimée en 2014.

SB : La suggestion de sortie cinéma du jour : Late night, une comédie de Nicha Ganatra avec l’actrice britannique Emma Thomson.

GN : C’est un film qui explore l’univers impitoyable de la télévision américaine, et de cette particularité outre-Atlantique : les late shows, ces émissions télévisées mêlant humour et interviews et diffusées en troisième partie de soirée, soit généralement après 23 heures 30, après le journal de la nuit. Des émissions massivement présentées par des hommes. Dans Late night pourtant, c’est une femme puissante qui en présente une, mais risque de se voir remplacée par un jeune comique. Sophie Torlotin.

Il n’y a pas plus sinistre ou désagréable dans la vie qu’un humoriste, dit-on. Katherine Neuwbury, la célèbre animatrice de Late night, une émission de télévision comique diffusée le soir, ne fait que confirmer l’adage... La présentatrice sexagénaire à l’allure martiale vire un collaborateur en 5 min, ne connaît pas les prénoms de ses auteurs et leur attribue des numéros, et fait montre d’un ego surdimensionné. Jusqu’au jour où, menacée d’être remplacée à son tour, elle ouvre son équipe d’auteurs à Molly, jeune femme gironde d’origine indienne et sans aucune expérience Mindy Kaling, qui joue Molly et a écrit le scénario de Late Night, parle d’or. Elle s’est inspirée de sa propre expérience de pionnière : première femme de couleur à écrire pour la sitcom à succès The Office, puis à créer son propre spectacle The Mindy Project. En choisissant pour personnage principal une femme vieillissante dans un univers du divertissement télévisé dominé par des hommes blancs, elle dénonce avec intelligence la discrimination sexuelle et raciale qui y règne. Late night comporte bien une dimension féministe et inclusive. C’est surtout une bonne comédie reposant sur un tandem réussit, la présentatrice acariâtre étant incarnée par la magnétique Emma Thomson.

SB : Le footballeur Franck Ribéry à la Fiorentina.

GN : À 36 ans et après la fin de son contrat et 12 saisons avec son club du Bayern de Munich en Allemagne, l’international français avait annoncé qu’il se sentait prêt pour un autre challenge plutôt que pour la retraite ou un exil doré. Ce sera donc en Italie dans le club de Florence avec lequel il a signé pour deux ans. 



Voir le flux - 21/08/2019 20:30:16

Journal en français facile 21/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenu pour ce Journal en Français facile, avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sophie.

Sylvie Berruet : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce mercredi, il y a : la situation des migrants de l’Open Arms. Après leur débarquement en Italie hier soir, ils attendent de savoir quels pays européens vont les accueillir.

SB : La tournée européenne de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a passé la journée à Paris et Berlin pour tenter d’obtenir des concessions en vue du Brexit.

GN : Du riz chinois en Corée du Nord contre les difficultés alimentaires. Le pouvoir de Pyongyang l’accepte alors qu’il refuse l’aide de la Corée du Sud.

SB : Et puis la préparation du sommet du G7 à Biarritz, dans le sud-ouest de la France. Le contre sommet a débuté à quelques kilomètres de là, en Espagne. 

------

SB : La situation des migrants en Méditerranée.

GN : Après leur débarquement la nuit dernière à Lampedusa après 19 jours d’attente les passagers du navire Open Arms attendent de connaître leur sort. Ils ont passé leur première nuit au centre d’accueil temporaire. Envoyée spéciale à Lampedusa, Juliette Gheerbrandt.

[Transcription manquante]

GN : C’est désormais un autre bateau, l’Ocean Viking qui attend la désignation d’un port pour débarquer les 356 personnes recueillies à son bord.

SB : Le scénario central est celui d’un Brexit sans accord.

GN : c’est ce que fait savoir l’Élysée après la visite du Premier ministre britannique Boris Johnson au président français. Le Brexit est programmé le 31 octobre, dans un peu plus de deux mois. Le chef du gouvernement du royaume uni qui s’est aussi rendu à Berlin cherche à obtenir des concessions des Européens qui refusent de renégocier l’accord de sortie du Royaume uni de l’Union européenne.

SB : Direction la péninsule coréenne.

GN : La Corée du Nord a accepté l’envoi de 800 000 tonnes de riz offert par la Chine, affirme un journal japonais. Une assistance humanitaire qui survient alors que 40 % de la population nord-coréenne affronte de graves pénuries alimentaires, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU. Mais derrière cette main tendue par « le grand frère » chinois à son allié nord-coréen, il y a des arrières-pensées politiques. Les explications à Séoul de Frédéric Ojardias.

C’est lors de sa visite d’État à Pyongyang en juin que le président chinois a promis au dirigeant nord-coréen cette assistance alimentaire, affirme le quotidien japonais Asahi Shimbun : près d’un million de tonnes de nourriture, dont 800 000 tonnes de riz, que Pékin s’apprêterait à envoyer par bateau. C’est énorme : cela représente 20 % de la production agricole annuelle totale de la Corée du Nord, évaluée à 4,9 millions de tonnes par le Programme Alimentaire Mondial. Toujours selon le journal, Pékin chercherait aussi à envoyer des millions de touristes chez son allié nord-coréen... Le tourisme rapporte en effet beaucoup de devises, et n’est pas frappé par les sanctions de l’ONU. Les importations de nourriture sont aussi exemptes de sanctions. La Chine continue ainsi d’exercer une influence économique majeure en Corée du Nord : elle s’impose plus que jamais comme un partenaire indispensable à la survie du régime nord-coréen. Tandis que la Corée du Sud se voit elle mise à l’écart, malgré tous ses efforts : Pyongyang refuse ainsi les 50 000 tonnes de riz que lui propose Séoul depuis des mois. Frédéric Ojardias, Séoul, RFI.

SB : Le ton monte entre les États-Unis et le Danemark.

GN : Un ton méchant même selon Donald Trump de la part de la Première ministre danoise Mette Fredericksen. Le président américain a reporté une visite prévue à Copenhague devant le refus ferme du Danemark de discuter de la vente du Groenland aux États-Unis comme l’avait évoqué le président américain.

SB : Le contre-sommet du G7 a débuté aujourd’hui.

GN : Quelque 200 personnes et des dizaines d’organisations ont assisté au coup d’envoi de ce rassemblement, pour trois jours d’échanges et de débats. Cela se passe à quelques kilomètres de Biarritz, dans le sud-ouest de la France qui accueillera ce week-end le sommet officiel des chefs d’états et de gouvernement des 7 pays les plus riches de la planète. Cela se passe plus précisément dans la ville d’Irún, en Espagne. Les autorités espagnoles et basques s’organisent aussi pour limiter les dégâts. Inquiétude première : la circulation, mais aussi la sécurité. Madrid, François Mussau.

Le Pays basque espagnol prend très au sérieux le sommet du G7, et notamment les quelque 80 organisations et associations qui participent au contre-sommet, très remonté contre les traités commerciaux en discussion entre l’Europe et les États-Unis ou le Canada. Côté sécurité, l’exécutif basque espagnol, dont la capitale se trouve à Vitoria, a mobilisé 4000 agents de Ertzantza, c’est le nom donné à la police autonome, repérables à leur uniforme rouge et noir. Deux tanks anti émeutes, qui n’ont pas été utilisées depuis longtemps, ont été sortis du garage en cas de débordements et de violence avec les quelque 8000 altermondialistes. Pour l’heure, c’est surtout la circulation qui préoccupe les autorités locales. Nous sommes en effet en pleine « Opération Retour des vacances », et à la frontière il n’est pas rare que se forment des files d’attente de 13 a 14 kilomètres. La ministre de l’intérieur basque, Estefania Beltran de Heredia, a recommandé d’éviter d’ici la fin du week-end le péage à Biriatou, et si possible de ne pas circuler par Irún et Hendaye. La même ministre régionale a précisé qu’en cas de circulation trop intense, elle n’écarte pas la possibilité de fermer la frontière à Irún.

GN : Sachez aussi que la France qui accueille l’événement dit prendre acte du souhait américain, qui organise le sommet l’an prochain, de réintégrer la Russie. Le pays est exclu du G7 depuis l’annexion de la Crimée en 2014.

SB : La suggestion de sortie cinéma du jour : Late night, une comédie de Nicha Ganatra avec l’actrice britannique Emma Thomson.

GN : C’est un film qui explore l’univers impitoyable de la télévision américaine, et de cette particularité outre-Atlantique : les late shows, ces émissions télévisées mêlant humour et interviews et diffusées en troisième partie de soirée, soit généralement après 23 heures 30, après le journal de la nuit. Des émissions massivement présentées par des hommes. Dans Late night pourtant, c’est une femme puissante qui en présente une, mais risque de se voir remplacée par un jeune comique. Sophie Torlotin.

Il n’y a pas plus sinistre ou désagréable dans la vie qu’un humoriste, dit-on. Katherine Neuwbury, la célèbre animatrice de Late night, une émission de télévision comique diffusée le soir, ne fait que confirmer l’adage... La présentatrice sexagénaire à l’allure martiale vire un collaborateur en 5 min, ne connaît pas les prénoms de ses auteurs et leur attribue des numéros, et fait montre d’un ego surdimensionné. Jusqu’au jour où, menacée d’être remplacée à son tour, elle ouvre son équipe d’auteurs à Molly, jeune femme gironde d’origine indienne et sans aucune expérience Mindy Kaling, qui joue Molly et a écrit le scénario de Late Night, parle d’or. Elle s’est inspirée de sa propre expérience de pionnière : première femme de couleur à écrire pour la sitcom à succès The Office, puis à créer son propre spectacle The Mindy Project. En choisissant pour personnage principal une femme vieillissante dans un univers du divertissement télévisé dominé par des hommes blancs, elle dénonce avec intelligence la discrimination sexuelle et raciale qui y règne. Late night comporte bien une dimension féministe et inclusive. C’est surtout une bonne comédie reposant sur un tandem réussit, la présentatrice acariâtre étant incarnée par la magnétique Emma Thomson.

SB : Le footballeur Franck Ribéry à la Fiorentina.

GN : À 36 ans et après la fin de son contrat et 12 saisons avec son club du Bayern de Munich en Allemagne, l’international français avait annoncé qu’il se sentait prêt pour un autre challenge plutôt que pour la retraite ou un exil doré. Ce sera donc en Italie dans le club de Florence avec lequel il a signé pour deux ans. 



Voir le flux - 21/08/2019 20:30:16

Un bruit dans la nuit

Un exercice pour comprendre la première scène de la pièce de théâtre « Styx 2.0 ». Cette pièce fait partie de la collection « 10 sur 10 » : des textes de théâtre écrits spécialement pour les apprenants de français.


Voir le flux - 21/08/2019 13:00:31

Le naufragé

Un exercice pour comprendre la première scène de la pièce « L’île des enfants rois » avec de nombreux personnages et une histoire originale. Cette pièce fait partie de la collection « 10 sur 10 » : des textes de théâtre écrits spécialement pour les apprenants de français.


Voir le flux - 21/08/2019 11:36:46

Journal en français facile 20/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile avec ce soir Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

GN : Et dans l’actualité de ce mardi, il y a : le débarquement des migrants en Italie. C’est la justice italienne qui l’ordonne devant la situation de la centaine de migrants à bord depuis 19 jours.

ZK : L’Italie confrontée à la crise gouvernementale. Le chef du gouvernement Giuseppe Conte annonce sa démission en pointant du doigt Matteo Salvini.

GN : La Chine dans le viseur de Twitter et Facebook. Les réseaux sociaux soupçonnent le régime chinois de les avoir utilisés contre le mouvement pro-démocratie de Hong Kong.

ZK : Et puis une polémique en Israël. L’état hébreu encourage les habitants de Gaza à émigrer, ce qui n’est pas du goût des Arabes israéliens.

-----

ZK : Les migrants du navire Open Arms vont débarquer en Sicile.

GN : C’est la justice italienne qui l’ordonne. Le procureur d’Agrigente a pris cette décision après une visite à bord du bateau qui attendait devant le port de l’île de Lampedusa depuis 19 jours avec une centaine de migrants à son bord. Compte tenu de la situation à bord, il a été de placer le navire sous séquestre et de débarquer tout le monde. Un peu plus tôt, dans un geste désespéré, une quinzaine de la centaine de migrants recueillis se sont jetés à l’eau pour tenter de rejoindre l’île à la nage. Ils ont été secourus par les garde-côte italiens et amenés sur l’île. L’Espagne, le Pays de l’ONG Proactiva Open Arms qui affrète le bateau a décidé d’envoyer un navire militaire pour prendre en charge les migrants.

ZK : Et pendant ce temps, l’Italie se débat dans la crise gouvernementale déclenchée par Matteo Salvini.

GN : Le patron de la ligue d’extrême droite a mis fin à la coalition formée avec le mouvement antisystème 5 étoiles. Cet après-midi au parlement, le Premier ministre Giuseppe Conte a tiré à boulets rouges sur le ministre d’intérieur Matteo Salvini, l’accusant de ne voir que son intérêt personnel. Giuseppe Conte a aussi annoncé sa démission, démission acceptée ce soir par le président italien Sergio Materella qui entamera des consultations dès demain. Giuseppe Conte se dit par ailleurs inquiet pour l’adoption dans les temps du budget 2020. La ligue et le mouvement 5 étoiles avaient promis de relancer l’économie, mais le bilan est décevant. Altin Lazaj.

La troisième économie de la zone euro tourne au ralenti. La croissance de son PIB a été nulle sur les six premiers mois de l’année. Certains experts anticipent même une récession pour l’ensemble de l’année. Le chômage qui avoisine les 10 % de la population active devrait donc augmenter. L’Italie affiche par ailleurs une dette colossale, 134 % de son PIB. Et quand le pays veut emprunter sur le marché obligataire, il paye en intérêt plus cher que ses voisins. En Plus, sur le plan économique, les deux formations ne s’entendent pas. La ligue 5 étoiles a réussi à mettre en place sa promesse phare ; le revenu de citoyenneté pour les plus défavorisés. Mais Matteo Salvini a d’ores et déjà annoncé son intention de la remettre en cause s’il remporte les prochaines élections. Autre dossier où les deux partenaires de la coalition se sont affrontés. Le Chantier de la liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. Un projet de 26 milliards d’euros. Si le mouvement 5 étoiles estime que c’est du gaspillage de l’argent public, la ligue le juge vital pour l’économie. C’est d’ailleurs ce dossier qui a fait voler en éclat la coalition.

GN : Le chef du gouvernement a donc pointé du doigt Matteo Salvini. Je vous propose de l’écouter.

« Aujourd’hui je dois admettre que la décision de la Ligue de présenter aussi rapidement à l’agenda une motion de défiance, ajouté à cela les déclarations sans ambiguïté et les comportements de ces derniers jours et dernières semaines, me poussent à interrompre cette expérience gouvernementale. Ces raisons m’amènent à qualifier d’extrêmement irresponsable la décision de déclencher cette crise gouvernementale. Aussi, permettez-moi de vous dire que le ministre de l’Intérieur a montré qu’il poursuivait ses propres intérêts et ceux de son parti. »

ZK : Deux jours après la gigantesque manifestation de ce dimanche, Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif hongkongais, s’est exprimée ce mardi.

GN : Elle a annoncé la création d’une mission d’information sur les moyens de résoudre la crise. Carrie Lam a aussi indiqué que c’est toujours la police des polices qui enquêterait sur les plaintes pour violences policières, mais qu’elle demanderait l’aide d’experts étrangers. Bref, de timides pas en avant, mais toujours un refus des demandes des manifestants comme l’abandon du projet de loi d’extradition vers la Chine continentale.

ZK : Pékin dans le collimateur de Twitter et de Facebook.

GN : Les deux réseaux sociaux censurés en chine continentale mettent en cause directement le gouvernement chinois dans une campagne de désinformation contre les manifestants hongkongais, et cela via un millier de « faux comptes » Twitter et de « fausses pages » Facebook. Ces « faux comptes » aujourd’hui fermés ne sont que la partie immergée de l’iceberg d’un vaste système de propagande ayant recours à des relais anonymes sur les réseaux sociaux. À Pékin, Stéphane Lagarde.

En Chine, on les appelle encore les « wu mao dang », littéralement « le parti des 50 centimes de yuans », soit le prix payé autrefois pour poster un commentaire favorable au gouvernement ou pour relayer les messages de la propagande. Ces soldats du net travaillant pour la plupart sous pseudo posteraient plus de 480 millions de messages par an selon une enquête de l’université de Harvard publiée en 2016. Pour diffuser ces mêmes messages à l’étranger, la propagande chinoise a besoin de passer par des réseaux sociaux censurés en chine continentale confie la journaliste Gao Yu. « J’estime qu’il existe plusieurs centaines de milliers de “wu mao” aujourd’hui en Chine. Sur Twitter, on trouve deux sortes de faux comptes chinois. Une partie est chargée d’attaquer les opposants, parfois en les insultant. L’autre groupe, ce sont des gens qui ont reçu une formation. Parmi eux, de nombreux policiers de l’internet qui propagent des fake news. La propagande chinoise est aujourd’hui aussi puissante que pendant la révolution cultuelle. » Des agents entraînés pouvant s’exprimer en anglais. La direction de Twitter affirme avoir identifié « de large ensemble de comptes agissant de façon coordonnée de manière à amplifier leurs messages sur les manifestations de Hong Kong ». La compagnie californienne souligne également qu’elle dispose « de preuves fiables » permettant d’affirmer « qu’il s’agit “d’une opération appuyée par l’état chinois”. Bon nombre de ces comptes ont pu accéder a twitter depuis la Chine via des VPN, des tunnels virtuels permettant de contourner la censure, quand d’autres venaient d’adresses IP spécifiquement non bloquées en République Populaire de Chine.

ZK : La situation économique mondiale.

GN : Elle inquiète un peu partout en ces temps de tensions commerciales. Aux États-Unis, Donald Trump dit que son pays est très loin d’une éventuelle récession, mais il admet tout de même que des baisses d’impôts sont envisagées pour soutenir l’activité. 

ZK : Une polémique en Israël.

GN : Un député arabe israélien s’élève contre la politique d’émigration des Palestiniens de Gaza. Une politique encouragée par le gouvernement de Benjamin Netanyahou, qui s’efforcerait de trouver des pays d’accueil aux habitants du territoire palestinien. Jérusalem, Michel Paul.

[Transcription manquante]

ZK : 24 morts, 7 blessés et 5 disparus.

GN : C’est l’attaque la plus meurtrière subie par l’armée burkinabè depuis le début de sa confrontation avec des groupes djihadistes. C’est le détachement militaire de Koutougou dans la province du Soum qui a été visé hier. Selon une source sécuritaire, ce sont plusieurs dizaines d’assaillants à moto et en Pick-up qui ont assailli le camp. L’opposition politique demande la démission du gouvernement. Les grands moyens pour assurer la sécurité du sommet du G7. 13 200 policiers et gendarmes seront mobilisés ce week-end pour la réunion des chefs d’état et de gouvernement qui va se dérouler à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.



Voir le flux - 20/08/2019 20:15:04

Pieds dans le tapis

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.

 

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 20/08/2019 08:15:05

Journal en français facile 19/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenu dans votre Journal en français facile. Avec ce soir Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

GN : Dans l’actualité de ce lundi, il y a : le sort des migrants de l’Open Arms. Après 18 jours sur le bateau, l’Italie refuse d’ouvrir ses ports. L’Espagne propose les Baléares à 1000 kilomètres de là.

ZK : La situation à Hong Kong. Au lendemain d’une nouvelle manifestation géante. Les pro-démocratie estiment que leur mobilisation a réussi, sans violence. 

GN : La guerre en Syrie. Les troupes du régime de Bachar El Assad ont réussi à rentrer dans une ville jusque-là tenue par les rebelles jihadistes.

ZK : Une pénurie de farine de maïs en Équateur. Le pays doit en importer depuis l’arrivée massive de migrants en provenance du Venezuela.

------

ZK : La situation des migrants en Méditerranée.

GN : L’organisation non gouvernementale espagnole Proactiva Open Arms juge incompréhensible et inconcevable l’offre de débarquer aux Baléares, c’est à dire des Îles espagnoles. Ces îles se situent à 1000 kilomètres des côtes italiennes, près desquelles le bateau Open Arms attend depuis 18 jours de pouvoir débarquer plus d’une centaine de migrants recueillis en mer. L’Italie, sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, refuse toujours l’accès au navire. Notre envoyée spéciale à Lampedusa a pu rencontrer la responsable d’une ONG qui s’est rendue à bord. La situation est très difficile. Juliette Gheerbrandt.

[Transcription manquante]

ZK : Vladimir Poutine au fort de Brégançon.

GN : Le président russe est reçu par Emmanuel Macron sur son lieu de villégiature avant le week-end prochain et le sommet du G7 à Biarritz dont la Russie est exclue depuis l’annexion de la Crimée. C’est donc une façon d’entretenir des rapports avec la Russie. C’est que les sujets de discussion et même de francs désaccords ne manquent pas, de la Syrie à L’Ukraine, mais le lien entre les deux hommes n’a jamais été rompu. Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont exprimés devant la presse avant leur réunion.

ZK : Dans la région syrienne d’Idlib, la tension se concentre aujourd’hui encore autour de la ville de Khan Cheikhoun.

GN : Après d’intenses combats, les forces du régime de Bachar al Assad sont entrées dans cette zone défendue par des groupes jihadistes et rebelles soutenus par Ankara. Damas dénonce justement aujourd’hui l’envoi de convois militaires turcs en direction du sud d’Idlib. Khan Cheikhoun est une ville clef dans la reconquête du dernier bastion jihadiste par le régime syrien nous explique David Rigoulet-Roze, enseignant chercheur à l’IFAS Institut français d’analyse stratégique.

[Transcription manquante]

GN : David Rigoulet-Roze, enseignant chercheur à l’IFAS Institut français d’analyse stratégique joint par Oriane Verdier.

ZK : Le début du procès de l’ancien président soudanais Omar el Bechir.

GN : C’était aujourd’hui à Khartoum. L’ancien homme fort du pays pendant 3 décennies est jugé pour corruption. Parallèlement, la désignation attendue dimanche du Conseil souverain censé piloter la transition entre pouvoir militaire et civil a été retardée, l’une des cinq personnes choisies par le mouvement de contestation ayant décliné l’offre. La composition complète est désormais prévue ce lundi.

ZK : Retour à la normale à Hong Kong après la journée de très forte mobilisation hier.

GN : Les grands axes routiers ont été fermés après avoir été investis par des manifestants qui allaient ou revenaient du Parc Victoria, lieu officiel du rassemblement pro-démocratie. La pluie torrentielle n’a pas empêché les manifestants de s’y rendre. 1, 7 millions de personnes auraient participé à la manifestation d’après les organisateurs. 128 000 seulement d’après la police. Mais surtout, aucun incident grave n’est à déplorer. Un succès salué par les Hongkongais ce matin dans les rues. Aabla Jounaïdi.

Les véhicules ont repris leur place sur les routes hier inondées de monde. Pour Liz, la marche est un succès : « 1,7 million de personnes malgré la mauvaise pluie, c’était inattendu ! Surtout, les manifestants ont décidé que ce jour, ils voulaient éviter les violences. Jusqu’à la fin, vers 11h du soir, ils ont veillé à ce que tout le monde rentre chez soi. » C’est non loin de là, en effet devant le siège du gouvernement qu’un groupe de radicaux a cherché à affronter la police. Populaire et pacifique, même Cathryn qui ne soutient pas le mouvement à cause des violences salue la manifestation. « Oui c’était bien, ils ont montré qu’ils étaient soudés. C’est un excellent moyen de montrer au gouvernement ce qu’ils veulent. » Charles, qui était au parc Victoria confirme : « Le message qu’il fallait faire passer, c’est que ce mouvement a toujours ses soutiens. Les gens pourraient dire “oh ça fait deux mois que ça dure”. Donc je suis allé avec mes amis pour montrer notre soutien et rappeler au gouvernement nos revendications. » Ce matin, la plupart des journaux de Hong Kong consacrent leur une au rassemblement de dimanche, photos aériennes impressionnantes à l’appui.

ZK : 5 ans après, l’épilogue de l’une des affaires qui avaient lancé le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis.

GN : Le policier accusé d’avoir tué un homme noir par asphyxie a été renvoyé de la police de New York. Le 17 juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, avait été violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnaient de vendre illégalement des cigarettes.

ZK : Une pénurie inattendue en Équateur.

GN : Produit Intérieur Brut, indice des prix à la consommation, taux de chômage, taux d’intérêt directeurs, balance des paiements… les économistes ne manquent pas d’indicateurs pour leurs analyses. Au Pérou, voilà que vient de s’ajouter à cette liste non exhaustive la… farine de maïs. Cet indicateur semble à première vue peu orthodoxe et même un peu rustique. Il est pourtant très pertinent pour mesurer l’impact de l’immigration vénézuélienne. Les explications de notre correspondant dans la région, Eric Samson.

Quand Christophe Colomb a touché terre en 1492 dans les Caraïbes, on sait que les indigènes lui ont offert une arepa. C’est dire si cette galette de maïs servie grillée, frite ou cuite au four fait partie non seulement de la gastronomie, mais de l’histoire latino-américaine. Les archéologues ont d’ailleurs découvert des traces de la culture du maïs datant de 3000 ans. Les peuples précolombiens pilaient le, mais jusqu’à le réduire en bouillie, ensuite façonnée en boules cuites sur une planche en argile, l’aripo, qui a peut-être donné son nom à l’arépa. Si en France, il faut qu’on nous serve notre « pain quotidien », en Colombie et au Vénézuéla, c’est plutôt l’arépa. Et visiblement, les migrants vénézuéliens n’ont pas l’intention de changer de menu. Les importations de farine de maïs du Pérou ont augmenté de 345 % durant le premier semestre 2019 par rapport à l’année précédente. Jusqu’alors, le pays en produisait suffisamment pour sa consommation interne. Mais c’était avant l’arrivée de 860 000 migrants vénézuéliens, selon les derniers chiffres officiels. 6295 tonnes de farine de maïs ont été importées de janvier à juillet pour un total de 6 millions d’euros. Ces importations proviennent des États-Unis, du Mexique, du Costa Rica et surtout de Colombie, mais pas du Vénézuéla. Une preuve de plus de la situation catastrophique de l’agriculture vénézuélienne. Une raison de plus qui fait de la farine de maïs un indicateur économique pas plus bête que les autres.

GN : La contestation s’organise avant le G7 de Biarritz dans le sud-ouest de la France. Le contre-sommet est prévu à Irún, côté espagnol de la frontière. Anticapitalistes, défenseurs de la planète, altermondialistes et autres opposants ont commencé lundi à se rassembler dans leur quartier général d’Urrugne, en France.



Voir le flux - 19/08/2019 20:30:11