Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
11-20 sur 2809 résultats.

Indifférent

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 20/11/2017 08:45:04

Journal en français facile 19/11/2017 20h00 GMT

Transcription

21 h à Paris

20 h TU

 

Gilles Moreau : bonsoir à tous, voici comme chaque soir votre Journal en français facile.

Dans l'actualité : un discours de Robert Mugabe qui reste président du Zimbabwe. Il a pris la parole pendant une vingtaine de minutes à la télévision nationale, entouré des chefs militaires, sans évoquer son départ qui était pourtant attendu.

Au Kénya, la situation reste tendue à la veille de la décision de la Cour suprême sur la présidentielle du 26 octobre. Des incidents ont éclaté après la découverte de cadavres dans un bidonville de Nairobi.

Une élection présidentielle se tient au Chili. C’est aujourd'hui le premier tour. En position de favori : le conservateur Sebastian Piñera,  qui a déjà dirigé le pays, de 2010 à 2014.

A la fin de ce journal, le rendez-vous d'Yvan Amar. "Et puis sans va" : c’est l'expression de la semaine.

 

GM : Contre toute attente, Robert Mugabe n'a donc pas annoncé sa démission au Zimbabwe. Le président a pris la parole ce soir à la télévision d'Etat, entouré des chefs militaires. Tout en jugeant leurs préoccupations "légitimes", il a estimé que l'intervention de l'armée (qui l'a placé cette semaine en résidence surveillée) n'avait pas remis en cause son autorité en tant que chef de l'Etat. Robert Mugabe refuse de céder, malgré la décision prise ce dimanche par le parti au pouvoir de le démettre de ses fonctions.

Valentine Rioux, vous êtes en direct d'Harare, dans un bar de la ville où tout le monde était à l'écoute, bien sûr :

(Non disponible )

 

Situation toujours tendue au Kénya à la veille d'une décision de justice cruciale pour l'avenir du pays. La Cour suprême se prononcera demain sur les demandes d'annulation de la présidentielle du 26 octobre dernier. Des échauffourées ont éclaté aujourd’hui entre la police et des habitants de Nairobi en colère.  Au moins quatre cadavres ont été découverts dans un bidonville de la ville sans que l'on connaisse les raisons de leur décès : crimes de droit commun ou bien violences politiques.

Au Chili, les électeurs ont encore un peu moins d'une heure - jusqu'à 21 heures TU - pour se rendre aux urnes.  L'élection présidentielle concerne 14 millions d'électeurs appelés à départager 8 candidats. Parmi eux, un favori : le conservateur Sebastian Piñera,  bien parti pour décrocher un nouveau mandat après avoir déjà dirigé le pays, de 2010 à 2014.
Pour RFI, Justine Fontaine s'est rendue à l'Estadio nacional, stade emblématique de la capitale Santiago, transformé aujourd'hui en bureau de vote, le plus grand du pays.

Son reportage :

« Ces électeurs viennent de repérer leur bureau de vote. Car ici il y en a plus d'une centaine, répartis tout autour des tribunes du stade. Eduardo Barra est arrivé dès l'ouverture ce matin. Il vient de voter, et compte glisser le même bulletin dans l'urne au second tour : « Quoi qu'il arrive. Je te le dis tout de suite, je ne suis pas de droite, mais c'est le seul qui ait de l'expérience. Je crois qu'il peut faire quelque chose. » Cristian Valenzuela, lui, vient de voter pour pour le Frente amplio, une coalition de gauche créditée d'environ 10% dans les sondages. Son fils de deux ans dans ses bras, il salue la mise en place pour la première fois d'un scrutin proportionnel pour les législatives, et ne veut pas oublier que ce lieu a été un centre de détention juste après le coup d'Etat du général Pinochet en 73 :« Symboliquement c'est très fort... ce lieu où tant de personnes ont été torturées et tuées, ce monument qui représente ce à quoi nous ne devons pas revenir... Le fait qu'on vote ici, que ce soit un lieu de démocratie aujourd'hui, c'est important ». Selon les sondages, Sebastian Piñera devrait arriver largement en tête au premier tour, avec 40% d'intentions de vote. Suivi, quinze points derrière, du candidat de gauche Alejandro Guillier, soutenu par une partie de la majorité sortante. »

Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté la demande de grâce d'un soldat reconnu coupable du meurtre d'un palestinien. Il l'avait achevé d'une balle dans la tête alors que le Palestinien, blessé, gisait au sol. Ce soldat franco-israélien avait été condamné à 18 mois de prison pour "homicide volontaire",  lors d'un procès très médiatisé.

Des pauvres invités à déjeuner au Vatican. En cette première Journée mondiale des pauvres, plusieurs centaines d'entre eux ont été conviés à partager un repas avec le pape François. Le reportage de notre correspondant au Vatican Olivier Bonnel  :

« Comme un bon père de famille, le souverain pontife salue les 1500 personnes qui vivent dans la précarité et qui sont venues de France d’Espagne ou encore de Pologne. L’immense salle Paul VI où d’ordinaire le pape tient ses audiences générales, s’est transformée en réfectoire géant où des tables rondes aux nappes blanches ont été dressées, et où chacun se fait servir. Cette Journée mondiale pour les pauvres, le Pape François l’a souhaitée il y a un an lorsqu’il a clos l’année de la miséricorde. Plus tôt, en célébrant la messe dans la basilique Saint-Pierre avec 4000 personnes, le Pape a appelé une nouvelle fois à dépasser l’indifférence, « dans leur faiblesse, il y a une force salvatrice » a-t-il expliqué et si « aux yeux du monde, ils ont peu de valeur, ce sont eux qui nous ouvrent le chemin du ciel, ils sont nos “passeports pour le paradis”. Serge est venu de Nantes pour partager cette journée avec le pape, avec émotion, il a lu une lecture lors de la messe. 2 500 nécessiteux ont eux aussi déjeuné dans des réfectoires de Rome, gérés par le Vatican ou les communautés catholiques de la ville. L’an prochain, ce seront eux qui partageront leur repas avec le pape argentin. »

« Et puis sans va" : c’est l'expression de la semaine. Rendez-vous signé Yvan Amar :

« Gerry Adams : un dernier mandat et puis s’en va! C’est ainsi qu’on présente le la fin de la carrière politique de celui qui dirige en Irlande le parti Sinn Fein depuis si longtemps. Un dernier mandat et puis il prend sa retraite, il s’en va. Mais justement on ne dit pas « il ». On dit « s’en va »! C’est qu’on se rappelle une vieille chanson enfantine qu’on cite en la transformant! Ainsi font, font, font les petites marionnettes. Ainsi font, font, font... trois petits tours et puis s’en vont. Une allusion peu respectueuse du métier politique! Souvent quand on cite cette chanson c’est pour mieux souligner un vide, juste une apparence! Les marionnettes n’ont pas de volonté propre. Elles sont manipulées pas quelqu’un qu’on ne voit pas. Mais la formule a souvent des intentions moins méchantes: elle montre que rien n’est éternel, que les vies humaines sont bien éphémères, c’est à dire bien courtes. Une activité politique longue a l’échelle d’une vie, durant toute une vie, c’est bref comparé à l’histoire. Et quand elle est finie, qu’en reste-t-il ? On ne le saura que plus tard ! »

Merci et à la semaine prochaine Yvan Amar.  C’est la fin de votre Journal en français facile. Bonsoir à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 19/11/2017 20:30:06

Expression n° 255

Indice : Des clopinettes. Réponse n° ?254 : Tuer la poule aux œufs d'or. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 19/11/2017 05:20:35

Expression à deviner n° 255

Indice : Des clopinettes. Réponse n° ?254 : Tuer la poule aux œufs d'or. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 19/11/2017 05:20:35

Journal en français facile 18/11/2017 20h00 GMT

transcription

 

20 h TU

21 h Paris

Gilles Moreau : Bonsoir à tous, voici votre Journal en Français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Dans l'actualité : Des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé le départ de Robert Mugabe aujourd'hui au Zimbabwe. Un possible départ sera débattu demain par le parti au pouvoir.  Dans le même temps, des discussions auront lieu entre le président  et  les chefs militaires.

SB : Saad Hariri sera de retour au Liban dans les prochains jours pour clarifier sa position. Après avoir quitté l'Arabie saoudite, le premier ministre démissionnaire du Liban a été reçu à Paris par Emmanuel Macron.

GM : Dans l'actualité politique française, Christophe Castaner prend la tête  de La République en Marche, le parti du chef de l'Etat.

SB : A la fin de ce journal, le mot de la semaine retenu par Yvan Amar : le mot "parrain".

 

SB : Saad Hariri sera de retour au Liban dans les prochains jours, au plus tard mercredi prochain 22 novembre, jour de la fête nationale libanaise.

GM : Arrivé ce matin à Paris en provenance d'Arabie saoudite, le premier ministre démissionnaire a été reçu à l'Elysée par Emmanuel Macron. Il a salué le rôle de la France. Le présidnt Macron a, lui, mis en avant sa volonté de "contribuer à apaiser les tensions dans la région".

Juliette Gheerbrant  :

« Saad Hariri, souriant a confirmé sur le perron de l'Elysée qu'il serait mercredi au Liban pour la fête de l'indépendance. Il ne s'exprimera sur les questions politiques et donc sur son maintien ou non à la tête du gouvernement qu'après en avoir parlé avec le Président Michel Aoun. L'invitation du Premier ministre et de sa famille est apparue à la France comme le moyen de désamorcer la crise suscitée par le séjour prolongé de Saad Hariri à Ryad. Depuis l'Arabie saoudite Saad Hariri avait dénoncé la mainmise du Hezbollah sur le Liban. De son côté le Hezbollah, membre du gouvernement et très proche de l'Iran, avait accusé Ryad de détenir le Premier ministre contre son gré, ce que l'intéressé a démenti.  Le Hezbollah enfin qui est impliqué en Syrie. L'étape parisienne de Saad Hariri apporte certes un peu d'apaisement mais la crise est loin d'être terminée. A l'Elysée on explique qu'il faut dissocier le Liban des crises régionales, pour préserver sa stabilité et le fonctionnement normal de ses institutions. La France se dit d'ailleurs prête à accueillir une réunion du groupe international de soutien au Liban. »

SB : Les relations se tendent entre les Etats-Unis  et l'Organisation de libération de la Palestine.

GM : Les Etats-Unis ont refusé de renouveler l'autorisation permettant à l’OLP d'avoir une représentation à Washington : une première depuis les années 1980, dénonce l'OLP. Si ce projet se confirme,  les Palestiniens gèleront leurs relations avec les Etats-Unis.

SB : Au Zimbabwe, la pression s'accentue sur Robert Mugabe, toujours président mais dans une position de plus en plus inconfortable.

GM : Des dizaines de milliers de manifestants ont exigé son départ aujourd’hui dans les deux principales villes du pays, Harare et Bulawayo. La journée de demain dimanche s'annonce cruciale. Des discussions sont prévues entre Robert Mugabe et  les chefs militaires.  Dans le même temps, le parti au pouvoir ( la ZANU PF) se réunira pour discuter du départ du chef de l'Etat, assigné à résidence par l'armée depuis mercredi dernier.

SB : A l'approche du prochain sommet Europe - Afrique, le Niger demande que la question de l'esclavage en Libye soit mise à l'ordre du jour.

GM : Indigné par le traitement subi par des migrants en Libye, le président nigérien Mahamadou Issoufou en a fait la demande. Il s’est notamment insurgé contre la vente aux enchères de migrants comme esclaves. Le sommet Union Africaine - Union-Européenne aura lieu les 29 et 30 novembre à Abidjan.

 

SB : Revenons maintenant sur la fuite à l'étranger d'un des principaux opposants vénézuéliens.

GM : Antonio Ledezma, maire de Caracas et farouche opposant au régime du président  Maduro,  est arrivé aujourd'hui en Espagne. Il venait de Bogota après avoir fui le Venezuela où il était en résidence surveillée depuis 2015.

Stefanie Schüler :       

« Antonio Ledezma avait été arrêté en février 2015. Accusé de complot contre le président, il avait été incarcéré dans une prison militaire. Deux mois plus tard, le maire de Caracas avait été assigné à résidence pour raison de santé. Sa maison faisait l'objet d'une surveillance accrue. Les Vénézuéliens ne se posent pas seulement des questions sur les circonstances qui ont permis la fuite d'Antonio Ledezma. La réaction du président Maduro en laisse également perplexe plus qu'un. Antonio Ledezma a annoncé vouloir continuer depuis l'exil sa lutte pour un changement politique au Venezuela. »

GM : En France, l'actualité politique du jour est dominée par l'élection attendue de Christophe Castaner, à la tête  de La République en Marche, le parti du pdt Macron. Ce proche du chef de l'Etat a été désigné à Lyon par le  Conseil national du parti, c'est à dire son parlement.

SB : On parle rugby à présent.

GM : Battu deux fois de suite par les All Blacks, le XV de France a mal commencé ses tests d'automne.  Il va tenter de faire mieux ce soir au stade de France mais  contre un autre adversaire redoutable : les Springboks sud-africains.

Frédéric Gassmann vous êtes sur place pour RFI, le match a commencé :

(Non disponible)

 

GM : Football, le Paris st Germain creuse l'écart en tête de la Ligue 1. Large victoire sur Nantes 4-1, qui permet au PSG de compter 6 points d'avance sur le 2 ème Monaco.

 Tennis, exploit du belge David Goffin au Masters de Londres, lui qui n'avait jamais battu Roger Federer. Il s’est offert le Suisse en 3 sets : 2-6 6-3 6-4 et du même coup s'est qualifié pour la finale. Il sera opposé demain  au vainqueur du match entre Grigor Dimitrov et Jack Sock.

Avant de refermer ce journal nous retrouvons Yvan Amar pour le mot de la semaine. Aujourd'hui le mot "Parrain", après la mort cette semaine de Toto Rina :

« Le parrain des parrains vient de mourir dans une prison de Parme, en Italie. Et si on l’appelle parrain des parrains, c’est pour bien montrer sa puissance, son pouvoir, comme s’il était le chef de tous les chefs. Mais chef de quoi ? De la Maffia, c’est-à-dire d’une organisation criminelle. Mais ce mot s’emploie maintenant à propos de nombreux réseaux  criminels en Sicile, en Italie, mais également aux Etats-Unis, en Chine etc : toutes ces structures qui ont leurs chefs, leurs buts, leurs manières de fonctionner, presque comme une grande entreprise, dont le but est de gagner le plus d’argent possible, mais de façon illégale : trafics, vols, rackets etc. Et ces entreprises, on les appelle souvent des familles. Et en français, on a emprunté quelques mots, que tout le monde comprend, pour désigner ceux qui ont du pouvoir dans cette famille.

Et parmi ces mots, empruntés à l’italien, ou au sicilien, on a le parrain ! C’est-à-dire le patron ! Mais un parrain est au départ, avant d’appartenir au vocabulaire de la Maffia, un genre de père symbolique : non pas un père par le sang, mais quelqu’un à qui est confiée la fonction d’être responsable d’un enfant, à côté du vrai père : il devra s’en occuper, assurer son éducation, si ces parents biologiques disparaissent. Et même s’ils sont encore là, le parrain a une sorte d’autorité morale sur celui qu’on appelle son filleul. Et toute cette tradition nous vient de l’Eglise catholique : ces mots de parrains (ou de marraine au féminin), et de filleul, nous viennent d’une tradition religieuse. Et c’est elle qui a été détournée, utilisée pour donner sa forme à cette sorte de société du crime, qu’est la Maffia. »

Merci Yvan Amar.  C’est la fin de votre Journal en français facile à retrouver sur notre site internet à la page RFI Savoirs. Bonsoir et à demain !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 18/11/2017 21:00:04

Expression n° 254

Indice : Risquer de perdre. Réponse n° ?253 : Main dans la main. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 18/11/2017 06:51:13

Expression à deviner n° 254

Indice : Risquer de perdre. Réponse n° ?253 : Main dans la main. A demain ou sur https://expressionillustree.blogspot.fr


Voir le flux - 18/11/2017 06:51:13

Journal en français facile 17/11/2017 20h00 GMT

transcription

21 h Paris

20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir à tous, voici votre Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Dans l'actualité : une vingtaine de morts au moins dans un attentat en Syrie. Le groupe Etat islamique a visé des personnes déplacées dans la province de Deir Ezzor.  Les précisions sur place de Sami Boukhelifa, dans un instant.

 

SB : Au Zimbabwe,  Robert Mugabe s’est pour la première fois montré en public depuis  le coup de force de l'armée, cette semaine. Sans prendre la parole, il est apparu à une cérémonie dans la capitale Harare.

 

GM : Attendu ce soir à Paris en provenance d'Arabie saoudite, Saad Hariri sera reçu demain à l'Elysée. Il sera reçu "en tant que Premier ministre" du Liban, a précisé aujourd'hui le président Emmanuel Macron.

 

SB : En Irak, la toute dernière localité encore tenue par le groupe Etat islamique est tombée: la localité de Rawa, reprise aujourd'hui par l'armée irakienne. Chassés de tous les centres urbains, les djiadistes ne contrôlent plus que quelques zones désertiques à la frontière syrienne.

 

GM : La Syrie où au moins 26 personnes ont été tuées aujourd’hui dans un attentat à la voiture piégée. Attribué au groupe Etat islamique, l'attentat visait un rassemblement de déplacés dans la province de Deir Ezzor, dans l'Est du pays.

Le récit de Sami Boukhelifa, notre envoyé spécial en Syrie :

« Vendredi 13h30, fin de la grande prière. Le village de Faraj près de Deir Ezzor. Plusieurs dizaines de civils font route vers le nord. Derrière eux, plus au sud, l’une des dernières batailles contre le groupe Etat Islamique en Syrie, est engagée. Depuis plusieurs jours les habitants de la vallée de l’Euphrate abandonnent tout et fuient les combats souvent à pied, parfois entassés dans des camions.
Leur région est désormais le seul réduit djihadiste du pays. Après avoir perdu ses grandes villes et Raqa, sa capitale autoproclamée, l’organisation Etat Islamique s’est retranchée dans cette région du sud-est de la Syrie frontalière avec l’Irak. Les forces anti djihadistes avaient une crainte : l’EI sans son territoire multipliera les attentats. Ce vendredi un djihadiste au volant de son véhicule piégé, un infiltré, passe à l’action. Il est pourtant assez éloigné des lignes de front mais mène son attaque jusqu’au bout. Sa charge est déclenchée au milieu de villageois. Le bilan est meurtrier. »

 

SB : Saad Hariri sera reçu demain en fin de matinée au palais de l'Elysée, à Paris à l'invitation d'Emmanuel Macron.

GM : Le président français a expliqué aujourd’hui qu'il serait reçu "en tant que Premier ministre" du Liban,  sa démission « n'ayant pas été reconnue dans son pays,  puisqu'il ne s'y est pas rendu. » C’est en effet à Ryad que Saad Hariri a annoncé sa décision à la surprise générale, le 4 novembre dernier. Saad Hariri arrive ce soir à Paris en provenance d'Arabie saoudite.

 

SB : Robert Mugabe a fait aujourd'hui sa première apparition publique depuis  le coup de force de l'armée, dans la nuit de mardi à mercredi.

GM : En principe assigné à résidence (retenu chez lui), le président du Zimbabwe est apparu à une cérémonie dans une université de la capitale Harare. Robert Mugabe n'a fait aucune déclaration. Poussé vers la sortie par les militaires, l'homme âgé de 93 ans leur a fait comprendre hier qu'il entendait bien rester en place.

Aux Etats-Unis, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a ouvert ce matin à Washington un sommet consacré à l'Afrique, en présence d'une trentaine de ministres des affaires étrangères africains. A propos de la situation au Zimbabwe, il s'est prononcé pour une transition démocratique :

« Je sais que nous suivons tous avec attention la situation au Zimbabwe et je sais que chacun d'entre vous s'en inquiète, nous sommes aussi préoccupés. Nous devrions tous travailler ensemble pour un retour rapide à un pouvoir civil dans ce pays  conformément à sa constitution. Le Zimbabwe a l'opportunité de s'engager sur une nouvelle voie. Une voie qui  doit inclure des élections démocratiques et le respect des droits de l'homme. En fin de compte c'est le peuple du Zimbabwe qui doit choisir son propre gouvernement. Au cours de nos discussions aujourd'hui nous aurons l'occasion de voir comme les aider de manière concrète à mener cette transition. »

GM : Rex Tillerson au micro d'Anne Corpet.

SB : Au moins 3 morts aujourd'hui dans des affrontements à Nairobi, la capitale du Kénya.

GM : La police est intervenue pour disperser une manifestation interdite de l'opposition. Des milliers de jeunes opposants voulaient fêter le retour de leur leader Raila Odinga de retour d'un voyage aux Etats-Unis. La police kényane dément avoir fait usage de balles réelles. Selon elle, les personnes tuées étaient des pilleurs qui ont été lapidés à mort par une foule en colère.

SB : En Mauritanie, le gouvernement décide de durcir les peines contre les auteurs de blasphèmes. Ils seront désormais passibles de la peine de mort, même s'ils se repentissent...

GM : Tout récemment, un Mauritanien incarcéré pour un billet de blog jugé blasphématoire avait vu sa condamnation à mort convertie en une peine de prison de deux ans. Salué notamment par Amnesty international, cet arrêt d'une cour d'appel avait provoqué un tollé à travers le pays.

 

 

SB : Direction le Vénézuela où l'un des principaux opposants a pris la fuite, pour se réfugier en Colombie.

GM : Il s'agit du maire de la capitale Caracas,  Antonio Ledezma, accusé de conspirer contre le gouvernement Maduro. Les précisions de Marie Normand :

 

« Les services de l'immigration colombienne l'ont confirmé dans un communiqué. Antonio Ledezma a donc franchi la frontière, par voie terrestre, ce vendredi matin. Une traversée digne d'un scénario de film, selon l'intéressé, qui a réussi à déjouer la surveillance de sa maison et passer une vingtaine de points de contrôle. C'est donc après un peu plus de mille jours de détention que cet avocat de 62 ans a pris la fuite. Devenu maire de Caracas en 2009, réélu en 2013, il avait été arrêté et incarcéré deux ans plus tard, accusé par le gouvernement d'association de malfaiteurs et de complot contre le président Maduro. Au mois d'avril cette année, Antonio Ledezma avait été assigné à résidence pour raisons de santé. Cette figure de l'opposition vénézuélienne est le dernier d'une série de personnalités à quitter le pays. A son arrivée en Colombie,  il a indiqué que sa destination finale était l'Espagne. Mais il promet de réaliser, je cite "un pèlerinage" à travers le monde pour défendre les Droits de l'homme dans son pays. "Ma voix, dit-il, se joint au chœur des Vénézuéliens qui ont demandé de l'aide à la Colombie". Selon les chiffres que Bogota a publiés fin octobre, ils sont 470.000 à vivre légalement ou clandestinement dans le pays voisin, pour des raisons politiques ou économiques. »

GM : on vient d'apprendre  qu'Antonio Ledezma doit quitter la Colombie pour se rendre en Espagne.

 

En Allemagne, les tractations continuent en vue de trouver un accord de gouvernement. Elles devraient se poursuivre tout le week-end end. Autour de la table les potentiels partenaires d'une coalition autour d'Angela Merkel : conservateurs, libéraux et écologistes allemands.

 

SB : Le dirigeant catalan Carles Puigdemont a pour la première fois comparu aujourd’hui devant la justice belge.

GM : C’est la suite du mandat d'arrêt émis par l'Espagne. Le parquet de Bruxelles a demandé au juge d'exécuter ce mandat mais le magistrat ne s'est pas prononcé. Une nouvelle audience est prévue le 4 décembre.

En Catalogne, les partis politiques n’ont plus que quelques heures : le délai prévu pour présenter les listes aux législatives du 21 décembre prend fin ce soir. Incapables de former une coalition, les partis indépendantistes ont décidé de se présenter en blocs distincts.

Les explications de notre correspondante à Barcelone, Laetitia Farine :

« ERC le parti de la gauche républicaine, crédité du maximum d’intentions de votes, sera mené par Oriol Junqueras, l’ex vice-président de la Generalitat actuellement en détention provisoire. Cinq anciens membres du gouvernement catalan derrière les barreaux ou à Bruxelles seront également sur ces listes, tout comme Carme Forcadell, la présidente du parlement catalan poursuivie pour « rébellion » et récemment libérée sous caution. A noter que c’est Marta Rovira, la numéro deux du parti qui accèdera à la présidence de la Generalitat en cas de victoire. Depuis Bruxelles, l’ancien président de la Generalitat Carles Puigdemont mènera une formation nommée Ensemble pour la Catalogne. Elle réunira des leaders du parti de centre-droit, le Pdcat, des anciens membres du gouvernement de la région ainsi que de nombreuses figures indépendantistes comme le président de l’Assemblée Nationale Catalane Jordi Sanchez. Enfin, le parti d’extrême-gauche Candidature d’Unité Populaire, sera mené par l’ancien député Carles Riera. Fidèle à sa stratégie locale, le parti inclut sur ses listes plusieurs représentants municipaux et de nombreux membres de la société civile comme l’écrivaine et activiste féministe Bel Olid. »

 

SB : Parrain redouté de la mafia sicilienne, Toto Riina est mort en prison, à Parme, au lendemain de ses 87 ans.

GM : Il aura longtemps fait régner la terreur en Sicile et au sein de Cosa Nostra, dont il avait pris le contrôle à partir des années 70. Toto Riina purgeait 26 peines de détention à vie. Il aurait commandité plus de 150 meurtres.

 

SB : En France, la réforme de la formation professionnelle, voulue par le gouvernement, est sur les rails.

GM : Les partenaires sociaux se sont mis d'accord sur un calendrier de négociation. La négociation commencera la semaine prochaine et devra s'achever le 16 février.

 

SB : Tennis, au Masters de Londres, on connait le programme des demi-finales.

GM : Dernier qualifié,  le belge David Goffin, vainqueur expéditif de Dominic Thiem. Il sera opposé demain à Roger Federer. L'autre demi-finale verra s'opposer Jack Sock et Gregor Dimitrov.

C’est la fin de votre Journal en français facile à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 17/11/2017 21:45:03

Les tutos de Léo : sculpter une tortue (niveau A1 débutant)

Du jaune, du vert, du marron et voilà une tortue en pâte à modeler ! Apprendre les parties du corps d'un animal en s'amusant, pour les 5-7 ans.
Cours pour les 3 à 12 ans (Enfants et pré-adolescents)

Voir le flux - 17/11/2017 14:00:05

Événement politique inattendu au Liban (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Une nouvelle crise politique au pays des cèdres ? Les Libanais se posent beaucoup de questions. Rédigez des slogans pour une pancarte (A2), rédigez un article de presse (B1), rédigez une lettre ouverte (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 17/11/2017 14:00:00