Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
11-20 sur 4818 résultats.

Journal en français facile 28/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Marie Casadebaig : Bonsoir à tous et bienvenu dans votre Journal en français facile. J’ai le plaisir de le présenter en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Marie, bonsoir à tous.

MC : À la UNE de l’actualité, la décision-choc de Boris Johnson en Grande-Bretagne. Il suspend les travaux du parlement pendant cinq semaines. L’opposition, mais aussi une partie de la majorité dénoncent le choix du Premier ministre.

ZK : Alors que la jeune Suédoise Greta Thunberg est arrivée aux États-Unis après deux semaines de voyage en mer, la Suède organise une semaine consacrée à l’eau. Les spécialistes pensent qu’il existe des solutions pour contrôler l’eau et éviter les sécheresses.

MC : Et puis une découverte archéologique au Pérou. Le plus important site de sacrifices d’enfants. Des enfants tués pour calmer la colère des dieux de la pluie justement.

-----

ZK : En Grande-Bretagne, Boris Johnson provoque la colère de l’opposition, mais aussi celle d’une partie de son camp politique.

MC : Le Premier ministre britannique a demandé au parlement d’arrêter de travailler pendant plus d’un mois. D’ici une dizaine de jours et jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’opposition estime que Boris Johnson veut empêcher les élus de débattre et d’éviter le Brexit. Les explications à Londres d’Élodie Goulesque.

L’opposition est en colère puisqu’en fait en suspendant le parlement, Boris Johnson facilite un no deal. Donc s’il estime que si un potentiel accord négocié avec l’Union européenne n’est pas satisfaisant et bien il peut décider de tenir sa promesse et de faire sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord au 31 octobre et sans que la Chambre des communes ait son mot à dire. En réaction à cette annonce, Jeremy Corbyn a qualifié cette suspension de menace et d’outrage à la démocratie et a annoncé vouloir faire passer une loi pour stopper cette décision de Boris Johnson. Ici on vante depuis des mois justement la démocratie parlementaire, mais le nouveau premier ministre britannique semble vouloir outrepasser cette tradition. Mais cette annonce divise au sein même du parti conservateur puisqu’on l’a appris il y a environ une heure, Ruth Davidson, la leader des conservateurs en Écosse serait sur le point de démissionner. C’est donc une annonce coup de poing qu’à fait ce matin Boris Johnson. Si le risque de no deal augmente, celui d’une élection générale aussi. Difficile de savoir pourquoi Boris Johnson a fait cette annonce. Soit parce qu’il croit à un no deal et veut tenir sa promesse de sortir de l’Union européenne au 31 octobre. Soit pour mettre la pression sur l’Union européenne et obtenir des potentielles concessions de Bruxelles. Dans les deux cas, le pari est très risqué et le Royaume-Uni n’a jamais autant été dans la confusion face au Brexit, mais aussi face à sa démocratie. Boris Johnson peut en tout cas compter sur le soutien total de Donald Trump. « C’est exactement ce que le Royaume-Uni attendait », a tweeté le président américain. « C’est un grand homme. »

MC : Avec cette suspension de 5 semaines, les parlementaires auront beaucoup de mal à jouer un rôle dans le processus du Brexit. Alors pourquoi ce choix du Premier ministre britannique ? Les explications de la politologue et auteur de livre Pour une Europe souveraineSophie Heine.

[Transcription manquante]

MC : Propos recueillis par Anissa El Jabri.

ZK : L’Italie devrait bientôt avoir un nouveau gouvernement.

MC : Le Mouvement 5 Étoiles a trouvé un accord politique avec le Parti démocrate, un parti de centre gauche. La prochaine équipe devrait être dirigée par Giuseppe Conté, le Premier ministre sortant. Il avait démissionné il y a une semaine, lorsque la coalition, l’alliance entre le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue a connu une grave crise. Pour Matteo Salvini, le chef de la Ligue, c’est un échec. Il espérait que de nouvelles élections soient organisées à l’automne.

ZK : Le Soudan est lui aussi dans l’attente d’un nouveau gouvernement. Sa composition devrait être annoncée dans la soirée.

MC : Ce sera le premier gouvernement depuis le départ du président Omar El Béchir. Il doit compter au maximum vingt ministres, choisis par le Premier ministre, Abdallah Hamdok, sauf les ministres de l’Intérieur et de la Défense, qui seront nommés par les militaires.

ZK : Au Yémen, les forces gouvernementales annoncent la reprise du contrôle d’Aden, la grande ville du Sud.

MC : Il y a trois semaines, les séparatistes, une partie de la population qui souhaite faire du Sud un pays indépendant, avaient réussi à chasser le gouvernement d’Aden. Un pouvoir, déjà chassé il y a près de 5 ans, de la capitale officielle, Sanaa, dans le Nord, par la rébellion houthie.

ZK : La bande de Gaza a été placée en état d’alerte ce mercredi après une série d’attentats-suicides la nuit dernière.

MC : Trois policiers palestiniens ont été tués. Ces attaques sont les premières dans la région depuis deux ans. Le Hamas, le mouvement issu des Frères musulmans, qui dirige la bande de Gaza, est confronté depuis des années au mouvement salafiste, qui réclame le retour des pratiques de l’époque du prophète Mahomet.

ZK : Greta Thunberg est arrivée à New York.

MC : La jeune écologiste suédoise a mis plus de 15 jours pour rejoindre les États-Unis, puisqu’elle a voyagé à bord d’un bateau à voile qui ne produit pas de pollution. Elle doit multiplier les rencontres à New York avant le sommet des Nations-Unis le 23 septembre. Elle avait refusé de prendre l’avion, moyen de transport très polluant.

ZK : Dans son pays, la Suède, était organisée la semaine internationale de l’eau.

MC : Ce rendez-vous annuel, le plus important du genre, a notamment reçu le maire de Beira. Vous vous en souvenez peut-être, c’est cette ville du Mozambique qui été presque entièrement détruit par un cyclone, en mars dernier. Le pays, généralement victime de longues sécheresses, s’est retrouvé sous les eaux. Une situation, qui malheureusement devrait se répéter. Le reportage de Frédéric Faux à Stockholm.

« On a l’habitude de travailler dur contre les conséquences du changement climatique que sont les inondations et la montée de la mer - tout doit être fait pour réduire le risque de l’eau dans la ville. Mais cette fois nous avons eu du vent en plus, à 240 km/h, une première en Afrique australe… » Daviz Simango, le maire de Beira, est encore marqué par cette catastrophe inédite qui a frappé sa ville. Il s’est rendu à Stockholm pour refaire le tour des donneurs et des ONG, mais ici il est loin d’être le seul représentant de populations touchées par le changement climatique. Un phénomène qui accélère le cycle de l’eau, et multiplie les événements extrêmes, comme le souligne Torgny Holmgren, directeur de l’Institut international de l’eau de Stockholm. « Le changement climatique, ce sont des inondations, et des sécheresses, de plus e plus nombreuses à travers le monde. L’eau est un problème, mais aussi une solution pour le futur. En Afrique il va falloir nourrir une population en augmentation, qui va atteindre 4 milliards d’habitants dans un siècle. Comment le fait-on ? En profitant de l’eau de pluie, que l’on peut stocker, dans les fermes ou les villages. Contrôlez l’eau, et vous avez des solutions pour contrôler le changement climatique ». En 2015, les Nations Unies ont fixé comme objectif pour 2030 l’accès de tous à un service d’eau et d’assainissement. Ce qui manque encore à plus de deux milliards de personnes à travers le monde. Frédéric Faux, Stockholm, RFI.

MC : Les adolescents français souffrent moins de caries, de problèmes aux dents, mais davantage de problèmes de surpoids : c’est le résultat d’une étude, publiée aujourd’hui. Dans le pays, presque 20 % des collégiens en classe de troisième sont en surcharge pondérale, et plus d’un quart sont obèses. Il y a évidemment des différences selon les milieux sociaux et les habitudes de vie, comme le temps passé devant les écrans, la pratique ou non d’un sport et l’attention sur le contenu de l’assiette.

ZK : Une découverte archéologique au Pérou.

MC : Dans la région de Trujillo, au nord de Lima, des centaines de corps d’enfants ont été découverts. Ils ont été sacrifiés, tués au cours de cérémonies religieuses. Ils ont sûrement été tués pour calmer la colère des dieux de la pluie. Merci d’avoir écouté ce Journal en français facile. Merci Zéphyrin Kouadio. Ce journal est à retrouver sur notre site savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 28/08/2019 20:45:03

Sommet du G7 : le bilan

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 28/08/2019 16:32:09

Journal en français facile 27/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 17h à Brasilia, l'heure de votre Journal en Français facile. Et pour m'accompagner lors de ce journal, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : Le ton s'adoucit un peu mais la tension reste toujours forte entre Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro. Le président brésilien attend toujours des excuses de son homologue français qui l'a traité de menteur sur ses engagements climatiques.

ZK : Jair Bolsonaro a ainsi refusé hier l'aide de 20 millions de dollars pour lutter contre les incendies en Amazonie. L'Afrique est également touchée par des feux de forêt. Mais ils sont sensiblement différents nous expliquera Stéphane Geneste

AD : La zone tampon voulue par la Turquie en Syrie commence à se dessiner : les troupes kurdes ont annoncé aujourd'hui leur retrait de cette zone frontalière. Vous entendrez un porte-parole des Forces Démocratiques syriennes.

ZK : Et puis cette décision symbolique au Bangladesh : la mention "vierge" ne figurera plus sur les certificats de mariage. C'est ce qu'a décidé la Cour Suprême du pays.

___

ZK : La colère de Jair Bolsonaro n'est donc pas plus éteinte que les feux de forêts qui ravagent l'Amazonie

AD : Le président brésilien enrage toujours d'avoir été qualifié de menteur par Emmanuel Macron à propos de ses engagements sur le climat. Un argument utilisé par le président français pour refuser de signer le traité de libre-échange entre l'Europe et l'Amérique du Sud.

Jair Bolsonaro a ainsi refusé hier les 20 millions de dollars d'aide pour lutter contre les incendies en Amazonie proposés à l'issue du sommet du G7. Et si le ton s'est quelque peu adouci ce matin, Achim Lippold, la pilule a visiblement toujours du mal à passer.

La question d'accepter ou non l'aide internationale n'est pas encore tranchée au sein du gouvernement brésilien. Après une première réaction très musclée - un rejet catégorique de la proposition du G7, le président Jair Bolsonaro met un peu d'eau dans son vin. "Ah bon, j'ai dit que je n'acceptais cette aide?", a-t-il lancé à la presse ce mardi matin. Avant de poursuivre: "D'abord monsieur Macron doit retirer les insultes qu'il a proférées contre ma personne.  il m'a traité de menteur et ensuite, d'après mes informations, il a dit que notre souveraineté sur l'Amazonie était une question ouverte. Avant de discuter et d'accepter quoi que ce soit de la France, il doit retirer ses paroles." Jair Bolsonaro fait de l'offre du G7 - 20 millions de Dollars pour combattre les flammes et lancer la reforestation - une question de fierté personnelle. Une fierté mal placée selon plusieurs gouverneurs des états amazoniens touchés par les incendies. Reçus ce mardi par le président brésilien à Brasilia, ils ont insisté sur la nécessité de recevoir des fonds extérieurs. Certains d'entre eux ont même proposé de négocier directement avec la Norvège et l'Allemagne - deux pays qui avaient bloqué leur financement pour la protection de l'Amazonie à cause de la politique de Jair Bolsonaro.

ZK : Achim Lippold. Et alors que les querelles diplomatiques font rage, les forêts amazoniennes, elles, continuent de brûler.

AD : Mais il n'y a pas que l'Amazonie qui brûle : l'Afrique aussi est victime de feux importants notamment dans la forêt du bassin du Congo, en Angola ou en Zambie ou en Angola et en Zambie. L'agence spatiale américaine, la NASA, a d'ailleurs publié une carte d'une vue satellite impressionnante qui montre l'importance de ces incendies. Néanmoins les situations sont différentes en Amazonie et en Afrique, les feux de forêt dans ces régions du continent africain sont habituels en cette fin de saison sèche, Stéphane Geneste :

Ils sont à l'initiative des agriculteurs qui préparent les terres en raison de l'arrivée prochaine de la saison des pluies. Les végétaux qui occupent les sols sont coupés, brulés, et leurs cendres vont ainsi former une couche qui fertilise la terre. Cette technique que l'on appelle technique du brûlis est très souvent utilisée : elle est traditionnelle mais il arrive parfois que ces incendies prennent de l'ampleur en raison de vents violents. Ces deux forêts que sont l'Amazonie et celles d'Afrique centrale brûlent donc, mais pas pour les mêmes causes puisqu'en Amazonie, les incendies sont dus à la mise à feu volontaire de parcelles qui contenaient des arbres afin de les nettoyer pour, par exemple, les transformer en terres cultivables, notamment pour le soja. Il faut ainsi être prudent quant à la lecture de la carte publiée par la NASA mais cela n'empêche pas d'inquiéter : les feux africains ont commencé très tôt, au moins depuis le début du mois de mai, selon les observations de l'agence spatiale américaine. 

ZK : Stéphane Geneste. Il était le père de l'indépendance de la Gambie.

AD : Dawda Jawara est mort ce mardi à l'âge de 95 ans. Il avait été président du pays de 1970 à 1994 après avoir été l'artisan de sa sortie du giron de la Grande Bretagne en 1965 alors qu'il était premier ministre. Il avait été renversé par Yayah Jammeh puis avait vécu en exil jusqu'en 2004. Ses obsèques auront lieu jeudi. 

Au Mali 3 militaires ont été tués aujourd'hui entre les localités de Douentza et de Hombori dans le centre du pays. Une bombe a d'abord explosé au passage d'un véhicule de l'armée puis les assaillants ont tiré sur la patrouille. 7 autres soldats ont été blessés.

ZK : Ces combats en Syrie à présent.

AD : Au moins 60 membres des forces fidèles au régime et de la rébellion sont morts aujourd'hui lors de combats dans la région d'Idleb. L'offensive de l'armée syrienne dans la région au cœur de la rencontre entre le président turc Recep Tayip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ce mardi à Moscou. Les deux dirigeants ont déclaré partager de graves inquiétudes à propos de la situation à Idleb. La Turquie soutient les rebelles alors que la Russie fournit un appui militaire à Damas.

ZK : Toujours en Syrie, c'est un pas décisif vers la création de la zone tampon réclamée depuis des mois par Ankara à la frontière turco-syrienne.

AD : Les milices kurdes présentes dans le nord-est de la Syrie ont annoncé aujourd'hui leur retrait laissant donc le champ libre aux troupes turques. Mais cet accord, négocié avec Washington qui soutient les Kurdes de Syrie, n'est pas sans conditions. C'est ce qu'explique Mostafa Bali porte-parole des FDS, les forces démocratiques syriennes.

Des points d'observation seront mis en place mais ils seront construits sur le sol turc. Comme nous l'avons dit, un système similaire à celui d'Idleb, avec des points d'observation turcs sur le sol syrien, est inacceptable. Tout comme la possibilité pour l’armée turque de patrouiller en toute liberté. Seules les patrouilles conjointes turco-américaines pourront se déplacer le long de la route qui longe la frontière entre la Turquie et la Syrie. Ces patrouilles turques auront la possibilité de franchir la frontière mais pas de rester en Syrie. Elles devront à chaque fois regagner leur pays. Les armes dont nous disposons et qui pourraient constituer un danger pour la Turquie, seront retirées de cette zone frontalière. Nos combattants reculeront de 5 km.

ZK : Mostafa Bali, porte-parole des FDS, les forces démocratiques syriennes.
Puis la tension continue de monter entre le Liban et Israël.

AD : Le Hezbollah se préparerait ainsi à riposter affirmant avoir été la cible de deux drones israéliens ce week-end à Beyrouth. Mais le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a mis en garde ce matin le mouvement chiite libanais et suggérant à son leader, Hassan Nasrallah de je cite "se calmer".

ZK : Ce nouveau naufrage d'un navire transportant des exilés au large des côtes de la Libye.

AD : 5 personnes dont une femme et un enfant marocain se sont noyés et une vingtaine d'autres sont portés disparus. 65 personnes ont pu être secourues par les garde-côtes libyens.

ZK : C'est une décision judiciaire qui suscite la satisfaction d'organisation de défense des droits des hommes et des femmes au Bangladesh

AD : La Cour Suprême du pays a en effet supprimé l'obligation de faire figurer le terme "vierge" sur les certificats de mariage musulmans. Les précisions de Christophe Paget :

Depuis des dizaines d'années, la future mariée devait choisir entre trois options lorsqu'elle remplissait le Kabinnama, le certificat de mariage musulman du Bangladesh : « Kumari » (c’est-à-dire vierge), veuve ou divorcée. La Cour suprême ordonne que le mot « vierge » soit remplacé par l’expression « non mariée ». C’est l’aboutissement d’un combat de 5 ans : en 2014, plusieurs associations avaient saisi Cour suprême pour que le mot Kumari soit supprimé, expliquant que cette clause 5 du contrat allait à l’encontre de la Constitution car elle était humiliante, discriminatoire, et portait atteinte à la vie privée de la femme qui se mariait. En plus de la disparition du mot "Kumari", le jugement ordonne que le marié ait lui aussi à répondre  à un questionnaire lorsqu’il remplit le contrat, et donne sa situation : non marié, veuf ou divorcé. « C’est un jugement qui nous montre que l’on peut se battre et changer davantage encore la situation des femmes dans le futur », s’est félicité une des avocates qui avait lancé la procédure. L’immense majorité de la population bangladaise est concernée, puisque près de 90% des 168 millions d’habitants du pays sont musulmans. Le texte complet du jugement sera publié d’ici le mois d’octobre, pour une application immédiate.

AD : Et c'est ainsi que s'achève ce journal en Français facile. Merci vous Zéphyrin Kouadio et à merci à tous nos auditeurs. Excellente soirée à l'écoute de RFI.



Voir le flux - 27/08/2019 20:15:04

Journal en français facile 26/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 21h à Kinshasa, l’heure de votre Journal en français facile et à mes côtés pour présenter ce journal, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

AD : Le sommet du G7 s’est achevé ce lundi à Biarritz dans le sud-ouest de la France. Une réunion marquée par un effort concerté sur la crise iranienne. Mais aussi de nombreuses discussions économiques.

ZK : La République Démocratique du Congo a un nouveau gouvernement. Il a été annoncé ce matin après 7 mois d’attente. Nous évoquerons les principaux dossiers qui attendent l’équipe du 1er ministre Sylvestre Illunga Illunkamba.

AD : Nous évoquerons également la situation des centaines de milliers de réfugiés Rohingyas au Bangladesh. Depuis leur fuite de Birmanie, ils vivent dans des camps où les relations sont tendues avec les autorités locales.

ZK : Et puis de nouvelles accusations d’agressions sexuelles contre Harvey Weinstein. Résultat, le procès du producteur américain de cinéma est reporté à janvier prochain.

-----

ZK : Le Sommet du G7 s’est donc achevé ce soir à Biarritz. La ville de la côte atlantique a accueilli 3 jours de discussions entre les dirigeants américain, français, britannique, allemand, italien, japonais et canadien.

AD : Et cette réunion annuelle a été dominée par la crise iranienne, avec la visite surprise dimanche du chef de la diplomatie iranienne et l’annonce lundi d’une initiative française : Emmanuel Macron propose d’organiser une rencontre entre Donald Trump et son homologue iranien Hassan Rohani. Les chefs d’état et de gouvernement ont abordé de nombreux autres sujets durant le sommet. Emmanuel Macron envisageait de refermer la réunion en se passant de la traditionnelle déclaration : il y en a finalement une, très succincte, Nicolas Falez.

Les conclusions écrites de ce G7 tiennent en une page sur laquelle les chefs d’état et de gouvernement s’engagent d’abord à réformer les règles du commerce mondial afin « d’éradiquer les pratiques commerciales déloyales ». Sur l’Ukraine, la Libye ou Hong Kong, les paragraphes sont courts et sans surprise, appelant ici à des négociations et là à éviter des violences. Le texte ne mentionne pas la lutte contre les inégalités dont la France a fait sa priorité durant cette année de présidence du G7. Pas un mot non plus sur les questions environnementales mêmes si elles ont occupé une place importante durant ce week-end de discussions et que le G7 a débloqué une aide d’urgence pour lutter contre les feux de forêt en Amazonie. Ce Sommet de Biarritz s’est déroulé dans une ambiance très différente de celle qui était attendue, chacun pouvait redouter des moments de tension face à Donald Trump. Au contraire il accepte pour l’instant l’initiative française sur l’Iran et n’exclut pas une rencontre avec le Président iranien Hassan Rohani.

AD : Et en 2020 ce sont les États-Unis qui accueilleront le Sommet du G7. Donald TRUMP souhaite l’organiser à Miami en Floride. À noter que le président iranien Hassan Rohani a fait part de son intention de participer à une éventuelle réunion avec son homologue américain. « Nous devons utiliser tous les outils pour servir les intérêts de notre nation », a insisté Hassan Rohani, critiqué par l’aile dure du régime iranien après la visite à Biarritz de son ministre des Affaires étrangères.

ZK : Ce sommet du G7 a donc été le théâtre de nombreuses négociations Aurélien, dont certaines en marge des discussions officielles.

AD : C’est ainsi dans la résidence secondaire du ministre français de l’Économie Bruno Le Maire, située à une trentaine de kilomètres de Biarritz, que se sont tenues les tractations franco-américaines sur la taxation des géants du numérique. Les États-Unis étaient furieux de la taxe visant les GAFA décrétées par la France, 3 % du chiffre d’affaires des entreprises concernées. Un terrain d’entente a finalement été trouvé et transmis aux participants du sommet. Une taxe internationale sur les activités numériques pourrait ainsi voir le jour d’ici l’an prochain sous l’égide de l’OCDE.

ZK : C’est la fin d’une très longue attente en République Démocratique du Congo.

AD : Le Premier ministre Sylvestre Illunga a dévoilé tôt ce matin la composition de son gouvernement, 3 mois après sa nomination et sept mois après l’investiture du président Félix Tshisekedi. Les tractations ont donc été longues et difficiles pour parvenir former ce gouvernement de coalition entre les plateformes du chef de l’État et celle de son prédécesseur Jospeh Kabila qui a conservé la majorité au Parlement. Prochaine étape, l’investiture par l’Assemblée nationale avant de s’attaquer aux dossiers en souffrance. Plusieurs urgences attendent ainsi les nouveaux ministres notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la sécurité. Correspondance, à Kinshasa de Patient Ligodi.

L’un de plus grands défis de ce gouvernement sera la mise en route de la gratuité de l’enseignement de base. Disposition constitutionnelle et surtout promesse ferme de Félix Tshisekedi, cette réforme doit être effective dès la rentrée scolaire soit en septembre. Il faudra mobiliser environ 2 milliards 500 de dollars américains cette année pour payer les enseignants et construire de nouvelles salles de classe. Cette responsabilité a été confiée à Willy Bakonga, qui a été nommé ministre d’État en charge de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Promoteur d’école, cadre du PPRD, le parti de Joseph Kabila, Willy Bakonga avait déjà été deux fois ministre de la Jeunesse et de sports. L’autre défi de ce gouvernement, c’est la lutte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui sévit dans le pays depuis plus d’une année et qui a causé déjà près de 2000 morts. Cadre de l’UDPS, docteur André Eteni Longondo a été nommé ministre de la Santé. Il aura notamment la charge, au nom du gouvernement et en collaboration avec le secrétariat technique piloté par Docteur Jean Jacques Muyembe, de trouver le financement pour le 4e plan de riposte contre la maladie. Parmi les urgences, il y a également l’insécurité dans l’est de la RDC. Au moins 1900 personnes tuées par les groupes armés de juin 2017 à juin 2019, dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Dans ce secteur, un proche de Félix Tshisekedi a été nommé vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité. C’est Gilbert Kankonde. Il y a aussi Aimé Ngoy Mukena, cadre du parti de Joseph Kabila qui a été nommé ministre de la Défense. Patient Ligodi, Kinshasa, RFI.

ZK : Le corps d’un Irakien de 48 ans a été retrouvé sur une plage de Belgique vendredi dernier.

AD : Il s’agirait de l’homme qui avait été repéré il y a 10 jours dans la Manche en train de tenter de rejoindre l’Angleterre depuis les côtes du Nord de la France. Selon un bilan des autorités françaises, 1451 personnes ont été secourues dans la Manche depuis le mois de janvier alors qu’elles tentaient de rejoindre les côtes britanniques, c’est deux fois plus que durant toute l’année 2018.

ZK : Au Bangladesh, un réfugié Rohingya a été tué ce lundi par la police qui tentait de l’arrêter.

AD : C’est le troisième Rohingya tué en l’espace de trois jours. Cela s’est passé dans un des camps de réfugiés du sud-est du pays, à la frontière avec la Birmanie. Plus de 600 000 membres de cette minorité musulmane poussés à l’exil par l’armée birmane y sont installés depuis deux ans. Christophe Paget.

Tout a commencé jeudi avec le meurtre d’Omar Faruk, un responsable de la branche jeunesse du parti au pouvoir, l’Awami League. Des centaines de Bangladais en colère sont alors sortis dans les rues, bloquant l’accès aux camps et vandalisant des magasins fréquentés par les Rohingyas. Samedi, après une chasse à l’homme dans le camp de Jadimura, la police a indiqué avoir abattu deux Rohingyas soupçonnés d’avoir tué Omar Faruk. Une mise en scène de la police, selon des défenseurs des droits de l’homme qui ont préféré rester anonymes. Ce lundi, un troisième suspect a été abattu après avoir, affirme la police, tiré sur les officiers qui tentaient de l’arrêter. Selon elle 33 Rohingyas ont été tués par les forces de sécurité bangladaise depuis août 2017. Tous étaient accusés de faire de la contrebande de métamphétamine sur la frontière. En tous cas les centaines de milliers de Rohingyas qui commémoraient dimanche les deux ans de leur fuite de Birmanie, chassés par l’armée, ne semblent pas partis pour retrouver leurs foyers : la semaine dernière une nouvelle tentative de rapatriement s’est soldée par un échec, aucun Rohingya n’a accepté de quitter les camps : ils demandent toujours, entre autres, des garanties pour leur sécurité en cas de retour en Birmanie.

AD : Son procès devait débuter dans quelques jours à New York... c’est finalement le 6 janvier 2020 que le producteur de cinéma Harvey Weinstein commencera à faire face à ses juges dans le cadre des poursuites pour agressions sexuelles auxquelles il fait face. En cause un nouveau témoignage contre lui, Eric de Salve.

En plus des deux femmes à l’origine de son inculpation pour agression sexuelle, une troisième se joint au dossier. Il s’agit d’Annabella Sciorra, connue pour son rôle dans la série « Les Sopranos ». L’actrice accuse Harvey Weinstein de l’avoir violée en 1993. Elle avait déjà témoigné en 2017 dans le magazine New Yorker, mais jusqu’à maintenant elle ne s’était pas manifestée devant la justice. Ces accusations sont prescrites, mais l’actrice peut néanmoins être entendue sous serment. Objectif : alourdir au maximum le cas de Weinstein en le condamnant pour le chef d’inculpation le plus grave c’est-à-dire « agression sexuelle prédatrice ». Pour cela, l’accusation devra convaincre le jury de la répétition des agressions. Au total plus de 80 femmes ont accusé Weinstein, mais le nombre de celles qui seront entendues lors de son procès est encore inconnu. Ce lundi matin à New York, Harvey Weinstein a très rapidement comparu devant le tribunal. Le procureur l’a informé de ce nouvel acte d’accusation. Fidèle à sa ligne de défense, Weinstein, qui risque la prison à perpétuité et qui a toujours parlé de relation sexuelle consentie, a une fois de plus plaidé non coupable.

AD : Et c’est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m’avoir accompagné et à vous auditeurs de votre fidélité. Excellente soirée à l’écoute de RFI.



Voir le flux - 26/08/2019 20:15:05

Journal en français facile 26/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 21h à Kinshasa, l’heure de votre Journal en français facile et à mes côtés pour présenter ce journal, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

AD : Le sommet du G7 s’est achevé ce lundi à Biarritz dans le sud-ouest de la France. Une réunion marquée par un effort concerté sur la crise iranienne. Mais aussi de nombreuses discussions économiques.

ZK : La République Démocratique du Congo a un nouveau gouvernement. Il a été annoncé ce matin après 7 mois d’attente. Nous évoquerons les principaux dossiers qui attendent l’équipe du 1er ministre Sylvestre Illunga Illunkamba.

AD : Nous évoquerons également la situation des centaines de milliers de réfugiés Rohingyas au Bangladesh. Depuis leur fuite de Birmanie, ils vivent dans des camps où les relations sont tendues avec les autorités locales.

ZK : Et puis de nouvelles accusations d’agressions sexuelles contre Harvey Weinstein. Résultat, le procès du producteur américain de cinéma est reporté à janvier prochain.

-----

ZK : Le Sommet du G7 s’est donc achevé ce soir à Biarritz. La ville de la côte atlantique a accueilli 3 jours de discussions entre les dirigeants américain, français, britannique, allemand, italien, japonais et canadien.

AD : Et cette réunion annuelle a été dominée par la crise iranienne, avec la visite surprise dimanche du chef de la diplomatie iranienne et l’annonce lundi d’une initiative française : Emmanuel Macron propose d’organiser une rencontre entre Donald Trump et son homologue iranien Hassan Rohani. Les chefs d’état et de gouvernement ont abordé de nombreux autres sujets durant le sommet. Emmanuel Macron envisageait de refermer la réunion en se passant de la traditionnelle déclaration : il y en a finalement une, très succincte, Nicolas Falez.

Les conclusions écrites de ce G7 tiennent en une page sur laquelle les chefs d’état et de gouvernement s’engagent d’abord à réformer les règles du commerce mondial afin « d’éradiquer les pratiques commerciales déloyales ». Sur l’Ukraine, la Libye ou Hong Kong, les paragraphes sont courts et sans surprise, appelant ici à des négociations et là à éviter des violences. Le texte ne mentionne pas la lutte contre les inégalités dont la France a fait sa priorité durant cette année de présidence du G7. Pas un mot non plus sur les questions environnementales mêmes si elles ont occupé une place importante durant ce week-end de discussions et que le G7 a débloqué une aide d’urgence pour lutter contre les feux de forêt en Amazonie. Ce Sommet de Biarritz s’est déroulé dans une ambiance très différente de celle qui était attendue, chacun pouvait redouter des moments de tension face à Donald Trump. Au contraire il accepte pour l’instant l’initiative française sur l’Iran et n’exclut pas une rencontre avec le Président iranien Hassan Rohani.

AD : Et en 2020 ce sont les États-Unis qui accueilleront le Sommet du G7. Donald TRUMP souhaite l’organiser à Miami en Floride. À noter que le président iranien Hassan Rohani a fait part de son intention de participer à une éventuelle réunion avec son homologue américain. « Nous devons utiliser tous les outils pour servir les intérêts de notre nation », a insisté Hassan Rohani, critiqué par l’aile dure du régime iranien après la visite à Biarritz de son ministre des Affaires étrangères.

ZK : Ce sommet du G7 a donc été le théâtre de nombreuses négociations Aurélien, dont certaines en marge des discussions officielles.

AD : C’est ainsi dans la résidence secondaire du ministre français de l’Économie Bruno Le Maire, située à une trentaine de kilomètres de Biarritz, que se sont tenues les tractations franco-américaines sur la taxation des géants du numérique. Les États-Unis étaient furieux de la taxe visant les GAFA décrétées par la France, 3 % du chiffre d’affaires des entreprises concernées. Un terrain d’entente a finalement été trouvé et transmis aux participants du sommet. Une taxe internationale sur les activités numériques pourrait ainsi voir le jour d’ici l’an prochain sous l’égide de l’OCDE.

ZK : C’est la fin d’une très longue attente en République Démocratique du Congo.

AD : Le Premier ministre Sylvestre Illunga a dévoilé tôt ce matin la composition de son gouvernement, 3 mois après sa nomination et sept mois après l’investiture du président Félix Tshisekedi. Les tractations ont donc été longues et difficiles pour parvenir former ce gouvernement de coalition entre les plateformes du chef de l’État et celle de son prédécesseur Jospeh Kabila qui a conservé la majorité au Parlement. Prochaine étape, l’investiture par l’Assemblée nationale avant de s’attaquer aux dossiers en souffrance. Plusieurs urgences attendent ainsi les nouveaux ministres notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la sécurité. Correspondance, à Kinshasa de Patient Ligodi.

L’un de plus grands défis de ce gouvernement sera la mise en route de la gratuité de l’enseignement de base. Disposition constitutionnelle et surtout promesse ferme de Félix Tshisekedi, cette réforme doit être effective dès la rentrée scolaire soit en septembre. Il faudra mobiliser environ 2 milliards 500 de dollars américains cette année pour payer les enseignants et construire de nouvelles salles de classe. Cette responsabilité a été confiée à Willy Bakonga, qui a été nommé ministre d’État en charge de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Promoteur d’école, cadre du PPRD, le parti de Joseph Kabila, Willy Bakonga avait déjà été deux fois ministre de la Jeunesse et de sports. L’autre défi de ce gouvernement, c’est la lutte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui sévit dans le pays depuis plus d’une année et qui a causé déjà près de 2000 morts. Cadre de l’UDPS, docteur André Eteni Longondo a été nommé ministre de la Santé. Il aura notamment la charge, au nom du gouvernement et en collaboration avec le secrétariat technique piloté par Docteur Jean Jacques Muyembe, de trouver le financement pour le 4e plan de riposte contre la maladie. Parmi les urgences, il y a également l’insécurité dans l’est de la RDC. Au moins 1900 personnes tuées par les groupes armés de juin 2017 à juin 2019, dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Dans ce secteur, un proche de Félix Tshisekedi a été nommé vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité. C’est Gilbert Kankonde. Il y a aussi Aimé Ngoy Mukena, cadre du parti de Joseph Kabila qui a été nommé ministre de la Défense. Patient Ligodi, Kinshasa, RFI.

ZK : Le corps d’un Irakien de 48 ans a été retrouvé sur une plage de Belgique vendredi dernier.

AD : Il s’agirait de l’homme qui avait été repéré il y a 10 jours dans la Manche en train de tenter de rejoindre l’Angleterre depuis les côtes du Nord de la France. Selon un bilan des autorités françaises, 1451 personnes ont été secourues dans la Manche depuis le mois de janvier alors qu’elles tentaient de rejoindre les côtes britanniques, c’est deux fois plus que durant toute l’année 2018.

ZK : Au Bangladesh, un réfugié Rohingya a été tué ce lundi par la police qui tentait de l’arrêter.

AD : C’est le troisième Rohingya tué en l’espace de trois jours. Cela s’est passé dans un des camps de réfugiés du sud-est du pays, à la frontière avec la Birmanie. Plus de 600 000 membres de cette minorité musulmane poussés à l’exil par l’armée birmane y sont installés depuis deux ans. Christophe Paget.

Tout a commencé jeudi avec le meurtre d’Omar Faruk, un responsable de la branche jeunesse du parti au pouvoir, l’Awami League. Des centaines de Bangladais en colère sont alors sortis dans les rues, bloquant l’accès aux camps et vandalisant des magasins fréquentés par les Rohingyas. Samedi, après une chasse à l’homme dans le camp de Jadimura, la police a indiqué avoir abattu deux Rohingyas soupçonnés d’avoir tué Omar Faruk. Une mise en scène de la police, selon des défenseurs des droits de l’homme qui ont préféré rester anonymes. Ce lundi, un troisième suspect a été abattu après avoir, affirme la police, tiré sur les officiers qui tentaient de l’arrêter. Selon elle 33 Rohingyas ont été tués par les forces de sécurité bangladaise depuis août 2017. Tous étaient accusés de faire de la contrebande de métamphétamine sur la frontière. En tous cas les centaines de milliers de Rohingyas qui commémoraient dimanche les deux ans de leur fuite de Birmanie, chassés par l’armée, ne semblent pas partis pour retrouver leurs foyers : la semaine dernière une nouvelle tentative de rapatriement s’est soldée par un échec, aucun Rohingya n’a accepté de quitter les camps : ils demandent toujours, entre autres, des garanties pour leur sécurité en cas de retour en Birmanie.

AD : Son procès devait débuter dans quelques jours à New York... c’est finalement le 6 janvier 2020 que le producteur de cinéma Harvey Weinstein commencera à faire face à ses juges dans le cadre des poursuites pour agressions sexuelles auxquelles il fait face. En cause un nouveau témoignage contre lui, Eric de Salve.

En plus des deux femmes à l’origine de son inculpation pour agression sexuelle, une troisième se joint au dossier. Il s’agit d’Annabella Sciorra, connue pour son rôle dans la série « Les Sopranos ». L’actrice accuse Harvey Weinstein de l’avoir violée en 1993. Elle avait déjà témoigné en 2017 dans le magazine New Yorker, mais jusqu’à maintenant elle ne s’était pas manifestée devant la justice. Ces accusations sont prescrites, mais l’actrice peut néanmoins être entendue sous serment. Objectif : alourdir au maximum le cas de Weinstein en le condamnant pour le chef d’inculpation le plus grave c’est-à-dire « agression sexuelle prédatrice ». Pour cela, l’accusation devra convaincre le jury de la répétition des agressions. Au total plus de 80 femmes ont accusé Weinstein, mais le nombre de celles qui seront entendues lors de son procès est encore inconnu. Ce lundi matin à New York, Harvey Weinstein a très rapidement comparu devant le tribunal. Le procureur l’a informé de ce nouvel acte d’accusation. Fidèle à sa ligne de défense, Weinstein, qui risque la prison à perpétuité et qui a toujours parlé de relation sexuelle consentie, a une fois de plus plaidé non coupable.

AD : Et c’est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m’avoir accompagné et à vous auditeurs de votre fidélité. Excellente soirée à l’écoute de RFI.



Voir le flux - 26/08/2019 20:15:05

Mytho

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 26/08/2019 09:00:09

Journal en français facile 25/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. 

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : le chef de la diplomatie iranienne crée l’agitation au sommet du G7. Mohammed Javad Zarif a passé plusieurs heures à Biarritz. Il a notamment rencontré le Président français Emmanuel Macron, alors que le nucléaire iranien constitue l’un des grands dossiers de ce sommet.

SB : Les feux de forêt en Amazonie évoqués à Biarritz. Emmanuel Macron affirme que les pays du G7 sont d’accord pour aider le plus vite possible les pays touchés.

RA : Et puis les craintes de nouvelles tensions au Proche Orient. Deux drones se sont abattus dans la banlieue de Beyrouth, au Liban, dans un territoire dominé par le Hezbollah. Le mouvement chiite qui accuse Israël et promet des ripostes.

-----

SB : Au sommet du G7, la journée a donc été marquée par la venue du chef de la diplomatie iranienne.

RA : Mohammad Javad Zarif n’est resté que quelques heures à Biarritz, mais sa venue est ce soir largement commentée. Car le nucléaire iranien constitue l’un des grands sujets évoqués lors du sommet. Le Président français Emmanuel Macron tente de convaincre Donald Trump d’alléger les sanctions sur le pétrole iranien, en échange d’un retour de Téhéran à ses engagements sur le nucléaire. Il y a donc eu une rencontre entre Mohammad Javad Zarif et Emmanuel Macron. Rencontre qualifiée de « positive » par la Présidence française. La réaction de la chancelière allemande Angela Merkel à la venue du ministre iranien des Affaires étrangères, ce dimanche à Biarritz.

« C’est un événement parallèle qui se déroule au même endroit, mais pas une inflexion du sommet. Il faut maintenant attendre de voir si les informations qui seront fournies au ministre des Affaires étrangères iranien sur les discussions sur le dossier hier permettront ou non d’engager d’autres discussions. En tout cas, nous sommes tous d’accord sur le fait que tout effort supplémentaire vaut la peine d’être entrepris pour tenter de renouer le dialogue sur ce dossier des plus brûlants et éviter une détérioration de la situation. »

RA : Angela Merkel la chancelière allemande, ce soir à Biarritz.

SB : Le chef de la diplomatie iranienne qui n’a pas rencontré Donald Trump. Le Président américain au cœur de toutes les attentions aujourd’hui à Biarritz.

RA : Il a notamment évoqué le dossier du commerce, deux jours après avoir annoncé de nouvelles hausses des droits de douane sur des produits chinois. Donald Trump qui ne semble pas prêt à l’apaisement, puisque sa porte-parole a déclaré : « il regrette de ne pas avoir relevé davantage ces droits de douane ».

SB : Donald Trump qui inquiète également sur la question de l’égalité hommes/femmes

RA : Un sujet dont les membres du G7 ont débattu à la mi-journée, ils doivent d’ailleurs rendre leurs conclusions. Des conclusions que le Président américain pourrait ne pas signer. Écoutez sur ce point les craintes de Sophie Chassot, membre de l’ONG Care, présente à Biarritz.

[Transcription manquante]

RA : Sophie Chassot, membre de l’ONG Care. Propos recueillis à Biarritz par Pierre Olivier.

SB : Autre sujet évoqué au sommet du G7 : les incendies en Amazonie.

RA : Les pires feux de forêt dans la région depuis plusieurs années. Emmanuel Macron affirme que les pays du G7 sont d’accord pour « aider le plus vite possible les pays qui sont frappés ». Un peu plus tôt c’est le Pape, depuis le Vatican, qui avait exprimé son inquiétude. Inquiétude également des pays où se trouve l’Amazonie. C’est le cas notamment de la Colombie, épargnée pour le moment, mais dont le Président a lancé un appel à la communauté internationale. Achim Lippold.

Pour l’instant la Colombie n’est pas encore affectée par les incendies qui ravagent l’Amazonie brésilienne. Mais le pays regarde l’évolution des feux de très près. Comme le Brésil, la Colombie souffre également de la déforestation, qui est la principale cause des incendies. L’appel du président Ivan Duque en faveur de la protection de l’Amazonie s’adresse à la communauté internationale, mais d’abord à tous les autres pays qui partage avec le Brésil la plus grande forêt tropicale du monde : le Pérou, le Venezuela, le Guyana, la Guyane française, le Surinam et l’Équateur sans oublier la Bolivie, elle aussi victime d’incendies en ce moment. Le président colombien qui s’est entretenu avec son homologue brésilien souhaite la mise en place des fonds pour préserver la forêt amazonienne, mais aussi pour lutter contre le trafic d’animaux. En attendant, la solidarité régionale en faveur du Brésil s’organise. L’Argentine va envoyer 200 pompiers dans l’Amazonie. Et la banque latino-américaine de développement soutiendra la lutte contre les flammes avec un demi-million de dollars.

SB : Au Proche Orient la crainte d’un regain de tension.

RA : Deux drones (avion sans pilote) se sont abattus dans la banlieue de Beyrouth la capitale libanaise. Dans une région dominée par le Hezbollah, le mouvement chiite libanais. Le Liban dénonce une agression d’Israël, et ce soir c’est le chef du Hezbollah qui s’est exprimé, il annonce une riposte à cette attaque. Attaque qui intervient quelques heures après des bombardements d’Israël en Syrie, qui ont notamment touché le Hezbollah. Israël entendait répondre à une attaque iranienne. Je vous propose d’écouter le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, membre de l’armée israélienne.

L’aviation israélienne a frappé des cibles au sud de Damas appartenant à la force iranienne Qods et à des milices shiites. Le commandant de cette force des gardiens de la révolution Kassam Sulemani avait l’intention de lancer les drones kamikazes depuis le territoire syrien pour attaquer Israël de la même manière qu’il a attaqué des aéroports en Arabie Saoudite, au Yémen et d’autres sites au Moyen-Orient. Nous tenons l’Iran et la Syrie pour responsables de cette tentative d’attaque. Tsahal examine la situation et est en alerte pour envisager différents scénarios à la fois défensifs et offensifs. Cette tentative iranienne d’attaquer Israël est une nouvelle preuve de la menace posée par la présence iranienne en Syrie pour Israël et pour toute la région.

RA : Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, propos recueillis par Michel Paul.

SB : La crise à Hong Kong qui se poursuit. Un policier a utilisé son arme de service lors d’une manifestation.

RA : Cela s’est passé ce dimanche dans l’ancienne colonie britannique où plusieurs milliers de manifestants pro démocratie ont une nouvelle fois défilé. C’est un signe d’escalade des tensions. Autre signe : pour la première fois, la police a utilisé des canons à eau pour repousser les manifestants. Les précisions à Hong Kong de notre envoyée spéciale Aabla Jounaidi.

La police avait prévenu. Si les choses dégénèrent, elle aura recours aux canons à eau. C’est ce qu’elle a fait pour la première fois. Mais en premier lieu, pour débarrasser les routes des barricades installées par les manifestants sans grand succès. Les manifestants les plus radicaux sont entrés en scène juste après la marche autorisée en prenant position le long d’un axe partant du point d’arrivée de la marche… Ils ont commencé à prendre pour cible la police avec des pavés, des cocktails Molotov. Des insultes également. Les forces de l’ordre ont très rapidement répliqué… avant même le départ des manifestants pacifiques, en lançant des grenades lacrymogènes. À la vue des canons à eau, les manifestants se sont enfuis créant la panique. Puis, comme à chaque fois, la police a opéré un ratissage de la zone. Plusieurs dizaines d’arrestations ont été recensées par les médias locaux. Quelques blessés légers aussi sont à déplorer y compris du côté de la police. Un officier de police aurait fait usage de son arme de service a reconnu le superintendant de la police sans dire dans quelles circonstances. Aabla Jounaidi, Hong Kong, RFI.

SB : Enfin en football, le Paris Saint Germain actuellement sur la pelouse.

RA : Les Parisiens reçoivent Toulouse dans le cadre de la 3e journée de Ligue 1. Paris qui tente de se reprendre après une défaite le week-end dernier contre Rennes. Rennes par ailleurs, qui occupe désormais la tête du Championnat, après sa victoire contre Strasbourg 2-0. Autre résultat, le match nul de Monaco à domicile contre Nîmes 2-2.



Voir le flux - 25/08/2019 21:00:06

Journal en français facile 25/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. 

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : le chef de la diplomatie iranienne crée l’agitation au sommet du G7. Mohammed Javad Zarif a passé plusieurs heures à Biarritz. Il a notamment rencontré le Président français Emmanuel Macron, alors que le nucléaire iranien constitue l’un des grands dossiers de ce sommet.

SB : Les feux de forêt en Amazonie évoqués à Biarritz. Emmanuel Macron affirme que les pays du G7 sont d’accord pour aider le plus vite possible les pays touchés.

RA : Et puis les craintes de nouvelles tensions au Proche Orient. Deux drones se sont abattus dans la banlieue de Beyrouth, au Liban, dans un territoire dominé par le Hezbollah. Le mouvement chiite qui accuse Israël et promet des ripostes.

-----

SB : Au sommet du G7, la journée a donc été marquée par la venue du chef de la diplomatie iranienne.

RA : Mohammad Javad Zarif n’est resté que quelques heures à Biarritz, mais sa venue est ce soir largement commentée. Car le nucléaire iranien constitue l’un des grands sujets évoqués lors du sommet. Le Président français Emmanuel Macron tente de convaincre Donald Trump d’alléger les sanctions sur le pétrole iranien, en échange d’un retour de Téhéran à ses engagements sur le nucléaire. Il y a donc eu une rencontre entre Mohammad Javad Zarif et Emmanuel Macron. Rencontre qualifiée de « positive » par la Présidence française. La réaction de la chancelière allemande Angela Merkel à la venue du ministre iranien des Affaires étrangères, ce dimanche à Biarritz.

« C’est un événement parallèle qui se déroule au même endroit, mais pas une inflexion du sommet. Il faut maintenant attendre de voir si les informations qui seront fournies au ministre des Affaires étrangères iranien sur les discussions sur le dossier hier permettront ou non d’engager d’autres discussions. En tout cas, nous sommes tous d’accord sur le fait que tout effort supplémentaire vaut la peine d’être entrepris pour tenter de renouer le dialogue sur ce dossier des plus brûlants et éviter une détérioration de la situation. »

RA : Angela Merkel la chancelière allemande, ce soir à Biarritz.

SB : Le chef de la diplomatie iranienne qui n’a pas rencontré Donald Trump. Le Président américain au cœur de toutes les attentions aujourd’hui à Biarritz.

RA : Il a notamment évoqué le dossier du commerce, deux jours après avoir annoncé de nouvelles hausses des droits de douane sur des produits chinois. Donald Trump qui ne semble pas prêt à l’apaisement, puisque sa porte-parole a déclaré : « il regrette de ne pas avoir relevé davantage ces droits de douane ».

SB : Donald Trump qui inquiète également sur la question de l’égalité hommes/femmes

RA : Un sujet dont les membres du G7 ont débattu à la mi-journée, ils doivent d’ailleurs rendre leurs conclusions. Des conclusions que le Président américain pourrait ne pas signer. Écoutez sur ce point les craintes de Sophie Chassot, membre de l’ONG Care, présente à Biarritz.

[Transcription manquante]

RA : Sophie Chassot, membre de l’ONG Care. Propos recueillis à Biarritz par Pierre Olivier.

SB : Autre sujet évoqué au sommet du G7 : les incendies en Amazonie.

RA : Les pires feux de forêt dans la région depuis plusieurs années. Emmanuel Macron affirme que les pays du G7 sont d’accord pour « aider le plus vite possible les pays qui sont frappés ». Un peu plus tôt c’est le Pape, depuis le Vatican, qui avait exprimé son inquiétude. Inquiétude également des pays où se trouve l’Amazonie. C’est le cas notamment de la Colombie, épargnée pour le moment, mais dont le Président a lancé un appel à la communauté internationale. Achim Lippold.

Pour l’instant la Colombie n’est pas encore affectée par les incendies qui ravagent l’Amazonie brésilienne. Mais le pays regarde l’évolution des feux de très près. Comme le Brésil, la Colombie souffre également de la déforestation, qui est la principale cause des incendies. L’appel du président Ivan Duque en faveur de la protection de l’Amazonie s’adresse à la communauté internationale, mais d’abord à tous les autres pays qui partage avec le Brésil la plus grande forêt tropicale du monde : le Pérou, le Venezuela, le Guyana, la Guyane française, le Surinam et l’Équateur sans oublier la Bolivie, elle aussi victime d’incendies en ce moment. Le président colombien qui s’est entretenu avec son homologue brésilien souhaite la mise en place des fonds pour préserver la forêt amazonienne, mais aussi pour lutter contre le trafic d’animaux. En attendant, la solidarité régionale en faveur du Brésil s’organise. L’Argentine va envoyer 200 pompiers dans l’Amazonie. Et la banque latino-américaine de développement soutiendra la lutte contre les flammes avec un demi-million de dollars.

SB : Au Proche Orient la crainte d’un regain de tension.

RA : Deux drones (avion sans pilote) se sont abattus dans la banlieue de Beyrouth la capitale libanaise. Dans une région dominée par le Hezbollah, le mouvement chiite libanais. Le Liban dénonce une agression d’Israël, et ce soir c’est le chef du Hezbollah qui s’est exprimé, il annonce une riposte à cette attaque. Attaque qui intervient quelques heures après des bombardements d’Israël en Syrie, qui ont notamment touché le Hezbollah. Israël entendait répondre à une attaque iranienne. Je vous propose d’écouter le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, membre de l’armée israélienne.

L’aviation israélienne a frappé des cibles au sud de Damas appartenant à la force iranienne Qods et à des milices shiites. Le commandant de cette force des gardiens de la révolution Kassam Sulemani avait l’intention de lancer les drones kamikazes depuis le territoire syrien pour attaquer Israël de la même manière qu’il a attaqué des aéroports en Arabie Saoudite, au Yémen et d’autres sites au Moyen-Orient. Nous tenons l’Iran et la Syrie pour responsables de cette tentative d’attaque. Tsahal examine la situation et est en alerte pour envisager différents scénarios à la fois défensifs et offensifs. Cette tentative iranienne d’attaquer Israël est une nouvelle preuve de la menace posée par la présence iranienne en Syrie pour Israël et pour toute la région.

RA : Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, propos recueillis par Michel Paul.

SB : La crise à Hong Kong qui se poursuit. Un policier a utilisé son arme de service lors d’une manifestation.

RA : Cela s’est passé ce dimanche dans l’ancienne colonie britannique où plusieurs milliers de manifestants pro démocratie ont une nouvelle fois défilé. C’est un signe d’escalade des tensions. Autre signe : pour la première fois, la police a utilisé des canons à eau pour repousser les manifestants. Les précisions à Hong Kong de notre envoyée spéciale Aabla Jounaidi.

La police avait prévenu. Si les choses dégénèrent, elle aura recours aux canons à eau. C’est ce qu’elle a fait pour la première fois. Mais en premier lieu, pour débarrasser les routes des barricades installées par les manifestants sans grand succès. Les manifestants les plus radicaux sont entrés en scène juste après la marche autorisée en prenant position le long d’un axe partant du point d’arrivée de la marche… Ils ont commencé à prendre pour cible la police avec des pavés, des cocktails Molotov. Des insultes également. Les forces de l’ordre ont très rapidement répliqué… avant même le départ des manifestants pacifiques, en lançant des grenades lacrymogènes. À la vue des canons à eau, les manifestants se sont enfuis créant la panique. Puis, comme à chaque fois, la police a opéré un ratissage de la zone. Plusieurs dizaines d’arrestations ont été recensées par les médias locaux. Quelques blessés légers aussi sont à déplorer y compris du côté de la police. Un officier de police aurait fait usage de son arme de service a reconnu le superintendant de la police sans dire dans quelles circonstances. Aabla Jounaidi, Hong Kong, RFI.

SB : Enfin en football, le Paris Saint Germain actuellement sur la pelouse.

RA : Les Parisiens reçoivent Toulouse dans le cadre de la 3e journée de Ligue 1. Paris qui tente de se reprendre après une défaite le week-end dernier contre Rennes. Rennes par ailleurs, qui occupe désormais la tête du Championnat, après sa victoire contre Strasbourg 2-0. Autre résultat, le match nul de Monaco à domicile contre Nîmes 2-2.



Voir le flux - 25/08/2019 21:00:06

Journal en français facile 24/08/2019 20h00 GMT

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, ravi de vous retrouver pour le journal en français facile. Présenté en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : l’ouverture du sommet du G7 à Biarritz. Les dirigeants des sept pays les plus riches du monde sont réunis jusqu’à lundi dans cette ville du sud-ouest de la France. Les sujets de désaccord risquent d’être nombreux : le commerce, l’Iran ou encore les feux de forêt en Amazonie

SB : Quelques heures avant l’ouverture du sommet, le Président français Emmanuel Macron a prononcé un discours à la télévision. Et il a notamment évoqué l’Amazonie. Il faut répondre « à l’appel de la forêt » a dit le Chef de l’État, alors que plusieurs centaines de nouveaux incendies se sont déclarés aujourd’hui.

RA : Et puis à la fin de ce journal, nous irons au stade Charléty à Paris où se déroule actuellement un meeting d’athlétisme à un mois des Championnats du monde. À retenir la performance décevante du Français Renaud Lavillenie dans l’épreuve du saut à la perche.

-----

SB : Dans un climat de tension mondiale, le sommet du G7 s’est donc ouvert ce soir à Biarritz.

RA : Cela a commencé par les traditionnelles photos des dirigeants des sept pays les plus puissants du monde, avant un dîner informel. Les choses sérieuses débuteront demain et dureront jusqu’à lundi. Les sujets de préoccupation ne manquent pas, on peut citer le commerce, l’Iran ou encore les incendies en Amazonie. Des sujets que le Chef de l’État français Emmanuel Macron, hôte de ce sommet, a évoqués à la mi-journée avec le Président américain Donald Trump. Tous deux ont en effet déjeuné en tête à tête. Il y a des points de convergence entre les deux hommes, c’est-à-dire des points d’accord, affirme ce soir la Présidence française. Autre moment important de la journée à Biarritz, le discours à la télévision d’Emmanuel Macron, quelques heures avant l’ouverture du sommet. Le Président français s’est exprimé pendant dix minutes, au cours desquelles il a fixé ses objectifs pour ce sommet. Il a ainsi dit qu’il espérait convaincre ses partenaires du G7 d’éviter les tensions commerciales, alors que la nuit dernière Donald Trump a annoncé une nouvelle hausse des droits de douane sur des produits chinois. Des tensions qui menaces la sécurité dans le monde, alors Emmanuel Macron appelle à la désescalade, je vous propos d’écouter le Président français.

[Transcription manquante]

RA : Emmanuel Macron qui s’exprimait à la télévision quelques heures avant l’ouverture du sommet du G7.

SB : Le Président français qui a également évoqué les incendies en Amazonie dans son discours.

RA : Il y a deux jours il avait déjà déclaré : « notre maison brûle ». Aujourd’hui plusieurs centaines de nouveaux incendies se sont déclarés. Il faut répondre « à l’appel de la forêt » a dit Emmanuel Macron. Quand on évoque l’Amazonie on entend souvent l’expression « poumon de la planète », ce qui voudrait dire que sans l’Amazonie on ne pourrait pas respirer... C’est faux nous explique Simon Rozé, même si ce qui se passe en Amazonie est très grave pour la biodiversité.

Il y a beaucoup de nouvelles inquiétantes en ce moment au sujet du climat et de l’environnement. Heureusement, le manque d’oxygène n’en fait pas partie. Même si cette idée est très répandue : la forêt amazonienne ne produit pas 20 % de notre oxygène respirable... très loin de là. Celui-ci vient pour moitié des océans, et pour l’autre des terres émergées. Sur ces 50 %, les forêts tropicales du monde entier comptent pour un petit quart. Même si la part de la forêt amazonienne n’est pas encore documentée avec précision... on peut estimer généreusement sa production à la moitié de toutes les forêts du monde. Elle produit donc la moitié du quart de la moitié, ce qui fait 6 % environ de l’oxygène total. On est donc loin du poumon de la planète, d’autant plus que les niveaux d’oxygène dans l’atmosphère sont tellement élevés que l’impact annuel de la végétation est plus que minime. Il y a suffisamment de raisons pour être inquiet, mais il n’y a pas besoin d’en ajouter de nouvelles. Car ces incendies restent une catastrophe, au niveau des émissions de gaz à effet de serre, du climat, de la biodiversité ou encore pour les centaines de milliers de personnes qui vivent dans la forêt amazonienne.

SB : En Tunisie, situation tendue à trois semaines de l’élection présidentielle.

RA : Hier l’un des principaux candidats a été arrêté, il s’agit de Nabil Karoui qui dirige Nessma TV l’une des grandes chaînes de télévision du pays. Il avait été inculpé quelques semaines plus tôt pour blanchiment d’argent, c’est-à-dire du trafic d’argent. Ce samedi son parti a répondu à ces accusations, et montre du doigt le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, soupçonné de se mettre sur la route de Nabil Karoui, qui est un possible rival du Premier ministre à la prochaine présidentielle.

SB : Direction maintenant l’Inde pour évoquer la situation dans le Cachemire, près de trois semaines après l’abrogation par New Delhi de l’autonomie de cette région rebelle.

RA : La décision de l’Inde signifie la fin de l’autonomie du Jammu-et-Cachemire qui va désormais être divisé en deux territoires. Et pour les habitants de la région effectivement les conséquences sont importantes, avec un couvre-feu c’est-à-dire que la population peut sortir dans la rue selon des heures bien précises, et d’une manière générale les mouvements de circulation sont très limités. Le gouvernement a pris ces mesures, car il craint une flambée de violence. Illustration de cette situation, une délégation de l’opposition a voulu se rendre dans la région, mais les autorités ont refusé. Correspondance de Sébastien Farcis.

La délégation était composée de neuf élus et dirigeants des principaux partis d’opposition : le parti communiste, plusieurs partis régionaux et le parti national du Congrès, mené dans cet avion par son président sortant, le député Rahul Gandhi. Les autorités du Cachemire les avaient prévenus qu’ils ne seraient pas autorisés à sortir de l’aéroport de Srinagar, à cause des sévères restrictions imposées depuis trois semaines au cachemire. Celles-ci interdisent tout rassemblement public ou toute activité qui puisse perturber l’ordre public. Ces politiciens affirmaient toutefois qu’ils voulaient simplement se rendre compte de la situation sur le terrain, alors que le Cachemire vit sous un couvre-feu inédit depuis trois semaines. Et que les dirigeants locaux de leurs partis sont emprisonnés. Cela n’a pas convaincu le gouvernement, qui maintient donc sa chape de plomb sur le Cachemire. Et laisse sa population quasiment coupée du monde.

SB : En sport, on suit actuellement sur RFI le meeting d’athlétisme de Paris.

RA : Cela se passe à Charléty, c’est une étape de la prestigieuse Ligue de Diamants. Et surtout la compétition se déroule à un mois des Championnats du monde qui auront lieu à Doha au Qatar. On retrouve en direct de Charléty Christophe Jousset, déjà de grosses performances.

[Transcription manquante]

RA : Christophe Jousset en direct du stade Charléty pour RFI.

SB : En rugby, l’Écosse a pris sa revanche cet après-midi.

RA : Les Écossais ont battu l’équipe de France 17 à 14. Ces mêmes Écossais avaient été dominés par les Bleus le week-end dernier. Il s’agit de matchs de préparation avant la Coupe du Monde de rugby qui débute dans moins d’un mois au Japon, à partir du 20 septembre.



Voir le flux - 24/08/2019 20:15:04

En boucle

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 23/08/2019 08:30:13