Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
91-100 sur 3425 résultats.

Kubrick de retour à Cannes

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 16/05/2018 13:20:37

Pirate (niveau B1 intermédiaire)

L’informatique : terrain de jeux pour les pirates des temps modernes ! Créer une affiche pour mettre en garde contre le piratage informatique.
Éducation aux médias (L'univers médiatique : ses codes et son rôle), Adomania Culture (Tour de France culturel), Cours pour les 13-17 ans (Adolescents)

Voir le flux - 16/05/2018 13:00:00

Quelle orientation choisir ? (niveau B1 intermédiaire)

Que faire après le lycée ? Avez-vous un projet pour l’avenir ?  Jouer pour découvrir les filières générales et techniques du lycée.
Adomania Culture (Tour de France culturel), Cours pour les 13-17 ans (Adolescents)

Voir le flux - 16/05/2018 13:00:00

Soldat

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité. (Transcription Manquante)

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 16/05/2018 07:45:03

Journal en français facile 15/05/2018 20h00 GMT

Transcription

 

Hugo Lanoë: 22 h à Paris à l'écoute d'RFI, 20 h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre journal en français facile que j'ai le plaisir de présenter ce soir avec Aurélien Devernoix, bonsoir Aurélien.

Aurélien Devernoix: Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL :Au sommaire de cette édition : « Israël a fait preuve de retenue » déclaration de l'ambassadrice américaine aux Nations Unies. Au lendemain de la violente répression d'Israël à Gaza qui a fait 60 morts. Ce mardi, 2 Palestiniens ont été tués. Mais la journée a été plus calme que prévu.

AD: Nous irons ensuite en Russie. Vladimir Poutine s’est mis en scène aujourd’hui pour inaugurer le pont de Crimée qui relie la Russie à cette péninsule annexée, accaparée en 2014.

HL: Enfin nous parlerons de l’actualité Française. L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac condamné à 2 années de prison ferme pour fraude fiscale. Et puis la compagnie aérienne Air-France a un nouveau directeur. Les précisions à la fin de cette édition.

-----

AD: Après le bain de sang hier à Gaza, une grande partie des puissances mondiales condamne la répression d’Israël.

HL: Hier 60 Palestiniens, dont des enfants, ont été tués par l’armée israélienne. Le président turc Recep Tayiip Erdogan qualifie Israël « d’État d’apartheid », Benjamin Netanyahu « a du sang palestinien sur ses mains » a-t-il déclaré. En conséquence : Israël ordonne au consul turc de partir de son territoire. Berlin, Bruxelles et Londres réclament quant à eux une enquête indépendante sur les violences d’hier. Sur le plan diplomatique : le conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni aujourd’hui à la demande du Koweït. Une déclaration a fait beaucoup de bruit aujourd’hui au cours de cette réunion. Celle de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Rappelons-nous que l’organisation terroriste Hamas a incité à la violence pendant des années, bien avant même que les États-Unis ne décident de déplacer leur ambassade à Jérusalem. Aucun pays membre de ce Conseil n’agirait avec plus de retenue qu’Israël l’a fait. Le déplacement de notre ambassade à Jérusalem reflète également une réalité, celle de Jérusalem comme capitale d’Israël. La ville a servi de capitale à Israël depuis la création du pays. Elle est l’ancienne capitale du peuple juif. Il n’y aura pas d’accord de paix envisageable sans le maintien de Jérusalem comme capitale d’Israël.

HL: « Israël a fait preuve de retenue » les propos donc de L’ambassadrice américaine aux Nations Unies Nikki Hayley. J’ajoute que les Palestiniens rappellent leurs représentants aux États-Unis. Notamment celui de l’OLP, l’Organisation de libération de la Palestine. Enfin, deux réunions extraordinaires, imprévues, se tiendront vendredi : celle du conseil des droits de l’homme de l’ONU et celle du sommet de l’Organisation de la coopération islamique.

AD: Et aujourd’hui Hugo, on craignait de nouvelles violences dans la bande de Gaza. Mais finalement, la journée a été plus calme que prévu.

HL: De nouveaux rassemblements étaient prévus le long de la barrière de séparation entre l’enclave et le territoire israélien. Des rassemblements pour commémorer les 70 ans de la Nakba la catastrophe pour les Palestiniens quand la création de l’État d’Israël en 1948 a entrainé l’exode, la fuite, l’émigration de plus de 760.000 Palestiniens. Mais la mobilisation fut nettement moins importante que la veille. Et le bilan est beaucoup moins lourd : 2 morts et 250 blessés. Un soulagement pour les services de santé qui ont connu une journée chaotique hier et qui ont du mal à faire face à l’arrivée des blessés. Le reportage à Gaza est signé Hassan Jaber et Guilhem Delteil.

Allongé sur son lit d’hôpital, Ezzedine Qassem a le visage crispé sous l’effet de la douleur. Il a été touché à la jambe gauche par une balle israélienne la veille. Son oncle Ahmed Qassem est à son chevet. « Ses muscles ont été touchés. Mais il lui faut aussi une greffe de nerfs et une transfusion sanguine. Il attend pour aller en chirurgie. » En début d’après-midi, ce mardi, Ezzedine Qassem est l’un des rares patients du service des urgences de l’hôpital Shiffa, le principal établissement de santé de la bande de Gaza. Une situation qui contraste avec celle de la veille. Gabriel Salazar Arbelàez, coordonnateur médical du Comité de la Croix rouge international, était présent ce lundi à Shiffa. Cinq cents patients ont été traités dans la journée. Avec ses 20 lits, le service était débordé et des blessés ont été installés à même le sol. Ce flux de blessés a désormais été absorbé. Mais la situation reste critique assure Ayman Al Sabahni, le chef du service. « Nous n’avons plus de stock pour 50% des médicaments et 60% des équipements de laboratoire. L’hôpital tourne à plein. Maintenant, les salles d’opération sont pleines, les soins intensifs aussi. Nous ne pouvons pas faire face à autant de blessés. » Les services médicaux redoutent de nouvelles journées sanglantes auxquelles ils ne pourraient pas faire face.

AD : Vous écoutez RFI il est 5 h 5 à Séoul. C’est l’information de ces dernières heures : La Corée du Nord annule les discussions prévues demain mercredi avec son voisin sud-coréen.

HL: Le régime nord-coréen va même plus loin. Il menace d’annuler la rencontre historique avec le président américain Donald Trump qui devrait avoir lieu le 12 juin prochain à Singapour. En cause : les exercices militaires organisés dans la péninsule par la Corée du Sud et les États-Unis. Exercices qualifiés de « provocations » par Pyongyang.

AD: C’est l’une des mises en scène que le Kremlin affectionne particulièrement : Vladimir Poutine a inauguré ce mardi le nouveau pont reliant la Crimée à la Russie.

HL: C’est sous un soleil radieux, vêtu d’un jean et d’un blouson sombre que le président de la fédération russe a célébré ce chantier colossal et hautement symbolique : le pont de Crimée, qui doit rejoindre le territoire russe à celui de la province annexée, accaparée par Moscou. C’était en 2014. Notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot a suivi l’événement pour RFI.

L’image tourne en boucle sur les chaînes de télévisions russes. Vladimir Poutine est au volant d’un poids lourd orange, à la tête d’un convoi d’une dizaine de camions filant à toute allure sur le Pont de Crimée. Arrivé de l’autre côté, le président russe descend du poids lourd et salue devant les caméras, une journée historiques pour la Russie. « À plusieurs époques de notre histoire, même sous le Tsar, les gens rêvaient de ce pont. Ils ont essayé à nouveau dans les années 30, 40, 50, et enfin, grâce à vous, ce projet, ce miracle a eu lieu! C’est un résultat remarquable qui nous rend plus proches de la Crimée et qui va la rendre plus forte. Cela nous permettra de développer son économie et d’améliorer la qualité de vie de ses habitants ! » Pour Vladimir Poutine le pont de Crimée doit faciliter l’afflux de touristes russes, et désenclaver le territoire. L’ouvrage de 18 kilomètres de long aura en outre bien évidemment une portée géopolitique, en reliant physiquement la Russie et le territoire annexé en 2014. Le pont a d’ailleurs été dénoncé par l’Ukraine, comme une violation inacceptable de son intégrité territoriale.

HL: Et justement, faut-il y voir une riposte, une contre-attaque de Kiev : les services de renseignements ukrainiens ont perquisitionné aujourd’hui les bureaux de deux médias russes à Kiev. C’est-à-dire qu’ils ont enquêté dans les locaux de Russia Today et Ria Novosti. Un journaliste a d’ailleurs été arrêté puis accusé de haute trahison.

AD: L’actualité en France à présent. Le groupe Air France-KLM a un nouveau patron. En l’occurrence une patronne qui va assurer l’intérim. C’est-à-dire qu’elle est en place que pour une durée déterminée.

HL: Il s’agit d’Anne-Marie Couderc, ancienne ministre d’Alain Juppé. Elle succède à Jean-Marc Janaillac, contraint, obligé de démissionner après le vote des salariés qui ont rejeté les propositions de la direction concernant l’augmentation de leurs salaires. Une nouvelle patronne donc, mais Air France-KLM est loin d’être sorti d’affaires. Mounia Daoudi.

Anne-Marie Courderc a été nommée présidente non exécutive du groupe. Elle sera épaulée par un comité de direction collégial. Et sa mission sera de courte durée, deux ou trois mois pas plus, le temps de trouver un successeur à Jean-Marc Janaillac. Car le conseil d’administration qui l’a nommée a bien précisé: cette gouvernance de transition « devra être la plus brève possible ». Mais le processus de recrutement d’un nouveau PDG pour Air France-KLM risque de prendre du temps. Pas question en effet de se tromper de profil. Le futur patron devra « être un professionnel du transport aérien qui parle français, anglais, mais aussi hollandais ». Il devra également être « disponible immédiatement ». Mais surtout il aura pour difficile mission de réconcilier les salariés d’Air France. Le référendum a en effet accentué le malaise ambiant en divisant l’entreprise en deux camps: celui du oui et celui non au référendum sur les salaires. Et même si Jean-Marc Janaillac a laissé un groupe en meilleure santé financière qu’à son arrivée, la concurrence de plus en plus agressive dans l’aérien ne devrait laisser que peu de répit à son successeur.

AD: En France toujours, Jérôme Cahuzac condamné à 2 ans de prison ferme pour blanchiment et fraude fiscale.

HL: L’ancien ministre du budget français reconnu coupable d’avoir dissimulé, caché de l’argent sur des comptes bancaires à l’étranger. De l’argent qui échappe à l’impôt. Mais Jérôme Cahuzac pourrait ne pas aller en prison. Son avocat maitre Éric Dupont-Moretti va demander un aménagement de peine. Une procédure qui permet à la personne condamnée de travailler, de suivre une formation et de maintenir des liens avec sa famille. C’est la fin de votre journal en français facile, présenté aux côtés d’Aurélien Devernoix. Mise en onde Fabrice Viollet. Merci à vous deux et merci à vous qui écoutez la radio du monde.



Voir le flux - 15/05/2018 20:45:03

Ambassade

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La nouvelle ambassade américaine en Israël s’implante bien à Jérusalem. Ce qui bien entendu déclenche des violences attendues. Et l’ambassade en question, c’est évidemment un bâtiment, dont le rôle est officiel et la localisation symbolique. Une ambassade, c’est le lieu de travail de l’ambassadeur, et même un peu plus puisque par une fiction diplomatique, les quelques centaines de mètres carrés de la bâtisse sont censées être une inclusion du pays d’origine, qui relève de sa juridiction. Dans l’enceinte de l’ambassade américaine, on est aux États-Unis.

Mais une ambassade n’a pas toujours été un édifice : au départ, c’est simplement la fonction d’un envoyé, d’un émissaire, qui est en mission et représente ce qui l’envoie : un roi, un président, un pays, un pouvoir. Et on parle encore, parfois, d’envoyer quelqu’un en ambassade : une expression ancienne qui a plutôt le sens d’envoyer quelqu’un en premier, pour tâter le terrain, débrouiller l’affaire. Ensuite on verra si on y va personnellement. Souvent d’ailleurs le mot était employé dans les relations amoureuses, ou les stratégies matrimoniales. Est-ce que cette jeune fille voudrait bien de moi par hasard ? Elle ou son père d’ailleurs ? Plutôt que d’essuyer un refus, je vais envoyer mon meilleur ami qui va tenter de se renseigner. En Afrique, et surtout en Afrique centrale, le mot a d’ailleurs eu d’autres sens. Soit le lieu ou des rencontres amoureuses pouvaient s’opérer sans danger. Soit l’ambassade désignait une maitresse et rarement d’ailleurs un amant.

On sait que la racine du terme est très partagée dans de nombreuses langues européennes. Surtout des langues romanes (espagnol et italien par exemple), mais aussi l’anglais embassy, qui l’a emprunté au français, cette langue le tenant lui-même du provençal, qui l’avait fait dériver du latin tardif. Tout cela est bien banal : c’est l’histoire de mots nombreux. Mais étrangement, il semble que le latin lui-même ait emprunté le mot au gaulois. En tout cas il a une vieille histoire, pour désigner quelqu’un qui en représente un autre. Mais la signification première du mot combine deux idées : un ambassadeur est un substitut, ou un lieutenant, au sens premier, celui qui tient lieu, qui remplace quelqu’un d’autre. On a aussi l’idée que l’ambassadeur est envoyé en mission, pour représenter au loin celui qui reste chez lui. Plusieurs conséquences sont à tirer de ce croisement de sens. Si l’ambassadeur remplace quelqu’un qui ne bouge pas, c’est souvent qu’il remplace quelqu’un de très haut placé : l’ambassadeur, encore aujourd’hui d’ailleurs, est celui qui incarne le pouvoir, car il remplace celui qui l’exerce, roi, chef d’État, quel que soit son rôle. Il aura donc souvent affaire avec la plus haute autorité de l’endroit où on l’a envoyé. Non seulement il a une fonction importante, mais il est mis face à un protocole qui parfois le dépasse, est plus grand que lui. Et souvent on l’envoie là où il y une négociation importante à assurer.

Ambassadeur est du masculin bien sûr, et ambassadrice existe depuis longtemps. Aujourd’hui pour désigner la femme qui est en charge d’une ambassade, mais jadis et parfois encore maintenant, pour désigner l’épouse de l’ambassadeur. Mais ce mot a eu depuis longtemps un sens particulier, au figuré, concernant une femme : l’ambassadrice de la mode, de l’esprit de l’intelligence. C’est-à-dire celle qui le représente.

 

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 15/05/2018 08:30:08

Journal en français facile 14/05/2018 20h00 GMT

Transcription

 

Hugo Lanoë: 22h à Paris à l'écoute d'RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre journal en français facile que j'ai le plaisir de présenter ce soir avec Aurélien Devernoix, bonsoir Aurélien.

Aurélien Devernoix: Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL: Au sommaire de cette édition : Les États-Unis et Israël parlent « d'un jour historique ». L'autorité palestinienne « d'un massacre ». Au moins 55 Palestiniens tués ce lundi par les soldats israéliens alors que l'État hébreu inaugurait aujourd'hui la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem.

AD: Nous parlerons ensuite de terrorisme "familial". En deux jours, l'Indonésie a été frappée par deux attentats organisés par deux familles proches du groupe État Islamique.

HL: Enfin nous irons en Espagne, précisément à Barcelone. La Catalogne a enfin un président de région. Il s'agit de Quim Torra. Son portrait à suivre à la fin de ce journal.

-----

AD : C'est officiel. L'ambassade des États-Unis en Israël a transféré, déménagé son siège à Jérusalem.

HL: Oui Aurélien, l'ambassade est maintenant installée dans les locaux de ce qui était - jusqu'alors - le consulat américain. Elle a été inaugurée/ouverte en grande pompe, c'est-à-dire avec beaucoup de faste et de luxe. Pour l'occasion, une cérémonie s'est tenu aujourd'hui en présence d'une centaine de responsables israéliens et américains, dont la fille et le gendre du président des États-Unis, Ivanka Trump et Jared Kushner. Ce transfert, ce déménagement est lourd de symboles. Et Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, n'a pas manqué de montrer son bonheur et de remercier son allié.

« Chers amis, quel jour glorieux ! Souvenez-vous de cet instant! C'est un moment d'histoire! M. Le président Trump, en reconnaissant l'Histoire, vous êtes entré dans l'Histoire. Nous sommes tous profondément émus, et profondément reconnaissants. En décembre dernier, le président Trump est devenu le premier chef d'État à reconnaître Jérusalem comme notre capitale. Et aujourd'hui, les États-Unis ouvrent leur ambassade ici même, à Jérusalem. Merci. Merci M. le Président Turmp, d'avoir le courage de tenir vos promesses. »

HL: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

AD: Comme un symbole, la cérémonie a été organisée un 14 mai. Une date qui célèbre le 70e anniversaire de la création d'Israël. Et donc la "Naqba", la catastrophe pour les Palestiniens.

HL: À propos de catastrophe Aurélien, le bilan a été revu à la hausse. Au moins 55 Palestiniens - dont des enfants et des adolescents - ont été tués ce lundi par des tirs des soldats israéliens au cours de rassemblements organisés par des dizaines de milliers de Palestiniens à la frontière avec l'Etat hébreux. Des manifestants qui protestaient contre le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem. La communauté internationale en appelle au calme et à la retenue. Une répression qualifiée de "massacre" par Mahmoud Abbas, le chef de l'Autorité palestinienne. Tout comme Riyad Mansour, l'ambassadeur palestinien à l'ONU.

« Nous condamnons dans les termes les plus forts ces atrocités par les forces israéliennes d'occupation, qui ont utilisé une forte puissance de feu contre des civils qui ont le droit de manifester pacifiquement et ce qu'ils ont fait. Évidemment, ce massacre se déroule alors que les États unis ouvrent leur ambassade de manière illégale, unilatérale et provocatrice. C'est vraiment tragique qu'ils célèbrent une action illégale alors même qu'Israël tue et blesse des milliers de civils palestiniens. Si ce qui est en train de se passer aujourd'hui en Palestine se déroulait dans n'importe quel autre pays, l'indignation serait énorme et il y aurait une action du conseil de sécurité. Nous demandons au conseil de sécurité de ne pas nous considérer comme une exception à la règle et de prendre ses responsabilités pour un mettre terme à ce massacre contre notre population et traduire en justice les responsables. »

HL: Riyad Mansour. L'ambassadeur palestinien aux Nations Unies qui veut convoquer une réunion d'urgence du conseil de sécurité dans les prochaines 24 heures. Par ailleurs, l'Afrique du Sud - qui a connu dans son histoire la ségrégation et le racisme - a décidé de rappeler son ambassadeur en Israël.

AD: La diplomatie et les discussions privilégiées elles aussi sur le dossier du nucléaire iranien.

HL: Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Zarif est à Moscou. Deuxième étape de sa tournée internationale après Pékin et avant Bruxelles où il rencontrera demain ses homologues, ses semblables, français, allemand et britannique. Avant cela donc il s'est entretenu aujourd'hui avec le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov. Mohammad Zarif a demandé aux signataires de l'accord sur le nucléaire iranien des garanties, des assurances pour que les intérêts de Téhéran soient défendus, après donc la sortie des États-Unis du traité.

AD: En France, deux jours après l'attaque au couteau dans les rues de Paris, la garde à vue des proches du terroriste se prolonge.

HL: Les parents de l'assaillant, de l'agresseur, vont rester ce soir en garde à vue pour répondre aux questions des enquêteurs. Tout comme un ami proche du terroriste. Je vous rappelle le bilan de l'attaque de samedi soir revendiquée par l'organisation Etat islamique : un mort et quatre blessés. L'agresseur, un franco-tchétchène de 20 ans, était fiché S, c'est-à-dire qu'il était suivi par les services français de renseignement intérieur. Ce qui crée la polémique, la controverse dans la classe politique. La droite demande une réunion de tous les chefs de parti avec le président de la République. Mais l'Élysée oppose une fin de non-recevoir, cela signifie un refus absolu et définitif.

AD: L'organisation Etat islamique, Hugo, il en est également question en Asie. Le groupe terroriste a frappé l'Indonésie ces derniers jours.

HL: Après les attaques d'hier dimanche perpétrées, commises contre trois églises catholiques par les membres d'une même famille, c'est un commissariat de la ville de Surabaya, située sur l'île de Java, qui a été pris pour cible, visé. Sur le même mode opératoire. En deux jours près de 20 personnes ont été tuées. Les précisions de Yelena Tomitch.

C'est une famille de 5 personnes, dont une fillette de 8 ans, qui est à l'origine de l'attentat-suicide ce lundi contre un commissariat de Surabaya, la deuxième plus grande ville du pays. Sur les images de vidéosurveillance, deux motocyclettes s'approchent de l'entrée principale du commissariat. Un agent leur demande de s'arrêter, quelques secondes plus tard, on voit une explosion. Une forte déflagration qui souffle plusieurs personnes présentes sur les lieux. Le mode opératoire est le même que celui de dimanche. Les auteurs sont munis de ceintures explosives ou de bombes artisanales. Encore une fois il s'agit d'une famille. Dimanche les attentats qui avaient pris pour cible des églises ont été perpétrés par six membres d'une même famille, le père, la mère, les deux filles de 9 et 12 ans et les deux fils de 16 et 18 ans. Tous appartenaient au mouvement JAD, dont plusieurs leaders ont récemment été arrêtés. Selon certains observateurs cette série d'attentats pourrait être justement liée à ces arrestations et aux affrontements mortels provoqués la semaine dernière par des militants islamistes dans une prison de haute sécurité de la banlieue de Jakarta. Le président indonésien Joko Widodo a condamné un "acte lâche, indigne et inhumain", et promis de lutter contre le terrorisme et de le réduire à néant.

AD: RFI il est 22h07 à Barcelone. La Catalogne a enfin son président de région.

HL: Il s’agit de Quim Torra. Cet éditeur et avocat de 55 ans a été désigné par Carles Puigdemont. Quim Torra est un nouveau sur la scène politique. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir des détracteurs, des opposants qui l'accusent de « nationalisme xénophobe exacerbé », c'est-à-dire qu'ils lui reprochent d'être hostile, malveillant auprès des étrangers. Son portrait est signé Béatrice Leveillé

avant d’être désigné aux plus hautes fonctions Quim Torra s’est rendu à Berlin en secret pour rencontrer Carles Puigdemont, l’ancien président du gouvernement autonome catalan qui l’a choisi pour lui succéder. Quim Torra, 55 ans est un éditeur très impliqué dans la défense de la culture et de la langue catalane, il serait selon ses proches dotés d’un caractère affable et courtois. Pour ses adversaires c’est un indépendantiste pur et dur, inconditionnel de l'ex-président en exil qu'il considère comme « le président légitime ». Quim Torra a déjà annoncé que son gouvernement poursuivrait « le processus de construction de la république » de Catalogne et qu’il décorerait la façade du siège du gouvernement d’un ruban jaune, symbole des dirigeants séparatistes en prison ou en exil. Il aura bien besoin de l’autre qualité dont on l’affuble : sa capacité construire des ponts pour diriger une région qui n’a jamais été aussi divisée entre pro et anti-indépendantistes.

AD: L'Italie, de plus en plus en proche d'un gouvernement populiste et eurosceptique, c'est-à-dire contre les élites et l'Union européenne.

HL: L'antisystème mouvement 5 étoiles de Luigi Di Maio demande au président italien Sergio Mattarella un délai supplémentaire de quelques jours pour parvenir à un accord de gouvernement avec la Ligue, parti d'extrême droite de Matteo Salvini, les deux partis seraient tout près de former un gouvernement. Et il faut dire que le temps presse, qu'il faut faire vite puisque l'Italie doit élaborer, mettre au point le budget de l'État pour 2019. Et puisque nous parlons de l’Italie, on connait le nom du nouveau sélectionneur de l'équipe nationale de football. Roberto Mancini va diriger la Squadra Azzura, l'équipe bleue en français.
C’est la fin de votre journal en français facile merci à vous de l’avoir suivi et merci à vous Aurélien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 14/05/2018 20:45:03

« J’ai appris le français pour découvrir le monde »

À chaque numéro, le témoignage d’une personnalité marquante de l’émission de TV5Monde présentée par Ivan Kabacoff. Aujourd’hui, Omar MESA, directeur général pour les affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères. Une rubrique « Étonnants francophones » à retrouver dans le numéro 417 (mai-juin 2018) du Français dans le monde. « Je suis venu au français à 13... Lire la suite

Cet article « J’ai appris le français pour découvrir le monde » est apparu en premier sur FDLM : Le français dans le monde.



Voir le flux - 14/05/2018 16:24:11

Soulèvement

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L’attaque d’un village au Burundi soulève un certain nombre de questions apprend-on sur RFI. Et justement on l’apprend dans une phrase typique d’un français assez surveillé, pas forcément médiatique, mais qui correspond à une langue très correcte, et en fait assez lisse. Pas une langue parlée spontanément, avec des mots, mais surtout des expressions, une grammaire assez conventionnelles, qui vont avec un langue écrite, ou un écrit oralisé, c’est-à-dire des phrases d’abord écrites et lues ensuite.

L’attaque de ce village soulève des questions. Tout le monde comprend : cette attaque pose des questions, laisse non résolues des questions : elle les soulève ! Voilà un mot qui, dans cet usage, ne se rencontrera que dans ce genre de texte. Avec une signification assez précise : les questions semblent surgir les unes après les autres, apparaître alors qu’auparavant on n’y pensait pas. Et avec ce verbe soulever, on a bien sûr ce mouvement de bas en haut : les questions qui étaient enterrées, en tout cas trop bas pour qu’on puisse les voir, émergent !

On ne soulève pas que des questions. Le mot s’utilise pour exprimer la naissance d’un sentiment, mais toujours négatif : on dira qu’un spectacle ou des propos odieux soulèvent un sentiment d’effroi, de rejet, de dégoût. Comme s’il évoquait un tressaillement, un mouvement effectif extrêmement déplaisant et qu’on aurait bien envie de faire disparaitre.

Mais ce verbe a bien d’autres usages, et évoque évidemment une révolte qui gronde : la population s’est soulevée, c’est-à-dire a décidé de lutter, en général les armes à la main. Et un soulèvement est le plus souvent populaire : il ne s’agit pas d’une mobilisation décrétée par un gouvernement, mais d’une colère qui s’exprime, soudainement et de façon spontanée. Et surtout en dehors de toute hiérarchie officielle : il s’agit justement de rejeter un pouvoir qui est devenu si insupportable qu’il a déclenché ce sursaut. Là encore c’est  le mouvement qui donne du sens à cette expression : un jaillissement qui saute de bas en haut, comme une source irrépressible.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr 



Voir le flux - 14/05/2018 07:45:03

Journal en français facile 13/05/2018 20h00 GMT

Transcription

 

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en TU. C'est l'heure de retrouver votre journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Namouri Dosso, bonsoir, Namouri.

Namouri Dosso : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l'actualité ce soir : On en sait plus sur l'identité de l'homme qui a tué un passant et blessé quatre autres personnes hier soir à Paris. Il s'agit d'un Français de 20 ans originaire de Tchétchénie. Un homme qui était fiché S, c'est-à-dire qu'il était recensé pour radicalisation islamiste. « Fiché S » qui sera l'expression de la semaine, selon Yvan Amar.

ND : En Irak une abstention record lors des élections législatives qui se sont déroulées hier. Moins d'un inscrit sur deux a voté. Selon les premières tendances, la liste du Premier ministre Haider al-Abadi est en tête.

RA : Et puis de nouvelles tensions au Nicaragua. En un mois de contestation, 51 personnes ont été tuées. La population réclame un renouvellement de la classe politique.

ND : À Paris, après le choc de l'attaque au couteau, place à l'enquête.

RA : Il y a 24h un homme semait la panique au cœur de la capitale française. Agressant des passants avec son couteau. Une personne a été tuée, quatre autres blessés, et l'assaillant a été abattu par les policiers. L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique. Ce soir on en sait plus sur l'auteur de cette attaque, un homme qui, selon des témoins, a crié « Alla Akbar » (« Dieu est grand ») lors de son acte. Il s'agit d'un jeune français de 20 ans, né en Tchétchénie. Plus de détails avec Stéphane Lagarde.

Né en Tchétchénie en novembre 1997, l’auteur de cette nouvelle attaque à l’arme blanche est devenu français à l’âge de 13 ans lorsque sa mère a été naturalisée. Khamzat A, a grandi dans une famille de réfugiés à Strasbourg à l’est de la France, dans un quartier où vit une importante communauté tchétchène. Ce n’est pas un petit délinquant. Il n’avait pas d’antécédents judiciaires, mais il était en revanche connu des services de renseignements français. Et en particulier de la section antiterroriste de la brigade criminelle qui l’a interrogé il y a un an, dans le cadre d’une procédure contre un homme qu’il connaissait et qui avait effectué un voyage en Syrie. C’est donc en témoin pour ses relations et non pour ses agissements que Khamzat A était inscrit au FSPRT, le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation islamiste mis en place après les attentats de novembre 2015 en France. Les témoins qui ont assisté à l’attaque samedi soir parlent d’un jeune homme aux allures d’étudiant, cheveux mi- longs, la barbe taillée, calme, mais déterminé ; au ton presque robotisé quand ils se précipitent sur le cordon policier lui faisant barrage, menaçant l’un d’entre eux d’un glaçant : « Tire, tire, je vais te planter ! »

RA : Également dans le cadre de l'enquête : un ami de l'assaillant a été interpellé cet après-midi à Strasbourg, dans l'est de la France. Et puis nombreuses réactions politiques ce dimanche. Les autorités, à l'image du Premier ministre Édouard Philippe, saluent « l'exceptionnelle réactivité des forces de police ». Tandis que la droite et l'extrême droite réclament la mise en place de nouvelles mesures de lutte contre le terrorisme.

ND : Au Proche-Orient, c'est une semaine sous haute tension qui va débuter demain.

RA : Marquée par l'ouverture de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem, conformément au souhait du Président Donald Trump. Une inauguration qui aura lieu le jour du 70e anniversaire de la création de l'État d'Israël. Pour exprimer leur fierté, plusieurs dizaines de milliers d'Israéliens ont marché ce dimanche dans la vieille ville. On craint des affrontements, car mardi, les Palestiniens commémorent la « Nakba », qui signifie « catastrophe » en Arabe. Ce que représente pour eux la proclamation de l'État d'Israël.

ND : En Irak on connait les premières tendances, au lendemain des élections législatives.

RA : Concernant des élections, quand on parle de tendance il s'agit des premiers éléments qui ressortent après le scrutin. Et en Irak selon les premiers éléments, la liste du Premier ministre serait en tête. À Bagdad pour RFI, Sami Boukhelifa et Richard Riffoneau.

(Transcription manquante)

RA : Et ces élections législatives sont surtout marquées par une très forte abstention. Moins d'un inscrit sur deux a voté. Le taux officiel est de 44,52% selon la commission électorale. Rappelons qu'il s'agissait des premières législatives depuis la victoire des forces de Bagdad contre le groupe Etat islamique.

ND : La situation au Nicaragua. On en parlait hier dans le journal en français facile. La contestation s'intensifie.

RA : La population réclame un renouvellement de la classe politique. Hier nous évoquions le geste du Président Daniel Ortega, se disant prêt à l'ouverture d'un dialogue. Mais il y a eu de nouvelles violences. Depuis le début de la contestation il y a un mois, 51 personnes ont été tuées. Ce samedi des affrontements se sont produits à Masaya, dans l'ouest du pays. Écoutez le témoignage de Nemesio Mejia, chef paysan responsable du blocage des routes.

Deux jeunes universitaires sont morts hier soir, et il y a eu 40 blessés. Comment envisager un dialogue si les gens se font ainsi tuer ? Le gouvernement doit comprendre que s’il veut dialoguer il faut qu’il retire l’armée, les forces anti émeutes, les policiers et les milices sandinistes. À ce moment-là, seulement nous pourrons dialoguer. Tout le Nicaragua se rend compte que ce président est un assassin qui ne peut pas diriger notre nation. Et ce n’est plus une affaire qui ne concerne que des étudiants et des paysans, c’est l’affaire du Nicaragua tout entier. Le Nicaragua est en train de dire qu’il faut que Daniel Ortega s’en aille, il ne peut plus gouverner le pays. C’est un incapable. Il ne sert à rien. On ne peut pas admettre que ce président et sa femme Rosario dirigent notre nation. Et nous ne bougeons pas d’ici, nous restons ici, qu’il s’en aille.

RA : La mobilisation de la population du Nicaragua, contre le gouvernement.

ND : Et puis en sport, tennis : Alexander Zverev s'annonce comme l'un des favoris de Roland Garros.

RA : À une semaine du début du tournoi parisien, l'Allemand a remporté une victoire de prestige. Zverev s'est imposé en finale du tournoi de Madrid face à l'Autrichien Dominik Thiem en deux manches. RFI 22h08 à Paris, et comme chaque dimanche on retrouve l'expression de la semaine avec Yvan Amar. L'expression « fiché S » que vous avez certainement beaucoup entendu sur RFI.

Le jeune homme abattu hier par la police après qu’il avait poignardé à mort un passant à Paris et poignardé plusieurs autres personnes était fiché S. Une expression qu’on entend bien souvent, surtout depuis que les actes de terrorisme se sont multipliés en France. Mais ce genre de fiches existe depuis bien plus longtemps, avec des identifications, des lettres et des fonctions différentes. On sait par exemple qu’on a des fiches M, V, IT, pour les mineurs en fugue, les prisonniers évadés ou les personnes qui n’ont pas le droit de quitter le territoire national. Les fiches S répertorient ceux qui semblent être dangereux pour la sécurité publique, et la lettre S correspond à Sûreté, un mot utilisé depuis longtemps quand il s’agit de la sécurité intérieure : lutte contre le terrorisme ou contre-espionnage. Avant la Première Guerre mondiale, on parlait déjà des agents de la Sûreté. Mais la lettre S s’emploie souvent dans d’autres situations. Il est souvent l’initiale de Spécial, et on trouve la lettre pour désigner des voitures par exemple. Et c’est un signe plutôt positif : une voiture qui a un « S » va a priori plus vite que si elle n’en avait pas. Et elle est toujours plus chère. Mais c’est également l’abréviation de l’adjectif anglais small, petit. Et on le trouve beaucoup pour indiquer des tailles de vêtements : le S s’oppose au M, médium, taille moyenne, ou au L, voire au XL, ou au XXLlarge ou extra large, c’est-à-dire très grand.

 


Voir le flux - 13/05/2018 20:30:07