Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
1-10 sur 4709 résultats.

Rafle

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 15/07/2019 08:45:06

Journal en français facile 14/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 22h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir : Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo.

HL : Au sommaire de cette édition : la fête nationale en France, le défilé militaire et bientôt le traditionnel feu d’artifice, le 14 juillet c’est aujourd’hui. Un jour de commémoration placé sous le signe de la coopération européenne. Une fête à laquelle ont participé quelques Gilets Jaunes. On revient sur les moments clés de cette journée dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite à Hong Kong. Avec ce 5e dimanche consécutif de mobilisation. Les militants pro-démocratie comptent bien maintenir la pression sur le gouvernement local soutenu par la Chine.

HL : La Chine Zéphyrin, il en a été question hier à Port-au-Prince. La capitale haïtienne a reçu la présidente de Taïwan. Compte rendu de cette visite officielle dans ce journal. Enfin on se quittera avec Yvan Amar et l’expression de la semaine. Voilà pour le programme. Bienvenue à tous !

-----

ZK : Du bleu, du blanc et du rouge dans le ciel de Paris, le traditionnel feu d’artifice du 14 -juillet sera tiré dans une heure devant la tour Eiffel.

HL : C’est un incontournable de la fête nationale qui vient ponctuer une journée de commémoration et de célébration. Autre incontournable Zéphyrin : le défilé militaire sur l’avenue des Champs-Élysées. C’était ce matin. Une parade placée cette année sous le signe de la coopération, de la collaboration européenne. Pour l’occasion, le président Emmanuel Macron a convié une dizaine de dirigeants de l’Union. Présente également, une foule d’anonymes, tous curieux de voir passer sous leurs yeux chars, soldats au pas et avions de combat. Antoine Geneste était avec eux sur la plus belle avenue du monde : reportage.

[Transcription manquante]

HL : Le 14 juillet, une fête populaire. Une partie du peuple a d’ailleurs manifesté son mécontentement. Des dizaines de Gilets Jaunes sont venus siffler Emmanuel Macron et dénoncer sa politique. Les forces de l’ordre ont interpellé 175 personnes en marge du défilé. Des heurts ont d’ailleurs eu lieu près de l’arc de triomphe entre policiers et manifestants.

ZK : Des affrontements ont également eu lieu aujourd’hui à Hong Kong Hugo.

HL : Des violences entre militants pro-démocratie et policiers. Pour le 5e dimanche consécutif, les manifestants anti-gouvernementaux - c’est-à-dire hostiles la politique de la cheffe de l’exécutif Carrie Lam - ont protesté contre un projet de loi. Un texte qui autoriserait les transferts de prisonniers de Hong Kong vers la Chine Continentale. Le récit de cette nouvelle journée de mobilisation avec Simon Leplâtre

Ils sont à nouveau des dizaines de milliers à avoir battu le pavé ce dimanche à Hong Kong : les promesses de Carry Lam, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, n’ont pas suffi à apaiser les habitants, en début de semaine dernière, elle a déclaré que la loi d’extradition était « morte de vieillesse », mais elle a refusé de s’engager à un retrait du projet de loi laissant planer le doute sur ses intentions. Citation, vieux monsieur, qui parle cantonnais : « Elle refuse d’utiliser le terme “retirer”, un mot qui a des conséquences légales, alors que l’expression qu’elle utilise, “morte de vieillesse”, c’est juste une expression chinoise, elle joue sur les mots ». Derrière cette loi, plus généralement c’est l’influence de la Chine qui inquiète, car les Hongkongais sont informés, ils savent bien qu’ils ont encore beaucoup plus de libertés que les Chinois, écoutez ce jeune commercial, 30 ans présent à la manifestation. Citation trentenaire : « Comme vous le savez, il se passe beaucoup de choses terribles en Chine, très inhumaines, on le voit avec les événements au Xinjiang et au Tibet actuellement. C’est de ça qu’on a peur, perdre nos libertés ». Pour l’instant, la Chine appelle le gouvernement de Hong Kong à la fermeté ce qui ne devrait pas aider à trouver des concessions, en tous cas, les manifestants eux, sont déterminés à revenir, tous les week-ends s’il le faut. Simon Leplâtre, Hong Kong, RFI.

ZK : Autre territoire sous l’influence de la Chine : Taïwan. D’ailleurs sa présidente est en visite officielle en Haïti.

HL : Un séjour dans la Caraïbe. En Haïti, qui est l’un des 17 pays à encore reconnaître officiellement Taïwan comme République de Chine. Mais ce choix diplomatique exceptionnel n’est guère exploité par Port-au-Prince. Résultat : la rencontre entre les deux présidents hier s’est révélée plutôt infructueuse, c’est-à-dire : inefficace. C’est ce que nous explique sur place Amélie Baron.

C’est la première fois depuis sa prise de fonction en février 2017 que Jovenel Moïse recevait un homologue étranger en visite officielle. Pour Taïwan, Haïti est un partenaire clé. L’an dernier, plusieurs pays dont la République dominicaine voisine ont rompu les relations avec Taipei au profit de Pékin. Les 63 ans de fidèle amitié haïtiano-taïwanaise, salués par les deux chefs d’État samedi, n’ont pour autant pas été récompensés par un accroissement de la coopération bilatérale : aucune annonce n’est sortie de la rencontre entre Jovenel Moïse et Tsai Ing-Wen. Il faut dire que le prêt de 150 millions de dollars accordé par Taiwan à Haïti en mars 2018 n’est pas encore débloqué, car le parlement haïtien n’a toujours pas ratifié le texte. Les deux pays veulent favoriser les investissements privés taïwanais en Haïti, mais l’insécurité grandissante dans le pays freine considérablement tout éventuel projet industriel. Signe fort de cet handicap majeur : sur une tournée de neuf jours dans la Caraïbe, la présidente taïwanaise ne sera restée que 4h en Haïti, alors qu’il s’agit désormais de son allié le plus grand géographiquement et démographiquement. Amélie Baron, Port-au-Prince, RFI.

ZK : Et comme tous les dimanches Hugo, on referme cette édition avec l’expression de la semaine.

HL : Fête nationale française oblige, Yvan Amar nous parle de l’expression 14 -juillet.

[Transcription manquante]

HL : On se quitte avec un mot de football avec la dernière demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Elle oppose en ce moment l’Algérie au Nigéria : 1-1 on joue la 52e minute de jeu. Merci Zéphyrin Kouadio.

ZK : Merci Hugo. Merci à tous !

HL : Restez fidèles à l’écoute de la radio du monde.



Voir le flux - 14/07/2019 20:30:06

Journal en français facile 14/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 22h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir : Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo.

HL : Au sommaire de cette édition : la fête nationale en France, le défilé militaire et bientôt le traditionnel feu d’artifice, le 14 juillet c’est aujourd’hui. Un jour de commémoration placé sous le signe de la coopération européenne. Une fête à laquelle ont participé quelques Gilets Jaunes. On revient sur les moments clés de cette journée dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite à Hong Kong. Avec ce 5e dimanche consécutif de mobilisation. Les militants pro-démocratie comptent bien maintenir la pression sur le gouvernement local soutenu par la Chine.

HL : La Chine Zéphyrin, il en a été question hier à Port-au-Prince. La capitale haïtienne a reçu la présidente de Taïwan. Compte rendu de cette visite officielle dans ce journal. Enfin on se quittera avec Yvan Amar et l’expression de la semaine. Voilà pour le programme. Bienvenue à tous !

-----

ZK : Du bleu, du blanc et du rouge dans le ciel de Paris, le traditionnel feu d’artifice du 14 -juillet sera tiré dans une heure devant la tour Eiffel.

HL : C’est un incontournable de la fête nationale qui vient ponctuer une journée de commémoration et de célébration. Autre incontournable Zéphyrin : le défilé militaire sur l’avenue des Champs-Élysées. C’était ce matin. Une parade placée cette année sous le signe de la coopération, de la collaboration européenne. Pour l’occasion, le président Emmanuel Macron a convié une dizaine de dirigeants de l’Union. Présente également, une foule d’anonymes, tous curieux de voir passer sous leurs yeux chars, soldats au pas et avions de combat. Antoine Geneste était avec eux sur la plus belle avenue du monde : reportage.

[Transcription manquante]

HL : Le 14 juillet, une fête populaire. Une partie du peuple a d’ailleurs manifesté son mécontentement. Des dizaines de Gilets Jaunes sont venus siffler Emmanuel Macron et dénoncer sa politique. Les forces de l’ordre ont interpellé 175 personnes en marge du défilé. Des heurts ont d’ailleurs eu lieu près de l’arc de triomphe entre policiers et manifestants.

ZK : Des affrontements ont également eu lieu aujourd’hui à Hong Kong Hugo.

HL : Des violences entre militants pro-démocratie et policiers. Pour le 5e dimanche consécutif, les manifestants anti-gouvernementaux - c’est-à-dire hostiles la politique de la cheffe de l’exécutif Carrie Lam - ont protesté contre un projet de loi. Un texte qui autoriserait les transferts de prisonniers de Hong Kong vers la Chine Continentale. Le récit de cette nouvelle journée de mobilisation avec Simon Leplâtre

Ils sont à nouveau des dizaines de milliers à avoir battu le pavé ce dimanche à Hong Kong : les promesses de Carry Lam, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, n’ont pas suffi à apaiser les habitants, en début de semaine dernière, elle a déclaré que la loi d’extradition était « morte de vieillesse », mais elle a refusé de s’engager à un retrait du projet de loi laissant planer le doute sur ses intentions. Citation, vieux monsieur, qui parle cantonnais : « Elle refuse d’utiliser le terme “retirer”, un mot qui a des conséquences légales, alors que l’expression qu’elle utilise, “morte de vieillesse”, c’est juste une expression chinoise, elle joue sur les mots ». Derrière cette loi, plus généralement c’est l’influence de la Chine qui inquiète, car les Hongkongais sont informés, ils savent bien qu’ils ont encore beaucoup plus de libertés que les Chinois, écoutez ce jeune commercial, 30 ans présent à la manifestation. Citation trentenaire : « Comme vous le savez, il se passe beaucoup de choses terribles en Chine, très inhumaines, on le voit avec les événements au Xinjiang et au Tibet actuellement. C’est de ça qu’on a peur, perdre nos libertés ». Pour l’instant, la Chine appelle le gouvernement de Hong Kong à la fermeté ce qui ne devrait pas aider à trouver des concessions, en tous cas, les manifestants eux, sont déterminés à revenir, tous les week-ends s’il le faut. Simon Leplâtre, Hong Kong, RFI.

ZK : Autre territoire sous l’influence de la Chine : Taïwan. D’ailleurs sa présidente est en visite officielle en Haïti.

HL : Un séjour dans la Caraïbe. En Haïti, qui est l’un des 17 pays à encore reconnaître officiellement Taïwan comme République de Chine. Mais ce choix diplomatique exceptionnel n’est guère exploité par Port-au-Prince. Résultat : la rencontre entre les deux présidents hier s’est révélée plutôt infructueuse, c’est-à-dire : inefficace. C’est ce que nous explique sur place Amélie Baron.

C’est la première fois depuis sa prise de fonction en février 2017 que Jovenel Moïse recevait un homologue étranger en visite officielle. Pour Taïwan, Haïti est un partenaire clé. L’an dernier, plusieurs pays dont la République dominicaine voisine ont rompu les relations avec Taipei au profit de Pékin. Les 63 ans de fidèle amitié haïtiano-taïwanaise, salués par les deux chefs d’État samedi, n’ont pour autant pas été récompensés par un accroissement de la coopération bilatérale : aucune annonce n’est sortie de la rencontre entre Jovenel Moïse et Tsai Ing-Wen. Il faut dire que le prêt de 150 millions de dollars accordé par Taiwan à Haïti en mars 2018 n’est pas encore débloqué, car le parlement haïtien n’a toujours pas ratifié le texte. Les deux pays veulent favoriser les investissements privés taïwanais en Haïti, mais l’insécurité grandissante dans le pays freine considérablement tout éventuel projet industriel. Signe fort de cet handicap majeur : sur une tournée de neuf jours dans la Caraïbe, la présidente taïwanaise ne sera restée que 4h en Haïti, alors qu’il s’agit désormais de son allié le plus grand géographiquement et démographiquement. Amélie Baron, Port-au-Prince, RFI.

ZK : Et comme tous les dimanches Hugo, on referme cette édition avec l’expression de la semaine.

HL : Fête nationale française oblige, Yvan Amar nous parle de l’expression 14 -juillet.

[Transcription manquante]

HL : On se quitte avec un mot de football avec la dernière demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Elle oppose en ce moment l’Algérie au Nigéria : 1-1 on joue la 52e minute de jeu. Merci Zéphyrin Kouadio.

ZK : Merci Hugo. Merci à tous !

HL : Restez fidèles à l’écoute de la radio du monde.



Voir le flux - 14/07/2019 20:30:06

Journal en français facile 13/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 22h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir : Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo à toutes et à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : le fantôme de Katrina ressurgit en Louisiane, dans le sud des États-Unis... avec l’ouragan Barry qui a touché le sol américain ces dernières heures... les habitants de la côte ont été évacués... on fait le point sur la situation dans un instant

ZK : Retirer massivement de l’argent dans une banque pour la faire s’écrouler, c’est l’objectif des militants pro-démocratie à Hong Kong. Mobilisés depuis plusieurs semaines, certains d’entre eux ont en ligne de mire la banque de Chine. Les précisions sont à suivre.

HL : En France Emmanuel Macron annonce la création d’un commandement militaire de l’espace pour protéger les satellites français. Et puis on se quittera avec du théâtre à Avignon sans oublier le mot de la semaine d’Yvan Amar. Bienvenue à tous !

-----

ZK : Le spectre de Katrina réapparaît aux États-Unis avec Barry.

HL : Un temps qualifié de « tempête tropicale », le phénomène météorologique Barry s’est transformé en ouragan de catégorie 1, sur une échelle qui en compte 5. Avec la montée des eaux, les fortes pluies et les vents violents, plusieurs milliers de personnes ont été évacuées. Sur les côtes de cet État américain situé dans le sud du territoire, en bordure du golfe du Mexique. On fait le point sur la situation avec Achim Lippold.

Certaines routes qui longent la cote de la Louisiane sont inondées, des dizaines de milliers de foyers n’ont plus d’électricité. Les services météorologiques prévoient des précipitations importantes du fait que Barry se déplace très lentement. Tout au long de sa trajectoire, qui devrait l’amener vers le nord-ouest de la Louisiane, les autorités ont maintenu le niveau d’alerte ouragan. Plus loin, à La Nouvelle-Orléans, qui se trouve à une centaine de kilomètres de la trajectoire de Barry, l’alerte est toujours au niveau tempête tropicale. La Nouvelle-Orléans qui s’est réveillée ce matin en ville fantôme. Il y a très peu de circulation. La plupart des vols ont été annulés. La mairie se dit bien préparée pour affronter l’ouragan et les pluies diluviennes qu’il pourrait entraîner. Les habitants ont reçu pour consigne de rester à la maison. Le dispositif anti-inondation composée notamment d’un réseau de digues et de vannes a été activé. Une centaine de pompes sont prêtes à évacuer l’eau. C’est le premier test pour ce nouveau système mis en place après le passage de l’ouragan Katrina qui avait fait plus de 1800 morts en 2005.

ZK : Achim Lippold. Une nouvelle cargaison de missiles russes est arrivée aujourd’hui en Turquie.

HL : C’est ce qu’annonce le ministère turc de la Défense. Une première partie de ces défenses anti-aériennes est arrivée hier, et cela malgré les nombreuses mises en garde, les nombreux avertissements des États-Unis. L’OTAN a d’ailleurs fait part de sa préoccupation quant à cette livraison de missiles russes.

ZK : La Russie - rappelons-le Hugo - est un allié du régime de Damas en Syrie. D’ailleurs, 14 civils ont été tués aujourd’hui dans le pays.

HL : Un bilan qui a été revu à la hausse au fur et à mesure de la journée Zéphyrin. Parmi ces 14 morts figurent 6 enfants. Des chiffres rapportés par l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme. L’organisation non-gouvernementale britannique précise que ces personnes ont été tuées dans des bombardements à Idlib, région située dans le nord-ouest du pays et dominée par des combattants islamistes qui sont la cible des frappes du régime de Bachar-Al-Assad et de son alliée russe.

ZK : Vous écoutez le journal en français facile sur RFI, il est 4h04 à Hong Kong. Les manifestants anti-gouvernementaux se mobilisent toujours dans l’ancienne colonie britannique.

HL : Depuis plusieurs mois, ils protestent contre un projet de loi d’extradition vers la Chine. Précisons-le Zéphyrin, l’extradition est une procédure juridique par laquelle un État livre l’auteur d’une infraction/d’un délit à un État étranger qui le réclame. Alors certes, ce projet a été reporté, mais c’est insuffisant pour les manifestants. Une grande mobilisation est d’ailleurs attendue demain et ce n’est pas tout... Pour accentuer la pression sur la Chine continentale, les militants pro-démocratie appellent à retirer massivement les fonds, l’argent déposés à la banque de Chine. Florence de Changy.

« Vider les caisses de la banque de Chine », l’idée est audacieuse et elle a remporté un certain succès à Hong Kong même s’il n’y a semble-t-il aucune chance que ces retraits soudains et coordonnées ne parviennent à créer une panique bancaire. Personne ne pense qu’une telle opération puisse avoir un impact réel sur la stabilité de la banque de Chine. Selon un banquier interrogé samedi matin, « C’est un peu comme vouloir vider un océan avec des seaux d’eau… » Car on ne parle que de Hong Kong, qui ne compte que 7 millions d’habitants et ne pèse que 3 % de l’économie chinoise. Cela dit selon un employé de la banque, des très gros comptes ont effectivement été fermés déjà cette semaine et des fonds ont été transférés vers Singapour.   Cette action était bien sûr avant tout symbolique, car la banque de Chine représente la nouvelle puissance chinoise qui nourrit Hongkong, mais qui fait aussi très peur à ses habitants. Les opposants au projet de loi, dont les revendications ont à présent pas mal évolué ont par ailleurs prévu nombre d’autres manifestations. Une quinzaine d’événements sont déjà répertoriés pour les deux prochaines semaines, alors que le gouvernement semble complètement dépassé par les évènements. Florence De Changy Hong Kong, RFI.

ZK : On reste en France Hugo pour parler Culture.

HL : En ce mois de juillet, la ville d’Avignon se transforme en une gigantesque scène vivante. Le théâtre s’installe dans toute la ville, ses cloîtres, ses églises, ses écoles, ses cours... jusque dans les jardins ombragés des maisons. Le festival s’installe même chez les habitants, Murielle Maalouf.

À l’ombre d’un figuier et autour d’un bassin au fond du jardin Luc Tremblay auteur et acteur ont inventé sa scène théâtrale. « Du papier faisons table rase » est la première pièce du If. Il s’agit d’amour de quête de l’autre dans un style qui frise le comique grotesque. Luc Tremblay joue entre les arbres sur cette scène bucolique et puis le public se retrouve autour d’un verre. Le théâtre ici est rassembleur n’est-ce pas sa fonction première ? Suivront d’autres pièces, d’autres comédiens dans des jardins de la ville. Le If c’est une note de douceur théâtrale et de convivialité au cœur de la machine avignonnaise. Murielle Maalouf, Nicolas Bénita, Avignon RFI.

ZK : Comme tous les samedis Hugo, on se quitte avec le mot de la semaine.

HL : On en parlait au début du journal, Yvan Amar revient sur le mot Louisiane.

La Louisiane sur le qui-vive en attendant la tempête Barry. En effet, on sait bien que la ville se souvient encore de la catastrophe de Katrina, et que donc on craint les ouragans. En Louisiane donc qui est cet état du sud des États-Unis, dont le nom n’évoque pas du tout l’anglais. Il est vrai que, même si la Louisiane est américaine, on n’y parle pas uniquement l’anglais. Pas mal d’espagnol, de vietnamien, et du français, surtout d’ailleurs du français cadien qui a toute une culture américaine. À cause des Canadiens francophones chassés du Canada par les Anglais ; à cause aussi d’un passé colonial français. Et ce mot de Louisiane se rappelle son passé français : la région a été nommée ainsi par Cavelier de la Salle. À la fin du 17e siècle, les Européens explorent encore cette Amérique, ce Nouveau-Monde largement inconnu, et se l’approprient sans scrupule : les Indiens sont considérées comme des populations à soumettre, et les grandes rivalités se construisent entre les puissances européennes qui se retrouvent là-bas : Anglais, Espagnols, Français. Cavelier de la Salle, après plusieurs voyages qui l’amènent d’abord au nord du continent, en nouvelle-France, l’actuel Canada, prend possession du territoire qui est autour de l’embouchure du Mississippi, et l’appelle Louisiane, en l’honneur de Louis XIV, qui d’ailleurs s’en soucie fort peu. Ensuite, ce nom de Louisiane nommera une immense partie des États-Unis actuels : en fait à peu près tout ce qu’on appelle le Midwest et qui descend jusqu’au golfe du Mexique. Aujourd’hui c’est bien différent. Mais dans la géographie de la Louisiane actuelle, on trouve encore des noms aux assonances françaises. La plus grande ville est New Orléans, longtemps appelée La Nouvelle-Orléans, ainsi nommée en l’honneur du régent Philippe d’Orléans, par Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, qui l’avait fondée. Et un certain nombre d’autres villes ont aussi des souvenirs français, comme la capitale, Bâton-Rouge. En fait la bourgade auparavant, s’appelait Istrouma, ce qui signifie bâton rouge dans une langue indienne, parce que la ville était délimitée par des bâtons plantés dans le sol, et rougis rituellement du sang d’animaux.

HL : C’est la fin de ce journal. Merci Zéphyrin Kouadio.

ZK : Merci Hugo Lanoë. Merci à tous.

HL : Bonne soirée à l’écoute de RFI.



Voir le flux - 13/07/2019 20:15:03

Journal en français facile 12/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Philippe Lacaplain : 22 heures ici à Paris, vous écoutez RFI. Bienvenue dans ce Journal en français facile en compagnie de Zephyrin Kouadio.

Zéphyrin Kouadio : Et pour commencer, les titres de l’actualité.

PL : La tension dans le golfe. La Grande-Bretagne envoie un deuxième navire de guerre dans la région alors que les États-Unis confirment leur volonté de former une coalition internationale contre l’Iran. Un nouveau départ dans le gouvernement de Donald Trump. Cette fois c’est le ministre du Travail qui se retire à cause d’une affaire remontant à l’époque où il était procureur de Floride. François de Rugy empêtré dans les révélations de Médiapart. Le site internet affirme que le ministre de l’Écologie loue un appartement « à un loyer social préférentiel ».

-----

ZK : La guerre en Syrie a fait de nouvelles victimes.

PL : Ce sont au moins treize civils qui ont perdu la vie aujourd’hui dans des raids du régime de Bachar al-Assad dans le nord-ouest du pays, dont trois dans la ville d’Idleb. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme affirme aussi que plus de 120 combattants ont péri dans les combats qui ont lieu depuis mercredi soir entre l’armée et les forces dirigées par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham.

ZK : N’en déplaise aux États-Unis qui l’ont menacé de sanctions, la Turquie vient tout juste de réceptionner les premiers composants d’un système défense anti-missile russe.

PL : Le S-400 est considéré par certains experts comme la batterie anti-missile, la plus performante actuellement. Ses caractéristiques en font une arme redoutable. À Moscou, la correspondance de Daniel Vallot.

Un camion blindé surmonté de quatre tubes de missiles  - voilà à quoi ressemble le S-400, ce système de défense anti-aérien considéré comme l’un des plus modernes au monde. Développé dans les années 90 par l’industrie de défense russe, le S-400 est l’héritier d’une tradition bien soviétique, celle de la défense anti-aérienne au sol. De fait ses caractéristiques en font une arme redoutable – capable d’égaler et même de surpasser, selon certains experts, le Patriot américain. Le S-400 peut ainsi intervenir en moins de dix secondes, repérer une menace se trouvant à plusieurs centaines de kilomètres, et intercepter aussi bien des avions, que des missiles. Depuis sa mise en service par l’armée russe en 2007, le S-400 a déjà remporté de gros contrats à l’international : la Russie l’a notamment vendu à la Chine, et à l’Inde. Mais avec la Turquie, Moscou vend son système à un membre de l’OTAN, ce qui a suscité la fureur des États-Unis. Washington a d’ailleurs menacé la Turquie de sanctions – et de ne pas lui vendre les F-35 qui devaient équiper son armée de l’air. Pour la Russie le S-400 n’est pas seulement un succès technologique et militaire : c’est également devenu une arme diplomatique de premier choix. Daniel Vallot Moscou RFI.

ZK : Encore une fois, un ministre démissionne du gouvernement de Donald Trump. Il s’agit du secrétaire au Travail Alexander Acosta.

PL : Il était mis en cause pour sa gestion de l’affaire Epstein lorsqu’il était procureur de Floride. À l’époque, il avait négocié un accord de plaider coupable avec le milliardaire accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures. Le président américain explique que sa mise en cause n’est pas compatible avec ses fonctions, Anne Corpet.

Oui Alex Acosta jette finalement l’éponge il quittera son poste dans une semaine. Le secrétaire au travail est venu lui-même annoncer son départ aux côtés de Donald Trump devant la presse ce matin. Il explique qu’il souhaite que l’attention se porte sur les bons résultats de l’économie et les créations d’emploi, et non sur l’affaire Epstein. Donald Trump a vanté les qualités de son ministre « Il a fait un travail fantastique. Sa démission est sa décision, pas la mienne » a assuré le président avant de déclarer que le plaider coupable qu’Alex Acosta a négocié il y a dix ans avec Jeffrey Epstein avait satisfait tout le monde. Mais ce n’est pas exactement le cas. Les victimes de Jeffrey Epstein reprochent à l’ancien procureur de Floride de ne pas les avoir informés de la teneur de l’accord qu’il a passé avec leur agresseur. Lors de sa conférence de presse mercredi Alex Acosta a expliqué qu’il avait tout fait pour s’assurer que Jeffrey Epstein aille en prison, mais la peine de treize mois qu’il a purgée était aménagée, il avait le droit de se rendre tous les jours à son bureau. Le secrétaire au travail a refusé d’exprimer le moindre regret ou la moindre excuse vis-à-vis des victimes. Et les démocrates continuaient d’exiger sa démission.

ZK : Les États-Unis confirment leur volonté de former une coalition internationale dans le Golfe.

PL : Pour sa part, la Grande-Bretagne envoie un deuxième navire de guerre dans la région deux jours après un incident avec la marine iranienne qui avait tenté, selon Londres, d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz.

ZK : Les Hongkongais testeront dans quelques heures une nouvelle forme de protestation. Pour réclamer le retrait du projet de loi sur les extraditions vers la Chine, ils visent cette fois le pouvoir bancaire, et en particulier la Bank of China.

PL : Cet appel à « tester la résistance » consistera à retirer le plus d’argent possible de cette banque d’État chinoise. Autre forme de protestation : les « Lennon walls », les « Murs Lennon ». L’expression vient du mur Lennon de Prague, qui a commencé en 1980 avec un graffiti lors de la mort du chanteur des Beatles. Depuis le mur est devenu le tableau noir pour tous les revendications ou messages politiques. Florence de Changy nous en dit plus.

La version hongkongaise du « mur Lennon » n’a pas recours à des graffitis, considérés ici comme du vandalisme, mais à des post-its, que les Hongkongais se sont mis à accrocher par dizaines de milliers, sur un mur d’escalier menant aux bâtiments du gouvernement, d’abord en 2014. Dans la vague du nouveau mouvement d’opposition au gouvernement, ces murs de post-it, formant des mosaïques de petits carrés de papier aux couleurs pastels, sont apparus un peu partout à Hong Kong, comme sur cette passerelle de métro dans le quartier de Wong Chuk Hang, près du port d’Aberdeen, au sud de l’île de Hong Kong, où l’atelier est animé par deux adolescentes de 13 ans, Hei So et Tsien Lo : « Oui c’est une question de responsabilité. Parce que ce qui se passe à Hong Kong n’est pas bien et me rend triste. Et faire cela me fait du bien. » Le conseiller de district Kevin Tsui du parti démocratique est là lui aussi, distribuant feutres et carrés de papier aux passants : « La plupart d’entre eux disent “Allez Hong Kong ! Nous devons rester unis et nous battre ce que nous méritons à savoir la démocratie et la liberté et nous devons protéger notre état de droit à Hong Kong”. Preuve s’il en fallait que le mouvement de contestation actuel va bien au-delà du projet de loi controversé.

ZK : La contre-attaque de François de Rugy. Le ministre et ancien président de l’Assemblée nationale rétorque aux révélations sur ses dépenses fastueuses qui se succèdent.

PL : La dernière en date soulevée par le site Mediapart étant qu’il loue un appartement près de Nantes “à un loyer social préférentiel”. Par ailleurs La préfète Nicole Klein, limogée de ses fonctions de directrice de cabinet par le ministre de la Transition écologique déclare ceci au journal Ouest-France : “il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne”.

ZK : On se souvient de ces images en pleine crise des gilets jaunes : des injures antisémites contre Alain Finkielkraut

PL : L’homme jugé pour avoir proféré des injures antisémites contre le philosophe vient d’être condamné à deux mois de prison avec sursis. 6 mois avaient été requis, c’est-à-dire demandés par le procureur contre lui.

ZK : Le mercato en football c’est à dire la saison des transferts de joueurs.

PL : C’est le premier gros coup sur le marché des transferts : l’attaquant Français Antoine Griezmann quitte l’Atletico de Madrid après 5 saisons pour aller jouer à Barcelone. Le club catalan a payé la clause libératoire de 120 millions d’euros après des mois de discussions, Tom Rossi.

Le FC Barcelone, peu habitué à ce qu’on lui résiste, aura passé 2 ans sur le dossier Antoine Griezmann. 2 ans de tractations qui avaient mal débuté au printemps 2017 quand le champion du monde avait repoussé les avances catalanes. Avant de se montrer de moins en moins catégorique au fil des mois. 1re avancée. Début 2018, le club catalan propose de s’aligner sur le salaire qu’il touche à Madrid. L’attaquant tricolore se montre à l’écoute et va mettre en scène sa réflexion dans un documentaire diffusé le jour du match d’ouverture de la coupe du monde. Documentaire produit par la société de Gérard Piqué, défenseur emblématique du Barça. D’aucun y ont vu un signe, mais non. Griezmann reste à la maison. Avant dernier rebondissement, 9 mois plus tard, en mars dernier, l’Atlético est éliminé dès les 8es de finale de la ligue des champions. Le Colchonero revoit ses plans, renoue le contact. Il veut passer un cap dans sa carrière et tombe très vite d’accord, en quelques jours seulement avec Barcelone. Le joueur de 28 ans touchera un salaire de + de 20 millions d’euros par an pendant 5 saisons. Ne restait plus qu’à attendre que sa clause libératoire passe de 200 à 120 millions d’euros le 1er juillet. Clause que Le Barça vient de payer et de rehausser. Elle s’élève désormais à 800 millions d’euros.

ZK : Des évènements “inacceptables” pour le gouvernement. Il s’agit des suites du match de football dans le cadre de la CAN qui a vu la victoire de l’Algérie.

PL : Une mère de famille a été tuée par un chauffard et son bébé est entre la vie et la mort. Le supporteur a été placé en garde à vue. Il y a eu des dizaines d’interpellations et des magasins pillés sur les Champs Élysées.

ZK : Cyclisme. Tour de France : l’Italien Giulio Ciccone conserve le maillot jaune après la 7e étape.

PL : Tennis. Federer écarte Nadal et rejoint Djokovic en finale de Wimbledon. Et puis sachez qu’un alpiniste italien est mort, et son compagnon a été polytraumatisé, après une chute sur plusieurs centaines de mètres au Mont Maudit dans le massif du Mont-Blanc.



Voir le flux - 12/07/2019 20:30:11

France : une nouvelle taxe pour l’environnement

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 12/07/2019 10:41:46

Végétatif

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Enfin… ! C’est malheureusement l’adverbe qui a été le plus souvent entendu et exprimé après la mort de Vincent Lambert, cet infirmier, victime il y a presque onze ans d’un grave accident de voiture, maintenu en vie par un certain nombre de dispositifs médicaux qui lui assuraient une vie mécanique a minima. Tétraplégique, totalement paralysé, n’ayant plus de réflexe de déglutition, ce qui fait qu’il devait être nourri artificiellement, incapable d’envoyer une réponse aux stimuli qui lui étaient envoyés, il était maintenu dans ce qu’on appelle un état de vie végétatif. C’est bien ce mot qui permet de comprendre l’expression familière et très courante, reprise d’ailleurs par la presse : être un légume. Et sur Rfi comme ailleurs, on rappelle que la femme de Vincent Lambert, Rachel, aurait déclaré que son mari, avant son accident, évoquant une semblable possibilité, avait déclaré ne pas vouloir vivre « comme un légume » et avait manifesté son opposition au principe d’acharnement thérapeutique.

L’adjectif végétatif a en effet un sens très péjoratif aujourd’hui : il s’applique à une façon de survivre : ne rien faire au-delà du strict minimum : vivre sans activité, sans intérêt, sans relation à autrui. L’expression a un sens littéral lorsqu’il s’agit de quelqu’un qui est gardé en vie par les artifices de la médecine, et qui meurt si, comme on le dit familièrement aussi, on le débranche, c’est-à-dire si on arrête le protocole de soin qu’on lui administre. Mais de manière moins stricte, on l’emploie à propos de celui qui mène une vie refermée, et même par extension, à celui qui ne réussit pas à sortir de sa routine : il végète, c’est-à-dire qu’il ne s’épanouit pas.

Attention ! le végétal n’est pas seulement le légume. Le mot correspond à un règne, comme on disait naguère, à un ordre du vivant : ce qui vit, mais n’appartient pas au règne animal. C’est-à-dire a priori, qui n’a pas de volonté ou de sensibilité propres. En gros, on englobe sous ce terme tout ce qui concerne les plantes.

Cette famille de mots est très vivace en ce moment : on y trouve aussi bien les végétaux que les végétariens.

Le végétarien est celui qui s’interdit de manger des animaux : ni chair, ni poisson ! La restriction est forte, mais elle laisse la liberté de consommer de façon très variée tout ce qui n’est pas tué par l’homme. Du camembert au caviar, l’éventail est très ouvert.

Maintenant, si l’on est plus radical que le simple végétarien, on peut être végétalien. Le changement de consonne, même s’il est minime, est important : les végétaliens ne mangent rien de ce qui peut provenir des animaux. Pas de viande donc, mais pas de lait non plus, puisqu’il est trait à partir de l’animal. Et pas plus de fromage, fabriqué à partir du lait.

Quant aux végans, ils poussent plus loin encore cette logique : il s’agit de s’interdire tout ce qui pourrait affecter la vie des animaux : on ne prend pas le miel des abeilles, mais on ne tond pas non plus les moutons. On ne s’habillera donc pas avec des vêtements de laine. On n’utilisera pas le cuir : attention aux chaussures, et au fauteuil dans lequel on s’assoit ! On ne jouera pas sur les touches en ivoire d’un piano.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)



Voir le flux - 12/07/2019 09:00:09

Journal en français facile 11/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 21h à Alger, l'heure de votre Journal en français facile. Et à mes côtés pour présenter cette édition, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : Un pétrolier britannique aurait été menacé par des bateaux de guerre iraniens. Téhéran dément, mais Londres affirme que sa marine a dû intervenir. Le tout dans un contexte de tensions grandissantes autour de l'Iran.

ZK : Aucune colonie de Cisjordanie ne sera sacrifiée : promesse du 1er ministre israélien Benjamin Netanyahou en pleine campagne pour tenter de remporter la majorité aux législatives.

AD : S'appuyer sur les diasporas africaines de France pour refonder une nouvelle relation avec l'Afrique : Emmanuel Macron a défendu sa vision des relations franco-africaines ce jeudi. Le président français a également affirmé qu'il n'avait aucun tabou à propos d'un débat sur le Franc CFA.

ZK : Et puis le mystère plane toujours autour des raisons de la disparition il y 5 ans du vol MH370 de la Malaysian Airlines. Les enquêteurs français pencheraient toutefois pour l'hypothèse d'un suicide du pilote. 

------

ZK : Les tensions se poursuivent donc entre l'Iran et les pays occidentaux sur fond de commerce maritime.

AD : Une semaine après le blocage du pétrolier iranien Grace 1 à Gibraltar, Londres accuse Téhéran d’avoir tenté d’arraisonner un de ses navires dans le détroit d'Ormuz. Démenti formel de la République islamique qui nie toute implication. Retour sur les faits avec Sami Boukhelifa.

Les Gardiens de la Révolution sont catégoriques : il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, durant les dernières 24h. L’armée d’élite du régime iranien ajoute : si nous avions reçu l'ordre d'accomplir une telle mission, on l’aurait fait immédiatement, de manière décisive et rapide. De leur côté les responsables à Londres sont tout aussi affirmatifs : la marine iranienne a bel et bien tenté de bloquer le passage d’un pétrolier britannique et il a fallu l’intervention de la Royal Navy, pour résoudre le problème. Les tensions entre Londres et Téhéran débutent il y a quelques jours déjà en mer méditerranée. La marine britannique arraisonne au large de Gibraltar un Tanker transportant du pétrole iranien soupçonné de se rendre en Syrie, en violation d’un embargo européen. Le président de la République islamique Hassan Rohani, réagit alors rapidement et avertit : il y aura des conséquences. Washington évoque désormais la possibilité de créer une coalition maritime internationale afin de garantir la libre circulation dans les eaux du Golfe et dans le détroit d’Ormuz où transit près du quart de la consommation mondiale de brut. 

ZK : Sami Boukhélifa. L’Iran dont il a été question lors de l’entretien aujourd’hui entre Donald Trump et Benjamin Netanyahou.

AD : Autre sujet sur la table, le plan de paix au Proche Orient que souhaite proposer le président américain et dont les contours politiques restent à définir. Pour le 1er ministre israélien, il n’est en tout cas pas question de démanteler la moindre colonie en Cisjordanie. Il faut dire que Benjamin Netanyahou ne souhaite perdre aucune voix parmi les colons alors que se profilent les deuxièmes élections législatives en moins de 6 mois. A Jérusalem, Guilhem Delteil.

Semaine après semaine, les sondages promettent à Benyamin Netanyahu les plus grandes difficultés pour arriver à constituer un gouvernement au lendemain des élections du 17 septembre prochain. Le Premier ministre a donc besoin de toutes les voix de droite. Dans un discours prononcé dans une colonie, Benyamin Netanyahu a promis de ne pas « répéter les erreurs du passé ». Il assure qu’Israël s’est retiré de la bande de Gaza, mais ne quittera pas la Cisjordanie. « Nous ne laisserons aucune communauté ou ville être démantelée, qu’elle soit juive ou arabe ». La Cisjordanie fait partie de « notre patrie », affirme-t-il. Il promet de conserver le contrôle de la sécurité dans les territoires palestiniens occupés, de continuer à y construire. Et au cours de son discours, le Premier ministre n’a jamais évoqué ni ouvert la porte à la possibilité d’un État palestinien. Ce mercredi, Benyamin Netanyahu a voulu rassurer un électorat qui s’inquiète des concessions que les États-Unis pourraient demander à Israël dans le cadre du plan de paix préparé par l’administration Trump. Juste avant le scrutin du mois d’avril, il avait déjà tendu la main à ces centaines de milliers d’électeurs, promettant d’annexer les colonies au territoire israélien.

ZK : Les corps de 38 migrants ont été découverts aujourd’hui en Tunisie, une semaine après le naufrage d’une embarcation qui transportait au moins 80 personnes.

AD : 20 corps avaient déjà été retrouvés, une vingtaine de personnes sont toujours portées disparues. Par ailleurs en France, 6 mois de prison ferme ont été requis contre 3 membres du groupe extrémiste Génération Identitaire. Ils avaient organisé plusieurs opérations anti migrants dans les Alpes, tentant notamment de dénoncer aux forces de l’ordre les personnes tentant de se rendre illégalement d’Italie en France.

ZK : Comment redéfinir les relations entre la France et l’Afrique ? C’est la question qui a surplombé les échanges cet après-midi entre les présidents français et ghanéen et les quelque 400 représentants des diasporas africaines en France.

AD : Nana Akufo Addo et Emmanuel Macron ont longuement échangé avec la salle et le chef de l’État français a notamment évoqué l’avenir du Franc CFA alors que le Ghana et les pays d’Afrique de l’Ouest veulent lancer leur propre monnaie commune, l’éco. Écoutez Emmanuel Macron.

ZK : Le président Macron. Propos recueillis par Michel Arseneault.

[Transcription manquante]

ZK : Le président français resté pour l’instant silencieux sur le sort de son ministre de la transition écologique et solidaire.

AD : François de Rugy a été reçu cet après-midi par le 1er ministre Édouard Philippe après des révélations à répétition sur des dépenses qu’il a effectuées alors qu’il était président de l’Assemblée Nationale. Pas de démission exigée, mais une enquête va être lancée. Le ministre s’est déclaré prêt à rembourser chaque euro qui aurait été indûment dépensé, dépensé en dehors des règles des finances publiques.

ZK : C’est un procès lui aussi à propos des deniers publics et qui est très attendu : celui de l’ancien 1er ministre François Fillon.

AD : Il sera jugé à partir du 24 février prochain avec son épouse et son ancien suppléant à l’Assemblée Nationale pour des soupçons d’emplois fictifs. Une affaire révélée durant la dernière campagne présidentielle où François Fillon était le candidat du parti Les Républicains. Il est également poursuivi pour abus de biens sociaux.

ZK : C’est l’un des plus grands mystères de l’aviation civile : la disparition du vol MH370 reliant Kuala Lumpur à Pékin. 

AD : Le 8 mars 2014, le vol disparaît des écrans radars. À bord de l’appareil, 239 personnes. Malgré des recherches dans l’océan Indien, l’épave du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines n’a jamais été retrouvée. Le journal Le Parisien dévoile ce jeudi que des enquêteurs français ont eu accès au dossier et il semblerait que l’hypothèse d’un suicide du pilote soit privilégiée Explications de Stéphane Geneste.

Lorsque le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s’est écrasé dans l’océan Indien, il y avait bien quelqu’un aux commandes de l’appareil. D’après nos confrères du Parisien, le pilote était aux commandes de l’appareil jusqu’à sa disparition. Dans les cercles très proches des investigations, la thèse du suicide du commandant de bord est la plus plausible. Quelques minutes avant que l’avion ne disparaisse des écrans radars, certains virages anormaux ont été réalisés, une manoeuvre qui ne peut être effectuée que par un pilotage manuel. Même s’il est trop tôt pour affirmer catégoriquement que c’est le pilote qui était aux commandes, les enquêteurs privilégient cette piste. Le profil du commandant de bord a d’ailleurs été examiné de très près, mais Zaharie Ahmad Shah, pilote chevronné de 53 ans, ne semble pas avoir un profil suicidaire. La piste terroriste a également été fouillée pour l’instant, aucun élément susceptible de confirmer cette thèse n’a été trouvé.

AD : La suite des 1/4 de finales de la Coupe d’Afrique des Nations de football. L’Algérie s’est qualifiée face à la Côte d’Ivoire à l’issue de la séance des tirs au but. Les deux équipes avaient atteint la fin du temps réglementaire et de la prolongation sur le score de 1 partout L’autre quart de finale du jour oppose en ce moment la Tunisie à la surprise de la compétition, Madagascar. Et les Tunisiens mènent 1 à 0. C’est la fin de ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m’avoir accompagné. Excellente soirée à l’écoute de RFI



Voir le flux - 11/07/2019 20:45:03

Journal en français facile 11/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 21h à Alger, l'heure de votre Journal en français facile. Et à mes côtés pour présenter cette édition, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : Un pétrolier britannique aurait été menacé par des bateaux de guerre iraniens. Téhéran dément, mais Londres affirme que sa marine a dû intervenir. Le tout dans un contexte de tensions grandissantes autour de l'Iran.

ZK : Aucune colonie de Cisjordanie ne sera sacrifiée : promesse du 1er ministre israélien Benjamin Netanyahou en pleine campagne pour tenter de remporter la majorité aux législatives.

AD : S'appuyer sur les diasporas africaines de France pour refonder une nouvelle relation avec l'Afrique : Emmanuel Macron a défendu sa vision des relations franco-africaines ce jeudi. Le président français a également affirmé qu'il n'avait aucun tabou à propos d'un débat sur le Franc CFA.

ZK : Et puis le mystère plane toujours autour des raisons de la disparition il y 5 ans du vol MH370 de la Malaysian Airlines. Les enquêteurs français pencheraient toutefois pour l'hypothèse d'un suicide du pilote. 

------

ZK : Les tensions se poursuivent donc entre l'Iran et les pays occidentaux sur fond de commerce maritime.

AD : Une semaine après le blocage du pétrolier iranien Grace 1 à Gibraltar, Londres accuse Téhéran d’avoir tenté d’arraisonner un de ses navires dans le détroit d'Ormuz. Démenti formel de la République islamique qui nie toute implication. Retour sur les faits avec Sami Boukhelifa.

Les Gardiens de la Révolution sont catégoriques : il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, durant les dernières 24h. L’armée d’élite du régime iranien ajoute : si nous avions reçu l'ordre d'accomplir une telle mission, on l’aurait fait immédiatement, de manière décisive et rapide. De leur côté les responsables à Londres sont tout aussi affirmatifs : la marine iranienne a bel et bien tenté de bloquer le passage d’un pétrolier britannique et il a fallu l’intervention de la Royal Navy, pour résoudre le problème. Les tensions entre Londres et Téhéran débutent il y a quelques jours déjà en mer méditerranée. La marine britannique arraisonne au large de Gibraltar un Tanker transportant du pétrole iranien soupçonné de se rendre en Syrie, en violation d’un embargo européen. Le président de la République islamique Hassan Rohani, réagit alors rapidement et avertit : il y aura des conséquences. Washington évoque désormais la possibilité de créer une coalition maritime internationale afin de garantir la libre circulation dans les eaux du Golfe et dans le détroit d’Ormuz où transit près du quart de la consommation mondiale de brut. 

ZK : Sami Boukhélifa. L’Iran dont il a été question lors de l’entretien aujourd’hui entre Donald Trump et Benjamin Netanyahou.

AD : Autre sujet sur la table, le plan de paix au Proche Orient que souhaite proposer le président américain et dont les contours politiques restent à définir. Pour le 1er ministre israélien, il n’est en tout cas pas question de démanteler la moindre colonie en Cisjordanie. Il faut dire que Benjamin Netanyahou ne souhaite perdre aucune voix parmi les colons alors que se profilent les deuxièmes élections législatives en moins de 6 mois. A Jérusalem, Guilhem Delteil.

Semaine après semaine, les sondages promettent à Benyamin Netanyahu les plus grandes difficultés pour arriver à constituer un gouvernement au lendemain des élections du 17 septembre prochain. Le Premier ministre a donc besoin de toutes les voix de droite. Dans un discours prononcé dans une colonie, Benyamin Netanyahu a promis de ne pas « répéter les erreurs du passé ». Il assure qu’Israël s’est retiré de la bande de Gaza, mais ne quittera pas la Cisjordanie. « Nous ne laisserons aucune communauté ou ville être démantelée, qu’elle soit juive ou arabe ». La Cisjordanie fait partie de « notre patrie », affirme-t-il. Il promet de conserver le contrôle de la sécurité dans les territoires palestiniens occupés, de continuer à y construire. Et au cours de son discours, le Premier ministre n’a jamais évoqué ni ouvert la porte à la possibilité d’un État palestinien. Ce mercredi, Benyamin Netanyahu a voulu rassurer un électorat qui s’inquiète des concessions que les États-Unis pourraient demander à Israël dans le cadre du plan de paix préparé par l’administration Trump. Juste avant le scrutin du mois d’avril, il avait déjà tendu la main à ces centaines de milliers d’électeurs, promettant d’annexer les colonies au territoire israélien.

ZK : Les corps de 38 migrants ont été découverts aujourd’hui en Tunisie, une semaine après le naufrage d’une embarcation qui transportait au moins 80 personnes.

AD : 20 corps avaient déjà été retrouvés, une vingtaine de personnes sont toujours portées disparues. Par ailleurs en France, 6 mois de prison ferme ont été requis contre 3 membres du groupe extrémiste Génération Identitaire. Ils avaient organisé plusieurs opérations anti migrants dans les Alpes, tentant notamment de dénoncer aux forces de l’ordre les personnes tentant de se rendre illégalement d’Italie en France.

ZK : Comment redéfinir les relations entre la France et l’Afrique ? C’est la question qui a surplombé les échanges cet après-midi entre les présidents français et ghanéen et les quelque 400 représentants des diasporas africaines en France.

AD : Nana Akufo Addo et Emmanuel Macron ont longuement échangé avec la salle et le chef de l’État français a notamment évoqué l’avenir du Franc CFA alors que le Ghana et les pays d’Afrique de l’Ouest veulent lancer leur propre monnaie commune, l’éco. Écoutez Emmanuel Macron.

ZK : Le président Macron. Propos recueillis par Michel Arseneault.

[Transcription manquante]

ZK : Le président français resté pour l’instant silencieux sur le sort de son ministre de la transition écologique et solidaire.

AD : François de Rugy a été reçu cet après-midi par le 1er ministre Édouard Philippe après des révélations à répétition sur des dépenses qu’il a effectuées alors qu’il était président de l’Assemblée Nationale. Pas de démission exigée, mais une enquête va être lancée. Le ministre s’est déclaré prêt à rembourser chaque euro qui aurait été indûment dépensé, dépensé en dehors des règles des finances publiques.

ZK : C’est un procès lui aussi à propos des deniers publics et qui est très attendu : celui de l’ancien 1er ministre François Fillon.

AD : Il sera jugé à partir du 24 février prochain avec son épouse et son ancien suppléant à l’Assemblée Nationale pour des soupçons d’emplois fictifs. Une affaire révélée durant la dernière campagne présidentielle où François Fillon était le candidat du parti Les Républicains. Il est également poursuivi pour abus de biens sociaux.

ZK : C’est l’un des plus grands mystères de l’aviation civile : la disparition du vol MH370 reliant Kuala Lumpur à Pékin. 

AD : Le 8 mars 2014, le vol disparaît des écrans radars. À bord de l’appareil, 239 personnes. Malgré des recherches dans l’océan Indien, l’épave du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines n’a jamais été retrouvée. Le journal Le Parisien dévoile ce jeudi que des enquêteurs français ont eu accès au dossier et il semblerait que l’hypothèse d’un suicide du pilote soit privilégiée Explications de Stéphane Geneste.

Lorsque le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s’est écrasé dans l’océan Indien, il y avait bien quelqu’un aux commandes de l’appareil. D’après nos confrères du Parisien, le pilote était aux commandes de l’appareil jusqu’à sa disparition. Dans les cercles très proches des investigations, la thèse du suicide du commandant de bord est la plus plausible. Quelques minutes avant que l’avion ne disparaisse des écrans radars, certains virages anormaux ont été réalisés, une manoeuvre qui ne peut être effectuée que par un pilotage manuel. Même s’il est trop tôt pour affirmer catégoriquement que c’est le pilote qui était aux commandes, les enquêteurs privilégient cette piste. Le profil du commandant de bord a d’ailleurs été examiné de très près, mais Zaharie Ahmad Shah, pilote chevronné de 53 ans, ne semble pas avoir un profil suicidaire. La piste terroriste a également été fouillée pour l’instant, aucun élément susceptible de confirmer cette thèse n’a été trouvé.

AD : La suite des 1/4 de finales de la Coupe d’Afrique des Nations de football. L’Algérie s’est qualifiée face à la Côte d’Ivoire à l’issue de la séance des tirs au but. Les deux équipes avaient atteint la fin du temps réglementaire et de la prolongation sur le score de 1 partout L’autre quart de finale du jour oppose en ce moment la Tunisie à la surprise de la compétition, Madagascar. Et les Tunisiens mènent 1 à 0. C’est la fin de ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m’avoir accompagné. Excellente soirée à l’écoute de RFI



Voir le flux - 11/07/2019 20:45:03

Journal en français facile 10/07/2019 20h00 GMT

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 16h à Washington, l’heure de votre Journal en français facile. 
Il avait reçu le soutien de son gouvernement, mais Kim Darroch a préféré jeter l’éponge : l’ambassadeur britannique aux États-Unis a démissionné, pris dans le scandale de la révélation de ses déclarations peu sympathiques à l’égard de Donald Trump. Donald Trump qui a promis de durcir rapidement les sanctions contre l’Iran alors même que le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron se trouve à Téhéran pour tenter d’apaiser les tensions et qu’une réunion d’urgence sur le nucléaire iranien se tenait au siège de l’Agence Internationale à l’Énergie Atomique. Et puis les footballeuses américaines ont célébré aujourd’hui leur titre de championnes du monde à New York. En revanche elles n’iront pas à la Maison-Blanche.

-----

AD : La pression a donc été trop forte pour Kim Darroch, l’ambassadeur britannique aux États-Unis a annoncé sa démission aujourd’hui. C’est l’épilogue, le dernier épisode, de l’affaire des fuites de ses messages fort peu diplomatiques à l’égard de Donald Trump. Le président américain, rendu furieux par la publication de ces câbles très critiques à son égard et à celui de son administration, avait déclaré qu’il refuserait désormais tout contact avec l’ambassadeur. Correspondance à Washington Anne Corpet.

Depuis la fuite de documents officiels provenant de cette ambassade, il y a eu beaucoup de spéculations sur mon poste et la durée de mon mandat. Je veux y mettre fin. La situation actuelle m’empêche de remplir mon rôle comme je le souhaiterais » constate simplement l’ambassadeur dans sa lettre de démission. Lundi soir, le président américain avait annoncé sur Twitter que son administration coupait les ponts avec le diplomate. Mardi, Donald Trump avait poursuivi son offensive, et qualifié Kim Darroch d’idiot pompeux et de cinglé. À l’origine de la colère présidentielle, la divulgation de documents officiels rédigés ou signés par le représentant britannique à Washington : il décrivait une administration américaine inepte et dysfonctionnelle et qualifiait le président américain d’instable d’incompétent. Kim Darroch était un ambassadeur respecté dans la capitale fédérale et ses soirées étaient fréquentées par des proches de Donald Trump. Mais la rupture de tout contact avec l’administration américaine rendait son travail difficile, voire impossible. Les câbles diplomatiques sont normalement réservés à un usage interne et la question de l’origine de ces fuites se pose toujours.

AD : Donald Trump qui a annoncé aujourd’hui vouloir considérablement durcir les sanctions à l’égard du régime iranien, coupable à ses yeux de mentir sur le caractère civil de son programme nucléaire. Une déclaration sur les réseaux sociaux du président américain qui intervient alors le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, est en ce moment à Téhéran pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Mais les autorités iraniennes ont fait part de leur volonté de ne pas céder aux pressions américaines. Téhéran et Washington qui se sont également affrontés ce mercredi à Vienne où se tenait une réunion extraordinaire de l’agence Internationale à l’Énergie Atomique. Et les deux camps se sont durement critiqués... les explications de notre correspondante en Autriche, Isaure Hiace.

Cette réunion extraordinaire s’est tenu dans un contexte tendu, alors que l’Iran a annoncé cette semaine avoir recommencé à enrichir de l’uranium au-delà de 3,67 %, le degré maximal fixé par l’accord. L’Iran, durement touché par les sanctions américaines, continue de demander aux Européens des garanties solides pour atténuer les effets de ces sanctions sur son économie. Ce mercredi, les États-Unis ont accusé Téhéran de violer les termes de l’accord pour extorquer des fonds à la communauté internationale. Critiques vives également, à la fin de la réunion, du représentant iranien vis-à-vis de Washington : l’application de la politique de la pression maximale, qui est destinée à l’échec est la principale cause de la situation actuelle, a -t-il expliqué. La situation a donc peu évolué, or le temps presse, car l’Iran menace de prendre de nouvelles mesures dans « 60 jours » si ses demandes ne sont toujours pas satisfaites.

AD : L’annonce par Donald Trump de sa volonté d’alourdir les sanctions contre l’Iran qui sonne comme un camouflet pour la France, dont le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron se trouve donc à Téhéran. Et autre motif de tension entre Washington et Paris, cette déclaration du président américain rapporté par l’agence Bloomberg. Donald Trump compterait lancer une enquête sur la décision de la France de taxer les géants du Net américains, Google, Amazon, Facebook et autres Uber. Selon l’agence de presse, le président américain serait prêt à imposer des droits de douane prohibitifs sur les produits français comme mesure de rétorsion. 

La France doit par ailleurs faire face à un dossier embarrassant en Libye. Les autorités françaises ont admis être propriétaires de missiles découverts par les forces progouvernementales libyennes dans une ville reprise au Maréchal Haftar. La France conteste toutefois avoir fourni ces armes en violation de l’embargo sur les armes en vigueur en Libye. Selon le ministère des armées, il s’agirait de missiles destinés à la protection d’un détachement français envoyé en Libye à des fins de contre-terrorisme.

L’actualité française toujours, Benjamin Griveaux sera le candidat de la République en Marche pour les municipales à Paris. La commission d’investiture du parti présidentiel a tranché ce soir et investi l’ancien secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement. Il est préféré aux députés Cédric Villani et Hugues Renson.

C’était il y a trois ans jour pour jour, Kem Ley est assassiné en plein jour, au cœur de la capitale du Cambodge Phnom Penh. Ce commentateur était connu pour ses analyses sur la politique cambodgienne, et notamment pour ses prises de position sans concession à l’égard du parti du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 34 ans. Des commémorations étaient prévues ce mercredi, mais elles ont été entravées par les autorités. La correspondance de Juliette Buchez.

Plus d’une cinquantaine de membres des forces de l’ordre encerclaient la station essence ce matin. Celle où Kem Ley a été assassiné le 10 juillet 2016. Quelques dizaines de personnes se tiennent malgré tout à distance comme Sothea. Je veux lui rendre hommage, car c’est une icône au Cambodge. Quand je vois d’autres personnes sont venues et qu’on ne peut rien faire, je trouve que c’est très triste. Car, plus tôt ce matin, trois hommes ont été emmenés par la police alors qu’ils déposaient des fleurs. D’autres arrivent avec un t-shirt commémorant la vie de Kem Ley. On leur demande de les couvrir. Malgré le climat tendu, Heng est venu boire son café comme d’habitude. Je crois que je ne fais rien de mal. Je suis un citoyen, comme Kem Ley : c’est mon droit. Nous avons perdu une personne qui osait commenter librement la situation/la réalité. L’assassinat du commentateur politique reste un sujet sensible. Alors que des proches du défunt ont dénoncé un acte politique. Des observateurs issus d’organisations de défense des droits de l’Homme étaient également présents ce matin. Parmi eux, Am Sam Ath vice-directeur de la Licadho. Aujourd’hui, il s’agit seulement de commémorer les 3 ans du meurtre de Kem Ley. C’est le droit des citoyens. Je pense que les autorités s’inquiètent que ce soit davantage politisé. Hier, 24 organisations ont encore demandé l’ouverture d’une enquête transparente et indépendante sur les circonstances qui ont entouré la mort de Kem Ley. 

AD : Du sport à présent et le Sénégal est le premier qualifié pour les 1/2 finales de la coupe d’Afrique des Nations de football. Les Lions de la Téranga ont battu les Écureuils du Bénin 1/0. Le Nigéria affronte en ce moment l’Afrique du Sud pour le deuxième quart de finale de cette journée. Elles sont championnes du monde. Les joueuses de l’équipe nationale américaine de football ont été reçues en héroïnes à New York aujourd’hui. La sélection des États-Unis a défilé dans les rues de Manhattan. Les joueuses ont en revanche confirmé qu’elles ne rendraient à la Maison-Blanche en cas d’invitation de Donald Trump. La capitaine de l’équipe Megan Rapinoe s’est d’ailleurs directement adressée sur CNN au président américain.

« Je pense que votre message exclut les gens. Vous m’excluez moi, vous excluez les gens qui me ressemblent, vous excluez les gens de couleurs. Vous excluez des Américains qui peut-être vous soutiennent. Je pense qu’il faudrait réévaluer votre message : “Make America Great Again”. Je pense que vous vous référez à une époque qui n’était pas satisfaisante pour tout le monde. Elle l’était peut-être pour quelques personnes, mais aujourd’hui elle ne l’est pas pour suffisamment d’Américains sur la planète. Et je pense que nous avons tous une responsabilité, vous avez une grande responsabilité en tant que dirigeant de ce pays de prendre soin de chaque individu et vous devez faire mieux pour tout le monde. »

AD : Megan Rapinoe, la capitaine de la sélection américaine de football. Il est bientôt 22h10 à Paris, 21h10 à Londres, merci d’avoir suivi ce Journal en français facile. 



Voir le flux - 10/07/2019 20:30:10