Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
1-10 sur 3076 résultats.

Journal en français facile 17/02/2018 20h00 GMT

Transcription

 

21 h Paris

20 h TU

Gilles Moreau : Bonsoir à toutes et tous, et bienvenue dans votre Journal en français facile. Bonsoir Sylvie Berruet !

Sylvie avec moi pour présenter ce journal qui s'ouvrira dans un instant sur le démenti des autorités russes après une série d'inculpations aux Etats Unis. Elles ont rejeté les accusations d'ingérence dans la dernière campagne américaine.

SB : Au Tibet, un incendie s'est déclaré au temple du Jokhang, dans la capitale Lhassa. C’est l'un des grands lieux sacrés du bouddhisme.

GM : Nicolas Maduro, le président du Vénézuela, accuse la Colombie. Avec le soutien américain,  l'armée colombienne entrainerait des Venezuéliens en vue de déclencher un conflit armé.

SB : A la fin de ce journal, Yvan Amar pour le mot de la semaine, le mot "Dézinguer".

 

 

SB : A Munich, en Allemagne, la Conférence annuelle sur la sécurité, qui se tient actuellement, coïncide avec les inculpations de 13 ressortissants et 3 sociétés russes aux Etats-Unis.

GM : Ces personnes sont accusées d'ingérence électorale. Elles auraient favorisé la candidature de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Un proche du président Poutine figure parmi ces accusés. Présent à Munich, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a rejeté ces accusations américaines, les qualifiant de "baratin".

Etienne Bouche :

« A la conférence de Munich, la Russie est représentée ce samedi par son ministre des Affaires étrangères. Sergueï Lavrov y a tenu un discours d'une dizaine de minutes avant d'être interrogé par la presse. Sans surprise, il a été question des treize ressortissants russes inculpés aux Etats-Unis. Le chef de la diplomatie russe l'a répété, les accusations d'ingérence dans la vie politique américaine sont un non-sujet car elles n'ont pas de fondement.

Sergueï Lavrov : « On peut publier tout ce qu'on veut, nous voyons les accusations, affirmations et déclarations se multiplier, mais tant que nous n'avons pas de faits, tout cela c'est du baratin - pardonnez-moi pour cette expression fort peu diplomatique. »

Pour appuyer son propos, Sergueï Lavrov a fait valoir le fait que les déclarations américaines étaient à ce sujet contradictoires. Des responsables américains ont en effet affirmé que la victoire du candidat républicain Donald Trump n'était pas le résultat d'une ingérence russe. Sans pour autant remettre en cause la volonté de Moscou d'interférer dans les affaires intérieures américaines. Vendredi, Maria Zakharova, la porte-parole de la diplomatie russe, tournait en dérision le pouvoir de nuisance de treize ressortissants russes face au budget des services secrets américains. »

 

SB : Le conseiller américain à la Sécurité nationale est lui aussi à Munich. Il s' est exprimé sur la situation en Syrie.

GM : Le régime de Damas continue selon lui d'utiliser des armes chimiques contre sa propre population.  Des informations et des photos le montrent sans doute possible. "Il est temps que la communauté internationale demande à Damas de rendre des comptes", a ajouté Herbert Raymond McMaster.

 

SB : Allons au Tibet, où un incendie s'est déclaré au temple du Jokhang, dans la capitale Lhassa.

GM : On ignore pour le moment l'étendue des dégâts subis par le site, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Ecoutons le spécialiste du Tibet Robbie Barnett. Il explique ce que représente ce lieu sacré pour les Tibétains et les bouddhistes :

"Le temple du Jokhang n'est pas seulement le plus ancien temple de Lhassa, mais aussi et surtout le symbole religieux et spirituel par excellence pour les bouddhistes du monde entier. C'est l'équivalent de la Mecque pour les musulmans. Il date du 7éme siècle de notre ère, et a été construit par le 1er roi bouddhiste du Tibet. Une de ses épouses chinoises avait offert pour la circonstance une statue de Bouddha: la statue de Jowa, qui représente Bouddha jeune. C’est le plus important des monuments du Tibet. Des milliers et des milliers de gens se pressent chaque année pour vénérer cette statue depuis des siècles. C'est vraiment un symbole très important pour les gens."

GM : Propos recueillis par Thomas Wheeldon.          

SB : En Ethiopie, l'état d'urgence décrété par le gouvernement restera en vigueur pendant 6 mois. Il interdit notamment toute manifestation.

GM : L’état d'urgence intervient au lendemain de la démission du Premier ministre et  après trois années de crise politique et de violences qui ont fait des centaines de morts. La situation a été exposée aujourd'hui devant la presse par le ministre de la Défense Siraj Fegessa, l'un des hommes forts au pouvoir. Dans un communiqué très ferme, l'ambassade des Etats-Unis à Addis Abeba, a fait part de "son profond désaccord".

 

SB : enons-en à cette nouvelle sortie remarquée de Nicolas Maduro, le bouillant président du Vénézuela.

GM : Nicolas Maduro affirme que l'armée colombienne entraine des Vénézuéliens en vue de déclencher un conflit armé entre les deux pays. Le complot serait encouragé par les Etats-Unis.

Le récit de Marie Normand :     

« Quelque 150 Vénézuéliens ont déjà été entrainés, endoctrinés par la Colombie, notamment des éléments avec une expérience militaire. Voilà ce qu'a soutenu Nicolas Maduro vendredi en conseil des ministres. Un conseil retransmis par la télévision publique lors duquel le président vénézuélien a directement pointé du doigt l'armée colombienne : « Elle est en train de former un groupe de Vénézuéliens, que nous avons parfaitement identifiés. Ils vont recevoir leur diplôme le 5 mars, dans la ville de Pamplona, en Colombie. On va leur donner des uniformes vénézuéliens, des armes afin de rentrer sur le territoire vénézuélien, qu'ils commettent une attaque quelconque, attaque qui sera ensuite utilisée comme excuse par le gouvernement colombien pour déclarer un conflit armé contre notre patrie pacifique. » Ce n'est pas la première fois que Nicolas Maduro accuse la Colombie et son allié, les Etats-Unis, de vouloir déstabiliser son gouvernement. Les deux voisins, qui organisent chacun une présidentielle dans quelques semaines, entretiennent des relations tendues, notamment depuis que des centaines de milliers de Vénézuéliens affluent à la frontière colombienne, la plupart pour des raisons économiques. Le président Santos accuse Nicolas Maduro d'être responsable de cet exode, qualifie son gouvernement de « dictature ». Il a décidé cette semaine de déployer 3 000 membres des forces de l'ordre à la frontière. Décision initialement saluée par le président vénézuélien. »

SB : En Grande Bretagne, nouveau changement à la tête du parti europhobe Ukip.

GM : Le chef du parti Henry Bolton a été démis de ses fonctions par un vote des adhérents lors d'un congrès extraordinaire. Déjà confronté à des difficultés financières, l'Ukip va devoir remplacer son leader pour la quatrième fois en moins de deux ans.

 

SB : Nouvelle rassurante pour l'instrument de la violoncelliste française Ophélie Gaillard.

GM: Un instrument du XVII ème siècle estimé à plus d'un million d'euros. Ce violoncelle que sa propriétaire s'était fait voler jeudi en région parisienne a été retrouvé ce matin. Ophélie Gaillard l'a récupéré à l'intérieur d'une voiture garée devant son domicile.

 

SB : Un résultat de football, pour le compte de la 26e journée du Championnat de France :

GM : Trois jours après sa défaite à Madrid en Ligue des champions, le Paris SG a largement battu Strasbourg 5 buts à 2. Avec 12 points d'avance sur le 2 ème Monaco, le PSG reste dominateur en ligue 1.

Il est temps maintenant de retrouver Yvan Amar pour le mot de la semaine. Aujourd'hui "Dézinguer" :

« Laurent Wauquiez dézingue à tout va ! C’est RFI qui nous l’apprend : lors d’une conférence devant des étudiants en commerce, le chef des Républicains dézingue, balance, s’en prend à une bonne partie du monde politique dont il dit le pire mal, ne sachant pas qu’il est enregistré. Il dézingue, c’est-à-dire qu’il descend en flammes. Le mot semble nous venir du vocabulaire de l’aviation : en argot, un avion, c’est un zinc. Le dézinguer c’est donc l’abattre. Et le mot est plutôt aujourd’hui employé au sens figuré, mais il y a des phrases qui tuent, ou qui essaient. Et ce terme est fort, pour désigner une attaque verbale, par des mots, violente, cinglante et qui laisse la cible, la victime par terre. On dit aussi qu’il balance : autre mot du vocabulaire familier, bien plus récent dans cet emploi, mais qui a un peu la même sens. Pourtant balancer, au départ c’est plutôt révéler et trahir : ce sont les mouchards qui balancent c’est à dire qui dénoncent. La balance c’est au départ, et toujours en argot, celui qui informe la police ou l’autorité. Mais le sens du mot s’est étendu : même s’il est moins fort que dézinguer, il s’utilise dans la même situation. »

GM : Merci Yvan Amar et  demain pour l'Expression de la semaine.

Un résultat de tennis : Roger Federer qualifié pour la finale du tournoi de Rotterdam, il sera opposé au Bulgare Dimitrov.

C’est la fin de votre Journal en français facile à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs, bonsoir à tous, bonsoir Sylvie !

 

 

 

 

 

  

  

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 17/02/2018 21:30:06

Journal en français facile 16/02/2018 20h00 GMT

Transcription

 

21 h Paris

20 h TU

Gilles Moreau : bonsoir à toutes et tous, bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Dans l'actualité : une mesure exceptionnelle prise par les autorités brésiliennes devant l'explosion de la criminalité à Rio de Janeiro : toutes les forces de police vont être confiées à l'armée.

SB : En Turquie, des journalistes et intellectuels condamnés à des peines de prison à vie, au terme d'un procès dénoncé par les défenseurs des libertés et des droits de l'homme. En revanche, le journaliste germano-turc Deniz Yücel, lui est libre, après plus d'un an passé dans une prison turque.

GM  :  Cyril Ramaphosa, le nouveau président sud-africain, promet un "nouveau départ" pour son pays. Il l'a dit dans son discours sur l'état de la Nation. Mais il a prévenu que cela passerait par des "décisions difficiles" pour redresser les finances publiques.

SB : Donald Trump se rend en Floride,  3 jours après la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée. Des proches des victimes lui demandent  d'agir contre les armes à feu.

 

SB : Direction le Brésil pour commencer, le Brésil où la sécurité de Rio de Janeiro va passer entre les mains de l'armée.

GM : Décision prise devant l'augmentation spectaculaire de la criminalité ces derniers mois. " Le crime organisé a quasiment pris le contrôle de Rio", selon le président Michel Temer qui a donc pris cette mesure exceptionnelle et inédite. Toutes les forces de police sont confiées aux militaires.

Nous retrouvons notre correspondant François Cardona :

« L'armée va prendre le contrôle de l'ensemble des forces de police. La mesure présidentielle doit encore être validée par le Parlement, mais un général a déjà été nommé pour assurer la sécurité de l'Etat ; c'est ce militaire qui avait assuré le maintien de l'ordre dans la ville durant les Jeux Olympique. Ce général va remplacer un civil : le secrétaire à la Sécurité public a été suspendu de ses fonctions. Le maire, en déplacement à l'étranger a salué, cette mesure inédite.  

L'insécurité dans la ville de Rio est devenue problématique ces derniers mois. Les vols, agressions et braquages sont monnaies courantes. Leur nombre a explosé durant le Carnaval. L'Etat de Rio est au bord de la faillite, incapable de payer ses fonctionnaires, ses policiers notamment.

C'est la première fois depuis l'adoption de la Constitution en 1988 qu'une telle intervention de l'Etat fédéral est décidée : avec  l'armée activée pour prendre la main sur une institution civile de sécurité. Les militaires pourrait rester en charge de la sécurité de Rio jusqu'à la fin de l'année, afin, selon le président Temer d'éradiquer la criminalité, qu'il compare à un cancer sur le point de contaminer tout le pays. »

 

SB : Donald Trump se rend ce soir en Floride,  3 jours après la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée.

GM : Le président américain doit rencontrer des proches des victimes, dont plusieurs ont demandé à Donald Trump d'agir contre les armes à feu.

 

SB : Il est l'un des grands rivaux de Donald Trump dans le camp républicain, candidat malheureux à la Maison Blanche, Mitt Romney annonce sa candidature au Sénat en novembre prochain.

GM : L’administration Trump pourrait imposer de lourdes taxes sur l'ensemble des importations d'acier et d'aluminium. C'est l'une des recommandations faites par le ministre américain du Commerce, dans un rapport remis à la Maison Blanche. Donald Trump s'est engagé à protéger ces deux secteurs contre les importations, à la fois pour en sauvegarder les emplois aux Etats-Unis et pour des raisons de défense nationale.

SB : Les Etats-Unis et la Turquie sont d'accord pour travailler "ensemble" en Syrie.

GM : Les deux pays s'efforcent  de surmonter la grave crise qui les oppose depuis l'offensive turque lancée contre une milice kurde,  alliée de Washington, dans le nord de la Syrie. Cette volonté de travailler ensemble a été annoncée au terme de la visite du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson à Ankara.

Ecoutons Rex Tillerson :

« Nos deux pays partagent les mêmes objectifs en Syrie : la défaite de l'organisation Etat islamique, Daesh, l'instauration de zones sécurisées et stables, une Syrie indépendante et unifiée. Nous reconnaissons le droit légitime de la Turquie à sécuriser ses frontières. Nous prenons très au sérieux le fait que la Turquie, notre allié au sein de l'OTAN, dise qu'elle a des inquiétudes au niveau de sa sécurité. En ce qui concerne Afrine, nous demandons à la Turquie de la retenue dans ses opérations militaires afin de minimiser les pertes civiles et d'éviter toute action qui exacerberait les tensions dans la région. » 

GM : Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson en visite à Ankara.

SB : En Turquie, plusieurs journalistes ont été lourdement condamnés aujourd'hui, au terme d'un procès très critiqué par les défenseurs des libertés et des droits de l'homme.

GM : Parmi ces personnes condamnées, des journalistes et intellectuels bien connus et respectés, poursuivis pour liens avec la tentative de coup d'Etat de 2016, accusations qu'ils ont toujours niées. Par ailleurs, un autre journaliste,  Deniz Yücel, journaliste germano-turc, lui est libre. Il a quitté aujourd'hui la prison turque où il était détenu pour "terrorisme" depuis plus d'un an.

 

SB : Cyril Ramaphosa, le nouveau président sud-africain, promet un "nouveau départ" pour son pays.

GM : Le successeur de Jacob Zuma a présenté les grandes lignes de son programme dans son discours sur l'état de la Nation. Discours prononcé au Cap, devant les députés. Il a prévenu que ce nouveau départ passerait par des "décisions difficiles", notamment pour "stabiliser le dette et redresser les entreprises publiques". Cyril Ramaphosa s'est par ailleurs engagé à "inverser le cours de la corruption" d'Etat.

 

SB : Oxfam lance un plan d'action pour traquer les violeurs et les harceleurs au sein de son personnel.

GM : La présentation de ce plan intervient une semaine après des accusations d'exploitation sexuelle de prostituées. C'était  en Haïti après le séisme de 2010. Les principaux points de ce plan avec Béatrice Leveillé :

« L'organisation a annoncé la création d'une commission qui aura accès aux registres de l'ONG pour d'identifier les abus. Elle triple le financement des programmes de protection et double le nombre de personnes en charge de la protection. Oxfam a également prévu de créer une base de données mondiales qui traqueraient les recommandations factices qui permettent à des individus de se faire embaucher dans différentes ONGs en dissimulant leur passé. De son côté le gouvernement haïtien va lui  lancer une enquête pour "trouver les responsables,  et faire en sorte que les coupables "soient punis. Dans sa ligne de mire un ancien militaire belge  Roland van Hauwermeiren qui a été directeur au Tchad et en Haïti pour Oxfam et qui a été visé dès 2004 par une plainte pour abus sexuel lorsqu'il était en poste au Liberia pour l'ONG britannique Merlin. Il se défend dans la presse belge en accusant les médias d’exagération il affirme n’avoir jamais organisé des orgies avec de jeunes prostituées en Haïti. »

 

SB : En France, le parquet de Paris a de nouveau classé sans suite l'enquête préliminaire sur une accusation de viol visant le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

GM : L’enquête avait été une 1ère fois été classée sans suite l'été dernier, puis rouverte en janvier après l'envoi d'un courrier de la femme qui accuse le ministre de l'avoir violée en 2009. "Il n'a pas été permis d'établir l'absence de consentement de la plaignante», explique notamment le parquet de Paris.

 

SB : Tout autre chose : que ce soit de la soupe en sachet, des pizzas surgelées ou des nuggets de poulet : ceux qui consomment beaucoup de plats industriels augmentent le risque d'être atteint d'un cancer.

GM : C’est ce que montre une étude publiée dans la revue « British Medical Journal ». On s'en doutait un peu mais c'est une étude inédite par son ampleur et sa méthodologie.

Simon Rozé :

« Plus de 100 000 personnes suivies pendant 8 ans avec pour sujet d'étude leurs habitudes alimentaires. L'enquête menée par l'Inserm, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale est inédite par son ampleur et par ses conclusions.  Elle montre un lien entre cancer et malbouffe : plus on mange de produits industriels,  de pizzas surgelées, d'escalopes sous cellophane, et autres plus le risque de développer une tumeur augmente. Les auteurs de l'étude sont même parvenus à un chiffre : 10 % de produits transformés en plus dans un régime alimentaire augmentent de 10 % également le risque de développer un cancer. Le lien de corrélation est avéré, reste maintenant à montrer le lien de causalité, en clair : qu'est-ce qui provoque ces cancers ? Les chercheurs avancent plusieurs hypothèses : la qualité nutritionnelle faible de ces produits : ils sont trop gras, trop sucrés, trop salés, ils sont bardés d'additifs. Leurs emballages en plastique peuvent contenir des composés dangereux pour la santé comme le bisphénol A.  Ceci dit, ces liens ne sont pour l'instant que suspectés, il faut désormais les prouver, mais cette étude, la première du genre, à au moins le mérite d'ouvrir la voie. »

                          

SB : Aux Jeux Olympiques d'hiver, une 7 ème médaille pour le camp français. Une médaille d'argent remportée par une skieuse de 16 ans ! Julia Pereira de Sousa-Mabileau a fini deuxième en finale du snowboardcross.

GM : Tennis, plus de 5 ans après l’avoir perdu, Roger Federer retrouve sa couronne de N° 1 mondial ! A 36 ans et 6 mois, il devient  le joueur le plus âgé à ce niveau.

C’est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs.

Bonsoir à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Voir le flux - 16/02/2018 21:00:06

Venezuela : danger sur les routes (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

À quels dangers les chauffeurs routiers vénézuéliens doivent-ils faire face ? Raconter une agression au passé (A2), donner son avis sur la situation au Venezuela (B1), exprimer ses craintes, rassurer face à la violence (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 16/02/2018 14:00:00

TV5MONDE : un tremplin pour le français (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Comment sont conçus et utilisés les outils pédagogiques de TV5MONDE ? Échanger des stratégies de compréhension et d’apprentissage (A2), échanger sur l’apprentissage du français (B1), rédiger une lettre ouverte (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale)

Voir le flux - 16/02/2018 14:00:00

Habit

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa endosse les habits de président dès ce jeudi. Voilà ce que RFI nous apprend. Une phrase à image qui signifie simplement que Ramaphosa, après la démission de Jacob Zuma, devient président. Il en endosse les habits, c’est-à-dire, il se coule dans la fonction, et en prend les signes, en arbore les symboles. Les habits représentent donc le costume officiel et symbolisent la fonction. C’est ainsi qu’on peut comprendre des formules comme « Il est un peu à l’étroit dans ses habits de secrétaire général ! » C’est-à-dire, il aimerait bien avoir des responsabilités plus importantes, et être président. Ou au contraire : « Ses habits de présidents sont un peu larges pour lui : il flotte ! » C’est-à-dire ce poste est trop important pour lui : il n’en a pas la carrure !

Si cette signification des habits qui évoquent une fonction est habituelle, son origine est à chercher dans un conte d’Andersen, les habits neufs de l’Empereur. On en connaît l’histoire : deux escrocs parviennent à convaincre un Empereur qu’ils vont lui faire le plus bel habit du monde. Mais il aura une particularité : seuls les gens intelligents ou capables dans leur métier pourront les voir, les idiots ne verront rien. Et ils feignent de revêtir le souverain d’habits qui n’existent pas. Et personne n’ose avouer qu’on ne voit rien, crainte de passer pour un imbécile. Jusqu’à ce qu’un petit enfant sur le passage du monarque s’écrie, « Le Roi est nu ! » Comme il est entendu que cet enfant ne peut vu son âge tendre, être un incapable, un hypocrite ou un sot, le subterfuge est découvert. Et on va confondre tout ensemble les escrocs et les courtisans qui n’osaient pas dire qu’ils ne voyaient aucun habit. Une bonne façon de se moquer des flagorneries, des flatteries qui proverbialement entourent les rois et les hommes puissants.

Et l’expression nouveaux habits est souvent employée, en particulier dans des titres, notamment dans la presse, pour désigner la nouvelle apparence de quelque chose, ou même ce qu’on peut en dire après une transformation profonde : les nouveaux habits du racisme, les nouveaux habits de la gauche, les nouveaux habits de la stratégie d’entreprise… Tout ça pour se demander, bien souvent s’il s’agit de la même chose, malgré ce dépoussiérage, ou d’une réalité totalement nouvelle.

Alors on sait bien qu’aujourd’hui, l’habit est synonyme du vêtement : ce qui vous habille, voue revêt. Mais à l’origine, l’habit c’était autre chose : presque un uniforme, en tout cas une apparence qui représente une certaine activité, et notamment une activité religieuse. D’ailleurs « prendre l’habit » signifiait entrer dans les ordres. Et l’expression, même si elle n’est plus très fréquente, est encore comprise. De même quitter l’habit, c’était se défroquer, jeter son froc aux orties comme on disait plus familièrement, c’est-à-dire abandonner non seulement l’état de prêtre, mais tout ce qu’il implique de renoncement et d’abstinence. Et le proverbe le plus célèbre qui porte encore cette idée, c’est bien « L’habit ne fait pas le moine ! »

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 16/02/2018 09:30:07

Journal en français facile 15/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. C'est Zéphirin Kouadio qui est à mes côtés pour le présenter. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Dix-sept morts et plusieurs blessés aux Etats Unis. C'est le bilan de la fusillade dans un lycée de Floride. Un bilan lourd qui a fait réagir le président américain. Donald Trump s'est adressé il y a deux heures à son pays pour promettre d'améliorer la sécurité dans les écoles.

ZK

La sécurité des civils en Afghanistan, c'est l'objet d'un rapport de l'ONU. Une conclusion s'impose, les Afghans meurent de plus en plus à cause des attaques suicides et des attentats djihadistes.

CP

Nous terminerons en Corée du Sud pour parler des Jeux Olympiques d'hiver. Chez les Français c'est un ascenseur émotionnel: de la joie et une grosse déception. Les détails à suivre dans quelques minutes. Restez à l'écoute.

ZK

Aux Etats Unis, au lendemain de la fusillade qui a fait dix-sept morts dans un lycée de Floride, le président américain s’est adressé à la Nation.

CP

Une prise de parole de Donald Trump après cette nouvelle tuerie dans un établissement scolaire. La dix-huitième depuis le debut de l'année. C'est un jeune homme de dix-neuf ans qui est le tireur. Il avait été exclu de ce lycée pour des raisons de discipline, de comportement. Dans son allocution, le président Trump a présenté ses condoléances aux familles des victimes et il s’est engagé à tout faire pour améliorer la sécurité dans les écoles. Et régler ce qu'il appelle le difficile problème de la santé mentale. On écoutera Anne Corpet un peu plus tard dans le prochain journal.

ZK

La mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan, Céline, dont l'acronyme, c'est-à-dire le sigle est MANUA publie son nouveau rapport sur les victimes civiles du conflit.

CP

Dix mille quatre cents cinquante-trois victimes civiles ont été recensées, ont été déclarées en 2017. Dont trois mille quatre cents trente-huit morts. L'une des conclusions de ce rapport de la MANUA, c'est que le nombre de victimes d’attaques suicide et d'attentat est en augmentation. Elles constituent l’une des principales causes de mortalité et de blessures dans la population. A Kaboul, Sonia Ghezali.

Le nombre de victimes causés par les attentats et les attaques suicide a augmenté de 17% par rapport à l’année dernière. Six cents deux morts en 2017. L’ONU souligne qu’il s’agit du plus lourd bilan humain pour ce type d’attaque, jamais enregistrée, depuis que la MANUA a commencé à documenter les victimes civiles du conflit afghan, c’est-à-dire depuis 2009. Tadamichi Yamamoto est le représentant spécial à la Mission d'Assistance des Nations Unies en Afghanistan: "En majorité les civils ont été tués au cours d’attaques menées par les groupes anti-gouvernementaux. Cela ne désigne pas que les Talibans mais aussi Daesh. Les statistiques montrent que la plupart des civils sont morts à cause d’attaques suicides, d’engins explosifs improvisés, de combats au sol, de fusillades, ou de restes explosifs de guerre". 27% des victimes civiles ont été causées par des attaques ayant directement visée la population. Les insurgés sont responsables de près de deux-tiers de toutes les victimes civiles. 42% incombent aux Talibans, 10% à l’organisation Etat islamique. Les bavures liées aux raids aériens afghans et américains sont, par ailleurs, en hausse avec des victimes plus nombreuses: + 7% comparé à 2016.  "Le bilan annuel le plus lourd des opérations aériennes depuis 2009" peut-on lire dans le rapport de la MANUA.

CP

Et nous avons retrouvé Anne Corpet, notre correspondante à Washington. Elle nous parle de cette fusillade, qui a fait dix-sept morts dans un lycée de Floride. Nous venons de le dire. Et elle va nous parler de ce que le président américain promet, pour la suite de ces tueries.

Ce n'est pas la première fois qu'après une tuerie de masse,  Donald Trump se concentre sur la santé mentale de l’auteur de la fusillade. Nikolas Cruz, le tireur du lycée de Floride avait, il est vrai, sans doute besoin d'un suivi psychologique. Ses camarades décrivent un garçon solitaire, parfois violent, passionné par les armes. Il avait posté des messages sur les réseaux sociaux où il se présentait comme un tueur professionnel en milieu scolaire, mais le FBI n'avait pas réussi à l'époque à l'identifier. Nikolas Cruz  fréquentait un groupe de défenseurs de la race blanche.  Ses deux parents adoptifs sont décédés récemment et il vivait dans une famille d'accueil. Le jeune homme est resté tête baissée, silencieux dans son costume orange de prisonnier devant le juge. Pour commettre son massacre Nikolas Cruz a employé un fusil semi-automatique AR 15, qu'il avait acheté tout à fait légalement à sa majorité. Mais la question du contrôle des armes à feux n'a pas été évoquée par le président dans son intervention. Donald Trump y est farouchement opposé. Il a d’ailleurs révoqué l'année dernière un décret pris par Barack Obama qui obligeait la sécurité sociale à communiquer au FBI les noms des personnes atteintes de graves troubles mentaux afin qu'ils soient dans l'incapacité d'acheter une arme.

ZK

Direction l'Indonésie pour un procès très attendu dans le pays.

CP

Devant les juges d'un tribunal de Jakarta, se trouve un homme, proche du groupe Etat islamique et soupçonné d'être le cerveau d'une série d'attentats suicides qui avaient secoué la capitale indonésienne en janvier 2016. Des attaques qui avaient fait huit morts, dont quatre civils et les quatre assaillants tués par les forces de l'ordre. Si l'Indonésie qui est le pays musulman le plus peuplé au monde, a été régulièrement frappé ces quinze dernières années par des attentats liés à la mouvance djihadiste, les attaques de janvier 2016 revendiquées par l'EI ont choqué le pays par leur ampleur. Les précisions de Jelena Tomic.

Le prédicateur Aman Abdurrahman risque jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité ou la peine de mort, pour avoir, selon le procureur, "délibérément fait usage de violence ou de menaces pour créer un climat de terreur parmi la population". Des experts indonésiens affirment que le prévenu a recruté des candidats pour l'organisation Etat islamique depuis la prison où il est incarcéré pour des affaires de terrorisme et qu'il est le principal traducteur de la propagande de l'EI en Indonésie. L'archipel qui est confronté depuis longtemps à des extrémistes islamistes, mène une lutte sans merci contre ces groupes et arrive ces dernières années à déjouer presque chaque mois des attentats. S'agissant de la menace que représente l'EI en Indonésie, on estime qu'entre cinq cent et sept cent Indonésiens ont rejoint les rangs de l'Etat Islamique en Irak et en Syrie. Les spécialistes estiment que l'attentat de janvier 2016 revendiqué par l'EI était plutôt le fait de groupes locaux comme la Jemaah Islamiyah, une importante organisation terroriste des années 2000 qui s'est ralliée à la bannière de l'organisation terroriste pour trouver un relais médiatique. Et d'ajouter que ces groupes locaux survivront sans doute à l'organisation Etat islamique.

ZK

Jelena Tomic. Et puis Céline, on va faire un tour sur les pistes de ski en Corée du Sud, où se déroulent en ce moment, les Jeux olympiques d'hiver.

CP

Ce jeudi à Pyeongchang, pour les Français c'est une nouvelle médaille d'or qui a été décrochée. Les sports, avec cette nouvelle médaille d’or c'est Pierre Vaultier qui conserve son titre de champion olympique de snowboardcross. Il s'agit d'un parcours d'obstacle chronométré sur piste avec des bosses et des virages serrés, le tout à descendre sur une planche de surf. Pierre Vaultier très content puisqu'il pariait gros en remettant en jeu sa médaille olympique d'il y a quatre ans c’était à Sotchi.

"C'est une émotion énorme, qu'il va falloir que je digère. J'étais au bord des larmes pendant peut-être une demi-heure, une heure. Il y a un petit goût de similarité mais il y a beaucoup de différences. Je l'ai pas gagné du tout de la même manière cette médaille. C'est à dire qu'à Sotchi, je suis arrivée en outsider. A Sotchi je suis arrivée frais mentalement, frais psychologiquement. Prêt à tout, rien à perdre. Aujourd'hui j'avais mon titre à perdre, j'avais mon statut de leader à perdre, et j'avais la course bien sûr à perdre. J'ai tout gardé aujourd'hui, c'est un vrai soulagement".

ZK

Et voilà, le bonheur et la joie de Pierre Vaultier. Mais il y a aussi, Céline, beaucoup de déception pour une de ses collègues.

CP

Tessa Worley la skieuse qui est championne du monde en titre de slalom géant. Mais dans ces JO et bien elle ne termine que septième. Tessa Worley,  évidemment très déçue par sa performance et émue, vous allez l’entendre après ce classement.

"Je suis triste, je suis déçue, c'est vrai que c'est une journée qui, oh, qui veut dire tellement pour nous les athlètes. On se prépare beaucoup, beaucoup pour ce genre de chose. Après bon, il y a toutes les courses durant la saison, donc je n'étais pas focalisé par cette journée, vraiment, à un point, d'en être obsédé. Mais ce jour-là on a envie d'être en forme, ce jour-là on a envie de réussir. Et puis, ben ouais, sur cette première manche je me suis fait un petit peu rattrapée par mes émotions. Et c'est dommage parce que je fais cette grosse faute et je perds énormément de temps. Ça c'est vraiment dommage parce que je me tirais une balle dans le pied pour rattraper tout ça en seconde manche. Même si je fais une grosse manche, même si c'était pas parfait, j'avais les bonnes intentions et puis ben voilà après, ça suffit pas c'est sûr".

CP

Les deux athlètes Tessa Worley que vous venez d’entendre et juste avant c’était  Pierre Vaultier, ils étaient tous les deux au micro de notre envoyé spécial en Corée du Sud, Christophe Diremszian pour RFI. La France compte désormais six médailles dans ces JO: il y en a trois en or, une en argent, et deux en bronze. Et peut-être d’autres on l’espère. Ils ont jusqu’au 25 février avec la fin de ces Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang pour en décrocher d’autres.

C'est la fin de cette édition du journal en français facile, réalisé par Christophe Loisel. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve lundi Zéphirin.

ZK

Oui à la semaine prochaine Céline.

CP

Vous pouvez réécouter, relire ce journal sur le site savoirs.rfi.fr.



Voir le flux - 15/02/2018 21:30:08

Benyamin Netanyahu dans la tourmente

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 15/02/2018 11:16:08

Relaxe

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Décision surprise au procès de Jawad Bendaoud : contre l’avis du Ministère public qui avait requis quatre ans de prison, le « logeur » des terroristes a été relaxé. Un mot courant dans le vocabulaire judiciaire, mais un peu technique : Le tribunal a prononcé la relaxe. De toute façon la situation générale a rendu le mot très compréhensible, on a pu le comprendre d’après le contexte : cela signifie que Bendaoud n’a pas été condamné. Au-delà, cela veut dire qu’il n’a pas été reconnu coupable, les indices de sa culpabilité ne sont pas suffisants. Est-ce que ça signifie pour autant qu’on reconnaît son innocence ? Eh bien oui ! La présomption d’innocence étant l’un des principes importants du droit français, on est considéré comme innocent tant qu’on n’est pas jugé coupable. Pour être tenu pour innocent, il n’y a donc pas besoin que l’innocence soit prouvée ; il suffit que la culpabilité ne le soit pas. Et la relaxe correspond à peu près à cela : la culpabilité n’est pas prouvée. Alors on abandonne les charges, on relâche l’étau judiciaire qui enserrait celui qui était mis en examen. Cela correspond donc à un acquittement, mais techniquement c’est le mot relaxe qui est employé quand il s’agit d’un tribunal Correctionnel ou d’un tribunal de police. On ne devrait parler d’acquittement qu’à la Cour d’Assises, même si c’est ce terme qui sert de mot générique : c’est bien lui qui peut quitter le Palais de justice pour intégrer la langue courante ; c’est lui qui est compris le plus souvent, alors que relaxe est resté un mot très spécialisé.

En même temps le terme n’est pas si facile d’usage, car il peut être confondu avec son homonyme.

Relaxer en effet a deux sens tout à fait différents. Il signifie détendre, mais au sens psychologique : ces vacances m’ont relaxé. Il est rare dans cet emploi un peu contestable d’ailleurs. Mais à la forme pronominale, il est fréquent : se relaxer, c’est se détendre, oublier ses soucis, laisser ses inquiétudes se dissoudre dans une douce insouciance. Le mot n’est pas très vieux, et l’usage français l’a emprunté à l’anglo-américain qui lui a donné un regain d’énergie : le mot était employé en vieux français, mais il faut bien reconnaître qu’il était sorti d’usage. La relaxation aujourd’hui fait plutôt penser à une technique, à un processus délibéré : on se relaxe quand on s’aperçoit d’abord de ses tensions, qu’on en prend conscience, et que petit à petit on essaie de les dénouer. On n’est donc jamais relaxé qu’après avoir été tendu !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 15/02/2018 09:00:06

Journal en français facile 14/02/2018 20h00 GMT

Transcription

Céline PELLARIN

Vous écoutez RFI, il est 20h TU, 21h à Paris.

Vous écoutez votre journal en français facile, merci et bienvenu. Avec moi ce soir pour vous le présenter: Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphirin.

Zéphirin KOUADIO

Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP

Afrique du sud, le suspens se poursuit. Jacob Zuba va-t-il céder à l'ultimatum posé par son propre parti l'ANC et démissionner de son poste de président? Il a en tout cas convoqué la presse pour faire sa déclaration.

ZK

L’Irak obtient  trente milliards de dollars de la communauté internationale pour reconstruire son territoire ravagé par trois ans de guerre contre les djihadistes. Bagdad avait annoncé avoir besoin de quatre-vingt-huit milliards. Ce soutien financier sera-t-il suffisant? Précisions de notre envoyé spécial dans quelques minutes.

CP

Enfin on parlera de Saint Valentin, comme nous sommes le 14 février. Mais l'amour entre deux personnes cela peut être compliqué dans de nombreux pays. C'est le cas en Inde où le système de caste est défendu avec violence par des extrémistes religieux.

ZK

En Afrique du Sud, le feuilleton présidentiel continue

CP

Le chef de l'Etat, Jacob Zuma a annoncé qu'il allait donner sa décision de démissionner ou pas ce soir. Après des années de polémiques et de sandales dans lesquelles Jacob Zuma est empêtré, l’ANC le lâche. Son parti lui a demandé de démissionner hier. Une demande qui a eu comme réponse, le silence du chef de l'Etat sud-africain. Le parti au pouvoir a donc haussé le ton et a posé un ultimatum, une échéance limite pour se décider. Finalement ce midi le président Zuma a réagi, en adoptant une posture de victime.

« Au cours des discussions, il est devenu clair que les gens disaient : « Zuma doit partir ». Ce n’est pas nouveau. Ça a été dit à plusieurs reprises toute l’année. Mais ces gens-là n’ont jamais donné leurs raisons. C’est pour ça que je trouve très bizarre que mon organisation me dise maintenant « tu dois partir ». Car nous avons désormais deux présidents. Un a la tête de l’ANC, un à la tête du pays, et tout ça en ne suivant aucune procédure de l’ANC. Il n’y a rien de cette nature. »

CP

Jacob Zuma, le président sud-africain dont on attend la prise de parole d'ici quelques minutes pour savoir s'il a l'intention ou non de démissionner.

ZK

Après trois jours de conférence au Koweït, la communauté internationale s'est engagée à débloquer des milliards de dollars pour reconstruire l'Irak.

CP

Le pays a en effet été ravagé par trois ans de guerre contre le groupe Etat islamique. Les promesses d'aides des pays réunis pour cette conférence au Koweït atteignent trente milliards de dollars selon les autorités irakiennes. Est-ce que ce soutien financier sera suffisant pour rebâtir le pays? Bagdad n'en est pas convaincu. Les précisions de notre envoyé spécial au Koweït Wilson Fache.

Les autorités irakiennes avaient estimé en début de semaine le coût total de la reconstruction à quatre-vingt-huit milliards de dollars. Selon eux ce n'est donc pas assez, mais néanmoins une première étape encourageante. Il faut dire qu'ici au Palais de Bayan, où s'est réunie la communauté internationale, on craignait récolter moins encore. Donc ces promesses de soutiens financiers sont perçues comme un soulagement. Soixante-seize États et cinquante et un fonds de développement étaient présents, ainsi que les Nations Unies et l'Union européenne. Les pays du Golfe avancent une grande partie de ces trente milliards de dollars, avec le Koweït en tête qui promet deux milliards de prêts et investissements. L'Arabie Saoudite, elle, n'apporte, entre guillemets, "que" un milliard et demi. D'après un diplomate, l'accord était que les pays occidentaux, les États-Unis en tête, financeraient en Irak l'effort de guerre tandis que l'Arabie Saoudite payerait pour la reconstruction. Mais empêtrée dans une guerre au Yémen et avec la chute des cours de brut ces dernières années, le montant proposé est finalement en deçà des espérances. La surprise est en fait venue de la Turquie, qui a proposé le montant le plus élevé de tous les pays présents en promettant un crédit de cinq milliards.

ZK

L'Argentine offre cinq millions de dollars pour retrouver son sous-marin disparu le 15 novembre dernier.

CP

Malgré l'aide internationale Buenos Aires est incapable de localiser l'épave. Quarante-quatre membres d'équipage se trouvaient à son bord lorsque le submersible a disparu des écrans radars.  Le président argentin Mauricio Macri a reçu la semaine dernière les proches des marins et leur a annoncé cette initiative financière pour leur apporter, un jour, des réponses.

ZK

Ce mercredi, dans l'Etat américain de Floride, une fusillade a lieu dans un lycée.

CP

Selon les pompiers il y aurait entre vingt et cinquante blessés. Peut-être des morts. Selon le chef de la police de Parkland, c'est un homme seul qui a ouvert le feu dans l'établissement scolaire. Pour l'instant il n'a toujours pas été arrêté. Sur les images de la télévision locale, on peut voir des files de lycéens sortir les mains en l'air de leur école.

ZK

Aux Etats unis toujours, le président est critiqué pour avoir soutenu un de ses collaborateurs, accusé de violences sur ses deux ex-épouses.

CP

Donald Trump a d'ailleurs dû affirmer devant la presse, qu'il était je cite "totalement opposé aux violences conjugales". Ce sont les violences physiques ou psychologiques qui sont commises au sein d'un couple.

ZK

Au Maroc la lutte contre les violences faites aux femmes fait un grand pas en avant, avec l'adoption d'une loi.

CP

Un projet législatif qui était en discussion depuis 2013 et qui avait provoqué de vifs débats au Maroc. Le projet de loi punit pour la première fois "certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d'agression, d'exploitation sexuelle ou de mauvais traitement". Mais des associations féministes estiment déjà que ce texte est "insuffisant". Car le projet de loi passe sous silence le problème du viol conjugal. C'est une relation sexuelle qui est imposé dans un couple alors que l'un des deux époux n'est pas consentant, qu'il ne veut pas.

ZK

Direction la Chine où la lutte contre la corruption fait une nouvelle victime dans les hautes sphères politique et économique du pays

CP

Cette fois-ci, c'est Lu Wei qui chute, un homme puissant. Il est exclu du Parti Communiste Chinois. Il dirigeait la puissante administration du cyberespace, qui s'occupait de gérer l'internet chinois. Son dossier a été transmis à la justice, Heike Schmidt.

En 2015, le magazine Times l'avait élu comme étant l'une des cent personnalités les plus influentes du monde. Aujourd'hui, Lu Wei, tombé en disgrâce en novembre dernier, ne fait plus parti du sérail des puissants et doit désormais craindre de passer le restant de ses jours derrière les barreaux. La Commission d'inspection disciplinaire, la police anti-corruption au sein du parti, a publié une longue liste énumérant tous ses méfaits : L'ex-roi de la censure, « tyrannique et sans scrupules », aurait « abusé de son pouvoir pour son profit personnel ». Il aurait « cherché par tous les moyens la célébrité », et « trompé le gouvernement central » en se montrant « extrêmement déloyal » Comme si cela n'aurait pas suffi pour le discréditer, les gendarmes du parti lui reprochent aussi d'avoir « souvent fréquenté des clubs privés ». La chute de Lu Wei n'est pas une bonne nouvelle pour les patrons de la Silicon Valley qui avaient courtisé cet austère technocrate communiste avec insistance, à l'instar du fondateur de Facebook Marc Zuckerberg lorgnant sur le web chinois, le plus grand marché du monde avec ses sept cent soixante-dix millions d'internautes.

ZK

On reste en Asie, en passant de la Chine à l'Inde pour parler d'un tout autre sujet: l'amour.

CP

Et plus précisément l'amour entre deux personnes qui ne sont pas issus de la même caste. Une caste c'est un groupe social ou religieux fermé, et les castes sont organisées, hiérarchisées. Et les relations entre les Indiens de castes différentes restent très compliquées.

ZK

D'ailleurs de nombreux groupuscules, qui sont des factions religieuses extrémistes, n'hésitent pas à avoir recours à la violence pour faire respecter leur conception de la pureté des castes.

CP

Alors à l'occasion de la Saint-valentin, une ONG a décidé d’agir pour protéger les amoureux. Reportage d'Antoine Guinard.

Chaque 14 février c'est la même rengaine en Inde. Plusieurs organisations hindouistes, pour certaines totalement obscures, montent au créneau. Menaçant de s'en prendre aux jeunes couples. Une des plus importantes le Bajrang Dal, réputée pour ses actions violentes, a déconseillé ces derniers jours les restaurants et les bars de la ville d’Iderabad dans le sud du pays, d'organiser des évènements "spécial Saint-Valentin". Mais depuis plusieurs années, la résistance s'organise. Abhijeet Kamble a fondé l'ONG Right to Love ou "droit à l'amour" en 2015, révolté par le passage à tabac d'un couple la même année dans sa région du Maharashtra. Il a récemment fait une demande inédite: la création dans la ville de Pune, d'un parc réservé aux couples: "Il y a des gens en Inde qui s'indignent même lorsqu'un frère et une sœur, ou un couple marié marchent ensemble dans la rue! Mais l'amour n'est pas un crime. Nous voulons un parc ou les garçons et filles qui sont amoureux peuvent passer du temps ensemble en paix et apprendre à se connaitre". Depuis trois ans, Right to Love a aidé plus d’une cinquantaine de couples, à s'installer ensemble alors que leurs familles respectives s'y opposaient. Selon Abhijeet Kamble, la plupart de ces couples sont intercastes ou interreligieux, ce qui reste un énorme tabou en Inde et donnent régulièrement lieu à des crimes d'honneur.

CP

C'est la fin de cette édition, réalisé par Javier Gonzalez. Et présenté avec Zéphirin Kouadio. Merci à tous les deux. On se retrouve demain Zéphirin.



Voir le flux - 15/02/2018 08:30:35

Miracle

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Sœur Bernadette a parlé, nous dit-on sur RFI. Et de son plein gré : nul ne l’y forçait. Sœur Bernadette, qui souffrait depuis quarante ans de problèmes neurologiques a donc fait un pèlerinage à Lourdes. Et voici ce qu’elle en dit : « J’étais à la chapelle, je rentrais de Lourdes. Je suis rentrée dans ma chambre. Et là, j’ai eu une voix intérieure qui m’a dit : enlève tes appareils. J’ai pensé : on dirait que je suis guérie». Lourdes a ramené notre attention sur cette ville française et pyrénéenne, que l’on dit propice aux miracles depuis que la jeune Bernadette Soubirous y eut, dit-elle, vu la vierge Marie. On s’y presse donc pour prier, surtout lorsqu’on est malade, parce qu’on espère un miracle, une guérison miraculeuse. Mais qu’est-ce donc qu’un miracle ? C’est un fait, un événement qui échappe aux lois ordinaires de la physique telle que la science la connaît aujourd’hui, un genre d’exception dans la marche ordinaire du monde. Mais ce qu’on entend par miracle quand on donne un sens religieux au mot, et même un sens chrétien, c’est que ce fait miraculeux est le résultat d’une intervention qui vient du ciel. Et pour les catholiques, ce n’est pas tellement Dieu le père qui s’occupe de faire des miracles, mais plutôt Jésus, ou sa mère la Vierge, ou encore les saints et les saintes. Tout d’un coup, ils peuvent changer l’ordre des choses, et par bonté, par bienveillance envers les humains, faire advenir quelque chose qui paraît impossible dans le cours normal des choses. Un miracle est donc quelque chose d’ « anormal », mais qui va toujours favoriser quelqu’un : un miracle est vu comme positif. Qui peut faire des miracles, toujours d’après la religion chrétienne ? Le Christ en a fait plusieurs d’après les Évangiles : changer l’eau en vin, marcher sur les eaux, ressusciter Lazare d’entre les morts, en lui disant « Lève-toi et marche ! », voici quelques miracles. Ils ont été accomplis, d’après la légende merveilleuse chrétienne, pendant la vie du Christ, mais on peut envisager qu’il soit susceptible d’en faire d’autres. Lui ou plus encore, ceux qui l’entourent. À Lourdes notamment, c’est surtout Marie qu’on implore pour qu’elle occasionne une guérison miraculeuse. Mais bien souvent on invoque les saints, dont beaucoup passent d’ailleurs pour avoir une spécialité. Et quand on a été bénéficiaire de l’un de ces fameux miracles, on est un miraculé ! Un mot qu’on utilise souvent au figuré pour parler de quelqu’un qui s’est sorti contre toute attente d’une situation qu’on jugeait désespérée.

Ce mot de miracle s’utilise également souvent au figuré, avec un sens affaibli : dans le vocabulaire courant, il désigne quelque chose de tout à fait improbable, et cela, en français comme dans les langues étrangères. Ce serait un miracle s’il avait son bac, peut-on dire d’un élève qui semble ne pas avoir le niveau pour réussir à cet examen. Ça tiendrait du miracle !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr



Voir le flux - 14/02/2018 10:30:06