Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
1-10 sur 4021 résultats.

Journal en français facile 16/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Clément Fraioli : Vous écoutez RFI, il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir ! Soyez les bienvenus dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Clément, bonsoir à tous !

CF : À la une, le calme au Yémen aura été de courte durée. Deux jours après que rebelles Houtis et forces gouvernementales se soient entendues pour cesser les combats, de violents affrontements ont eu lieu, dans la ville stratégique d’Hodeïda.

SB : À Katowice en Pologne, la 24e conférence de l’ONU sur le climat s’est achevée hier. Les négociations ont pris plus de temps que prévu, mais un accord a été trouvé.

CF : Et puis en fin de journal, nous retrouverons Yvan Amar pour son « Expression de la semaine ».

-----

SB : Au Yémen, la trêve n’aura pas duré... 

CF : Une trêve sous l’égide de l’ONU, c’est à dire sous son contrôle, sa surveillance. Malgré ça, les affrontements ont repris la nuit derrière à Hodeïda, dans l’ouest du pays. Des raids aériens et de violents combats ont eu lieu. Alors que la semaine dernière, des pourparlers, des discussions entre rebelles Houtis et forces loyalistes ont abouti à un retrait des deux camps dans cette ville. Ville par laquelle transite, passe, les importations alimentaires et l’aide humanitaire. Domitille Piron, l’accalmie n’aura donc duré que deux jours à peine.

[Transcription manquante]

CF : Les explications de Domitille Piron.

SB : Au Royaume-Uni, face à l’impasse sur le Brexit, la solution d’un second référendum commence à gagner du terrain au sein de la classe politique

CF : Une solution défendue par l’ancien premier ministre Tony Blair, qui s’attire ainsi les critiques de Theresa May, l’actuelle première ministre. Mais, selon la presse, les propres alliés de Theresa May se préparent à la possibilité d’un nouveau vote. À Londres, Muriel Delcroix.

En appelant à un nouveau référendum, Tony Blair « est en train de saper » les discussions sur le Brexit et ses commentaires sont « une insulte à la fonction qu’il a par le passé occupée ». C’est par cette réponse exagérément cinglante que Theresa May a tenté de couper court à tout élan vers un nouveau vote populaire. Mais en réalité en coulisses deux de ses plus proches alliés, son bras droit David Lidington ainsi que son chef de cabinet Gavin Barwell ont tenu ces deux dernières semaines une série d’entretiens avec des députés travaillistes et des têtes de file de la campagne pour un second référendum pour discuter de cette possibilité. Selon le Sunday Times, plusieurs ministres voudraient proposer aux électeurs le choix entre l’accord de retrait négocié par Theresa May ou une sortie sans accord et laisseraient ensuite le soin au parlement d’inclure dans la question du référendum l’option de rester dans l’UE. Mais cette tactique a accru la colère des ministres brexiters radicaux qui militent pour un brexit sans accord et ne veulent pas entendre parler d’un nouveau référendum. Ils sont soutenus en cela par Theresa May qui répète depuis des mois qu’il n’en est pas question. Néanmoins ce refus catégorique émane d’une dirigeante affaiblie et qui est revenue tant de fois sur sa parole que sa crédibilité est désormais proche de zéro…

SB : En France, après la baisse de la mobilisation des gilets jaunes hier, le gouvernement espère une sortie de crise

CF : Ils étaient deux fois moins dans la rue hier. L’exécutif appelle désormais à « libérer les ronds-points » et à venir à la table des négociations, à l’image du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et celui de l’Éducation Jean-Michel Blanquer. Le gouvernement en effet maintenant sur la grande concertation promise par le président Emmanuel Macron, pour calmer durablement la colère.

SB : À Strasbourg, on rendait hommage aujourd’hui aux victimes de l’attentat de mardi.

CF : Un millier de personnes se sont rassemblées place Kléber dans le centre de la ville. La cérémonie était organisée par plusieurs associations de défense des droits de l’Homme. Des chants, de la musique, et des lectures de texte, pour rendre hommage donc aux victimes de l’attentat. Le nombre de victimes qui s’est alourdi ce soir. Une 5e personne est morte des suites de ses blessures.

SB : La COP24 s’est achevée hier à Katowice en Pologne. 

CF : Les négociations ont joué les prolongations, mais finalement un accord a été trouvé. Le « manuel d’application » de l’accord de Paris a été adopté. Cela porte sur des points comme la transparence, c’est-à-dire que tous les pays doivent rendre compte de leur action climatique. Yamide Dagnet travaille au World Ressources Institute, elle a participé activement aux négociations en tant que conseillère. Elle se dit satisfaite du texte adopté.

[Transcription manquante]

CF : Des propos recueillis par Christine Siebert.

SB : Du sport, et ce résultat historique en handball féminin.

CF : L’équipe de France remporte son premier championnat d’Europe. Les Bleues ont battu les Russes en finale de l’Euro à Paris. Score final, 24 à 21. Premier titre européen pour les handballeuses françaises donc. Un titre qui leur permet de se qualifier pour les prochains Jeux Olympiques à Tokyo. Et puis en football (et chez les hommes) cette fois, des matchs de la 18e journée du championnat de France se jouaient aujourd’hui. Lille s’est imposé à Nîmes, 3 buts à 2. Match nul 1 partout entre Nice et Saint-Étienne. Ce soir Lyon reçoit Monaco. Il est 21h08 à Paris, c’est l’heure de « L’expression de la semaine » avec Yvan Amar.

[Transcription manquante]

CF : C’était Yvan Amar. C’est la fin de ce Journal en français facile. Merci de l’avoir écouté, et merci à Sylvie Berruet de m’avoir aidé à le présenter. Bonne soirée !



Voir le flux - 16/12/2018 21:15:03

Un peu d’espoir pour le Yémen

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 14/12/2018 12:01:13

Journal en français facile 13/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en TU.
Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir en compagnie d'Hugo Lanoé, bonsoir Hugo.

Hugo Lanoé : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l'actualité ce soir : un accord pour le Yémen qui a été conclu ce jeudi. Il a été annoncé par les Nations unies qui ont organisé les négociations. Le principal point de cet accord concerne la ville stratégique de Hodeida. Les deux parties, rebelles Houthis et coalition progouvernementale, doivent dans les prochains jours avoir quitté les lieux.

HL : Le dernier Conseil européen se tient jusqu'à demain à Bruxelles. L'occasion pour la Première ministre britannique Theresa May de tenter d'obtenir l'aide de l'Union européenne sur le Brexit.

RA : Et puis deux jours après l'attentat de Strasbourg, une cinquième personne proche du tireur a été interpellée ce jeudi. L'auteur de la fusillade qui a fait 3 morts et 13 blessés reste ce soir l'homme le plus recherché de France.

------

HL : Au Yémen l'espoir après un accord conclu sous l'égide de l'ONU

RA : Sous l'égide, c'est-à-dire sous le contrôle des Nations Unies, car c'est l'ONU qui a organisé ces négociations qui se déroulent depuis une semaine en Suède. A l'issue de ces discussions donc cet accord, qui prévoit un cessez-le-feu à Hodeida. Hodeida c'est une ville stratégique de l'ouest du Yémen car c'est par là que transitent 70% de l'aide humanitaire. Les deux parties doivent s'être retirées de Hodeida dans les prochains jours, donc à la fois les rebelles Houthis qui occupent la ville, et la coalition progouvernementale qui tente de les déloger. Voilà ce que le secrétaire général de l'ONU a dit aux délégués des deux camps. On écoute Antonio Guterres.

« Vous êtes parvenus à un accord sur le port et la ville de Hodeida, qui prévoit un redéploiement mutuel des forces du port et de la ville et la mise en place d'un cessez-le-feu à l'échelle du gouvernorat. Les Nations Unies jouerons un rôle clef pour le port d'Hodeida. Cela facilitera l'accès à l'aide humanitaire et alimentaire pour la population civile. Cela améliorera les conditions de vie de millions de Yéménites. Vous êtes également parvenus à un accord mutuel pour apaiser la situation à Taez. Je pense que cela amènera à l'ouverture de corridors humanitaires. Avant de venir ici vous vous étiez déjà mis d'accord sur la libération de prisonniers. Maintenant vous vous êtes accordés sur un calendrier et sur les détails pour mettre en oeuvre cet échange. Cela permetra à des milliers, je dis bien des milliers, de Yéménites de retrouver leur famille.  »

RA : L'espoir d'Antonio Guterres le secrétaire général de l'ONU, qui a annoncé un nouveau cycle de négociations pour le Yémen au mois de janvier. Et puis la réaction de l'Arabie saoudite après l'accord conclu ce jour. Rappelons que Ryad dirige la coalition gouvernementale. Et Ryad salue cet accord et estime qu'il aidera à ramener la sécurité au Yémen.

HL : En difficulté sur le Brexit, Theresa May cherche donc de l'aide du côté de Bruxelles.

RA : La Première ministre britannique au cœur de toutes les attentions depuis ce matin dans la capitale belge où se tient le dernier Conseil européen de l'année. Sommet où une nouvelle fois il est largement question du Brexit. L'objectif de Theresa May est de tenter d'obtenir quelques assurances de la part de l'Union européenne afin d'adoucir l'accord sur le divorce entre Londres et Bruxelles. Car pour le moment cet accord inquiète les députés britanniques. Hier Theresa May a même fait face à un vote de défiance des députés de son propre parti. Elle en a survécu mais cela illustre ses difficultés et l'urgence pour elle d'obtenir l'aide de Bruxelles.
Anastasia Becchio vous suivez ce Conseil européen. Theresa May va-telle pouvoir repartir de Bruxelles rassurée ?

Ca n’est pas sûr. On ne sait pas jusqu’où peuvent aller les 27 pour aider Theresa May. Il faut attendre la fin du diner des chefs d’Etat et de gouvernement pour savoir quelle sera l’atmosphère. Or, ce diner pourrait durer assez longtemps. En arrivant à Bruxelles cet après-midi, Theresa May n’était pas très optimiste. Elle a dit qu’elle ne s’attendait pas à des percées immédiates, à une réussite rapide. Pendant 45 minutes, juste avant le diner, la chef du gouvernement britannique s’est exprimée devant les 27 dirigeants européens. Elle a répondu à leurs questions. Les 27 voulaient savoir quels seraient les points qui pourraient rassurer les députés britanniques pour qu’au final, ils votent l’accord de divorce entre l’Union européenne et le Royaume Uni. Les dirigeants européens vont maintenant commencer à diner, sans Theresa May puisqu’ils vont discuter de l’offre qu’ils pourraient lui faire. Beaucoup de députés britanniques rejettent le backstop, ce mécanisme inventé pour éviter le retour d’une frontière physique en entre les deux Irlande. Les Européens ont dit qu’il n’était pas question que ce backstop disparaisse de l’accord. Ils peuvent en revanche réexpliquer, dire à nouveau, ou écrire dans un document, que ce mécanisme n’est pas destiné à rester en place indéfiniment, qu’il sera provisoire, en attendant de trouver une solution. Il n’est pas sûr que cela soit suffisant pour rassurer les députés britanniques.

RA : Anastasia Becchio en direct de Bruxelles où se déroule donc jusqu'à demain le dernier Conseil européen de l'année.

HL : Et parmi les dirigeants présents à ce sommet, il y a bien sûr Emmanuel Macron.

RA : Et à cette occasion le Président français s'est exprimé devant la presse, trois jours après ses annonces destinées à stopper le mouvement des gilets jaunes. Emmanuel Macron évoque une réponse légitime et importante. Sera-t-elle suffisante pour convaincre les gilets jaunes ? Réponse ce samedi, où est prévue une nouvelle journée de mobilisation. En tout cas politiquement l'exécutif continue d'être contesté, la preuve cet après-midi une motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement était débattue à l'Assemblée nationale. Le texte a été rejeté. Seulement 70 députés ont voté pour.

HL : On revient sur la prise de parole d'Emmanuel Macron ce jeudi depuis Bruxelles. Car pour la première fois depuis mardi soir, le Chef de l'Etat a évoqué l'attentat de Strasbourg

RA : Attaque qui a fait 3 morts et 13 blessés. Je vous propose d'écouter les mots d'Emmanuel Macron cet après-midi

[transcription manquante]

RA : Emmanuel Macron cet après-midi à Bruxelles. Et dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Strasbourg, sachez qu'une opération de police s'est déroulée cet après-midi dans le quartier de Neudorf, où le tireur s'est enfui mardi soir. Les policiers n'ont pas pu mettre la main sur lui. Mais à un peu plus tôt dans la journée une cinquième personne, proche de cet homme, a été interpellée.

HL : On part maintenant en Pologne où se termine demain vendredi la 24e Conférence sur le climat

RA : Précisément dans la vile de Katowice, dans le sud du pays. Les délégués de 200 pays sont présents sur place. Et ils doivent s'entendre donc d'ici demain soir, sur un document qui rend concret l'accord de Paris. Cet accord qui prévoit de limiter le réchauffement climatique a + 2 degrés d'ici 2100. Objectif difficile à atteindre tant les points de vue entre les différents pays sont différents. Et une question qui fait débat c'est celle de la transparence. C'est-à-dire le fait que les pays pauvres ne sont pas équipés de la même manière que les pays, dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour nous expliquer cet enjeu, Lucile Dufour, du Réseau Action Climat. Elle est au micro de l'une des envoyées spéciales de RFI en Pologne, Christine Siebert.

[transcription manquante]

RA : Lucile Dufour, du Réseau Action Climat, à la veille de la fin de la COP24 en Pologne, la 24e Conférence sur le climat.



Voir le flux - 13/12/2018 20:45:03

Journal en français facile 13/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en TU.
Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir en compagnie d'Hugo Lanoé, bonsoir Hugo.

Hugo Lanoé : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l'actualité ce soir : un accord pour le Yémen qui a été conclu ce jeudi. Il a été annoncé par les Nations unies qui ont organisé les négociations. Le principal point de cet accord concerne la ville stratégique de Hodeida. Les deux parties, rebelles Houthis et coalition progouvernementale, doivent dans les prochains jours avoir quitté les lieux.

HL : Le dernier Conseil européen se tient jusqu'à demain à Bruxelles. L'occasion pour la Première ministre britannique Theresa May de tenter d'obtenir l'aide de l'Union européenne sur le Brexit.

RA : Et puis deux jours après l'attentat de Strasbourg, une cinquième personne proche du tireur a été interpellée ce jeudi. L'auteur de la fusillade qui a fait 3 morts et 13 blessés reste ce soir l'homme le plus recherché de France.

------

HL : Au Yémen l'espoir après un accord conclu sous l'égide de l'ONU

RA : Sous l'égide, c'est-à-dire sous le contrôle des Nations Unies, car c'est l'ONU qui a organisé ces négociations qui se déroulent depuis une semaine en Suède. A l'issue de ces discussions donc cet accord, qui prévoit un cessez-le-feu à Hodeida. Hodeida c'est une ville stratégique de l'ouest du Yémen car c'est par là que transitent 70% de l'aide humanitaire. Les deux parties doivent s'être retirées de Hodeida dans les prochains jours, donc à la fois les rebelles Houthis qui occupent la ville, et la coalition progouvernementale qui tente de les déloger. Voilà ce que le secrétaire général de l'ONU a dit aux délégués des deux camps. On écoute Antonio Guterres.

« Vous êtes parvenus à un accord sur le port et la ville de Hodeida, qui prévoit un redéploiement mutuel des forces du port et de la ville et la mise en place d'un cessez-le-feu à l'échelle du gouvernorat. Les Nations Unies jouerons un rôle clef pour le port d'Hodeida. Cela facilitera l'accès à l'aide humanitaire et alimentaire pour la population civile. Cela améliorera les conditions de vie de millions de Yéménites. Vous êtes également parvenus à un accord mutuel pour apaiser la situation à Taez. Je pense que cela amènera à l'ouverture de corridors humanitaires. Avant de venir ici vous vous étiez déjà mis d'accord sur la libération de prisonniers. Maintenant vous vous êtes accordés sur un calendrier et sur les détails pour mettre en oeuvre cet échange. Cela permetra à des milliers, je dis bien des milliers, de Yéménites de retrouver leur famille.  »

RA : L'espoir d'Antonio Guterres le secrétaire général de l'ONU, qui a annoncé un nouveau cycle de négociations pour le Yémen au mois de janvier. Et puis la réaction de l'Arabie saoudite après l'accord conclu ce jour. Rappelons que Ryad dirige la coalition gouvernementale. Et Ryad salue cet accord et estime qu'il aidera à ramener la sécurité au Yémen.

HL : En difficulté sur le Brexit, Theresa May cherche donc de l'aide du côté de Bruxelles.

RA : La Première ministre britannique au cœur de toutes les attentions depuis ce matin dans la capitale belge où se tient le dernier Conseil européen de l'année. Sommet où une nouvelle fois il est largement question du Brexit. L'objectif de Theresa May est de tenter d'obtenir quelques assurances de la part de l'Union européenne afin d'adoucir l'accord sur le divorce entre Londres et Bruxelles. Car pour le moment cet accord inquiète les députés britanniques. Hier Theresa May a même fait face à un vote de défiance des députés de son propre parti. Elle en a survécu mais cela illustre ses difficultés et l'urgence pour elle d'obtenir l'aide de Bruxelles. À Bruxelles, justement, on retrouve Anastasia Becchio.  Anastasia, est-ce que Theresa May - c'est la grande question - va pouvoir repartir de Bruxelles rassurée ?

Ca n’est pas sûr. On ne sait pas jusqu’où peuvent aller les 27 pour aider Theresa May. Il faut attendre la fin du diner des chefs d’Etat et de gouvernement pour savoir quelle sera l’atmosphère. Or, ce diner pourrait durer assez longtemps. En arrivant à Bruxelles cet après-midi, Theresa May n’était pas très optimiste. Elle a dit qu’elle ne s’attendait pas à des percées immédiates, à une réussite rapide. Pendant 45 minutes, juste avant le diner, la chef du gouvernement britannique s’est exprimée devant les 27 dirigeants européens. Elle a répondu à leurs questions. Les 27 voulaient savoir quels seraient les points qui pourraient rassurer les députés britanniques pour qu’au final, ils votent l’accord de divorce entre l’Union européenne et le Royaume Uni. Les dirigeants européens vont maintenant commencer à diner, sans Theresa May puisqu’ils vont discuter de l’offre qu’ils pourraient lui faire. Beaucoup de députés britanniques rejettent le backstop, ce mécanisme inventé pour éviter le retour d’une frontière physique en entre les deux Irlande. Les Européens ont dit qu’il n’était pas question que ce backstop disparaisse de l’accord. Ils peuvent en revanche réexpliquer, dire à nouveau, ou écrire dans un document, que ce mécanisme n’est pas destiné à rester en place indéfiniment, qu’il sera provisoire, en attendant de trouver une solution. Il n’est pas sûr que cela soit suffisant pour rassurer les députés britanniques.

RA : Anastasia Becchio en direct de Bruxelles où se déroule donc jusqu'à demain le dernier Conseil européen de l'année.

HL : Et parmi les dirigeants présents à ce sommet, il y a bien sûr Emmanuel Macron.

RA : Et à cette occasion le Président français s'est exprimé devant la presse, trois jours après ses annonces destinées à stopper le mouvement des gilets jaunes. Emmanuel Macron évoque une réponse légitime et importante. Sera-t-elle suffisante pour convaincre les gilets jaunes ? On le saura ce samedi, où est prévue une nouvelle journée de mobilisation. En tout cas politiquement, l'exécutif continue d'être contesté, la preuve cet après-midi : une motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement était débattue à l'Assemblée nationale. Cette motion a été rejetée. Seulement 70 députés ont voté pour.

HL : On revient sur la prise de parole d'Emmanuel Macron ce jeudi à Bruxelles. Car pour la première fois depuis mardi soir, le Chef de l'Etat a évoqué l'attentat de Strasbourg.

RA : Attaque qui a fait 3 morts et 13 blessés. Je vous propose d'écouter les mots d'Emmanuel Macron cet après-midi.

[transcription manquante]

RA : Emmanuel Macron cet après-midi à Bruxelles. Et dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Strasbourg, sachez qu'une opération de police s'est déroulée cet après-midi dans le quartier de Neudorf, où le tireur s'est enfui mardi soir. Les policiers n'ont pas pu mettre la main sur lui, ils ne l'ont pas trouvé. Mais à un peu plus tôt dans la journée une cinquième personne, proche de cet homme, a été interpellée.

HL : On part maintenant en Pologne où se termine demain vendredi la 24e Conférence sur le climat.

RA : Précisément dans la vile de Katowice, dans le sud de la Pologne. Les délégués de 200 pays sont présents sur place. Et ils doivent s'entendre donc d'ici demain soir, sur un document qui rend concret l'accord de Paris. Cet accord qui prévoit de limiter le réchauffement climatique à +2 degrés d'ici 2100. Objectif difficile à atteindre tant les points de vue entre les différents pays sont différents. Et une question qui fait débat c'est celle de la transparence. C'est-à-dire le fait que les pays pauvres ne sont pas équipés de la même manière que les pays riches  dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour nous expliquer cet enjeu, Lucile Dufour, du Réseau Action Climat. Elle est au micro de l'une des envoyées spéciales de RFI en Pologne, Christine Siebert.

[transcription manquante]

RA : Lucile Dufour, du Réseau Action Climat, à la veille de la fin de la COP24 en Pologne, la 24e Conférence sur le climat.



Voir le flux - 13/12/2018 20:45:03

Net et brut

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 13/12/2018 10:15:03

Journal en français facile 12/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : un appel à témoin lancé en France pour retrouver l’auteur présumé de l’attaque de Strasbourg, en Alsace, où deux personnes ont été tuées hier soir. L’homme en question est toujours en fuite. Son portait à suivre dans un instant.

SB : Nous traverserons ensuite l’océan Atlantique, direction les États-Unis où l’ancien avocat personnel de Donald Trump a été condamné à 3 ans de prison. Michael Cohen a été reconnu coupable de mensonges devant le Congrès et de fraude fiscale.

HL : Enfin on se quittera avec les sports. Du football avec la ligue des champions. L’olympique Lyonnais arrivera-t-il à se qualifier pour les 8es de finale ? On verra ça avant d’aller à Nantes où l’équipe de France féminine de handball affronte la Serbie dans le cadre de l’Euro. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

------

SB : 24h après l’attentat de Strasbourg, le gouvernement français annonce un renforcement de la présence militaire dans le pays.

HL : Objectif Sylvie : assurer la sécurité à l’approche des fêtes de fin d’année. 1 800 hommes supplémentaires vont rejoindre l’opération dite « Sentinelle »... un dispositif militaire qui protège les endroits sensibles du territoire face à la menace terroriste. La police française lance de son côté un appel à témoins pour retrouver l’auteur présumé de la fusillade qui a éclaté hier soir aux abords du marché de Noël de Strasbourg. Une attaque qui a tué 2 personnes. Une 3e est en état de mort cérébrale, de coma dépassé, autrement dit, son cerveau ne fonctionne plus. On compte également 12 blessés, dont 6 en urgence absolue, c’est-à-dire que leur pronostic vital est engagé, leur vie est en danger. Alors, que sait-on de l’homme qui est actuellement en fuite ? Éléments de réponse avec Pierre Olivier.

C’est désormais l’homme le plus recherché de France. Chérif, né en 1989 à Strasbourg, la ville où il est passé à l’acte mardi soir ! Dès son plus jeune âge il est connu des services de police, à 10 ans il est condamné pour la première fois. Depuis, l’homme - aujourd’hui âgé de 29 ans - a été condamné à 27 reprises, principalement pour des faits de vols et violences sur le sol français, mais aussi en Allemagne et en Suisse. C’est ensuite en prison, en France, où il a purgé plusieurs peines, que Chérif aurait commencé à être perçu comme radicalisé. En 2015, l’administration pénitentiaire souligne dans une note « son attitude prosélyte ». Depuis, son nom figure dans deux fichiers. D’abord, Le FSPRT qui recense les personnes radicalisées et Chérif est aussi fiché S, c’est-à-dire qu’il représentait une menace pour la sûreté de l’État. L’homme était donc suivi par les services de renseignements et pas plus tard que mardi après-midi, quelques heures avant la fusillade, son domicile avait été perquisitionné pour une affaire distincte d’extorsion de fonds. Un pistolet et une grenade ont été découverts, mais Chérif, lui, n’était pas à son domicile.

SB : Pierre Olivier. On vient de l’entendre Hugo... le suspect, qui est en fuite, était fiché S par les services secrets français. Il s’est radicalisé, il est devenu violent en prison.

HL : Exactement Sylvie, ce qui pose le problème des fichés S... en fin de peine... qui vont donc bientôt sortir de prison. En France on en compte près de 450. Tous retrouveront la liberté d’ici la fin de l’année prochaine. Et parmi eux, Frank Alexandre, on compte une cinquantaine de terroristes.

[Transcription manquante]

SB : Frank Alexandre. Il pourra fêter Noël en famille, mais il ira ensuite en prison pour trois ans. Lui, Hugo, c’est Michael Cohen, l’ancien avocat de Donald Trump.

HL : Oui Sylvie, celui qui a défendu le 45e président des États-Unis pendant des années a été reconnu coupable. Coupable de mensonge devant le congrès. Il était aussi poursuivi pour fraude fiscale... et pour avoir acheté le silence de deux femmes qui prétendaient avoir eu une liaison avec Donald Trump. Dans sa dernière déclaration devant le juge, Michael Cohen a confirmé sa rupture complète avec le président américain. À Washington, la correspondance d’Anne Corpet.

« Ma faiblesse est d’avoir eu une loyauté aveugle envers Donald Trump » a déclaré Michael Cohen juste avant que sa peine soit prononcée. Et dans une dernière charge contre celui qu’il a servi fidèlement pendant plus de dix ans, l’ancien homme de confiance du président a ajouté : « je pensais qu’il était de mon devoir de couvrir les mauvais coups de Donald Trump plutôt que d’écouter ma conscience ». Michael Cohen a notamment été condamné pour avoir acheté le silence de deux femmes qui affirmaient avoir une liaison avec le président. La transaction s’est déroulée en pleine campagne et est assimilée par la justice à du financement électoral illégal. L’ancien avocat du président a également reconnu avoir volontairement sous-estimé devant le congrès les liens de l’équipe de campagne avec les Russes. Condamné à trois ans de prison ferme, Michael Cohen pourra néanmoins passer les fêtes de Noël en famille : le juge lui a accordé un délai jusqu’au 6 mars pour effectuer sa peine. Il pourra d’ici là, continuer à coopérer avec le procureur Mueller qui enquête sur les ingérences russes dans la campagne de Donald Trump.

SB : On termine ce journal avec du sport, tout d’abord du football, les derniers matchs de la ligue des champions du millésime 2018, c’est ce soir !

HL : Après la qualification hier soir du Paris Saint germain pour les 8es de finale de la compétition. Pour suivre l’exemple, l’olympique Lyonnais se doit de battre les Ukrainiens du Chaktior Donetsk... ou bien de faire match nul pour espérer décrocher son billet pour la suite de la compétition. Cédric de Oliveira est à Kiev et suit la rencontre pour RFI. Bonsoir Cédric, on joue depuis 7 minutes.

[Transcription manquante]

HL : Cédric de Oliveira en Ligne de Kiev pour RFI. Après le football, direction Nantes dans l’ouest de la France pour l’Euro de Handball féminin. Les bleues jouent en ce moment contre la Serbie, 3e journée dans le groupe I. Une victoire ou un match nul face à la Serbie et les Françaises seront qualifiées pour la grande fête des demi-finales. Bonsoir Christophe Diremszian, vous êtes en ligne à Nantes. Les Françaises sont-elles sur le bon chemin ?

[Transcription manquante]

HL : Merci Christophe Diremszian en ligne de Nantes pour RFI. Et avant de se quitter un mot pour vous remercier toutes et tous amis auditeurs du journal en français facile ainsi que toute l’équipe de la rédaction et RFI Savoirs. Le journal en français facile fait partie des contenus les plus podcastés de l’année 2018 sur la plateforme iTunes pour en pas la citer. Bravo à tous, et merci Sylvie.

SB : Merci Hugo et podcaster en français facile ça veut dire télécharger. 



Voir le flux - 12/12/2018 20:30:07

Journal en français facile 12/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : un appel à témoin lancé en France pour retrouver l’auteur présumé de l’attaque de Strasbourg, en Alsace, où deux personnes ont été tuées hier soir. L’homme en question est toujours en fuite. Son portait à suivre dans un instant.

SB : Nous traverserons ensuite l’océan Atlantique, direction les États-Unis où l’ancien avocat personnel de Donald Trump a été condamné à 3 ans de prison. Michael Cohen a été reconnu coupable de mensonges devant le Congrès et de fraude fiscale.

HL : Enfin on se quittera avec les sports. Du football avec la ligue des champions. L’olympique Lyonnais arrivera-t-il à se qualifier pour les 8es de finale ? On verra ça avant d’aller à Nantes où l’équipe de France féminine de handball affronte la Serbie dans le cadre de l’Euro. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

------

SB : 24h après l’attentat de Strasbourg, le gouvernement français annonce un renforcement de la présence militaire dans le pays.

HL : Objectif Sylvie : assurer la sécurité à l’approche des fêtes de fin d’année. 1 800 hommes supplémentaires vont rejoindre l’opération dite « Sentinelle »... un dispositif militaire qui protège les endroits sensibles du territoire face à la menace terroriste. La police française lance de son côté un appel à témoins pour retrouver l’auteur présumé de la fusillade qui a éclaté hier soir aux abords du marché de Noël de Strasbourg. Une attaque qui a tué 2 personnes. Une 3e est en état de mort cérébrale, de coma dépassé, autrement dit, son cerveau ne fonctionne plus. On compte également 12 blessés, dont 6 en urgence absolue, c’est-à-dire que leur pronostic vital est engagé, leur vie est en danger. Alors, que sait-on de l’homme qui est actuellement en fuite ? Éléments de réponse avec Pierre Olivier.

C’est désormais l’homme le plus recherché de France. Chérif, né en 1989 à Strasbourg, la ville où il est passé à l’acte mardi soir ! Dès son plus jeune âge il est connu des services de police, à 10 ans il est condamné pour la première fois. Depuis, l’homme - aujourd’hui âgé de 29 ans - a été condamné à 27 reprises, principalement pour des faits de vols et violences sur le sol français, mais aussi en Allemagne et en Suisse. C’est ensuite en prison, en France, où il a purgé plusieurs peines, que Chérif aurait commencé à être perçu comme radicalisé. En 2015, l’administration pénitentiaire souligne dans une note « son attitude prosélyte ». Depuis, son nom figure dans deux fichiers. D’abord, Le FSPRT qui recense les personnes radicalisées et Chérif est aussi fiché S, c’est-à-dire qu’il représentait une menace pour la sûreté de l’État. L’homme était donc suivi par les services de renseignements et pas plus tard que mardi après-midi, quelques heures avant la fusillade, son domicile avait été perquisitionné pour une affaire distincte d’extorsion de fonds. Un pistolet et une grenade ont été découverts, mais Chérif, lui, n’était pas à son domicile.

SB : Pierre Olivier. On vient de l’entendre Hugo... le suspect, qui est en fuite, était fiché S par les services secrets français. Il s’est radicalisé, il est devenu violent en prison.

HL : Exactement Sylvie, ce qui pose le problème des fichés S... en fin de peine... qui vont donc bientôt sortir de prison. En France on en compte près de 450. Tous retrouveront la liberté d’ici la fin de l’année prochaine. Et parmi eux, Frank Alexandre, on compte une cinquantaine de terroristes.

[Transcription manquante]

SB : Frank Alexandre. Il pourra fêter Noël en famille, mais il ira ensuite en prison pour trois ans. Lui, Hugo, c’est Michael Cohen, l’ancien avocat de Donald Trump.

HL : Oui Sylvie, celui qui a défendu le 45e président des États-Unis pendant des années a été reconnu coupable. Coupable de mensonge devant le congrès. Il était aussi poursuivi pour fraude fiscale... et pour avoir acheté le silence de deux femmes qui prétendaient avoir eu une liaison avec Donald Trump. Dans sa dernière déclaration devant le juge, Michael Cohen a confirmé sa rupture complète avec le président américain. À Washington, la correspondance d’Anne Corpet.

« Ma faiblesse est d’avoir eu une loyauté aveugle envers Donald Trump » a déclaré Michael Cohen juste avant que sa peine soit prononcée. Et dans une dernière charge contre celui qu’il a servi fidèlement pendant plus de dix ans, l’ancien homme de confiance du président a ajouté : « je pensais qu’il était de mon devoir de couvrir les mauvais coups de Donald Trump plutôt que d’écouter ma conscience ». Michael Cohen a notamment été condamné pour avoir acheté le silence de deux femmes qui affirmaient avoir une liaison avec le président. La transaction s’est déroulée en pleine campagne et est assimilée par la justice à du financement électoral illégal. L’ancien avocat du président a également reconnu avoir volontairement sous-estimé devant le congrès les liens de l’équipe de campagne avec les Russes. Condamné à trois ans de prison ferme, Michael Cohen pourra néanmoins passer les fêtes de Noël en famille : le juge lui a accordé un délai jusqu’au 6 mars pour effectuer sa peine. Il pourra d’ici là, continuer à coopérer avec le procureur Mueller qui enquête sur les ingérences russes dans la campagne de Donald Trump.

SB : On termine ce journal avec du sport, tout d’abord du football, les derniers matchs de la ligue des champions du millésime 2018, c’est ce soir !

HL : Après la qualification hier soir du Paris Saint germain pour les 8es de finale de la compétition. Pour suivre l’exemple, l’olympique Lyonnais se doit de battre les Ukrainiens du Chaktior Donetsk... ou bien de faire match nul pour espérer décrocher son billet pour la suite de la compétition. Cédric de Oliveira est à Kiev et suit la rencontre pour RFI. Bonsoir Cédric, on joue depuis 7 minutes.

[Transcription manquante]

HL : Cédric de Oliveira en Ligne de Kiev pour RFI. Après le football, direction Nantes dans l’ouest de la France pour l’Euro de Handball féminin. Les bleues jouent en ce moment contre la Serbie, 3e journée dans le groupe I. Une victoire ou un match nul face à la Serbie et les Françaises seront qualifiées pour la grande fête des demi-finales. Bonsoir Christophe Diremszian, vous êtes en ligne à Nantes. Les Françaises sont-elles sur le bon chemin ?

[Transcription manquante]

HL : Merci Christophe Diremszian en ligne de Nantes pour RFI. Et avant de se quitter un mot pour vous remercier toutes et tous amis auditeurs du journal en français facile ainsi que toute l’équipe de la rédaction et RFI Savoirs. Le journal en français facile fait partie des contenus les plus podcastés de l’année 2018 sur la plateforme iTunes pour en pas la citer. Bravo à tous, et merci Sylvie.

SB : Merci Hugo et podcaster en français facile ça veut dire télécharger. 



Voir le flux - 12/12/2018 20:30:07

Emmanuel Macron s’adresse aux Français

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 12/12/2018 13:08:36

En boucher un coin

La puce à l’oreille de cette semaine « vous en bouche un coin » avec le linguiste Daniel Lacotte qui vient de faire paraître « métaphores je vous aime » le dico des belles images aux éditions first. Au jeu des définitions cette semaine : la classe de Delphine Pereira Souza de l’école élémentaire Saint Ouen à Paris.

Une chronique de De vives voix.



Voir le flux - 12/12/2018 11:06:03

Journal en français facile 11/12/2018 20h00 GMT

Transcription

Clément Fraioli : Vous écoutez RFI, il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir, soyez les bienvenus dans cette édition du Journal en français facile.

À la une, clarification et explication. C’était la mission du jour pour Edouard Philippe à l’Assemblée nationale. Le Premier ministre était devant les députés pour défendre les mesures annoncée hier par Emmanuel Macron, et censé calmer le mouvement des gilets jaunes. Des mesures insuffisantes pour les gilets jaunes, tout comme pour l’opposition.

Theresa May sur le front pour sauver l’accord sur le Brexit. La Première ministre britannique rencontrait aujourd’hui plusieurs responsables européens. Au programme, des négociations pour obtenir des concessions, des compromis sur cet accord. Un accord toujours rejeté par le parlement britannique.

Le magazine américain Time désignait aujourd’hui ses personnalités de l’année. Parmi elles (entre autres), Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien assassiné en octobre dernier à Istanbul.

-----

CF : Après les mesures annoncées par Emmanuel Macron hier, le Premier ministre Edouard Philippe défendait aujourd’hui devant l’Assemblée nationale ces mesures. Parmi elles, plus 100 euros par mois pour les Français gagnant le SMIC via une majoration de la prime d’activité, l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois, ou encore la défiscalisation des heures supplémentaires, c’est-à-dire qu’elles ne seront plus imposées ni taxées. Des annonces qui ne semblent pas avoir calmé l’opposition. Anne Soetemondt, la légitimité du gouvernement est même remise en cause.

Ambiance électrique ce mardi après-midi dans un hémicycle quasi rempli. Le Premier ministre est accusé de naviguer à vue, de défendre des mesures, hausse du SMIC ou défiscalisation des heures supplémentaires, que le gouvernement avait rejetées. Jean-Carl Grelier est député Les Républicains : [...]. Assailli de questions, Edouard Philippe manque de réponses concrètes, mais insiste façon méthode coué : « Le président de la République a entendu la colère des Français ». Au bout de 40 minutes de séance, nouvelle salve venue cette fois du député d’extrême-droite Ludovic Pajot : [...]. Attaqué en personne sur sa légitimité politique, le Premier ministre ne s’expose pas et envoie au micro le secrétaire d’État, Olivier Dussopt : [...]. Un gouvernement fier, mais confronté à une motion de censure déposée par la gauche. Elle sera discutée jeudi.

CF : Anne Soetemondt. Une opposition insatisfaite. Et ça semble être également le cas du côté des gilets jaunes. Ils ont bien sûr regardé avec attention l’allocution, le discours du chef de l’état hier. À Senlis par exemple dans l’Oise, où des gilets jaunes campent sur un rond-point depuis deux semaines. Simon Rozé, pour ces manifestants ces annonces laissent un goût amer.

[Transcription manquante]

CF : Le reportage de Simon Rozé. Leur mouvement s’est ajouté à celui des gilets jaunes depuis une semaine... Les lycéens étaient mobilisés aujourd’hui. Plusieurs syndicats appelaient à un « mardi noir ». Résultat, 450 établissements perturbés dans le pays, dont une soixantaine complètement bloqués. Des rassemblements ont aussi eu lieu dans plusieurs villes. Un millier de personnes à Paris et à Rennes. 600 à Nancy et Angoulême, 300 à Lyon, Montpellier, ou encore Auxerre. Les lycéens protestent notamment contre la réforme du bac et la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur (ParcourSup).

CF : Theresa May en tournée en Europe pour tenter de sauver l’accord sur le Brexit. La Première ministre britannique était aux Pays-Bas ce matin pour rencontrer son homologue néerlandais, avant d’être accueillie à Berlin par Angela Merkel, et de se rendre à Bruxelles pour des discussions avec le président de la Commission européenne Jean Claude Juncker et le président du conseil européen Donald Tusk. Objectif de ces rencontres, obtenir des concessions sur l’accord sur le Brexit et ainsi sauver ce texte que le parlement britannique refuse de ratifier en l’état. Le parlement britannique qui devait voter aujourd’hui sur cet accord. Mais devant la certitude d’un rejet des députés, Theresa May a finalement repoussé ce vote. Provoquant la colère et l’impatience des partisans du Brexit, Anissa El Jabri.

[Transcription manquante]

CF : En Bref, un nouvel attentat meurtrier en Afghanistan. 12 personnes sont mortes dans un attentat suicide près de Kaboul la capitale. L’attaque visait les forces de sécurité. 8 civils ont été tués. Un attentat revendiqué par les Talibans.

CF : Comme chaque année, le magazine américain Time a désigné sa (ou plutôt ses) personnalité de l’année. Cette fois, ce sont des journalistes que distingue l’hebdomadaire. Une journaliste philippine, et deux reporters birmans, actuellement en prison. Ainsi que la rédaction d’un journal local américain dont cinq membres sont morts lors d’une attaque perpétrée en juin dernier. Mais aussi, le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné en octobre dernier à Istanbul, Nicolas Falez.

[Transcription manquante]

CF : Les précisions de Nicolas Falez. C’est la fin de ce Journal en français facile, merci de l’avoir écouté.



Voir le flux - 12/12/2018 09:02:45