Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
1-10 sur 3776 résultats.

Journal en français facile 14/10/2018 20h00 GMT

Transcription

Loïc Bussières : 22h à Paris, 20h en temps universel. L’heure de votre Journal en français facile. Zéphyrin Kouadio est à mes côtés pour vous présenter cette édition. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : À la une ce soir : l’Allemagne et les élections en Bavière. Synonyme de revers pour les alliés d’Angela Merkel. La CSU qui perd la majorité absolue.

ZK : L’affaire Khashoggi. Ce journaliste saoudien disparu il y a deux semaines à Istanbul. Berlin, Londres et Paris réclament « une enquête crédible » aux autorités turques et saoudiennes.

LB : Et puis nous reviendrons sur la canonisation par le Pape François de deux personnalités contestées en leur temps, l’archevêque salvadorien Oscar Romero et le pape italien Paul VI.

-----

ZK : On part en Allemagne pour débuter ce journal. En Bavière plus précisément où la chancelière Angela Merkel enregistre une défaite dans les urnes.

LB : Une défaite lors d’élections régionales qui auront été fatale à la CSU, le parti conservateur, allié incontournable pour la chancelière. L’Union chrétienne sociale perd sa majorité absolue face à la montée des Verts et de l’extrême droite. À Munich, les précisions de l’envoyé spécial de RFI, Pascal Thibault.

La Bavière c’est la CSU » : le raccourci prisé par l’union chrétienne sociale n’est plus tout à fait vrai. Le parti subit une défaite historique dans son fief avec 37 % des voix contre 47 % il y a cinq ans. Une victoire amère, mais la CSU reste le parti dominant. Une alliance avec un parti indépendant de droite pourrait se mettre en place faute de majorité absolueCette défaite sévère des alliés d’Angela Merkel fragilise encore le gouvernement de la chancelière allemande. La CSU va se pencher sur ses erreurs, mais le parti bavarois pourrait aussi accentuer ses attaques contre la chancelière pour expliquer ses problèmes dans son fief. Une défaite de la CSU affaiblit le camp conservateur dans son ensemble alors que la CDU, cette fois, doit affronter une élection difficile dans deux semaines en Hesse. Et l’échec historique du SPD qui passe sous la barre des 10 % en Bavière déstabilise un peu plus un parti au plus mal dans les sondages et pour lequel la grande coalition a été un pis aller. Ceux qui plaident pour une sortie du gouvernement pourraient monter le ton. Pascal Thibaut Munich RFI.

ZK : À la une également, les négociations du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Elle doit dans les faits, intervenir au printemps prochain.

LB : Mais les conditions de cette sortie ne sont pas encore définies malgré ce qu’affirmait en fin de journée le site d’information politico. Ce soir, le négociateur en chef de l’UE, le Français Michel Barnier, précise sur Twitter que « certaines questions clés sont encore en suspens ». Les négociateurs européens et britanniques n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la question de la frontière irlandaise.

ZK : Et puis l’affaire Jamal Khashoggi et cette déclaration commune de Paris, Londres et Berlin qui s’adressent à l’Arabie saoudite et à la Turquie.

LB : Et qui demandent une « enquête crédible » sur la disparition du journaliste saoudien après une visite au consulat de son pays à Istanbul, c’était il y a deux semaines. Jamal Khashoggi, critique à l’égard du prince héritier Mohammed ben Salmane et qui collaborait notamment avec le Washington Post, n’a plus donné de nouvelles depuis le 2 octobre. Des sources turques affirment qu’il a été assassiné. Les autorités saoudiennes sont soupçonnées d’être impliquées dans ce dossier, ce qu’elles nient en bloc. Hier, Donald Trump a promis « un châtiment sévère » contre Riyad en cas précisément d’implication dans la disparition du journaliste.

ZK : Le Président américain qui s’exprimait également sur un autre dossier, sa volonté de séparer les familles de migrants à leur arrivée aux États-Unis.

LB : L’objectif pour la Maison-Blanche c’est d’éviter l’immigration clandestine. Un objectif que permettent ces mesures mises en place il y a trois mois. Donald Trump l’a réaffirmé hier. Malgré les nombreuses critiques, aux États-Unis comme à l’étranger, Donald Trump qui persiste et signe : cette tolérance zéro doit se poursuivre. Les explications de Marie Normand.

« S’ils sentent qu’ils vont être séparés, ils ne viennent pas ! » Pour Donald Trump, le décret a été efficace. S’il a dû le suspendre en raison de violentes critiques internes, le président américain envisage de le remettre en place, sous une nouvelle forme, dans les prochaines semaines. L’idée, assure-t-il, est avant tout de protéger les États-Unis. « Vous avez des personnes mal intentionnées qui se servent des enfants pour pouvoir rentrer. Ce ne sont pas leurs enfants, ils ne les connaissent même pas ! » En seulement 6 semaines, en mai et juin cette année, plus de 2500 enfants ont été séparés de leurs parents et placés dans des centres de détention spéciaux. L’administration américaine peine maintenant à les réunir, comme le lui demande la justice, car ces mineurs doivent passer devant un juge avant éventuellement de retrouver leur famille. Pour le président cependant, décourager les migrants est le seul moyen d’endiguer ce qu’il qualifie de crise a la frontière mexicaine. « Le pays va si bien sur le plan économique que beaucoup de gens pauvres veulent venir. Nous devons donc être très fermes ». Une fermeté qui ne décourage pas de nombreux migrants d’Amérique centrale. Depuis le début du mois, des milliers de familles guatémaltèques ont par exemple traversé la frontière clandestinement pour se rendre en Arizona. Les centres de détention sont submergés, et les services de l’immigration disent ne plus être en mesure de traiter les dossiers.

ZK : 22h au Vatican où l’on se rend à présent, quelques heures après une cérémonie présidée par le Pape François.

LB : Une messe de canonisation, soit l’inscription officielle d’une personne sur la liste des saints, c’était ce matin, place Saint-Pierre. Parmi les nouveaux élus, le pape Paul VI ou encore Monseigneur Oscar Romero, l’ancien archevêque de San Salvador assassiné en 1980. Le reportage de notre correspondant au Vatican Eric Sénanque.

Un à un, le Pape François a prononcé le nom des sept nouveaux saints, récitant la traditionnelle formule de canonisation. Parfois connus comme le Pape Paul VI ou l’ancien archevêque salvadorien Oscar Romero, ils le sont moins comme ces deux religieuses, l’une allemande, l’autre espagnole qui ont créé des congrégations au service des plus pauvres. Chacun a expliqué François dans son homlie, qu’il soit pape, archevêque ou même simple laïc comme Nunzio Sulprizi, jeune artisan napolitain mort à seulement 19 ans ont traduit par leur vie la Parole de Jésus : « Viens et suis-moi ». Sans calculs, ils ont vécu « avec le désir de risquer et de quitter » a rappelé le Pape François. Dans la foule des nombreux fidèles, des drapeaux, italiens, espagnols, mais aussi surtout salvadoriens. Plus de 5000 pèlerins ont fait le voyage pour fêter Mgr Romero, comme Mercedes, venue avec sa fille, et qui ne cache pas son émotion. « C’est le premier saint de notre pays, le Salvador, il a énormément lutté pour les droits des plus vulnérables et aujourd’hui, il en récolte le fruit, il est récompensé.iI a été canonisé et nous Salvadoriens nous sommes vraiment reconnaissants pour cela ». Sur les tee-shirts ou des casquettes, chacun a affiché le visage d’un des sept nouveaux saints de l’Église catholique, dont le portrait a été accroché sur la façade de la basilique Saint-Pierre.

ZK : Cette information avant de refermer ce journal de notre envoyé spécial permanent en Côte d’Ivoire. Des affrontements entre forces de l’ordre et des partisans d’un candidat indépendant dans la région de Séguela dans l’ouest du pays.

LB : Affrontements qui ont fait deux morts et plusieurs blessés ce matin. Les partisans du candidat, mécontents de l’issue du vote ont bloqué une route. Sommés de dégager le passage, les manifestants s’en sont pris aux gendarmes qui ont riposté. Fin de ce journal que vous pouvez, je le rappelle, retrouver en version écrite sur notre site rfi.fr. Tout de suite, vous avez rendez-vous avec Yvan Amar pour l’expression de la semaine.

Maryse Condé, grande écrivaine antillaise, vient d’être récompensée par le prix Nobel de littérature alternatif, le nouveau prix de littérature, puisque le Nobel officiel de littérature n’est pas remis cette année. Et à propos de Maryse Condé, RFI a parlé de « monstre sacré ! C’est très élogieux bien entendu : l’expression met en valeur l’importance de l’artiste. Et on emploie cette formule à propos d’une personnalité immense et centrale, dans la littérature, le cinéma, la musique par exemple. Et même le théâtre puisque l’expression a été inventée par l’écrivain Jean Cocteau à propos de la comédienne Sarah Bernhardt, extraordinairement célèbre à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Un monstre sacré donc ! Comme si c’était une personnalité totalement hors-norme, c’est-à-dire qui dépasse nos habitudes. Le monstre sacré a quelque chose de presque surhumain. Comme le monstre. Et sacré, car on n’y touche pas ! Et on peut accepter de cette personne ce qu’on n’accepterait de personne d’autre ! Comme si elle appartenait à la mythologie, aux légendes des anciens. Comme le Minotaure par exemple, moitié homme, moitié taureau, qui vivait dans un labyrinthe et dévorait les hommes qui venait s’attaquer à lui. On ne pouvait même pas dire qu’il était méchant ou cruel : il était au-delà de la justice des hommes et de leur jugement ! Alors lorsqu’on parle de monstre sacré à propos de nos vedettes, on n’en est pas là. Mais cela montre bien qu’ils sortent du lot, qu’ils sont tout à fait à part !



Voir le flux - 14/10/2018 20:30:06

Un bijou de réalisation ! (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Ne manquez pas La Bague au doigt, un film d’animation 100 % poétique. Inviter un·e ami·e au cinéma (A2), écrire le pitch d’un film et sa présentation (B1), rédiger une critique élogieuse (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale)

Voir le flux - 12/10/2018 13:00:00

Quand le darija fait polémique (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Faut-il introduire les dialectes dans les manuels scolaires ? Discuter des mots étrangers employés dans différentes langues (A2), exprimer son opinion (B1), prendre position autour de débats sur les langues (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 12/10/2018 13:00:00

Un journaliste saoudien disparaît

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 12/10/2018 09:32:21

Velours

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 12/10/2018 08:15:03

Journal en français facile 11/10/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Et c’est l’heure de retrouver votre Journal en français facile, bonsoir à tous. Présenté en compagnie de Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : la fin de la première journée du sommet de la Francophonie. Marquée par le discours très combatif de Michaelle Jean. Celle qui occupe actuellement le poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. Mais qui devrait le perdre à l’issue de ce sommet, au profit de la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

MM : L’affaire Jamal Khashoggi qui continue de prendre de l’ampleur. Du nom de ce journaliste saoudien disparu après être entré il y a neuf jours au consulat d’Arabie saoudite en Turquie. Ankara, Washington et Londres demandent des explications, et menacent Riyad de conséquences.

RA : Et puis dans ce journal nous ferons le point sur le match amical de football France Islande qui se déroule en Bretagne. À la mi-temps les Bleus sont menés 1-0.

-----

MM : Et on commence par l’hommage du sommet de la Francophonie à Charles Aznavour.

[Musique]

RA : La chanteuse béninoise Angélique Kidjo qui reprend l’une des plus célèbres chansons de Charles Aznavour, « Emmenez-moi ». Émotionne forte ce soir place de la République à Erevan où se tenait un concert en hommage au chanteur français d’origine arménienne décédé la semaine dernière. Hommage également un peu plus tôt, lors de l’ouverture du sommet de la Francophonie, « Il a porté le nom de l’Arménie », a déclaré le Premier ministre du pays hôte, Nikol Pachinian.

MM : Et un sommet de la Francophonie où le principal enjeu, c’est la nomination du nouveau chef de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie.

RA : Deux femmes sont en concurrence, mais tout porte à croire que c’est Louise Mushikiwabo qui va être élue, car la ministre rwandaise des Affaires étrangères bénéficie du soutien de l’Union africaine et de la France. Face à elle, Michaelle Jean, qui occupe ce poste depuis 2015, mais qui est très seule, car elle a été lâchée par son propre pays le Canada. Michaelle Jean en tout cas qui s’est montrée combative lors de son discours, on l’écoute.

[Transcription manquante]

RA : Michaelle Jean aujourd’hui à Erevan lors de la première journée du sommet de la Francophonie. À retenir également l’Arabie saoudite qui décide de ne plus demander à adhérer à l’Organisation internationale de la Francophonie. C’est l’OIF qui l’annonce. En toile de fond, l’affaire du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

MM : Et on va évoquer maintenant cette affaire. Car l’Arabie saoudite se trouve de plus en plus sous pression.

RA : Une grande partie de la communauté internationale demande des explications à Riyad. Jamal Khashoggi n’a plus été vu depuis qu’il est entré au consulat saoudien d’Istanbul, c’était il y a neuf jours. Pour de nombreux responsables turcs, il a été assassiné. Aujourd’hui le Président turc Recep Tayyip Erdo?an a prévenu que son pays ne resterait pas silencieux. Donald Trump le Président américain, allié de l’Arabie saoudite, a dit prendre l’affaire très au sérieux. Et en Europe la Grande-Bretagne a réagi, et Londres menace Riyad de « sérieuses conséquences » si les accusations qui sont portées contre l’Arabie saoudite étaient fondées. La correspondance de Muriel Delcroix.

Comme ses alliés occidentaux, Londres a mis du temps à réagir, néanmoins après plusieurs jours de flottement, le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt a déclaré avoir transmis sa « vive préoccupation » à l’ambassadeur saoudien à Londres et au ministre des affaires étrangères saoudien. Il a notamment rappelé que « l’amitié (entre les deux pays) était fondée sur des valeurs communes » et prévenu que si les accusations d’assassinat du journaliste saoudien à l’intérieur de son consulat à Istanbul étaient prouvées, Londres prendrait « très au sérieux » cette affaire, menaçant Riyad de « graves répercussions ». Le chef du Foreign Office demande également à l’Arabie Saoudite de prouver que Jamal Khashoggi est vivant et réclame des « réponses urgentes ». Quelques mois après la tentative d’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, Londres ne pouvait pas rester silencieux. Et il est clair que si la responsabilité des autorités saoudiennes est avérée, il sera extrêmement difficile pour les pays occidentaux de ne pas sanctionner l’Arabie Saoudite comme ils ont sanctionné la Russie, et ce en dépit des liens militaires et commerciaux étroits entretenus de longue date avec Riyad. Muriel Delcroix, Londres, RFI.

MM : L’Australie annonce la fermeture d’un camp de rétention controversé.

RA : À Nauru sur une petite île du Pacifique se trouve depuis 2008 un camp où vivent près de 900 migrants. Leurs conditions sont décrites comme épouvantables. À tel point que ce centre est qualifié de Guantanamo australien. Les précisions de Jelena Tomic.

Nombre alarmant de tentatives de suicide, de cas d’automutilation, des enfants qui souffrent du syndrome de résignation, incapables de se nourrir ou de boire, l’état de désespoir des migrants que décrivent les médecins de MSF expulsés de Nauru, fait froid dans le dos. Carolyne Lima, psychiatre : « Ils disent : si je m’immole par le feu, je serais libre et débarrassé de cette vie horrible et peut-être que les gens ainsi seront au courant et que d’autres vies pourront être sauvées. Ils disent très clairement qu’à ce stade ils préfèrent mourir plutôt que de rester en vie. Les tentatives de suicide sont bien réelles et le fait qu’elles n’aboutissent pas signifie tout simplement que ces enfants ne savent pas comment s’y prendre ». Dr Beth O’Connor : « Nous avons vu des tentatives de suicide chez des enfants parfois âgés de 9 ans seulement. Le mot qui revenait le plus souvent lors des séances c’était “détruit”, je les ai entendus le dire, mais je l’ai aussi vu dans leurs yeux. » Natalia Hverta Perez, psychologue : « Certains enfants ne mangent plus, ne boivent plus d’eau, restent allongés sans rien faire et ne communiquent même plus avec leurs familles, qui sont obligées de les emmener à l’hôpital pour les alimenter par intraveineuse. Et chaque jour nous constatons toujours plus d’enfants dans ce cas. » Médecins sans frontières a rappelé que la politique d’immigration inhumaine du gouvernement australien et la détention de migrants et de demandeurs d’asile de manière indéfinie dans des camps offshore empêchait toute possibilité de résilience et a appelé à leur évacuation d’urgence.

MM : Un incident très rare dans l’histoire de la conquête spatiale.

RA : Ce matin la fusée Soyouz a dû atterrir d’urgence seulement deux minutes après avoir décollé d’une base du Kazakhstan. Il y a eu une défaillance dont on connaîtra l’origine à l’issue d’une enquête. À bord de cette fusée se trouvaient deux cosmonautes, un Américain et un Russe. Ils ont été très secoués, mais ils sont sains et saufs.

MM : Et puis en football, on suite actuellement le match entre la France et l’Islande.

RA : C’est le premier match amical de l’équipe de France depuis sa victoire en Coupe du Monde. On retrouve à Guingamp en Bretagne où se déroule cette rencontre Antoine Grognet. Le match n’a pas très bien commencé pour l’équipe de France : est-ce que la seconde période a débuté ? 

[Transcription manquante]

RA : Antoine Grognet en direct de Guingamp où se déroule ce match entre la France et l’Islande.



Voir le flux - 11/10/2018 20:45:03

Journal en français facile 11/10/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Et c’est l’heure de retrouver votre Journal en français facile, bonsoir à tous. Présenté en compagnie de Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : la fin de la première journée du sommet de la Francophonie. Marquée par le discours très combatif de Michaelle Jean. Celle qui occupe actuellement le poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. Mais qui devrait le perdre à l’issue de ce sommet, au profit de la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

MM : L’affaire Jamal Khashoggi qui continue de prendre de l’ampleur. Du nom de ce journaliste saoudien disparu après être entré il y a neuf jours au consulat d’Arabie saoudite en Turquie. Ankara, Washington et Londres demandent des explications, et menacent Riyad de conséquences.

RA : Et puis dans ce journal nous ferons le point sur le match amical de football France Islande qui se déroule en Bretagne. À la mi-temps les Bleus sont menés 1-0.

-----

MM : Et on commence par l’hommage du sommet de la Francophonie à Charles Aznavour.

[Musique]

RA : La chanteuse béninoise Angélique Kidjo qui reprend l’une des plus célèbres chansons de Charles Aznavour, « Emmenez-moi ». Émotionne forte ce soir place de la République à Erevan où se tenait un concert en hommage au chanteur français d’origine arménienne décédé la semaine dernière. Hommage également un peu plus tôt, lors de l’ouverture du sommet de la Francophonie, « Il a porté le nom de l’Arménie », a déclaré le Premier ministre du pays hôte, Nikol Pachinian.

MM : Et un sommet de la Francophonie où le principal enjeu, c’est la nomination du nouveau chef de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie.

RA : Deux femmes sont en concurrence, mais tout porte à croire que c’est Louise Mushikiwabo qui va être élue, car la ministre rwandaise des Affaires étrangères bénéficie du soutien de l’Union africaine et de la France. Face à elle, Michaelle Jean, qui occupe ce poste depuis 2015, mais qui est très seule, car elle a été lâchée par son propre pays le Canada. Michaelle Jean en tout cas qui s’est montrée combative lors de son discours, on l’écoute.

[Transcription manquante]

RA : Michaelle Jean aujourd’hui à Erevan lors de la première journée du sommet de la Francophonie. À retenir également l’Arabie saoudite qui décide de ne plus demander à adhérer à l’Organisation internationale de la Francophonie. C’est l’OIF qui l’annonce. En toile de fond, l’affaire du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

MM : Et on va évoquer maintenant cette affaire. Car l’Arabie saoudite se trouve de plus en plus sous pression.

RA : Une grande partie de la communauté internationale demande des explications à Riyad. Jamal Khashoggi n’a plus été vu depuis qu’il est entré au consulat saoudien d’Istanbul, c’était il y a neuf jours. Pour de nombreux responsables turcs, il a été assassiné. Aujourd’hui le Président turc Recep Tayyip Erdo?an a prévenu que son pays ne resterait pas silencieux. Donald Trump le Président américain, allié de l’Arabie saoudite, a dit prendre l’affaire très au sérieux. Et en Europe la Grande-Bretagne a réagi, et Londres menace Riyad de « sérieuses conséquences » si les accusations qui sont portées contre l’Arabie saoudite étaient fondées. La correspondance de Muriel Delcroix.

Comme ses alliés occidentaux, Londres a mis du temps à réagir, néanmoins après plusieurs jours de flottement, le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt a déclaré avoir transmis sa « vive préoccupation » à l’ambassadeur saoudien à Londres et au ministre des affaires étrangères saoudien. Il a notamment rappelé que « l’amitié (entre les deux pays) était fondée sur des valeurs communes » et prévenu que si les accusations d’assassinat du journaliste saoudien à l’intérieur de son consulat à Istanbul étaient prouvées, Londres prendrait « très au sérieux » cette affaire, menaçant Riyad de « graves répercussions ». Le chef du Foreign Office demande également à l’Arabie Saoudite de prouver que Jamal Khashoggi est vivant et réclame des « réponses urgentes ». Quelques mois après la tentative d’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, Londres ne pouvait pas rester silencieux. Et il est clair que si la responsabilité des autorités saoudiennes est avérée, il sera extrêmement difficile pour les pays occidentaux de ne pas sanctionner l’Arabie Saoudite comme ils ont sanctionné la Russie, et ce en dépit des liens militaires et commerciaux étroits entretenus de longue date avec Riyad. Muriel Delcroix, Londres, RFI.

MM : L’Australie annonce la fermeture d’un camp de rétention controversé.

RA : À Nauru sur une petite île du Pacifique se trouve depuis 2008 un camp où vivent près de 900 migrants. Leurs conditions sont décrites comme épouvantables. À tel point que ce centre est qualifié de Guantanamo australien. Les précisions de Jelena Tomic.

Nombre alarmant de tentatives de suicide, de cas d’automutilation, des enfants qui souffrent du syndrome de résignation, incapables de se nourrir ou de boire, l’état de désespoir des migrants que décrivent les médecins de MSF expulsés de Nauru, fait froid dans le dos. Carolyne Lima, psychiatre : « Ils disent : si je m’immole par le feu, je serais libre et débarrassé de cette vie horrible et peut-être que les gens ainsi seront au courant et que d’autres vies pourront être sauvées. Ils disent très clairement qu’à ce stade ils préfèrent mourir plutôt que de rester en vie. Les tentatives de suicide sont bien réelles et le fait qu’elles n’aboutissent pas signifie tout simplement que ces enfants ne savent pas comment s’y prendre ». Dr Beth O’Connor : « Nous avons vu des tentatives de suicide chez des enfants parfois âgés de 9 ans seulement. Le mot qui revenait le plus souvent lors des séances c’était “détruit”, je les ai entendus le dire, mais je l’ai aussi vu dans leurs yeux. » Natalia Hverta Perez, psychologue : « Certains enfants ne mangent plus, ne boivent plus d’eau, restent allongés sans rien faire et ne communiquent même plus avec leurs familles, qui sont obligées de les emmener à l’hôpital pour les alimenter par intraveineuse. Et chaque jour nous constatons toujours plus d’enfants dans ce cas. » Médecins sans frontières a rappelé que la politique d’immigration inhumaine du gouvernement australien et la détention de migrants et de demandeurs d’asile de manière indéfinie dans des camps offshore empêchait toute possibilité de résilience et a appelé à leur évacuation d’urgence.

MM : Un incident très rare dans l’histoire de la conquête spatiale.

RA : Ce matin la fusée Soyouz a dû atterrir d’urgence seulement deux minutes après avoir décollé d’une base du Kazakhstan. Il y a eu une défaillance dont on connaîtra l’origine à l’issue d’une enquête. À bord de cette fusée se trouvaient deux cosmonautes, un Américain et un Russe. Ils ont été très secoués, mais ils sont sains et saufs.

MM : Et puis en football, on suite actuellement le match entre la France et l’Islande.

RA : C’est le premier match amical de l’équipe de France depuis sa victoire en Coupe du Monde. On retrouve à Guingamp en Bretagne où se déroule cette rencontre Antoine Grognet. Le match n’a pas très bien commencé pour l’équipe de France : est-ce que la seconde période a débuté ? 

[Transcription manquante]

RA : Antoine Grognet en direct de Guingamp où se déroule ce match entre la France et l’Islande.



Voir le flux - 11/10/2018 20:45:03

Journal en français facile 10/10/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, c’est l’heure de votre Journaliste en français facile, soyez les bienvenus. Édition présentée ce soir avec Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité : l’ouverture demain du sommet de la Francophonie. Il se tiendra à Erevan, la capitale de l’Arménie. Et la grande question c’est la nomination de la nouvelle secrétaire générale de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie.

MM : La Turquie affirme que Jamal Kashoggi a été tué. Ce journaliste saoudien critique du régime de Riyad n’a plus été vu depuis qu’il est entré dans le consulat saoudien de Turquie, c’était il y a 8 jours.

RA : Et puis les propos polémiques du pape ce mercredi à Rome. François a comparé l’avortement au recours à un tueur à gages.

-----

MM : En Arménie, tout est prêt pour l’ouverture du sommet de la Francophonie.

RA : Il s’ouvre demain dans la capitale Erevan. C’est un évènement considérable qui va durer deux jours, vous pourrez bien sûr le suivre sur RFI. 3500 personnalités ont été invitées, venant de plus de 40 pays. Parmi elles, une cinquantaine de dirigeants dont Emmanuel Macron le Président français attendu dès ce soir à Erevan. Le principal enjeu de ce sommet c’est la nomination du chef de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie. Deux femmes sont en concurrence : la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, qui est soutenue par l’Union africaine et par la France. Et Michaelle Jean, qui occupe le poste depuis 2015, mais qui hier soir a été lâchée par son pays, le Canada. Envoyé spécial de RFI à Erevan, Jean-Pierre Monzat.

[Transcription manquante]

RA : Et demain, édition spéciale sur RFI pour l’ouverture de ce 17e sommet de la Francophonie. Rendez-vous à p partir de 6h temps universel.

MM : L’inquiétude aux États-Unis : l’ouragan Michael a commencé à toucher la Floride.

RA : Et il est extrêmement puissant, classé en catégorie 4 sur 5. Il s’accompagne de rafales pouvant dépasser les 240 km/h. Le gouverneur de Floride affirme que la tempête pourrait être meurtrière. L’état d’urgence a été déclaré. Mais Donald Trump le Président américain affirme que son pays « est prêt ».

MM : Cette question à présent : qu’est devenu le journaliste saoudien Jamal Kashoggi ?

RA : Il n’a plus été revu depuis qu’il est entré au consulat saoudien de Turquie, c’était il y a 8 jours. Selon Ankara l’homme a été tué. On devrait en savoir plus prochainement, car l’Arabie saoudite a donné son autorisation pour que le bâtiment soit fouillé. L’inquiétude est forte, car Jamal Kashoggi est critique du pouvoir de Riyad. C’est donc une affaire qui prend de l’ampleur. Ce mercredi la femme du journaliste en appelle à Donald Trump le Président américain, dans une tribune publiée par le Washington Post, quotidien dans lequel Jamal Kashoggi écrivait. Les explications de Juliette Gheerbrandt.

« J’implore le président Trump et la première dame Melania Trump d’aider à faire la lumière sur la disparition de Jamal », écrit la compagne du journaliste dans le quotidien américain. Hatice Cengiz, de nationalité turque, et Jamal Khashoggi allaient se marier, et c’est pour une formalité liée à ce mariage que le journaliste s’était rendu au consulat d’Istanbul. La jeune femme explique que son espoir de revoir Jamal Khashoggi s’amenuise de jour en jour. Consciente que l’affaire risque de provoquer une crise entre les deux pays elle espère dit-elle que l’aspect humain de l’affaire prévaudra. Les autorités saoudiennes démentent toujours toute implication dans la disparition du journaliste, et le président Erdogan, lui, demande à Riyad de donner la preuve que le journaliste est bien ressorti du consulat. Pour la première fois mercredi la télévision turque a diffusé les images de vidéo surveillance des abords du consulat, qui montrent le journaliste y entrer, mais pas en ressortir. Les médias turcs évoquent aussi le bref aller-retour à Istanbul ce jour-là d’une délégation d’officiels Saoudiens ; et le fait qu’un certain nombre de voitures diplomatiques sont entrées et sorties du bâtiment dans les heures qui ont suivi l’arrivée de Jamal Khashoggi.

MM : En Syrie, vers la mise en place d’une zone démilitarisée à Idlib.

RA : Une zone démilitarisée c’est tout simplement une zone où l’activité militaire est interdite. C’est l’objectif à Idleb, selon un accord qui été conclu par la Russie et la Turquie. Ce mercredi Ankara affirme que la première étape a été franchie : le retrait de toutes les armes lourdes de la zone. Désormais les combattants djihadistes doivent quitter la province, et à ce moment-là la zone démilitarisée pourra être mise en place. L’objectif est d’empêcher un assaut de la part du régime syrien et donc une crise humanitaire dans cette province qui est le dernier grand bastion tenu par les rebelles en Syrie.

MM : Des propos du pape qui font polémiques.

RA : François s’exprimait ce mercredi lors de sa traditionnelle audience place Saint-Pierre à Rome, et face à ses fidèles. Il a d’abord dénoncé une vie humaine qui selon « se déprécie » c’est-à-dire qui perd de sa valeur, et cela en raison des guerres, de l’exclusion et de l’avortement a dit le pape François, je vous propose de l’écouter.

« Il y a une approche contradictoire en ce qui concerne la suppression de la vie humaine dans le ventre de la mère au nom de la sauvegarde d’autres droits. Mais comment un acte qui supprime une vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain ? Je me le demande ! Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ? Qu’est-ce que vous pensez ? C’est juste ou pas ? » Les fidèles : « Non, non ». « Est-il juste d’avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ? Ce n’est pas possible, ce n’est pas juste. Se débarrasser d’un être humain, même tout petit pour résoudre un problème c’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème. »

RA : Le pape François comparant l’interruption volontaire de grossesse au recours à « un tueur à gages », un tueur à gages est quelqu’un qui se fait rémunérer pour assassiner d’autres personnes. Propos polémique ce mercredi Place Saint-Pierre à Rome.

MM : Et puis le football belge touché par une grande opération antifraude.

RA : Un entraîneur arrêté, de même que des agents de joueurs et des arbitres, le siège des plus grands clubs du pays perquisitionnés : c’est effectivement une vaste opération qui a été menée ce mercredi, en Belgique, mais également dans d’autres pays européens. Les enquêteurs évoquent des fraudes dans le championnat de football belge. La correspondance de Joana Hostein.

Une soixante de perquisitions menées dans sept pays, en France, au Luxembourg, en Macédoine, au Monténégro, à Chypre, en Serbie et bien sûr en Belgique. 220 policiers mobilisés ce matin. C’est donc qui opération de très grande ampleur qui secoue le monde du football belge. L’enquête, qui a commencé il y a un peu moins d’un an, porte sur des transactions financières suspectes intervenues lors de transfert de joueurs, sur des commissions cachées sur les salaires de certains joueurs et entraîneurs, mais aussi sur des soupçons de matchs truqués lors de la dernière saison de la ligue 1 en Belgique. Des personnalités de premier plan ont été interpellées : un agent de joueur réputé, Mogi Bayat, l’entraîneur du club de Bruges, qui dispute cette saison la Ligue des champions, deux des plus grands arbitres du football belge. Un grand nombre de personnes ont été arrêtées confirme le parquet fédéral, sans plus de précision pour le moment. Joana Hostein Bruxelles RFI.

RA : C’est la fin de ce Journal en français facile.



Voir le flux - 10/10/2018 20:30:06

Journal en français facile 10/10/2018 20h00 GMT

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, c’est l’heure de votre Journaliste en français facile, soyez les bienvenus. Édition présentée ce soir avec Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité : l’ouverture demain du sommet de la Francophonie. Il se tiendra à Erevan, la capitale de l’Arménie. Et la grande question c’est la nomination de la nouvelle secrétaire générale de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie.

MM : La Turquie affirme que Jamal Kashoggi a été tué. Ce journaliste saoudien critique du régime de Riyad n’a plus été vu depuis qu’il est entré dans le consulat saoudien de Turquie, c’était il y a 8 jours.

RA : Et puis les propos polémiques du pape ce mercredi à Rome. François a comparé l’avortement au recours à un tueur à gages.

-----

MM : En Arménie, tout est prêt pour l’ouverture du sommet de la Francophonie.

RA : Il s’ouvre demain dans la capitale Erevan. C’est un évènement considérable qui va durer deux jours, vous pourrez bien sûr le suivre sur RFI. 3500 personnalités ont été invitées, venant de plus de 40 pays. Parmi elles, une cinquantaine de dirigeants dont Emmanuel Macron le Président français attendu dès ce soir à Erevan. Le principal enjeu de ce sommet c’est la nomination du chef de l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie. Deux femmes sont en concurrence : la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, qui est soutenue par l’Union africaine et par la France. Et Michaelle Jean, qui occupe le poste depuis 2015, mais qui hier soir a été lâchée par son pays, le Canada. Envoyé spécial de RFI à Erevan, Jean-Pierre Monzat.

[Transcription manquante]

RA : Et demain, édition spéciale sur RFI pour l’ouverture de ce 17e sommet de la Francophonie. Rendez-vous à p partir de 6h temps universel.

MM : L’inquiétude aux États-Unis : l’ouragan Michael a commencé à toucher la Floride.

RA : Et il est extrêmement puissant, classé en catégorie 4 sur 5. Il s’accompagne de rafales pouvant dépasser les 240 km/h. Le gouverneur de Floride affirme que la tempête pourrait être meurtrière. L’état d’urgence a été déclaré. Mais Donald Trump le Président américain affirme que son pays « est prêt ».

MM : Cette question à présent : qu’est devenu le journaliste saoudien Jamal Kashoggi ?

RA : Il n’a plus été revu depuis qu’il est entré au consulat saoudien de Turquie, c’était il y a 8 jours. Selon Ankara l’homme a été tué. On devrait en savoir plus prochainement, car l’Arabie saoudite a donné son autorisation pour que le bâtiment soit fouillé. L’inquiétude est forte, car Jamal Kashoggi est critique du pouvoir de Riyad. C’est donc une affaire qui prend de l’ampleur. Ce mercredi la femme du journaliste en appelle à Donald Trump le Président américain, dans une tribune publiée par le Washington Post, quotidien dans lequel Jamal Kashoggi écrivait. Les explications de Juliette Gheerbrandt.

« J’implore le président Trump et la première dame Melania Trump d’aider à faire la lumière sur la disparition de Jamal », écrit la compagne du journaliste dans le quotidien américain. Hatice Cengiz, de nationalité turque, et Jamal Khashoggi allaient se marier, et c’est pour une formalité liée à ce mariage que le journaliste s’était rendu au consulat d’Istanbul. La jeune femme explique que son espoir de revoir Jamal Khashoggi s’amenuise de jour en jour. Consciente que l’affaire risque de provoquer une crise entre les deux pays elle espère dit-elle que l’aspect humain de l’affaire prévaudra. Les autorités saoudiennes démentent toujours toute implication dans la disparition du journaliste, et le président Erdogan, lui, demande à Riyad de donner la preuve que le journaliste est bien ressorti du consulat. Pour la première fois mercredi la télévision turque a diffusé les images de vidéo surveillance des abords du consulat, qui montrent le journaliste y entrer, mais pas en ressortir. Les médias turcs évoquent aussi le bref aller-retour à Istanbul ce jour-là d’une délégation d’officiels Saoudiens ; et le fait qu’un certain nombre de voitures diplomatiques sont entrées et sorties du bâtiment dans les heures qui ont suivi l’arrivée de Jamal Khashoggi.

MM : En Syrie, vers la mise en place d’une zone démilitarisée à Idlib.

RA : Une zone démilitarisée c’est tout simplement une zone où l’activité militaire est interdite. C’est l’objectif à Idleb, selon un accord qui été conclu par la Russie et la Turquie. Ce mercredi Ankara affirme que la première étape a été franchie : le retrait de toutes les armes lourdes de la zone. Désormais les combattants djihadistes doivent quitter la province, et à ce moment-là la zone démilitarisée pourra être mise en place. L’objectif est d’empêcher un assaut de la part du régime syrien et donc une crise humanitaire dans cette province qui est le dernier grand bastion tenu par les rebelles en Syrie.

MM : Des propos du pape qui font polémiques.

RA : François s’exprimait ce mercredi lors de sa traditionnelle audience place Saint-Pierre à Rome, et face à ses fidèles. Il a d’abord dénoncé une vie humaine qui selon « se déprécie » c’est-à-dire qui perd de sa valeur, et cela en raison des guerres, de l’exclusion et de l’avortement a dit le pape François, je vous propose de l’écouter.

« Il y a une approche contradictoire en ce qui concerne la suppression de la vie humaine dans le ventre de la mère au nom de la sauvegarde d’autres droits. Mais comment un acte qui supprime une vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain ? Je me le demande ! Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ? Qu’est-ce que vous pensez ? C’est juste ou pas ? » Les fidèles : « Non, non ». « Est-il juste d’avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ? Ce n’est pas possible, ce n’est pas juste. Se débarrasser d’un être humain, même tout petit pour résoudre un problème c’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème. »

RA : Le pape François comparant l’interruption volontaire de grossesse au recours à « un tueur à gages », un tueur à gages est quelqu’un qui se fait rémunérer pour assassiner d’autres personnes. Propos polémique ce mercredi Place Saint-Pierre à Rome.

MM : Et puis le football belge touché par une grande opération antifraude.

RA : Un entraîneur arrêté, de même que des agents de joueurs et des arbitres, le siège des plus grands clubs du pays perquisitionnés : c’est effectivement une vaste opération qui a été menée ce mercredi, en Belgique, mais également dans d’autres pays européens. Les enquêteurs évoquent des fraudes dans le championnat de football belge. La correspondance de Joana Hostein.

Une soixante de perquisitions menées dans sept pays, en France, au Luxembourg, en Macédoine, au Monténégro, à Chypre, en Serbie et bien sûr en Belgique. 220 policiers mobilisés ce matin. C’est donc qui opération de très grande ampleur qui secoue le monde du football belge. L’enquête, qui a commencé il y a un peu moins d’un an, porte sur des transactions financières suspectes intervenues lors de transfert de joueurs, sur des commissions cachées sur les salaires de certains joueurs et entraîneurs, mais aussi sur des soupçons de matchs truqués lors de la dernière saison de la ligue 1 en Belgique. Des personnalités de premier plan ont été interpellées : un agent de joueur réputé, Mogi Bayat, l’entraîneur du club de Bruges, qui dispute cette saison la Ligue des champions, deux des plus grands arbitres du football belge. Un grand nombre de personnes ont été arrêtées confirme le parquet fédéral, sans plus de précision pour le moment. Joana Hostein Bruxelles RFI.

RA : C’est la fin de ce Journal en français facile.



Voir le flux - 10/10/2018 20:30:06

Nouveau rapport sur le climat

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 10/10/2018 13:48:06