Tout le fil

Paramètres de recherche

Niveau

A1 A2 B1 B2 C1 C2

Support

Audio Vidéo Texte Iconographie

Compétence

CO EO CE EE
1-10 sur 3425 résultats.

Journal en français facile 17/06/2018 20h00 GMT

Transcription

Maxime Jaglin : 20h en temps universel, 22h Paris, merci d’avoir choisi RFI. Bonsoir à tous, et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir Zephyrin Kouadio. Bonsoir Zephyrin.

Zephyrin Kouadio : Bonsoir Maxime, bonsoir à tous.

MJ : Du football à la Une ce dimanche, ça commence mal pour l’Allemagne battue par le Mexique, alors que le Brésil n’a pu faire que match nul ce soir contre la Suisse. On retrouvera en direct Fréderic Suteau dans un instant.

ZK : L’actualité c’est aussi, l’arrivée de l’Aquarius à Valence en Espagne. Les 630 migrants secourus au large de la Libye la semaine dernière ont été pris en charge.

MJ : On se rendra aux États-Unis, où la célèbre école Harvard est au cœur d’une polémique. Elle est accusée de discrimination contre les Américains d’origine asiatique, les précisions à suivre. Et puis l’expression de la semaine. Ce dimanche Yvan Amar nous parle de « la mise au placard ».

-----

ZK : Direction Maxime la Russie pour commencer ce journal. La coupe du monde de football réserve comme toujours des surprises.

MJ : Premier coup de tonnerre ce dimanche. L’Allemagne championne du monde en titre est entrée dans la compétition de la pire des manières. La Mannschaft a été battue 10 par le Mexique. Face à une équipe allemande en difficulté, les Aztèques ont donc tenu le choc, grâce à un but de Lozano. Plus tôt, la Serbie s’était imposé 10 face au Costa Rica. Et puis ce soir c’est une autre équipe plusieurs fois championne du monde qui entrait en jeu. Le Brésil affrontait la Suisse. On retrouve à Rostov Frederic Suteau. Fréderic, là aussi, le Brésil a souffert.

[Transcription manquante]

MJ : Merci Fréderic Suteau, en direct de Rostov en Russie pour RFI.

ZK : 22h à Valence en Espagne, le terminus pour des miraculés, des rescapés.

MJ : Les 630 migrants secourus au large de la Libye par l’Aquarius sont tous arrivés à bon port ce matin. Fatigués, mais soulagés après une semaine en mer méditerranée. Les femmes enceintes ont rejoint un hôpital de la ville, 123 mineurs non accompagnés ont été dirigés vers un centre près de Castellon, et les adultes ont été conduits vers Cheste, à 30 kilomètres de là. À Valence, François Musseau.

La traversée a été longue, 1500 kilomètres pendant une grosse semaine de mauvaise mer, c’est éprouvant pour tous. C’est aussi l’occasion de se remémorer l’enfer d’où viennent ces migrants, en grande majorité des Africains. Marie Rajablat travaille à Sos Méditerranée, propriétaire de l’Aquarius. « Les témoignages sont toujours les mêmes. Le pire qui puisse arriver pour eux, c’était le passage sur la terre. Donc il est hors de question pour eux de repartir en arrière, déjà ils n’ont pas l’argent pour, mais il est hors de question de repartir en arrière pour retomber dans les geôles libyennes puisque là ils y ont subi tout : la barbarie, la cruauté. » Le pire, c’est la Libye, tout le monde le dit. Mais, dans les milieux humanitaires, on dénonce aussi fortement la crise européenne, l’incapacité à se mettre d’accord et à définir une stratégie commune. Hassibah Hadj Sahraoui est une des dirigeantes de Médecins sans frontières. « Ce que l’on demande c’est que les vies humaines soient mises avant la politique, ça ne paraît pas exubérant comme demande. On est au 21e siècle et on trouvait indécent que dans une mer qui est aussi utilisée que la méditerranée, les gens puissent mourir en mer. » Cela fait consensus, les leaders socialistes espagnols Pedro Sanchez ont fait un geste humanitaire remarqué et applaudi. Mais, de l’avis général, cela ne règle pas grand-chose de ce drame croissant.

ZK : En Afghanistan le cessez-le-feu ne sera finalement pas prolongé.

MJ : C’était le souhait du président Ashraf Ghani, mais les talibans ont refusé. Une trêve inédite de trois jours avait été signée pour la fin du ramadan. Et juste après cette annonce un attentat suicide a fait au moins 18 morts et une cinquantaine de blessés. Cela s’est passé dans l’est du pays dans la ville de Jalalabad. Hier déjà une attaque suicide avait fait au moins 25 morts en Afghanistan.

ZK : Aux États-Unis, la prestigieuse université de Harvard est accusée de discrimination.

MJ : Ce serait les étudiants d’origine asiatique qui seraient pénalisés, défavorisés par l’institution. Elle ferait une sélection trop stricte des dossiers, sans forcément regarder les résultats scolaires. Une plainte a été déposée en 2014, mais l’Université avait en réalité déjà conscience du déséquilibre de son recrutement. Les explications à New York, Grégoire Pourtier.

La « discrimination positive » est pratiquée depuis les années 60 aux États-Unis. Afin de favoriser le développement de certaines minorités, des emplois peuvent leur être réservées, ou des places à l’université attribuées grâce à une forme de mérite allant au-delà du simple résultat scolaire. Mais la minorité asiatique estime aujourd’hui qu’elle est victime de ce système à Havard. Car si les notes et les capacités de ses étudiants sont souvent excellentes, nombre d’entre eux y seraient recalés à cause de moins bonnes évaluations — plus subjectives — de leurs personnalités. Même si environ 1/5 de ses étudiants est d’origine asiatique, la prestigieuse université de la banlieue de Boston est ainsi accusée de privilégier des élèves moins qualifiés issus d’autres origines ethniques, et certains estiment que plusieurs établissements ont les mêmes pratiques. Harvard se défend vigoureusement, rappelant que les admissions étudiantes d’origine asiatique ont grimpé de 30 % lors de la dernière décennie. Reconnaissant que la recherche de la diversité est l’un de ses critères et qu’elle pourrait admettre deux fois plus d’Asiatiques si elle ne prenait en compte que les critères purement académiques, elle dément cependant tout système de quota. Un procès devrait est prévu en octobre, et certains prédisent que le cas pourrait remonter jusqu’à la Cour Suprême, et redéfinir ainsi en partie la politique de discrimination positive.

MJ : C’est maintenant l’heure, comme chaque dimanche, de retrouver l’expression de la semaine. Aujourd’hui Yvan Amar nous explique ce que veut ça veut dire d’être « mis au placard ».

« RDC : le projet de loi sur le statut des ex-chefs d’État va sortir du placard.... apprend-on grâce à RFI et le même article précise : une proposition existe déjà, elle va être remise en selle après avoir été rangée dans les placards durant environ trois ans. Le sens est clair : il y a trois ans déjà, on parlait de ce projet. Mais il dérangeait peut-être trop à l’époque : on l’a mis de côté, on l’a écarté : on l’a mis au placard : plus personne n’en parlait, plus personne ne le voyait. La formule se comprend très bien, et s’applique facilement à l’univers des ministères et des bureaux. Mais cette expression s’emploie également dans des situations tout à fait différentes : quelqu’un qu’on met au placard, ce n’est pas la même chose. Il s’agit alors d’une personne ayant eu des fonctions importantes, mais qui est démise de ses fonctions : on lui retire ses responsabilités. On ne la congédie pas, on ne la renvoie pas pour autant. On lui propose un poste subalterne, où l’on ne peut pas réellement prendre de décisions et réaliser des projets : il est mis au placard. Non pas chômeur ou demandeur d’emploi. Mais sa nouvelle situation n’a aucun intérêt. On parle même parfois de placard doré, lorsqu’on lui a conservé son gros salaire. Alors, il y a pire, comme situation. Mais c’est quand même souvent humiliant et déprimant de se trouver à son travail sans avoir grand-chose à faire, même si on est bien payé… »

MJ : C’est la fin de ce Journal en français facile, merci Zephyrin !

ZK : C’était un plaisir Maxime !



Voir le flux - 17/06/2018 20:30:09

Les bistrots parisiens à l'UNESCO ? (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

Les authentiques bistrots parisiens figureront-ils bientôt au patrimoine immatériel de l'UNESCO ? Jouer une scène dans un bistrot (A2), faire une présentation d'un café (B1), rédiger un éditorial (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale)

Voir le flux - 15/06/2018 13:00:00

Les Bleus s'installent en Russie (niveaux A2 élémentaire, B1 intermédiaire, B2 avancé)

L'équipe de France prend ses quartiers à Istra pour le Mondial de football. Décrire un bâtiment (A2), imaginer une interview (B1), exprimer son opinion (B2).
7 jours sur la planète (Actualité mondiale), Français des relations internationales (Diplomates, journalistes...)

Voir le flux - 15/06/2018 13:00:00

Trump et Kim Jong-un au sommet

Chaque semaine, entraînez-vous avec une série d'exercices autour d'un fait de l'actualité extrait du Journal en français facile.


Voir le flux - 15/06/2018 09:57:03

Pognon

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Les aides sociales coûtent un pognon de dingue ! » Une phrase du président de la République qui suscite la polémique. Et qui d’ailleurs met en avant une expression familière : « de dingue » pour dire « beaucoup ». Et un mot familier, pognon ! Le mot appartient à l’argot, sans être vraiment vulgaire. Et bien sûr le vocabulaire de l’argent est extrêmement bien représenté dans le lexique argotique. L’argent, bien souvent, on ne sait comment en parler ! Et le sujet est un peu tabou. Comme le sexe, l’élimination physique, la mort, le crime, il fait partie de ces matières dont on ne sait trop comment parler… ce qui nourrit évidemment l’argot.

Pognon n’est pas un argot tout récent. Il ferait même un peu désuet, mais il s’emploie et se comprend encore. Et comme pour plusieurs mots dont le sens est à peu près le même, on n’est pas trop sûr de son origine. Une histoire pourtant est associée à cette naissance supposée. Le chef-comptable des usines Schneider du Creusot s’appelait Henri Pognon. Il régnait donc sur les salaires, et on peut comprendre que son nom ait été associé à la paye de la fin du mois.

D’autres mots, relayant une association d’idées qu’on trouve dans des langues très nombreuses, lie l’argent aux premières nécessités, à la survie, donc à la nourriture. C’est peut-être le cas du mot fric, qui pourrait dériver de fricot : ce qui mijote dans la casserole : on se souvient d’une autre phrase familière : c’est lui ou elle qui fait bouillir la marmite, c’est-à-dire c’est lui ou elle qui gagne l’argent du ménage. Et quand on parle de blé pour désigner l’argent, on est bien sûr dans la même imagerie. Céréale riche par excellence, elle a de surcroît la chance d’être dorée, donc d’évoquer l’or…

Et cet argot est souvent très vieux. L’étonnant est que parfois un mot très ancien réapparaît dans l’argot des jeunes gens, après un long purgatoire, pendant lequel il n’était pratiquement plus employé. C’est le cas pour thune, par exemple, mot assez à la mode depuis une ou deux générations, et pratiquement disparu auparavant. La thune ? Au 19e siècle, au 20e, une appellation familière d’une pièce de cinq francs. Et bien avant, un mot qui appartient à l’argot le plus vieux, celui du royaume d’argot. Au moyen-âge, le roi de Thune, qui évoque le roi de Tunis, régnait sur cette pègre qui se déguisait pour mendier. Et la thune était le nom argotique de l’aumône qu’on demandait en mimant l’infirmité. Tout un théâtre qui a fait rêver et qu’on a retrouvé quatre siècles plus tard dans le roman de Hugo, Notre-Dame de Paris. Et pour finir avec un autre mot qui nous vient du moyen-âge, on citera la maille. Là encore le terme est en faveur auprès des locuteurs d’aujourd’hui. Alors que jadis, il désignait la plus petite unité monétaire, celle dont on ne pouvait imaginer utiliser la moitié : ç’aurait été trop peu !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 15/06/2018 08:15:03

Journal en français facile 14/06/2018 20h00 GMT

Transcription

Maxime Jaglin : 22h à Paris, 20h en temps universel, merci d’écouter RFI. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter à mes côtés ce soir Zephyrin Kouadio. Bonsoir Zephyrin.

Zephyrin Kouadio : Bonsoir Maxime, bonsoir à tous.

MJ : À la Une, le Yémen où les combats violents se poursuivent. Les forces progouvernementales tentent de reprendre le port stratégique d’Hodeida aux rebelles Houthis.

ZK : Les États-Unis suspendent leurs manœuvres militaires en Corée. Un nouveau signe de détente après le sommet de Singapour, mais Washington maintient en revanche ses sanctions commerciales.

MJ : On reviendra également sur un procès de l’horreur en Hongrie. En 2015 71migrants avaient été retrouvés mort étouffé lors de leur voyage vers l’Allemagne. Les principaux trafiquants ont été condamnés à de lourdes peines de prison.

ZK : Et puis c’est la première femme noire à devenir maire de la ville de San Francisco. Le portrait de London Breed à découvrir à la fin de ce journal.

-----

ZK : On débute Maxime ce journal au Yémen où l’offensive se poursuit sur Hodeida. Les forces pro-gouvernementales tentent depuis 2 jours de reprendre ce port stratégique, le principal du pays, contrôlé par la rébellion houthie. Les combats sont très violents. Il y a déjà eu 39 morts parmi les rebelles et les forces fidèles au pouvoir yéménite. Sami Boukhélifa.

Malgré le soutien militaire de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis, les troupes gouvernementales yéménites peinent à avancer. Les rebelles chiites houthis, opposent une farouche résistance. Hodeida, est stratégique à plus d’un titre. Cette ville sur les rives de la mer Rouge, dispose d’un port et d’un aéroport, via lesquels l’aide humanitaire arrive dans le pays. D’où l’inquiétude de la communauté internationale. Au Yémen, la population est déjà très mal en point. La guerre, la famine et les maladies ont fait près de 10 000 morts durant ces trois dernières années. La bataille de Hodeida est la plus importante depuis la fameuse offensive de l’été 2015 qui avait permis aux forces progouvernementales de reprendre plusieurs régions du sud du pays et notamment Aden. Plus au nord, les Houthistes, maintiennent leur position. La capitale Sanaa, est toujours entre leur main. À Hodeida, leurs tireurs embusqués font des ravages... Ils ont tué ou blessé de nombreux soldats selon des secouristes qui interviennent sur place.

ZK : La Française Sophie Petronin, otage au Mali depuis fin 2016, apparaît dans une nouvelle vidéo.

MJ : Elle a été diffusée par le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. Le film aurait été enregistré le 7 juin 2018 même si rien ne permet de le confirmer. Il dure environ sept minutes pendant lesquelles Sophie Petronin s’adresse aux autorités françaises. On la voit également écouter sur un téléphone un message que lui a envoyé son fils via les antennes de RFI.

ZK : RFI 22H04 à Budapest. C’est une histoire dramatique qui avait provoqué l’effroi et l’indignation partout dans le monde. En août 2015 en Autriche 71 migrants avaient été retrouvés morts étouffés dans un camion. Homme, femmes, et enfants. Ils étaient originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan et avaient quitté la Hongrie voisine en espérant rejoindre l’Allemagne. Près de trois ans après le drame, et à la suite d’un long procès, les passeurs, les trafiquants, ont été condamnés à de lourdes peines, allant de 3 à 25 ans de prison. À Budapest, Florence La Bruyere.

Le parquet hongrois avait demandé la réclusion à perpétuité. Mais les 4 principaux trafiquants, un afghan et 3 bulgares, écopent de 25 ans de prison fermes chacun, pour complicité d’homicide involontaire. Les dix autres accusés reçoivent des peines allant de 3 à 12 ans d’emprisonnement. D’après la cour, il n’y a pas eu préméditation, mais les trafiquants ont fait preuve de cruauté. Ce jour-là, sur la route, le chauffeur du camion avait alerté son patron par téléphone : « Les passagers crient pour qu’on leur donne de l’air ». Le chef du réseau, un afghan de 31 ans, lui — même réfugié en Hongrie, avait ordonné. « Qu’on les laisse mourir. S’ils meurent, il faut les décharger dans une forêt en Allemagne ». Pour le procureur hongrois, les trafiquants ont montré une indifférence effroyable et une cupidité sans limites. Le lendemain du drame, le gang avait organisé un nouveau transport dans des conditions similaires. Les 67 passagers avaient échappé à la mort de justesse, en défonçant la porte du camion. Le drame du camion charnier avait provoqué une onde de choc en Europe. Cette tragédie avait encouragé Angela Merkel à ouvrir les frontières de l’Allemagne à plus d’un million de demandeurs d’asile.

MJ : Ce soir le parquet hongrois a toutefois fait appel de cette décision.

ZK : Tabac, jeans, bourbon, motos, voilà les produits américains qui seront bientôt lourdement taxés par l’Union européenne. Les 28 pays membres ont décidé aujourd’hui à l’unanimité de répondre aux nouvelles taxes douanières mises en place par les États-Unis notamment sur l’acier et l’aluminium. Mais la Commission européenne doit encore valider cette mesure prévue pour le début de l’été. Dans le même temps le Fonds monétaire international prévient Washington : « dans une guerre commerciale il n’y a jamais de gagnant, mais que des perdants » voilà les mots de la directrice du FMI Christine Lagarde.

ZK : Deux jours après un sommet qualifié d’« historique » entre Kim Jong un et Donald Trump, les discussions se poursuivent pour garantir la paix sur la péninsule coréenne.

MJ : Aujourd’hui des hauts responsables militaires du nord et du sud se sont rencontrés à Panmunjom, le village à la frontière entre les deux pays... Ce sont les premières négociations de ce type depuis plus de 10 ans. Objectif : éviter tout conflit entre les deux pays. A Seoul, Frederic Ojardias.

C’est un spectacle plutôt inhabituel qu’ont offert les généraux nord et sud-coréens : tout sourire, échangeant des plaisanteries, les deux délégations militaires se sont rencontrées à Panmunjom, le seul point de contact sur la frontière. En guise de bienvenu, le chef de la délégation nordiste a souligné à quel point il était rare qu’un Coréen en uniforme franchisse la ligne de démarcation. Les deux Corées ont discuté du rétablissement de téléphones rouges entre leurs deux armées et de l’organisation régulière de ce type de dialogue. Les Nord-Coréens ont probablement aussi demandé des précisions quant à la suspension des exercices militaires massifs organisés par la Corée du Sud et les États-Unis. Lors de son sommet avec Kim Jong-un, le président américain Donald Trump a en effet annoncé la suspension de ces manœuvres, qu’il a qualifiées de « jeux de guerre » provocateurs, coûteux et inutiles. L’annonce a pris par surprise Séoul, qui n’avait pas été prévenu. Mais la Corée du Sud s’y montre favorable, et a ensuite déclaré cette trêve militaire était nécessaire tant que le dialogue avec le Nord continuait.

MJ : les États-Unis continuent de leur côté à mettre la pression sur la Corée du Nord. Washington suspend les manœuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud. Mais les sanctions, elles, ne seront levées qu’après une « dénucléarisation complète » selon Mike Pompeo. Le secrétaire d’État américain reconnaît par ailleurs qu’il y a bien un risque de ne pas parvenir à la paix en Corée.

ZK : Donald Trump, lui, est empêtré dans une nouvelle affaire aux États-Unis.

MJ : le président américain est accusé d’avoir détourné de l’argent de sa fondation pour régler de nombreuses dépenses personnelles. La procureur de New York a porté l’affaire en justice et demande la dissolution de la fondation Trump. Donald Trump a immédiatement répliqué, répondu, il dénonce des accusations « ridicules ».

ZK : On reste aux États-Unis, San Francisco rentre dans l’histoire. Pour la première fois, une femme noire a été élue maire de la ville.

MJ : Son nom : Londond Breed. Elle sera à la tête de mairie de San Francisco jusqu’en 2020 pour terminer le mandat de son prédécesseur, Ed Lee, décédé en décembre dernier. Au-delà du symbole que représente l’élection d’une femme noire à ce poste, l’élue démocrate issue des quartiers pauvres représente aussi un exemple de réussite sociale. Oriane Verdier.

London Breed n’est pas issue de l’élite américaine. Enfant, elle grandit dans un logement social et un quartier connu pour sa violence. La femme politique d’aujourd’hui se souvient des boîtes de conserve comme repas quotidien et du jus de raisin comme produit de luxe. En 2006, London Breed perd sa sœur d’une overdose. Son frère aîné, lui, est emprisonné pour vol. Mais la jeune femme ne se laisse pas abattre. Elle commence sa carrière politique en tant que stagiaire à la mairie de San Francisco à l’office du logement. Une problématique primordiale à ses yeux, dans une ville où les loyers ne font qu’augmenter. En 2012, London Breed, diplômée de l’université de San Francisco, est élue membre du Board of supervisors l’autorité législative du comté de San Francisco. Elle en devient la présidente en 2015. Aujourd’hui à 43 ans, elle lance un message d’espoir aux jeunes de San Francisco je cite : « Peu importe vos origines. Vous pouvez accomplir ce que vous voulez si vous le décidez.

ZK : Les premiers chants de supporters, et les premiers buts : la 21e coupe du monde de football en Russie, c’est parti !

MJ : Pour débuter, la première rencontre de la compétition a finalement assuré le spectacle. La Russie, le pays organisateur, s’est imposée largement face à l’Arabie saoudite : 5 à 0. C’est la fin de ce journal en français facile, merci Zephyrin !

ZK : Merci à vous !



Voir le flux - 14/06/2018 20:30:15

Eksassaute, interprété par Mc Solaar (niveau B2 avancé)

MC Solaar, armé de sa plume aiguisée et poétique, et d’un subtil mélange de mélancolie et d’énergie, critique une société qui en demande toujours trop à ses employés. Évoquer un moment décisif de sa vie.
Paroles de clips (Chansons francophones)

Voir le flux - 14/06/2018 13:00:00

Eksassaute, interprété par Mc Solaar (niveau B1 intermédiaire)

MC Solaar, armé de sa plume aiguisée et poétique, et d’un subtil mélange de mélancolie et d’énergie, critique une société qui en demande toujours trop à ses employés. Dresser le portrait d’une personne.
Cours pour les 13-17 ans (Adolescents), Paroles de clips (Chansons francophones)

Voir le flux - 14/06/2018 13:00:00

Aquarius

Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité (transcription manquante).

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  



Voir le flux - 14/06/2018 07:30:07

Journal en français facile 13/06/2018 20h00 GMT

Transcription

Maxime Jaglin : 22H Paris, 20h TU, merci d’écouter RFI. Bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour le présenter avec moi ce soir Zephyrin Kouadio bonsoir.

Zephyrin Kouadio : Bonsoir Maxime, bonsoir à tous.

MJ : À la Une ce mercredi la question des migrants divise l’Europe, notamment le cas de l’Aquarius, ce bateau humanitaire qui provoque des tensions diplomatiques entre Rome et Paris.

ZK : Au Yémen la coalition saoudienne a lancé l’offensive pour reprendre le contrôle du port d’Hodeida aux rebelles Houtis. L’aide humanitaire pourrait être gravement menacée. On en parle dans un instant.

MJ : On connaît désormais les pays organisateur de la coupe du monde de football 2026 : ce sera aux États-Unis, mais aussi au Mexique et au Canada.

ZK : Et puis à la veille du mondial 2018 en Russie, l’Espagne remplace son entraîneur. Un changement de visage qui a surpris tout le monde, y compris à Madrid. On y revient à la fin de ce journal.

-----

ZK : On commence donc par cette tempête diplomatique qui se poursuit autour du sort de l’Aquarius.

MJ : L’Aquarius, c’est ce bateau d’une organisation humanitaire française avec à son bord près de 630 migrants. Après avoir été refusé en Italie et à Malte, le navire fait désormais route vers l’Espagne qui a accepté de lui ouvrir le port de Valence. Mais l’affaire provoque des tensions entre l’Italie et la France. Rome n’a pas vraiment apprécié les propos d’Emmanuel Macron qui dénonçait hier « le cynisme et l’irresponsabilité du gouvernement italien ». Résultat : la venue du Premier ministre Giuseppe Conte à Paris vendredi semble compromise, menacée. Les explications avec Anastasia Becchio

Les responsables italiens sont très agacés : autant dire que si la rencontre de vendredi a bien lieu, elle ne sera pas des plus faciles. Après la convocation au ministère des Affaires étrangères à Rome, de la chargée d’affaires de l’ambassade de France, le ministre de l’Économie, Giovanni Tria a annulé sa rencontre cet après-midi à Paris avec le ministre français Bruno Le Maire. À Bercy, on assure qu’un nouveau rendez-vous aura lieu dans quelques jours. L’homme fort du gouvernement italien, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini réclame des excuses de la France, faute de quoi, prévient-il, Giuseppe Conte devrait annuler sa visite à Paris. Le palais Chigi n’a pas publié de nouvelle déclaration après celle d’hier où il indiquait qu’il n’acceptait pas « de leçons hypocrites de pays ayant préféré détourner la tête en matière d’immigration ». Rome rappelle que sur les quelque 9 800 migrants en provenance d’Italie que Paris s’était dit prêt à accueillir, seuls 640 sont jusque-là arrivés en France. L’Élysée tente pour sa part de calmer le jeu et indique n’avoir reçu à ce stade aucune demande d’excuses de la part de la présidence du Conseil italien. En déplacement dans l’ouest de la France, Emmanuel Macron a tout à l’heure condamné « la politique du pire qui place tout le monde sous l’empire de l’émotion », tout en assurant qu’il continuerait à travailler « main dans la main avec l’Italie.

ZK : Au lendemain du sommet qualifié d’“historique” entre Donald Trump et Kim Jong Un, les États-Unis mettent la pression sur la Corée du Nord.

MJ : Le régime de Pyongyang n’a pas vraiment donné d’engagement précis lors de cette rencontre. Mais Washington dit avoir “bon espoir” que “l’essentiel du désarmement nord-coréen interviendra d’ici fin 2020. Dans moins de 2 ans et demi, c’est à dire avant la fin du mandat de Donald Trump... Selon Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, la prochaine phase de discussion entre les États-Unis et la Corée du Nord pourrait débuter dès la semaine prochaine.

ZK : Au Yémen les forces pro-gouvernementales et la coalition emmenée par l’Arabie saoudite ont lancé l’offensive sur Hodeida.

MJ : Des combats ont éclaté dans ce port stratégique, le principal du pays qui est aujourd’hui aux mains des combattants houtis soutenus par l’Iran. Les Nations Unies se disent extrêmes inquiètes après le début de cette offensive, car elle pourrait perturber l’arrivée de l’aide humanitaire. Nicolas Falez

Sur les rives de la Mer Rouge, Hodeida compte 600 000 habitants. C’est par ce port que transite une bonne partie des importations, mais aussi de l’aide destinée à la population du Yémen pays pauvre plongé dans une terrible crise humanitaire depuis le début de l’intervention de la coalition arabe en 2015. On mesure donc le risque que représente une offensive armée sur Hodeida. Opération militairement incertaine pour les forces loyalistes du Yémen, appuyées par la coalition arabe en guerre contre la rébellion chiite des Houthis. Opération potentiellement catastrophique pour la population locale et pour les Yéménites dépendants de l’aide internationale déjà insuffisante... Ces derniers jours plusieurs ONG ont tiré la sonnette d’alarme demandant notamment à Emmanuel Macron de faire pression sur les Saoudiens et les Émiriens, les principaux belligérants de la coalition. Ces ONG jugent ‘inconcevable’ de maintenir la conférence humanitaire sur le Yémen prévue le 27 juin à Paris dans le contexte d’une attaque sur Hodeida. Une conférence que la France organise en concertation avec ses alliés régionaux, qui sont les pays membres de la coalition. Hier, le Président français a eu un entretien téléphonique avec le Prince héritier d’Abu Dhabi Mohammed ben Zayed pour l’appeler « à la retenue et à la protection des populations civiles ».

MJ : Le conseil de sécurité de l’ONU se réunira d’ailleurs es demain au sujet de cette offensive à Hodeida au Yémen.

ZK : 1 milliard d’euros. C’est l’amende que devra payer Volkswagen en Allemagne.

MJ : Le constructeur automobile a accepté la décision de la justice allemande. Le groupe reconnaît ainsi sa responsabilité dans le dossier des moteurs diesel truqués, qui polluaient plus que prévu. Les juges avaient mis en évidence « des manquements, des erreurs, dans le devoir de surveillance de Volkswagen ».

ZK : En Argentine, c’est l’heure du choix. Le parlement argentin doit se prononcer aujourd’hui sur la légalisation de l’avortement.

MJ : Après 10 ans de lutte féministe dans le pays le sujet arrive enfin au parlement. Le vote des députés s’annonce cependant très serré, cela pourrait se jouer à quelques voies de différence. Le camp du ‘Oui’ a progressé au sein de la population, mais les opposants à l’avortement sont toujours soutenus notamment par l’Église catholique.

ZK : Direction le Mexique, où l’entreprise américaine Pepsi a fermé un site de mise en bouteille et de distribution.

MJ : La raison : les menaces provenant du crime organisé. Cela se passe à Altamirano, dans l’État de Guerrero, l’un des plus violents du pays. Il y a quelques mois, le concurrent Coca Cola avait également décidé d’arrêter ses activités dans la région. Achim Lippold

La situation était devenue intenable pour les ouvriers de ce site d’embouteillage. Ils avaient des menaces d’extorsion de fonds. Certains avaient été arrêtés avec leurs camions par des bandes criminelles qui leur demandaient de l’argent en échange d’une soi-disant ‘protection’. Plus d’une dizaine d’entreprises ont déjà quitté l’État de Guerrero, à cause de l’insécurité. Parmi elles Coca Cola qui a fermé les portes de son site de distribution à Altamirano en mars dernier. Et voilà que Pepsi lui emboîte le pas. Officiellement, l’entreprise parle d’une fermeture provisoire. Les responsables de l’État de Guerrero tentent d’éviter qu’elle devienne définitive. Car plus de 100 salariés perdraient leurs emplois. Mais pour convaincre les entreprises de rester, les autorités locales et fédérales doivent assurer leur sécurité. Ce qui n’est pas le cas. Il y a quelques jours, la principale organisation du Patronat, la Coparmex, a alerté le président mexicain sur l’augmentation des violences et lui a demandé des mesures d’urgence. En guise de réponse, le gouvernement, tout en minimisant sa responsabilité, a appelé le Parlement et la Justice à trouver une solution pour combattre l’insécurité.

ZK : À la veille du coup d’envoi de la coupe du monde de football en Russie, les regards se tournent déjà vers le mondial... 2026, et notamment, au Mexique justement.

MJ : Oui car on connaît désormais les pays organisateurs : le Mexique donc, mais aussi les États-Unis et le Canada. Les trois pays ont donc 8 ans pour se préparer. Grosse déception en revanche pour le Maroc, qui échoue pour la 5e fois.

ZK : Toujours sur la planète football. C’est un coup de théâtre, une surprise dans la sélection espagnole, une des favoris de la coupe du monde.

MJ : Julen Lopetegui n’est plus l’entraîneur de l’équipe espagnole. Le président de la fédération de football l’a tout simplement renvoyé, moins de 24 heures après sa nomination comme entraîneur du Real Madrid, et à la veille du mondial. Correspondance à Madrid, Pierre Chaperon.

Que ce soit dans les transports en commun ou aux terrasses des cafés... les amoureux de football ne parlent que de ça. Julen Lopetegui congédié, l’annonce est venu comme l’effet d’une bombe. Une décision surprenante et navrante pour Antonio supporter de la première heure. « Ce qu’il s’est passé, c’est une honte pour l’Espagne. Parce que ça déstabilise l’équipe à quelques heures du début de la compétition. Je crois que c’est une très mauvaise chose pour le football espagnol. » Une décision brutale comme on la qualifie de ce côté-ci des Pyrénées, mais qui n’inquiète pas pour autant Horacio. Pour ce buraliste le groupe reste inchangé et pourra faire sans le désormais ex-sélectionneur. « Non, ce n’est pas la meilleure manière de se préparer. Mais ils savent jouer et il y a un groupe derrière avec les adjoints, les préparateurs, les joueurs. C’est suffisant. Je ne crois pas que ça va changer. Si ça se passe bien, cette annonce n’aura aucune répercussion, si ça se passe mal, alors on reparlera de cette destitution de l’entraîneur. » Reste à savoir quel sera l’impact de cette nouvelle sur les joueurs espagnols. Première réponse ce vendredi. L’Espagne entame sa coupe du monde, face au Portugal.

MJ : 22h10 à Paris, c’est la fin de ce journal en français facile, merci à vous de l’avoir suivi. Merci Zéphyrin !

ZK : Merci Maxime.



Voir le flux - 13/06/2018 20:30:07