Contexte de langue espagnole (version française)

➡ Cette page complète la description générique des pronoms relatifs qui et que en français. Veuillez la consulter d’abord.
En español

Comme le français, l’espagnol utilise des propositions qu’on appelle relatives pour déterminer le nom, à la manière d’un adjectif.

1. La principale difficulté pour les apprenants de langue espagnole est qu’en espagnol le pronom relatif  que (prononcé [ke]) équivaut à deux formes différentes en français, qui et que. En effet, cette forme que a la fonction grammaticale à la fois de sujet et de complément d’objet direct (COD) du verbe de la phrase relative. À celle-ci correspondent en français deux pronoms.

■ le pronom sujet qui est le sujet grammatical (il renvoie à des personnes ou des choses) et il est ainsi presque toujours suivi directement du verbe :

Mon frère a une voiture noire qui est très puissante. Mi hermano tiene un coche negro que es muy potente.

■ le pronom relatif que (prononcé [k(ɶ)]) s’utilise comme complément d’objet direct (il renvoie également à des choses ou des personnes) :

Nous avons adopté un chat que nous avons appelé Mimi. Hemos adoptado a un gato que hemos llamado Mimi.

En face de cela, l’espagnol utilise une forme unique que [ke], à la fois comme sujet et comme objet direct du verbe. Une erreur commune pour les hispanophones est de penser que le pronom que sert à remplacer des objets uniquement (probablement pour établir une sorte de bipartition « de substitution » entre qui et que). En conséquence, dès qu’ils trouvent des noms renvoyant à des objets, ils utilisent systématiquement le pronom que, même quand il est fonction de sujet :

La voiture *que/qu’est en vente, plait à Jeanne. (= La voiture qui est en vente, plait à Jeanne.) El coche que está en venta, le gusta a Jeanne.

et, inversement, ils utilisent le pronom qui renvoyant à une personne en fonction de complément d’objet direct du verbe :

*Le bébé qui cherchait la police a été retrouvé. (= Le bébé que cherchait la police a été retrouvé.)  El bebé que buscaba la policia ha sido encontrado.

2. Une deuxième difficulté typique est provoquée par la présence d’un autre pronom (personnel, par exemple) qui peut apparaitre juste après le pronom qui et avant le verbe de la proposition subordonnée :

Voilà un évènement *que nous a surpris. (= Voilà un événement qui nous a surpris.) Fue un evento que nos sorprendió.

Même si qui n’est pas directement suivi d’un verbe, il garde sa fonction de sujet dans la phrase et ne pourrait pas être remplacé par un COD (que).

C’est Jacques *que nous amène demain à l’école. (= C’est Jacques qui nous amène demain à l’école.) Jacques es quien nos lleva mañana al cole.

Remédiations possibles : une analyse contrastive entre les deux pronoms distincts du français et le pronom que de l’espagnol pourrait faciliter l’acquisition des pronoms relatifs en français. L’enseignant pourrait illustrer les différences avec des phrases en L1 où le pronom relatif que de l’espagnol apparait en tant que sujet et en tant que COD dans les propositions relatives subordonnées. Des exercices de traduction pourraient également aider les apprenants à mieux réfléchir au fonctionnement des pronoms qui et que.

3. Élision : l’e du pronom que est s’élide devant voyelle ou h muet, mais qui ne s’élide pas. Utiliser que élidé à la la place de qui comme le font les apprenants hispanophones peut provoquer des confusions :

David et Valérie sont des amis *qu’aiment beaucoup les enfants. *David y Valérie son amigos que gustan mucho a los niños. (= qui aiment beaucoup les enfants.)

Cette élision du pronom qui en que est probablement due à une surgénéralisation d’une règle connue. Elle peut aussi être favorisée par le fait que dans la langue parlée qui est fréquemment élidé : Cest toi qu’as fait ça?

Fanny Martin Quatremare et Ariane Ruyffelaert


La GRAC » Contenu contextualisé » Le temps qui passe – les pronoms relatifs qui et que (espagnol / en français)
Version 1.0 (10/2019) • Commenter ou contribuer
Licence Creative Commons