Théâtre de Molière

theatre_moliere_nicolas_mignard200Une fiche pédagogique autour du théâtre de Molière pour la classe de FLE. De la contextualisation à l’oeuvre.

Molière, de Laurent Tirard :
« Une fantaisie sur la période de la vie de Molière »

Les Précieuses ridicules, L’Avare ou Le Médecin malgré lui ont beau dépeindre les mœurs de la société bourgeoise du XVIIe siècle, ces pièces (et bien d’autres) restent à l’affiche des programmations théâtrales contemporaines en France et dans le monde francophone.

Molière y met en œuvre la devise attribuée au poète Jean de Santeul : castigat ridendo mores, autrement dit : la comédie châtie les mœurs en riant. Car c’est bien de rire qu’il s’agit, et « c’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens »… d’eux-mêmes ! Molière compare la comédie à la tragédie dans la scène VII de La critique de l’école des femmes (1663) :

Uranie

Ce n’est pas mon sentiment, pour moi. La tragédie, sans doute, est quelque chose de beau quand elle est bien touchée ; mais la comédie a ses charmes, et je tiens que l’une n’est pas moins difficile à faire que l’autre.

Dorante

Assurément, madame ; et quand, pour la difficulté, vous mettriez un plus du côté de la comédie, peut-être que vous ne vous abuseriez pas. Car enfin, je trouve qu’il est bien plus aisé de se guinder sur de grands sentiments, de braver en vers la fortune, accuser les destins, et dire des injures aux dieux, que d’entrer comme il faut dans le ridicule des hommes, et de rendre agréablement sur le théâtre les défauts de tout le monde. […] Mais lorsque vous peignez les hommes, il faut peindre d’après nature. On veut que ces portraits ressemblent ; et vous n’avez rien fait, si vous n’y faites reconnaître les gens de votre siècle. En un mot, dans les pièces sérieuses, il suffit, pour n’être point blâmé, de dire des choses qui soient de bon sens et bien écrites ; mais ce n’est pas assez dans les autres, il y faut plaisanter ; et c’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens. (Source)

Les œuvres de Molière sont autant de pièces « camouflets » au travers desquelles l’auteur brocarde un public hilare inconscient (?) de rire de lui-même. Trois siècles plus tard, la clairvoyance de Jean-Baptiste Poquelin envers les malades hypocondriaques, les fausses ingénues et les grippe-sous sans cœur reste d’actualité.

Joué et enseigné dans le monde entier, le dramaturge a fait en 2007 l’objet d’un film : Molière. Malgré ce titre programmatique, il ne s’agit pas de la vie de l’auteur (retracée en revanche par Ariane Mnouchkine dans son Molière de 1978) mais d’une « rencontre imaginaire entre l’auteur et son œuvre » :

« Les biographies des années 50 parle d’une disparition de plusieurs mois. Même si ce fait est aujourd’hui parfois remis en cause, nous avons choisi de nous intéresser à cette période décisive qui survient au moment où Molière affronte son pire échec de tragédien, juste avant le grand départ pour la tournée en province qui marquera le véritable début de son envol. De ce mystère, de cette absence, nous avons décidé de faire le cœur du film. » explique le réalisateur Laurent Tirard.

Pour introduire Molière et son œuvre dans votre cours, voici des pistes pédagogiques basées sur des ressources disponibles en ligne : le clip et la bande annonce, des extraits, des interviews ainsi que des articles et le détail de la distribution des rôles.

Note : pour enregistrer des vidéos en ligne, consultez le tutoriel consacré à Download Helper

theatre_moliere_nicolas_mignard200 (1)
Molière peint par Nicolas Mignard (1658)


Première étape : situer Molière dans les arts et dans le temps

Support : clip d’annonce du film Molière
Niveau : dès A1

moliere

Très accessible, cette première étape a pour objectif de faire découvrir l’époque à laquelle a vécu Molière ainsi que son activité de dramaturge.

1. Projetez le clip sans le son et demandez aux élèves d’observer les images du clip et demandez-leur de définir / caractériser les lieux montrés et l’apparence du personnage présenté par cette vidéo (apparence, vêtements, attitudes).

Quelles conclusions peut-on en tirer concernant l’époque à laquelle vit ce personnage, son appartenance sociale, ses activités / aspirations ?

Demandez ensuite aux élèves s’ils connaissent le nom « Molière » qui s’affiche à la fin du clip, et si oui ce qu’ils savent de lui. Sinon, faites-leur émettre des hypothèses sur ce personnage.

2. Projetez le clip avec le son et demandez aux élèves de repérer le style musical et d’écouter avec attention les voix « off ».

La bande sonore classique est à mettre en relation avec l’époque à laquelle le film se passe.

Les commentaires permettent d’affiner les hypothèses émises précédemment. Selon le niveau des apprenants, on peut proposer le travail de compréhension orale suivant :

  • remettre les phrases dans l’ordre,
  • compléter un texte à trous,
  • retranscrire les paroles prononcées.
 
  Voici la transcription de ce clip :

[Voix féminine] « Le plus important, c’est de pouvoir vivre de votre art. Faites votre métier. Partez sur les routes. Voyagez à travers le pays. »
[Voix masculine] « Je dois écrire mes propres pièces, voilà tout. J’ai besoin de faire entendre ma voix. »

Selon le niveau des apprenants, les indices à repérer seront les suivants :

  • le domaine d’activité de Molière (« art », « pièce »),
  • les conditions d’exercice du théâtre à cette époque (vivre de son art, partir sur les routes, voyager à travers le pays),
  • les aspirations du dramaturge (écrire ses propres pièces, faire entendre sa voix).

Ce repérage d’indices peut déboucher sur une séquence d’approfondissement historique et culturel. Selon le niveau des apprenants et les conditions de travail, on peut envisager :

  • une activité de compréhension écrite basée sur des textes photocopiés,
  • des recherches documentaires en bibliothèque ou sur internet, menées individuellement ou en groupe par les élèves et synthétisées par un travail écrit ou une présentation orale (exposé, jeu de rôles, interview fictive du dramaturge…).

Suggestions de ressources écrites:

– les articles « Molière » de Vikidia, Wikimini, Wikipédia (difficulté croissante).

– les articles du site don-juan.net consacrés au théâtre au XVIIe siècle, à l’évolution des lieux de représentation à cette époque et à la biographie de Molière.

theatre_moliere_deneuville200
Molière prenant des notes chez un tailleur à la mode par Alphonse de Neuville
L’illustration Européenne (1881)


Deuxième étape : découvrir des éléments de l’œuvre de Molière

Support : bande annonce du film Molière
Niveau : à partir de B1

L’objectif de cette deuxième étape est d’introduire les œuvres de Molière via l’étude de la bande-annonce du film.

1. Il va s’agir dans un premier temps d’identifier les personnages cités et représentés dans la bande-annonce : « le Sieur Molière », « le Sieur Jourdain », « la Marquise », « Célimène », « Madame Jourdain », « Tartuffe », « Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, acteur » (ces appellations désignent parfois une seule et même personne).

Une fois les noms et les représentations de ces personnages associés, demandez aux apprenants de caractériser chacun d’entre eux d’après ce qu’ils comprennent de la bande annonce.

Selon le niveau des apprenants, ces descriptions seront plus ou moins détaillées :

– Jean-Baptiste Poquelin dans ses versions « Molière » et « Tartuffe » [il est présenté à Madame Jourdain sous l’identité d’un homme d’église, Tartuffe, alors qu’il a pour charge d’enseigner l’art de la comédie à Monsieur Jourdain. Celui-ci a en effet le projet de présenter une saynète à Célimène, la Marquise, afin de la séduire],
– la Marquise Célimène et son « Salon » (assemblée de femmes),
– Monsieur Jourdain,
– Madame Jourdain.

Une fois ce travail effectué, demandez aux élèves de rechercher en bibliothèque ou sur internet les noms Tartuffe, Célimène et Jourdain. Il apparaîtra que ce sont des personnages fictifs sortis de l’imagination de Molière : Célimène est un personnage issu du Misanthrope, Tartuffe vient de la pièce éponyme et Monsieur Jourdain est le Bourgeois gentilhomme.

Sites ressources :

Gallica, le « rayonnage virtuel » de la Bibliothèque nationale de France (cliquer sur « Recherche », indiquer le nom de l’auteur dans la case à cet effet et inscrire les noms des personnages dans le champ « Recherche libre ».
Théâtre classique qui liste les personnages des pièces de Molière.

C’est ainsi que le réalisateur explique la démarche que le scénariste du film et lui ont adopté lors de l’écriture du projet : « Nous avons commencé la construction du film en choisissant les personnages qui nous parlaient le plus. Nous avons dû en éliminer beaucoup, ce qui fut souvent douloureux. Nous avons resserré sur certains, nous en avons aussi fusionné plusieurs en un seul. Ainsi, Célimène est un mélange de la Célimène du Misanthrope, de la Philaminte des Femmes savantes et elle est entourée des Précieuses Ridicules. Même Jourdain est un mélange. » « Il est en fait la synthèse de plusieurs personnages de bourgeois de Molière : Orgon dans Le Tartuffe, Chrysale des Femmes savantes. Au début, il peut paraître méprisable mais on se rend vite compte qu’il est en fait beaucoup plus subtil et même touchant. C’est un être complexe, qui s’est construit seul et ne doit sa réussite à personne. Son désir d’ascension sociale le pousse à vouloir séduire Célimène qui incarne la noblesse. Aussi fort et intelligent soit-il, il peut aussi devenir un enfant que l’on mène par le bout du nez. »

Le personnage assis dans la photo ci-dessus auprès de Célimène n’est pas cité dans la bande-annonce. Il s’agit de Dorante, autre nom évocateur dans la bibliographie de Molière.

On découvre au générique du film d’autres prétendues sources d’inspiration de l’auteur : Elmire (le prénom de la fictive Madame Jourdain), Valère, Toinette… à associer à des pièces de Molière avec le site Gallica (voir ci-dessus).

Cette vidéo permettra d’engager un travail d’approfondissement sur l’analyse des personnages du film ainsi que les motivations du casting des acteurs :

2. On pourrait dans un second temps faire travailler les apprenants dont le niveau de compréhension est suffisant sur le détail des dialogues, qui empruntent parfois aux pièces de Molière.

Les scénaristes se sont amusés à mettre dans la bouche de leurs personnages des citations du Bourgeois gentilhomme (« Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour ») et de Tartuffe (« Cachez donc ce sein que nous ne saurions voir » adapté de « Couvrez ce sein que je ne saurais voir »).

3. Enfin, dans une perspective d’histoire littéraire, il serait intéressant d’étudier ce que dévoile la bande-annonce de la genèse de Molière en tant qu’auteur :

– « C’est un métier du sentir, et non du paraître »
– Madame Jourdain : « Jouez des comédies qui explorent l’âme humaine. » ; Molière : « Ce genre de comédies n’existe pas. » ; Madame Jourdain : « Et bien inventez-le ! »
– « Je dois écrire mes propres pièces, voilà tout. »
– « J’ai besoin de faire entendre ma voix. »

On complètera utilement la bande-annonce par cette présentation, qui évoque notamment les souhaits de Molière (écrire des tragédies) en butte aux exigences de Monsieur (Philippe, duc d’Orléans), frère cadet de Louis XIV, mécène de la troupe de Molière de 1658 à 1665.

Autres pistes d’approfondissement :

– l’émergence de la comédie en tant que genre théâtral (article du site don-juan.net),
– le système monarchique et la Cour, représentée dans ces vidéos au travers du «Salon» de Célimène et de l’entourage de Monsieur.

Ressource complémentaire :

œuvres de Molière sur toutmoliere.net

theatre_tartuffe_moliere200


Transdisciplinarité

Un travail pourrait être effectué en parallèle par un collègue enseignant d’anglais sur le film de John Madden Shakespeare in Love (1999), dont voici la bande-annonce en français :

Rédaction : Elodie Ressouches